En continu   Le Podcast   Industrie aéronautique   Transport aérien   Défense   MRO & Support   Interiors & PaxExp   Aviation & Environnement   Passion  
 
Actualité aéronautique MRO & Support MCO aéronautique : la verticalisation des contrats commence à tenir ses promesses

MCO aéronautique : la verticalisation des contrats commence à tenir ses promesses



La Direction de la Maintenance Aéronautique du Ministère des Armées (DMAé) mène depuis sa création il y a trois ans une véritable révolution du Maintien en condition opérationnelle (MCO) aéronautique pour augmenter la disponibilité opérationnelle des quelque 1150 aéronefs des forces armées françaises.
13 JAN. 2022 | Romain Guillot | 1467 mots
MCO aéronautique : la verticalisation des contrats commence à tenir ses promesses

Le Rafale M de la Marine nationale est catapultée au sommet des aéronefs de combat les plus disponibles des armées, avec une moyenne de 61% pour la flotte et plus de 10000 heures de vol réalisées en 2021. Photo © Marine nationale
La gouvernance des opérations d'entretien et de réparations de l'ensemble des avions et hélicoptères est désormais placée sous l'ombrelle du chef d'état-major des armées (CEMA), une organisation plus logique et plus adaptée. À la tête de la DMAé, l'ingénieure générale hors classe de l'armement Monique Legrand-Larroche participait la semaine dernière au premier point presse de l'année du ministère des Armées, l'occasion de revenir sur les avancées et sur les premiers résultats concrets liés à la verticalisation des contrats de MCO.

Comme l'a rappelé Hervé Grandjean, le porte-parole du ministère des Armées, la création de la Direction de la Maintenance Aéronautique du Ministère des Armées (DMAé) et la reforme du MCO aéronautique induite, a été l'un des premiers axes importants de reforme voulue par la ministre des Armées Florence Parly lors de sa prise de fonction, jugeant la disponibilité des flottes d'aéronefs trop faible, en particulier sur le territoire national, au détriment de l'entraînement des équipages. C'est d'ailleurs un chantier qui reste toujours prioritaire aujourd'hui, avec 35 milliards d'euros qui y sont consacrés dans la Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025 (5,8 milliards d'euros au total par an pour toutes les forces, le MCO aéronautique représentant à lui seul 3 milliards d'euros par an).

Pour Monique Legrand-Larroche, l'axe majeur de cette transformation a été la refonte totale de la relation entre le ministère des Armées et l'industrie privée et publique.

« Le principe c'est de responsabiliser l'industrie sur des exigences de haut niveau, en confiant à un maître d'oeuvre unique la responsabilité du soutien d'une flotte d'aéronefs, avec un contrat de longue durée, de l'ordre d'une dizaine d'années, et des activités majoritairement forfaitisées. Dans ces conditions, l'industriel a tous les leviers en main. Il dispose de la visibilité, il dispose de la durée, il a l'ensemble de la chaîne sous sa responsabilité. Il peut donc planifier, il peut recruter, il peut investir, il peut innover et il peut anticiper les obsolescences techniques » expose-t-elle. Pour la directrice de la Maintenance aéronautique, la puissance de ces contrats verticalisés est « démultipliée par la mise en place de pôles de conduite du soutien qui réunissent les différents acteurs de manière permanente; les forces, la DMAé, les industriels, afin de fluidifier les échanges d'informations technico-logistiques pour favoriser les prises de décisions du terrain à court terme. »

Des premiers résultats particulièrement tangibles

Monique Legrand-Larroche a ainsi exposé les premiers résultats de la transformation complète du MCO aéronautique menée depuis maintenant deux ans, les premiers contrats verticalisés ayant été notifiés en 2019.

Pour les flottes d'entraînement, la DMAé a externalisé l'intégralité du soutien. Il ne s'agit donc plus de constater une disponibilité, mais plutôt un niveau d'activité, en nombre d'heures de vol réalisées, à l'instar de la flotte d'hélicoptères légers de l'armée de Terre (Fennec) ou pour cinq hélicoptères Cougar de l'armée de Terre. « Pour les Fennec, nous sommes ainsi passés de 2500 heures de vol en 2018 à 5100 heures de vol en 2021. Pour les cinq Cougar externalisés, l'armée de Terre a pu réaliser les 1500 heures qu'elle avait demandées, ces appareils volant en moyenne deux fois plus qu'en 2018 » annonce Monique Legrand-Larroche.

Pour la flotte d'hélicoptères Tigre, 28 machines étaient disponibles fin 2021 sur 67, contre 18 en 2018. Pour l'A400M, moins de 3,5 appareils étaient disponibles en 2018 contre près de 7 en moyenne en 2021. « Comme le parc a augmenté en parallèle, le pourcentage de disponibilité est plus pertinent et nous constatons une augmentation du taux à 35%, avec même 40% d'appareils disponibles au quatrième trimestre 2021 » observe-t-elle. La directrice de la Maintenance aéronautique note d'ailleurs que chaque appareil en ligne a effectué 625 heures de vol par an, contre moins de 500 en 2018.

Pour le Rafale, « qui a toujours affiché une disponibilité très satisfaisante pour les besoins des armées » , la disponibilité de la flotte de l'armée de l'Air et de l'Espace s'est maintenue vers 55%, avec une activité de 25000 heures de vol l'année dernière « alors même que le parc avait diminué avec les premières cessions d'appareils pour la Grèce ». Pour les Rafale M de la Marine nationale, la disponibilité est passée de 55% à près de 62% en 2021, leur permettant de réaliser plus de 10000 heures de vol, contre 8000 heures en 2018.

Monique Legrand-Larroche a tenu a précisé que contrairement à la MRO dans le civil, ou l'objectif de taux de disponibilité supérieur à 95% est de mise, le taux de disponibilité des aéronefs militaires est plutôt fonction du besoin réel des forces. « La Marine a par exemple eu un besoin fort de ses appareils pour ses activités, l'armée de l'Air a quant à elle réalisé l'ensemble des heures dont elle avait besoin avec cette disponibilité. »



Image © Direction de la Maintenance Aéronautique du Ministère des Armées

Bien sûr, d'autres flottes nécessitent encore une attention toute particulière, comme celle des hélicoptères Caïman Marine (NH90 NFH, 7 machines disponibles seulement sur 27, avec des problèmes de corrosion importants), ou celle des C130H (3 à 4 avions disponibles, avec en plus les chantiers de modernisation en cours), « avec des actions de longs termes en cours avec l'ensemble des acteurs étatiques et industriels ».

Monique Legrand-Larroche a par ailleurs annoncé que deux nouveaux marchés de verticalisation ont été notifiés le 29 décembre dernier. Le premier concerne la flotte de Mirage 2000 de l'armée de l'Air et de l'Espace qui a été remporté par Dassault Aviation, et ce pour toutes les versions. Ce contrat de 14 ans, donc jusqu'au retrait de service, viendra notamment pallier aux problèmes d'obsolescence importants rencontrés, avec l'assurance de pouvoir disposer de toutes les pièces nécessaires jusqu'à la fin. Le second a trait au soutien du système de commandement et de conduite des opérations aériennes (SCCOA) qui a été attribué à Thales. Il s'agit du marché VASSCO (VerticAlisation du Soutien du SCCOA) qui court sur 10 ans. D'autres contrats sont en cours d'élaboration, à l'instar de la flotte d'Alphajet, celle des Gazelle, des Falcon, des CASA... Des contrats concernant la motorisation de l'ensemble des hélicoptères, des ATL2, ou celle de l'A400M, sont également prévus.

D'autres leviers d'améliorations en perspectives

Mais pour la directrice de la Maintenance aéronautique, les contrats de verticalisation ne sont que le socle des améliorations des disponibilités constatées. « Il faut aussi agir sur tous les leviers possibles pour obtenir la pleine efficacité de ses contrats » explique-t-elle . Elle rappelle ainsi que la DMAé s'est ainsi lancé dans la transformation numérique de l'activité avec le développement du futur système d'informations du MCO aéronautique Brasidas (du nom d'un célèbre général spartiate stratège et tacticien) dont le développement est mené par la DGA. « Ce nouveau système va remplacer plus de 70 systèmes d'information historiques et hétéroclites en lien avec la maintenance, non connectés entre eux, et qui créent des surcharges de travail et des risques d'erreurs. Brasidas sera ainsi le point d'entrée unique pour tous les acteurs du MCO, et couvrira l'ensemble des fonctions technico-logistiques, l'exécution de la maintenance, et la navigabilité » annonce-t-elle.

Par ailleurs la DMAé est en train d'étudier avec les armées des mesures de simplifications au niveau de l'application de réglementation de la navigabilité, et ce « sans baisser le niveau de sécurité ». Monique Legrand-Larroche ajoute que la DMAé soutient également toutes les expérimentations dans le domaine de l'innovation, par exemple « grâce à l'impression 3D ou via l'utilisation massive de données en vue de faire de la maintenance prédictive » . De plus, « Il est important que la maintenance soit prise en compte dès le lancement des programmes, partant du constat que les aéronefs les plus faciles à soutenir sont ceux dont le soutien a été pris en compte dès la phase de conception ».

À ce sujet, la DMAé travaille ainsi déjà avec la DGA pour la définition de la stratégie du soutien ou la négociation des contrats de développement. L'exemple le plus significatif concerne le contrat du HIL qui vient d'être notifié en décembre, et « qui comprendra un volet soutien en service pour 10 ans avec des engagements forts de l'industrie » a-t-elle souligné.
Romain Guillot
Rédacteur en chef
Cofondateur du Journal de l'Aviation et d'Alertavia


Ils rendent la rubrique MRO & SUPPORT possible
Une sélection d'actualités récentes
30 SEPT. 2022  
L'Espagne va évaluer les capacités opérationnelles du SCAF pour sa propre défense L'Espagne va évaluer les capacités opérationnelles du SCAF pour sa propre défense
Le ministère de la Défense espagnol a lancé une étude de concept d'utilisation du Système de Combat Aérien du Futur ...
30 SEPT. 2022  
Airbus livre son 500e A350 et introduit de nouvelles améliorations à l'appareil Airbus livre son 500e A350 et introduit de nouvelles améliorations à l'appareil
Airbus a célébré la livraison de son 500e A350. L'A350-900 a été remis à Iberia, au cours d'une cérémonie à ...
30 SEPT. 2022  
La France va commander 42 nouveaux avions de combat Rafale en 2023 La France va commander 42 nouveaux avions de combat Rafale en 2023
C'est un contrat particulièrement attendu, même s'il ne viendra que confirmer les ambitions de l'actuelle Loi de programmation militaire (LPM ...
29 SEPT. 2022  
WestJet s'engage pour jusqu'à 64 Boeing 737 MAX 10 WestJet s'engage pour jusqu'à 64 Boeing 737 MAX 10
WestJet n'a vraiment rien à redire de ses Boeing 737 MAX. La compagnie canadienne a même décidé de renforcer son ...
29 SEPT. 2022  
China Airlines finalise sa commande de Boeing 787 China Airlines finalise sa commande de Boeing 787
Boeing et China Airlines ont finalisé la commande de la compagnie taïwanaise pour seize 787-9 et huit options. Elle avait ...
Cette sélection d'actualités est issue de la rubrique ALERTAVIA. Les abonnés du Journal de l'Aviation ont accès à un nombre beaucoup plus important d'actualités chaque jour. Pour en savoir plus, découvrez nos différentes formules d'abonnement.
Les derniers articles MRO & Support
30 SEPT. 2022
Sabena technics s'empare d'Héli-Union pour se renforcer dans le secteur de la maintenance des hélicoptères civils et militaires
Très grosse surprise concernant le groupe MRO français Sabena technics. Soutenu par ses actionnaires Sagard, BPI France et Towerbrook, Sabena technics annonce le rachat de 100% du ...
29 SEPT. 2022
Le dernier grand chantier de rétrofit d'Air France est sur les rails
Ce sont les derniers long-courriers qui vont voir leur cabine entièrement réaménagée dans le cadre du programme de montée en gamme d'Air France, avant l'arrivée de la nouvelle ...
22 SEPT. 2022
MRO : l'activité redémarre enfin pour la région Asie-Pacifique
Le salon MRO Asia-Pacific se tenait cette semaine à Singapour, avec un retour certain à l'optimisme, après deux années particulièrement dévastatrices pour le secteur de la maintenance en ...
Une sélection d'articles réservés aux abonnés
Le dernier grand chantier de rétrofit d'Air France est sur les rails Créteil, un site pour réunir les activités de Safran Electrical & Power autour la chaîne électrique
La Marine nationale tient son premier hélicoptère H160 Air France se rapproche encore de ses capacités de 2019 pour l'hiver
MRO : l'activité redémarre enfin pour la région Asie-Pacifique American Airlines présente la nouvelle classe affaires qui équipera ses 787, A321 XLR et 777-300ER
La Suisse signe le contrat d'achat des avions de combat F-35 Le programme de modernisation des C-130H français vient de franchir une étape majeure avec la délivrance de son STC
30 SEPT. 2022
Sabena technics s'empare d'Héli-Union pour se renforcer dans le secteur de la maintenance des hélicoptères civils et militaires
30 SEPT. 2022
Le C919 de Comac décroche sa certification de type en Chine
30 SEPT. 2022
Julien Péchalat devient directeur financier de Safran Electrical & Power
30 SEPT. 2022
Embraer livre son 1 700e E-Jet
30 SEPT. 2022
L'Espagne va évaluer les capacités opérationnelles du SCAF pour sa propre défense
Airbus-Boeing : vers une profonde redistribution des cartes en Chine
« On est très en-deçà de ce dont l'armée de l'air a besoin pour assurer ses missions », Général Jean-Paul Paloméros, ancien CEMAA
« Le SCAF fait partie de nos cibles », Jean-Marie Carvalho, Vice président d'Actuation Systems chez Collins Aerospace
Les articles les plus lus
Aeroflot s'engage pour 339 appareils auprès de United Aircraft Corporation
La grande Bérézina de l'aviation commerciale russe va s'intensifier cet hiver
La nouvelle organisation du MCO des moteurs M88 des Rafale français devient concrète
« La mission Artemis prouve que tout ce que nous avons construit avec les Russes et les Américains est utile », Michel Tognini, ancien astronaute
Le programme de modernisation des C-130H français vient de franchir une étape majeure avec la délivrance de son STC
-->
Espace partenaires
Les nouveaux défis liés au stockage et au démantèlement d'avions commerciaux
Contribution de Carolina Göthberg, Associée fondateur de KAIRN Strategy Consulting
 
Cybersécurité : l'industrie aéronautique est particulièrement vulnérable par ces temps de crise
Par David Luponis, Associé Cybersécurité Mazars
 
Quelques réflexions sur le Big (Bang) Data dans le secteur aéronautique au regard du droit
Contribution de Jean-Jacques LE PEN, Associé fondateur du Cabinet LPLG AVOCATS
 
S'inscrire aux newsletters gratuites du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos lettres d'information par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans les newsletters.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2022 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT