Industrie aéronautique     Transport aérien     Défense     MRO & Support     Cabine & PaxExp     Décarbonation     L'Aviation Recrute     Passion    
 
 
Actualité aéronautique Industrie & Technologie Airbus décroche une « certification CO2 » de l'EASA pour l'A330-900

Airbus décroche une « certification CO2 » de l'EASA pour l'A330-900



26 MAI 2021 | Emilie Drab
Airbus décroche une « certification CO2 » de l'EASA pour l'A330-900
© Airbus
Alors que les pressions environnementales sur l'aviation se sont accrues avec la crise sanitaire, Airbus et l'EASA multiplient les preuves de bonne volonté et d'action du secteur en faveur de sa décarbonation. C'est ainsi que l'avionneur a décidé de soumettre l'A330-900 à une certification CO2, qui évalue le niveau de ses émissions, et qui a été octroyée le 26 mai par l'agence européenne de sécurité aérienne (EASA).

« Il s'agit d'un nouveau facteur important pour la certification environnementale à la lumière des efforts mondiaux de décarbonisation de l'industrie aéronautique », a commenté Patrick Ky, le directeur exécutif de l'EASA.

L'objectif de cette initiative est de certifier l'efficacité énergétique d'un appareil durant la croisière, comparativement aux dernières normes définies par l'OACI (dans le volume III de l'annexe 16 de l'OACI). Une nouvelle méthodologie a due être mise en oeuvre par l'EASA pour établir les conditions auxquelles la délivrer.

L'agence explique que le processus est « complexe » car elle doit évaluer les performances technologiques de l'avion en termes d'efficacité et d'émissions de CO2, ce qui dépend des moteurs, des caractéristiques aérodynamiques et de la masse, mais diffère à chaque vol, en fonction de sa vitesse, de son altitude et de son chargement, ainsi qu'au cours du vol.

Une étape parmi d'autres vers une aviation plus verte

L'idée de la certification CO2 date de bien avant la crise. L'EASA explique que la norme CO2 a été définie dès 2016 par le Comité de la protection de l'environnement en aviation au sein de l'OACI, puis adoptée par le Conseil de l'OACI en 2017. Toutes les agences de certification dans le monde doivent les intégrer dans leur règlement de base, ce qui a été fait en juillet 2018 par l'EASA. A partir du 1er janvier 2028, tous les appareils sortant de production devront respecter les nouveaux standards de l'OACI (pour les émissions de CO2 mais aussi les émissions sonores) - celles des appareils déjà en service seront régies par d'autres mesures environnementales.

Quant à Airbus, il a décidé de demander cette certification CO2 spécifique pour son A330-900 à la suite d'un appel de l'EASA fin 2019. L'avionneur est le premier à se soumettre à l'exercice. Tout le travail accompli doit permettre d'améliorer les processus et les normes ainsi que d'avancer vers l'établissement d'un label environnemental pour l'aviation que l'EASA espère pouvoir mettre en place d'ici 2022 - et dont la certification CO2 sera l'un des piliers mais pas le seul.

Airbus annonce qu'il soumettra ses autres appareils au programme de certification au fur et à mesure, en vue de respecter la date butoir de 2028. D'autres constructeurs ont déjà manifesté leur intérêt auprès de l'EASA pour décrocher eux aussi cette certification de façon précoce.
Emilie Drab
Rédactrice en chef adjointe
Aviation civile, Transport aérien


Abonnez-vous dès aujourd'hui au Journal de l'Aviation et prenez de l'altitude sur toute l'actualité aéronautique
L'accès à tous les articles payants du Journal de l'Aviation
La Newsletter Quotidienne en exclusivité
L'accès à l'actualité de la rubrique ALERTAVIA et aux outils de veille (agents, alertes...)
 
Une sélection d'articles réservés aux abonnés
L'IATA veut structurer le marché du carburant d'aviation durable Airbus va étendre le nombre d'aéroports accessibles à l'A330neo
Les traînées de condensation au coeur de l'attention de l'industrie « Les Airbus A350 et la classe affaires sont des développements naturels » pour IndiGo, Pieter Elbers, CEO
IATA : Plus de 30 milliards de dollars de bénéfices et près de 5 milliards de passagers pour le transport aérien en 2024 Boeing présente son plan d'amélioration de la qualité à la FAA
Comment Air France utilise l'intelligence artificielle au jour le jour EBACE : Airbus Corporate Helicopters au beau fixe
Stelia Aerospace présente un siège éco-conçu, Opera Essential Air France lance les nouveaux fauteuils TiSeat 2X d'Expliseat sur ses Embraer 190
IL Y A 54 MINUTES
L'armée française se dote de systèmes de contrôle aérien mobiles fournis par RTX
IL Y A 1 HEURE
Une banque allemande quitte le marché du financement d'avions commerciaux
IL Y A 2 HEURES
Réouverture partielle de l'aéroport de la Tontouta
IL Y A 2 HEURES
Le futur 747-8 Air Force One encore repoussé
IL Y A 2 HEURES
ITP Aero reste en charge de la maintenance de tous les moteurs des forces armées espagnoles
Turbulences en ciel clair
« Le but de Moove est d'optimiser et rendre accessible l'aviation à la demande », Arthur Ingles, co-fondateur de Moove
« Notre priorité se situe au niveau des techniciens », Nicolas Godé, directeur du centre MRO Avionique de Collins Aerospace à Blagnac
Les articles les plus lus
Airbus Helicopters remporte une commande géante de H225 Super Puma
Airbus va étendre le nombre d'aéroports accessibles à l'A330neo
Quid des nouvelles commandes chinoises d'avions de ligne ?
Le Falcon 6X de Dassault en vedette à EBACE
EBACE : Airbus Corporate Helicopters au beau fixe
S'inscrire aux newsletters gratuites du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos lettres d'information par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans les newsletters.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2024 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT