Actualité aéronautique Industrie & Technologie Airbus annonce la fin de la production de l'A380 pour 2021

Airbus annonce la fin de la production de l'A380 pour 2021



Emirates a annulé ses 39 derniers Airbus A380 en échange de 80 biréacteurs gros-porteurs A330neo et A350
Romain Guillot à Toulouse
Publié 14/02/2019 | 805 mots
Airbus annonce la fin de la production de l'A380 pour 2021
Emirates réceptionnera ses 14 derniers A380 d'ici 2021, date de la fin de la production du Super Jumbo. Photo © Emirates
Le couperet est tombé. La compagnie Emirates a décidé d'annuler la livraison de ses 39 derniers A380 en commande au profit de 70 nouveaux biréacteurs gros-porteurs produits par l'avionneur européen, à savoir 40 A330neo (A330-900) et 30 A350 XWB (A350-900). Ces nouveaux appareils sont respectivement livrables à partir de 2021 et 2024.

La décision de la compagnie de Dubaï est suivie d'une autre décision stratégique pour Airbus qui a décidé de mettre un terme à la production de son Super Jumbo en 2021, date à laquelle Emirates réceptionnera son dernier exemplaire. Emirates est de très loin le plus important opérateur d'A380 au monde avec 109 exemplaires en flotte. La compagnie doit encore réceptionner 14 exemplaires au cours des deux prochaines années.

« La conséquence de cette décision est que notre carnet de commandes n'est plus suffisant pour nous permettre de maintenir la production de l'A380, et ce, malgré tous nos efforts de ventes auprès d'autres compagnies ces dernières années. Cela mettra un terme aux livraisons d'A380 en 2021 », a déclaré Tom Enders, Président exécutif (CEO) d'Airbus.

Pour Guillaume Faury, Président d'Airbus Commercial Aircraft et futur Président exécutif d'Airbus à compter du mois d'avril, « L'A380 est l'étendard d'Emirates et a contribué à son succès pendant plus de dix ans. Même si nous regrettons la décision de la compagnie aérienne, le choix de l'A330neo et de l'A350 pour assurer sa croissance future est un formidable gage de reconnaissance pour notre famille extrêmement compétitive de gros-porteurs ».

La fin du programme A380 va cependant avoir des répercutions sociales, Airbus indiquant qu'entre 3000 et 3500 de ses salariés pourront être affectés même si les montées en cadences des monocouloirs de la famille A320 et l'ajout des nouveaux gros-porteurs d'Emirates au backlog pourront offrir de nombreuses possibilités de mobilité en interne.

Airbus a également assuré que le support de la flotte d'A380 continuera naturellement à être fourni aux opérateurs durant les nombreuses années restantes.

Jamais vraiment limpides, les perspectives de l'A380 s'étaient considérablement assombries depuis quelques mois. La sortie de flotte des quatre premiers A380 de Singapore Airlines au bout de douze ans de service et le démantèlement de deux d'entre eux avaient déjà terni le programme, même si la reprise des deux autres par HiFly était une bonne nouvelle et que la présentation du premier avait fait sensation à Farnborough.

Est ensuite survenue cette annonce de la reprise des négociations avec Emirates au sujet de la dernière commande de (jusqu'à) 36 appareils, provoquée par un échec des discussions avec Rolls-Royce sur la motorisation. Puis l'effacement des huit derniers Super Jumbo de Qantas du carnet de commandes, un nouveau coup symbolique même si la compagnie australienne avait annoncé depuis longtemps qu'elle ne les prendrait jamais.

Et enfin, cette interview d'Akbar Al-Baker cette semaine, dans laquelle il annonce le retrait des dix A380 de la flotte de Qatar Airways au bout de dix ans de service - c'est-à-dire à partir de 2024 - avec cette déclaration : « nous ne voyons aucune opportunité sur le marché de seconde main. Il y a des A380 de Singapore Airlines dont personne ne veut et, cette année, il y aura également des avions d'Emirates sur le marché de l'occasion. »

Seul le groupe IAG conservait encore de l'intérêt pour le programme mais Willie Walsh, son PDG, a toujours refusé de s'engager sur de nouveaux exemplaires tant qu'Airbus ne ferait pas d'effort sur les prix.

La fin de l'A380 marque la fin des quadriréacteurs de transport de passagers

Réussite technologique ayant propulsé Airbus à l'égal de Boeing, le programme A380 était devenu difficile à vendre ses dernières années, conséquence inévitable des progrès apparus sur les biréacteurs long-courriers de grande capacité.

La dernière génération de Boeing 747, le 747-8I en a fait aussi les frais, l'avionneur américain n'ayant plus aucun exemplaire de la version passage à livrer, à l'exception des appareils déjà produits qui assureront le rôle d'Air Force One aux Etats-Unis.

Les appareils de type A350-1000 chez Airbus, ou 777X chez Boeing vont ainsi devenir les vaisseaux amiraux des deux rivaux pour les prochaines décennies, assurant le remplacement des actuels appareils de 300 à 400 sièges. Reste donc à savoir où se situera le véritable coeur du marché des appareils de grande capacité. Car l'abandon du programme A380 peut aussi être une bonne nouvelle pour Boeing et en particulier pour son 777-9.

La guerre des très gros biréacteurs ne fait que commencer.

Romain Guillot
Rédacteur en chef
Cofondateur du Journal de l'Aviation et d'Alertavia


Les articles dans la même thématique
Premiers tirs d'expérimentation pour le Meteor sur Rafale Premiers tirs d'expérimentation pour le Meteor sur Rafale
L'armée de l'air et la Marine nationale ont débuté la campagne d'expérimentations du Meteor sur Rafale. Les deux premiers tirs ont eu lieu le 13 ... Lire la suite
15 FEV. 2019 Industrie & Technologie
Bombardier se rétablit au détriment de ses avions commerciaux Bombardier se rétablit au détriment de ses avions commerciaux
Largement en difficulté ces dernières années, Bombardier a signé une performance financière encourageante en 2018. Le 14 février, le constructeur canadien a ainsi présenté des ... Lire la suite
Objectif export pour l'A400M Objectif export pour l'A400M
« Alle Jahre wieder »*, chante-t-on à Noël en Allemagne... Lors de la conférence des résultats annuels, Airbus a une nouvelle fois annoncé une charge supplémentaire liée ... Lire la suite
Etihad veut annuler 42 Airbus A350 Etihad veut annuler 42 Airbus A350
Les difficultés d'Etihad continuent et la compagnie restructure son carnet de commandes. Après avoir annulé dix A321neo à la fin de l'année dernière, la compagnie ... Lire la suite
Des résultats solides pour Airbus en 2018, portés par la hausse des livraisons d'avions commerciaux Des résultats solides pour Airbus en 2018, portés par la hausse des livraisons d'avions commerciaux
Airbus vient de publier de solides résultats financiers pour l'année 2018, atteignant les objectifs fixés un an plus tôt. Les livraisons record d'avions commerciaux au ... Lire la suite
Dans la rubrique Industrie & Technologie, la Rédaction vous recommande
Boeing et Safran se retrouvent dans Initium Aerospace Bombardier lance le CRJ550 avec United Airlines
A380 : Airbus et Emirates discutent du sort de la dernière commande ATR, la stabilité plutôt que la croissance
Boeing dépasse les 100 milliards de chiffre d'affaires et vise les 900 livraisons en 2019 EDTO : L'Airbus A330-900 certifié au-delà de l'ETOPS 180mn
20h12 Brexit : la compagnie aérienne britannique flybmi met la clé sous la porte
15/02 Premiers tirs d'expérimentation pour le Meteor sur Rafale
15/02 Le Groupe ADP devient le plus grand groupe aéroportuaire du monde
15/02 Ciel unique africain : déjà 28 Etats signataires, mais encore des réticences
15/02 Finnair ralentie par la concurrence et le prix du carburant en 2018
15/02 Bombardier se rétablit au détriment de ses avions commerciaux
15 FEV. 2019
La campagne d'expérimentation du missile air-air Meteor de MBDA a débuté, avec la réalisation de deux tirs le 13 février, depuis des Rafale Air et Marine. Les essais d'intégration se sont tenus entre 2015 et 2017. Le missile est intégré au standard F3-R du Rafale, mais il peut également équiper le Gripen, l'Eurofighter ou encore le F-35. Une première commande a été passée en 2010 pour 200 exemplaires, le Projet de loi de finances 2019 prévoit une commande de 60 missiles et la livraison de 31 Meteor.
15 FEV. 2019
EMIRATES annonce la nomination de CEDRIC RENARD en tant que nouveau Directeur Général France. Il remplace THIERRY DE BAILLEUL qui quitte EMIRATES pour de nouvelles opportunités de carrière. CEDRIC RENARD occupait précédemment le poste de Directeur des Ventes France pour la compagnie de Dubaï.
15 FEV. 2019
Le GROUPE ADP annonce être devenu le numéro un mondial de la gestion aéroportuaire, grâce aux 281,4 millions de passagers qui ont transité dans ses aéroports en 2018 (+7,6%), dont 105,3 millions à Paris. Le chiffre d'affaires du groupe gagne 23,8% à 4,48 milliards d'euros et le résultat net 6,9% à 610 millions d'euros.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Air France-KLM en mouvement perpétuel
Comment Manitou innove pour les besoins de la maintenance aéronautique
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus