Actualité aéronautique Industrie & Technologie Des résultats solides pour Airbus en 2018, portés par la hausse des livraisons d'avions commerciaux

Des résultats solides pour Airbus en 2018, portés par la hausse des livraisons d'avions commerciaux

Romain Guillot et Helen Chachaty à Toulouse
Publié 14/02/2019 | 966 mots
Des résultats solides pour Airbus en 2018, portés par la hausse des livraisons d'avions commerciaux
(de gauche à droite) Guillaume Faury, Président d’Airbus Commercial Aircraft, Tom Enders, CEO d’Airbus et Harald Wilhelm, Directeur financier d’Airbus. Photo © Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés
Airbus vient de publier de solides résultats financiers pour l'année 2018, atteignant les objectifs fixés un an plus tôt. Les livraisons record d'avions commerciaux au cours du quatrième trimestre ont particulièrement payé, le groupe annonçant un chiffre d'affaires consolidé de 63,707 milliards d'euros, en augmentation de 8% par rapport à l'année précédente.

L'EBIT ajusté consolidé atteint 5,834 milliards d'euros, en progression de 83% par rapport à 2017, reflétant là aussi la bonne santé de l'ensemble des activités du groupe et en particulier pour la branche Commercial Aircraft (EBIT ajusté de 4,808 milliards d'euros, en progression de 102% par rapport à l'exercice précédent).

Les avions commerciaux d'Airbus tirent la croissance du groupe

Malgré la triste nouvelle de l'abandon de la production de l'A380 en 2021, « une décision pénible » pour Tom Enders, président exécutif d'Airbus, les résultats de la branche dédiée aux avions commerciaux tirent une nouvelle fois la croissance de l'ensemble du groupe aéronautique européen. Airbus a en effet livré 800 appareils l'année dernière, battant son précédent record de 2017 (718) : 626 monocouloirs de la famille A320 (68 de plus qu'en 2017) dont 386 monocouloirs remotorisés (205 de plus qu'en 2017), 46 A330 (67 en 2017) et trois A330neo (les premiers), 93 A350 (quinze de plus qu'en 2017, dont les premiers -900ULR), douze A380 (quinze en 2017) ainsi que vingt A220. A noter que le programme A220 (ex-CSeries) est désormais totalement intégré au périmètre Airbus depuis le 1er juillet dernier, date de la mise en place de la Société en commandite Avions CSeries (CSALP) avec Bombardier et Investissement Québec.

Le chiffre d'affaires de la branche a ainsi atteint les 47,970 milliards d'euros en 2018, en progression de 10% sur un an. Selon Airbus, la forte amélioration de la rentabilité s'explique par la combinaison de plusieurs facteurs : maturité de la production et meilleur effet prix pour l'A350 d'une part et montée en cadence et augmentation des prix pour la famille A320neo d'autre part. En revanche, le programme A380 aura eu un impact négatif net de 463 millions d'euros l'année dernière.

Pour Guillaume Faury, actuel président d'Airbus Commercial Aircraft qui prendra les commandes du groupe aéronautique européen en avril, le principal défi d'Airbus sera de poursuivre les montées en cadences de la gamme, et en particulier celle des monocouloirs de la famille A320ceo/neo. Airbus doit atteindre les 60 exemplaires par mois à partir de la mi-2019, puis les pousser à 63 appareils par mois en 2021.

Il faut dire que même si le book-to-bill a été inférieur à 1 en 2018 avec 747 commandes nettes (valeur de 41,5 milliards d'euros), le carnet de commandes atteignait les 7 577 appareils restant à livrer au 31 décembre 2018, en comptabilisant les 480 A220.

Airbus prévoit ainsi de livrer entre 880 et 890 appareils commerciaux en 2019, un nouveau record qui reste comparable aux objectifs de son concurrent Boeing (entre 895 et 905 avions en comptant les variantes militarisées des appareils commerciaux).

Airbus Defence & Space toujours pénalisée par l'A400M

La branche Defence & Space de l'avionneur affiche un chiffre d'affaires à 11, 06 milliards d'euros pour l'année 2018, en hausse par rapport à l'année précédente (+ 4%), une augmentation « soutenue » par les divisions Space systems et Military aircraft. Les prises de commandes pour les voilures fixes militaires s'élèvent à 8,44 milliards d'euros, résultant notamment de la signature des contrats Eurofigher pour le Qatar (24 exemplaires) et de quatre A330 MRTT (trois pour la France, un pour la Belgique dans le cadre du pool MMF), ainsi que deux satellites de télécommunication. Le carnet de commandes atteint quant à lui les 35,32 milliards d'euros.

Malgré d'assez bons résultats, les inquiétudes persistent, encore et toujours, à propos du programme A400M, dont la facture ne cesse de s'allonger. Une charge supplémentaire nette de 436 millions d'euros a été annoncée, qui vient s'ajouter aux précédentes provisions, à savoir 1,3 milliard d'euros en 2017. Le calendrier des livraisons a été honoré avec dix-sept livraisons, « il fallait souligner cette performance », nous a-t-on confié. Quant à la renégociation du contrat, entamée en février 2018 entre Airbus, l'OCCAR (Organisation conjointe pour la coopération en matière d'armement) et les nations clientes, elle a été clôturée fin décembre et doit à présent faire l'objet de l'approbation des gouvernements respectifs. Malgré tout, « des risques demeurent », indique l'avionneur dans son communiqué, notamment en raison des perspectives de vente à l'export, qui sont pour l'instant quasi-inexistantes.

La renégociation du contrat A400M devrait être finalisée « au cours des prochains mois », indique Airbus. Les discussions entre l'OCCAR, l'avionneur et les nations clientes avaient débuté en février 2018, avec l'objectif de remettre à plat le calendrier des livraisons des avions et des capacités tactiques. La date butoir avait été fixée à fin décembre, l'objectif a été atteint, c'est à présent aux gouvernements concernés de ratifier l'accord final.

Un bilan stable pour les hélicoptères malgré un environnement encore difficile

Du côté des voilures tournantes, Airbus Helicopters termine l'année 2018 avec un chiffre d'affaires de 5,93 milliards d'euros, en baisse de 6% par rapport à l'année précédente (6,34 milliards d'euros). Les prises de commandes nettes s'élèvent 6,34 milliards d'euros. Les livraisons de l'année passée ont connu une légère baisse par rapport à 2017 et plafonnent à 356 appareils (contre 409). Les commandes ont quant à elles augmenté et sont passées de 350 appareils en 2017 à 413 pour 2018, réparties entre 158 clients de 47 pays. Le H125 a atteint 162 commandes, suivi du H145 avec 121 commandes. Les différents clients ont également commandé des H130 (33), NH90 (29), H135 (27), Super Puma (dix-sept), H160 (quinze), Dauphin (cinq) et H175 (quatre). L'hélicoptériste affiche 54% de part de marché sur l'échiquier mondial.
Helen Chachaty
Journaliste spécialisée
Défense, MCO


Les articles dans la même thématique
Premiers tirs d'expérimentation pour le Meteor sur Rafale Premiers tirs d'expérimentation pour le Meteor sur Rafale
L'armée de l'air et la Marine nationale ont débuté la campagne d'expérimentations du Meteor sur Rafale. Les deux premiers tirs ont eu lieu le 13 ... Lire la suite
15 FEV. 2019 Industrie & Technologie
Bombardier se rétablit au détriment de ses avions commerciaux Bombardier se rétablit au détriment de ses avions commerciaux
Largement en difficulté ces dernières années, Bombardier a signé une performance financière encourageante en 2018. Le 14 février, le constructeur canadien a ainsi présenté des ... Lire la suite
Objectif export pour l'A400M Objectif export pour l'A400M
« Alle Jahre wieder »*, chante-t-on à Noël en Allemagne... Lors de la conférence des résultats annuels, Airbus a une nouvelle fois annoncé une charge supplémentaire liée ... Lire la suite
Etihad veut annuler 42 Airbus A350 Etihad veut annuler 42 Airbus A350
Les difficultés d'Etihad continuent et la compagnie restructure son carnet de commandes. Après avoir annulé dix A321neo à la fin de l'année dernière, la compagnie ... Lire la suite
14 FEV. 2019 Avions commerciaux
Airbus annonce la fin de la production de l'A380 pour 2021 Airbus annonce la fin de la production de l'A380 pour 2021
Le couperet est tombé. La compagnie Emirates a décidé d'annuler la livraison de ses 39 derniers A380 en commande au profit de 70 nouveaux biréacteurs ... Lire la suite
Dans la rubrique Industrie & Technologie, la Rédaction vous recommande
Boeing et Safran se retrouvent dans Initium Aerospace Bombardier lance le CRJ550 avec United Airlines
A380 : Airbus et Emirates discutent du sort de la dernière commande ATR, la stabilité plutôt que la croissance
Boeing dépasse les 100 milliards de chiffre d'affaires et vise les 900 livraisons en 2019 EDTO : L'Airbus A330-900 certifié au-delà de l'ETOPS 180mn
20h12 Brexit : la compagnie aérienne britannique flybmi met la clé sous la porte
15/02 Premiers tirs d'expérimentation pour le Meteor sur Rafale
15/02 Le Groupe ADP devient le plus grand groupe aéroportuaire du monde
15/02 Ciel unique africain : déjà 28 Etats signataires, mais encore des réticences
15/02 Finnair ralentie par la concurrence et le prix du carburant en 2018
15/02 Bombardier se rétablit au détriment de ses avions commerciaux
15 FEV. 2019
La campagne d'expérimentation du missile air-air Meteor de MBDA a débuté, avec la réalisation de deux tirs le 13 février, depuis des Rafale Air et Marine. Les essais d'intégration se sont tenus entre 2015 et 2017. Le missile est intégré au standard F3-R du Rafale, mais il peut également équiper le Gripen, l'Eurofighter ou encore le F-35. Une première commande a été passée en 2010 pour 200 exemplaires, le Projet de loi de finances 2019 prévoit une commande de 60 missiles et la livraison de 31 Meteor.
15 FEV. 2019
EMIRATES annonce la nomination de CEDRIC RENARD en tant que nouveau Directeur Général France. Il remplace THIERRY DE BAILLEUL qui quitte EMIRATES pour de nouvelles opportunités de carrière. CEDRIC RENARD occupait précédemment le poste de Directeur des Ventes France pour la compagnie de Dubaï.
15 FEV. 2019
Le GROUPE ADP annonce être devenu le numéro un mondial de la gestion aéroportuaire, grâce aux 281,4 millions de passagers qui ont transité dans ses aéroports en 2018 (+7,6%), dont 105,3 millions à Paris. Le chiffre d'affaires du groupe gagne 23,8% à 4,48 milliards d'euros et le résultat net 6,9% à 610 millions d'euros.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Air France-KLM en mouvement perpétuel
Comment Manitou innove pour les besoins de la maintenance aéronautique
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus