Industrie aéronautique     Transport aérien     Défense     MRO & Support     Cabine & PaxExp     Décarbonation     L'Aviation Recrute     Passion    
 
 
Actualité aéronautique MRO & Support Pourquoi AKKA se renforce dans le maintien de la navigabilité des avions les plus récents

Pourquoi AKKA se renforce dans le maintien de la navigabilité des avions les plus récents



16 NOV. 2020 | Propos recueillis par Romain Guillot
Pourquoi AKKA se renforce dans le maintien de la navigabilité des avions les plus récents
Photo © Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés
Alors que les services sont logiquement très fortement impactés par la crise profonde que traversent les opérateurs avec l'apparition de la pandémie, nous nous sommes entretenus avec Pierre-Yves Lazies, Vice President de la branche Aircraft Support & Operations d'AKKA. Il analyse pour nous les actuels défis du secteur et nous expose les opportunités qui se présentent pour les activités aéronautiques du groupe d'ingénierie et de conseil en technologies.


Comment se porte AKKA dans cette situation inédite qui impacte fortement l'industrie aéronautique ?

Comme l'ensemble des acteurs de l'aéronautique, le groupe AKKA souffre de la situation inédite actuelle. Les activités liées aux opérations aériennes et aux reconfigurations cabine sont particulièrement impactées. Toutefois, nous considérons cette crise comme une réelle opportunité pour rechallenger les stratégies « make or buy » établies par les compagnies aériennes.

Les activités de modification en particulier côté avionique se maintiennent, car certains lessors et certaines compagnies aériennes en profitent par exemple pour se mettre en conformité avec des mandats.

En revanche les activités de maintien en conditions de navigabilité (CAMO) sont en forte croissance, notamment grâce aux problématiques de stockage des avions. AKKA s'appuie sur une expérience de 25 ans et une expertise solide pour accompagner nos clients sur les problématiques de maintien de navigabilité durant le stockage, et des programmes de maintenance optimisés. Nos clients nous font confiance et nous avons déjà accueilli plusieurs dizaines d'appareils sous notre CAMO au cours de ces derniers mois.

Quelle analyse faites-vous de la situation dans laquelle se trouve le transport aérien ?

Le trafic aérien mondial reste fortement réduit avec des taux de remplissage toujours faibles, et les compagnies aériennes peinent à couvrir leurs coûts.

En parallèle, nombre d'appareils loués ne sont pas opérés et sont stockés dans des conditions plus ou moins acceptables. Tant que ceux-ci restent sous la responsabilité des compagnies aériennes, les lessors économisent les coûts de stockage, de maintenance et de maintien en conditions de navigabilité. Par ailleurs, alors que l'Europe est confrontée à une seconde vague, les repossessions vont très certainement s'accélérer dans les prochains mois, avec des faillites et des réductions de flottes imposées aux compagnies aériennes pour pouvoir survivre.

Ce que nous observons aussi pour l'instant, c'est que les lessors ont tendance à laisser leurs avions en compagnies aériennes en attendant d'avoir un niveau de certitude suffisant sur leur viabilité, et ils déclencheront les « recovery » en fonction des opportunités qui se présenteront chez d'autres opérateurs à la situation plus robuste. Je pense malheureusement que nous n'avons pas encore atteint le pic du stockage.

Existe-t-il encore quelques opportunités sur le marché du retrofit cabine et notamment sur les monocouloirs ?

Nous le croyons. Nous observons cependant des approches très prudentes, notamment en termes de dimensionnement de la modification. En revanche les loueurs savent que la loi du plus rapide prévaudra et les spéculations ont déjà commencé pour avoir le bon avion au bon moment.

Vous avez mentionné des conditions de stockages peu acceptables ?

Avec l'hiver, les avions vont être stockés dans des conditions qui ne sont pas idéales. L'humidité sur des boîtiers avioniques d'une valeur de plusieurs centaines de milliers de dollars, les batteries, les réseaux électriques... cela va réellement poser des problèmes si les conditions de stockage ne sont pas nominales.

De nombreux appareils sont stockés un peu partout et sont sous la responsabilité des compagnies aériennes et non des MRO. Quand le trafic repartira, il faudra mettre en place des procédures de remise en service avec des checks adaptés pour des raisons de sécurité. Il faudra bien entendu également prendre en compte le facteur humain, alors que certaines compagnies aériennes auront des problèmes sociaux à gérer, du temps partiel au sein de leurs équipes, des mesures de chômage partiel etc...

Quels leviers avez-vous activés pour franchir cette période compliquée ?

Dès le mois de mars, nous avons travaillé sur un plan stratégique pour pouvoir anticiper la situation que nous constatons aujourd'hui. Nous avons alors très vite compris que les besoins en services CAMO allaient augmenter et avons lancé des procédures de formation auprès de nos ingénieurs possédant un background aéronautique et ingénierie de maintenance afin de répondre à la demande. Nous avons ainsi doublé les effectifs de l'équipe CAMO depuis le mois de mars.

Pour pallier la problématique des restrictions sur les déplacements, nous avons également pu nous appuyer sur notre réseau de Field Rep présents tout autour du globe pour pouvoir réaliser des inspections directement sur site et en dépit des contraintes imposées aux frontières. AKKA dispose en effet de nombreux Field Rep à travers le monde pour les besoins d'Airbus et Safran, ce sont des contrats historiques. Nous avons ainsi eu jusqu'à 70 Field Rep repartis un peu partout sur la planète et nous nous sommes reposés sur ceux qui se sont retrouvés sans mission pour réaliser des inspections avion sur place. Cela a constitué un facteur de succès pour notre service de gestion technique d'assets.

Cette décision s'avère aujourd'hui payante, puisque nous avons multiplié par 3 le nombre d'appareils sous notre responsabilité. Nous avons en parallèle accéléré nos actions de diversification vers le marché militaire, notamment dans le domaine du retrofit avion. Nos équipes de modification avion se sont vu confier des études de faisabilité sur des projets concernant des appareils gouvernementaux et certains sont très dimensionnants.

Quelles sont vos priorités pour les mois à venir dans cet environnement tourmenté ?

La priorité numéro 1 est évidemment la sécurité de nos équipes. Nous devons ensuite bien entendu maintenir un niveau d'activité suffisant nous permettant de conserver nos expertises. Du côté des modifications avion, nous accompagnons plusieurs start-ups qui souhaitent pouvoir offrir leurs solutions dès la sortie de crise. Nous nous tenons prêts également pour pouvoir supporter les besoins de reconfigurations cabine qui seront importants dès la reprise du trafic. La réactivité sera clé dans la course au replacement des avions.

Toute activité CAMO sera bien sûr une belle opportunité pour nous, néanmoins nous ciblons tout particulièrement les appareils de dernières générations tels les NEO, l'A350 et le 787, qui sont des appareils avec de multiples composantes software. Outre le fait que ces appareils constituent les assets bénéficiant des valeurs résiduelles les plus élevées, leur niveau d'avancement technologique impose une maîtrise de la gestion des logiciels embarqués très pointue.

Certains loueurs et opérateurs sont en train de découvrir que l'on ne transitionne pas ces types d'avions de la même façon que les appareils dits « Legacy ». On ne gère pas la transition d'un A350 comme celle d'un A330 de 12 ans puisqu'il peut y avoir jusqu'à 400 logiciels à gérer et à mettre à jour côté avion, avec le support de l'avionneur. Notre bureau d'étude est formé sur ces sujets, car ils ont notamment participé au développement de ces appareils. La gestion des LSAP (Loadable Software Airplane Parts) est une expertise forte de nos équipes Airworthiness & Technical Services.

Nous allons d'ailleurs lancer une série de webinars gratuits animés par nos experts très prochainement pour sensibiliser sur ces sujets et accompagner les loueurs et les compagnies aériennes dans leurs transitions.



Pierre-Yves Lazies, Vice President de la branche Aircraft Support & Operations d'AKKA. Photo © AKKA

Romain Guillot
Rédacteur en chef
Cofondateur du Journal de l'Aviation et d'Alertavia


Ils rendent la rubrique MRO & SUPPORT possible
Abonnez-vous dès aujourd'hui au Journal de l'Aviation et prenez de l'altitude sur toute l'actualité aéronautique
L'accès à tous les articles payants du Journal de l'Aviation
La Newsletter Quotidienne en exclusivité
L'accès à l'actualité de la rubrique ALERTAVIA et aux outils de veille (agents, alertes...)
 
Une sélection d'articles réservés aux abonnés
SITA acquiert Asistim et se renforce sur les services de gestion des opérations aériennes Air India introduit une cabine premium economy dans ses Airbus A321neo
Finnair achève le réaménagement de sa flotte long-courrier L'IATA veut structurer le marché du carburant d'aviation durable
Airbus va étendre le nombre d'aéroports accessibles à l'A330neo Les traînées de condensation au coeur de l'attention de l'industrie
« Les Airbus A350 et la classe affaires sont des développements naturels » pour IndiGo, Pieter Elbers, CEO IATA : Plus de 30 milliards de dollars de bénéfices et près de 5 milliards de passagers pour le transport aérien en 2024
Boeing présente son plan d'amélioration de la qualité à la FAA Comment Air France utilise l'intelligence artificielle au jour le jour
21 JUIN 2024
Air Antilles reprend ses vols le 24 juin
21 JUIN 2024
« Le défi de l'armée de l'air et de l'espace est de conserver les gens que nous avons mis du temps à former », général Stéphane Mille, CEMAA
20 JUIN 2024
Plus Ultra va ajouter cinq Airbus A330 à sa flotte
20 JUIN 2024
SITA acquiert Asistim et se renforce sur les services de gestion des opérations aériennes
20 JUIN 2024
Sabena technics fait l'acquisition d'Action Air Environnement et lance une division ISR
Le passager aérien change en France, mais est-ce vraiment une bonne nouvelle ?
« Le défi de l'armée de l'air et de l'espace est de conserver les gens que nous avons mis du temps à former », général Stéphane Mille, CEMAA
« Notre priorité se situe au niveau des techniciens », Nicolas Godé, directeur du centre MRO Avionique de Collins Aerospace à Blagnac
Les articles les plus lus
Airbus Helicopters remporte une commande géante de H225 Super Puma
Airbus va étendre le nombre d'aéroports accessibles à l'A330neo
Le Falcon 6X de Dassault en vedette à EBACE
EBACE : Airbus Corporate Helicopters au beau fixe
Airbus : l'Allemagne va commander des Eurofighter supplémentaires
S'inscrire aux newsletters gratuites du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos lettres d'information par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans les newsletters.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2024 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT