Actualité aéronautique Industrie & Technologie Les autorités éthiopiennes présentent le rapport préliminaire sur l'accident du 737 MAX

Les autorités éthiopiennes présentent le rapport préliminaire sur l'accident du 737 MAX

Léo Barnier
Publié 05/04/2019 | 755 mots
Les autorités éthiopiennes présentent le rapport préliminaire sur l'accident du 737 MAX
Un 737 MAX d'Ethiopian Airlines. © Boeing
Les attentes étaient nombreuses autour du rapport préliminaire d'enquête sur l'accident du Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines. Sa publication le 4 avril par le Bureau d'enquête sur les accidents d'avion (AIB) éthiopien a permis de retracer le déroulé du 10 mars et d'avancer de premières constatations. La plus significative semble être le respect par l'équipage de la procédure édictée par Boeing en cas d'emballement du stabilisateur, l'avion ayant subi quatre actions à piquer automatiques dans un contexte de décalage important entre les données d'angle d'attaque (AOA) fournies par les deux sondes d'incidences.

Après avoir établi que l'appareil possédait un certificat de navigabilité valide et que l'équipage détenait la licence et les qualifications nécessaires pour effectuer le vol, le rapport indique que le décollage s'est déroulé dans des conditions apparemment normales et que les valeurs des sondes d'incidences étaient alors cohérentes.

Le décalage entre les informations fournies par chacune d'elles est apparu moins d'une minute après. La valeur de la sonde gauche a diminué à 11,1° avant d'augmenter à 35,7°, tandis que la valeur de la sonde droite indiquait 14,94°. L'écart s'est ensuite accentué, avec 74,5° à gauche contre 15,3° à droite. Cette incohérence a entraîné le déclenchement du « vibreur » de manche, qui alerte les pilotes d'un risque de décrochage. Celui-ci est resté actif jusqu'à la fin.

Le pilote automatique a été engagé un peu plus d'une minute après le décollage, à une altitude de 1 000 pieds (300 m), bien que deux alarmes aient été enregistrées par les boîtes noires. Le rapport indique qu'il y a alors eu des oscillations de roulis de faible amplitude accompagnées d'une accélération latérale, d'oscillations de la gouverne de direction et de légers changements de cap. Une vingtaine de secondes après, l'équipage a aussi enclenché la rentrée complète des volets.

Actions automatiques

Les oscillations se sont poursuivies après le désengagement du pilote automatique au bout de 33 secondes de fonctionnement. C'est à partir de ce moment que l'enregistreur de données de vol numérique (DFDR) a enregistré par quatre fois une commande automatique de compensation à piquer (aircraft nose down - AND) sans intervention des pilotes, ce qui a entraîné trois actionnements du stabilisateur. Elles se sont déroulées en un peu plus de trois minutes, entraînant l'arrêt de la phase de montée, puis la descente de l'appareil.

Ces quatre commandes sont a priori dues à l'activation du système MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) au centre des attentions depuis le début de l'enquête, comme l'a lui-même signifié Dennis Muilenburg, PDG de Boeing : « Aujourd'hui, avec la publication du rapport d'enquête préliminaire concernant l'accident du vol 302 d'Ethiopian Airlines, il apparaît de façon évidente que dans les deux vols (avec vol du Lion Air 610, NDLR), le système de contrôle automatisé de l'assiette MCAS s'est activé en réponse aux informations erronées transmises par les sondes d'incidence. »

L'enregistreur de vol indique que l'équipage a tenté de les contrer à l'aide des commandes de compensateur manuelles et électriques. Surtout le rapport établit que les pilotes ont a appliqué la checklist en cas d'emballement du stabilisateur, avec la mise en position de déconnexion des interrupteurs du compensateur de stabilisateur et la confirmation que les actions manuelles sur le compensateur ne fonctionnaient pas (où tout du moins que la force exercée par l'équipage sur les roues du trim n'était pas suffisante).

Correctif à venir

Boeing a d'ailleurs rappelé qu'il travaillait actuellement à ce que l'activation involontaire du MCAS ne se reproduise plus, avec une mise à jour logicielle qui doit aussi garantir que les pilotes aient toujours la possibilité de neutraliser le système et de reprendre manuellement le contrôle de l'avion. Le constructeur indique aussi qu'un programme d'instruction complet et une formation supplémentaire seraient mis en place pour les pilotes de 737 MAX.

Ces modifications du système devront être approuvées par l'Administration fédérale américaine de l'aviation (FAA) - qui a déjà rejeté un correctif intermédiaire - avant de pouvoir être appliquées opérationnellement. En attendant, la flotte de 737 MAX devrait rester clouée au sol, avec tout ce que cela implique pour Boeing et les compagnies aériennes concernées.
Léo Barnier
Journaliste spécialisé
Industrie & Technologie, Equipements, MRO


Les articles dans la même thématique
17 AVR. 2019 Avions d'affaires
Comac se lance dans le VVIP avec le CBJ Comac se lance dans le VVIP avec le CBJ
Comme Airbus, Boeing, Sukhoi ou Embraer avant lui, Comac s'attaque au marché de l'aviation d'affaires. Le 16 avril, lors du salon ABACE 2019 à Shanghai, ... Lire la suite
L3 et AVX présentent leur concept d'hélicoptère co-axial L3 et AVX présentent leur concept d'hélicoptère co-axial
L3 Technologies et AVX Aircraft ont levé le voile sur leur concept d'hélicoptère, proposé dans le cadre du programme FARA (Future attack reconnaissance aircraft) mené ... Lire la suite
L'incertain rêve américain de l'E175-E2 d'Embraer L'incertain rêve américain de l'E175-E2 d'Embraer
Si l'E195-E2 tient le haut de l'affiche en ce mois d'avril, le flou règne autour de l'E175-E2. Depuis le troisième trimestre 2018, le plus petit ... Lire la suite
16 AVR. 2019 Avions commerciaux
Triple certification pour l'E195-E2 d'Embraer Triple certification pour l'E195-E2 d'Embraer
La famille des E-Jets de deuxième génération signe la passe de deux. Le 15 avril, Embraer a annoncé la certification de type (TC) de l'E195-E2, ... Lire la suite
Dassault se détache de SABCA
A l'occasion de la publication de ses résultats annuels, SABCA (Société anonyme belge de constructions aéronautiques) a annoncé la volonté de Dassault Aviation Belgique (filiale à 100% du Groupe industriel Marcel Dassault) de se séparer ... Lire la suite
Dans la rubrique Industrie & Technologie, la Rédaction vous recommande
Aménagement cabine : Pourquoi Airbus a étendu son Customer Definition Centre aux A320 et A330 Les autorités éthiopiennes présentent le rapport préliminaire sur l'accident du 737 MAX
La Chine s'engage sur 300 Airbus L'Onera se renforce dans la lutte contre le givre
Heli-Expo 2019 : Airbus Helicopters passe la cinquième sur le H145 Sikorsky lance les S-92A+ et S-92B à Heli-Expo 2019
12h06 Norwegian dépose un préavis de grève pour les 24, 25 et 26 avril à Roissy
19/04 ArianeGroup, l'ESA et HEC Paris s'allient pour étudier l'économie de l'espace
19/04 Représentativité, retraite : les pilotes inquiets alertent le gouvernement
19/04 Camair-Co : Une année 2019 en zone de turbulences
19/04 Vivez le grand frisson avec Sport-Découverte
18/04 Cinquantième rotation au-dessus des pays baltes
19 AVR. 2019
Philippe Bohn n'est plus le directeur général d'AIR SENEGAL. L'annonce a été faite ce vendredi 19 avril. Difficile pour l'instant de dire s'il s'agit d'un limogeage ou d'une démission. Le Sénégalais Ibrahima Kane, l'actuel directeur du Fonds souverain d'investissements stratégiques, est pressenti pour le remplacer. Philippe Bohn avait été nommé à la tête d'AIR SENEGAL le 10 Août 2017 en remplacement du Sénégalais Mamadou Lamine Sow.
19 AVR. 2019
Le CNES et l'ESA intègrent pour un an le programme Fab Force d'ORANGE SILICON VALLEY (OSV), filiale du groupe Orange implantée à San Francisco. Ce partenariat doit leur permettre d'accéder à l'écosystème de start-up de la Silicon Valley et de créer des échanges dans le but de développer de nouvelles approches technologiques.
19 AVR. 2019
EMBRAER annonce que son Praetor 600 a reçu sa certification par l'agence brésilienne ANAC. Le jet d'affaires de taille super-intermédiaire avait été lancé en octobre 2018 à la convention NBAA-BACE. Il a même dépassé son cahier des charges, étant capable de parcourir plus de 4 000 nm (7 450 km) et de décoller plus court que prévu, sur des pistes de 4 436 pieds (1 352 m).
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Data Analytics : la bataille entre OEM et sociétés de maintenance va s'intensifier
Entretien avec le PDG d'easyJet, Johan Lundgren
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus