Actualité aéronautique Industrie & Technologie Boeing rattrapé par de nouveaux coûts du tanker KC-46

Boeing rattrapé par de nouveaux coûts du tanker KC-46

AFP
Publié 25/07/2018 | 731 mots

L'avionneur Boeing est affecté par de nouvelles charges de 418 millions de dollars liées à de nouveaux coûts de l'avion ravitailleur KC-46, dont le premier exemplaire doit être livré en octobre au Pentagone avec plus de deux ans de retard.

Ces coûts inattendus, auxquels s'ajoute une charge de 8 millions de dollars dans l'activité des services, affectaient le titre à Wall Street, où il perdait 3,35% dans les premiers échanges.

Ils sont liés à des changements effectués dans ce tanker lors de six vols d'essais, dont un actualisé des logiciels, et à des coûts inattendus au moment de la certification de l'appareil, explique Boeing, qui a signé récemment un protocole d'accord pour s'emparer des activités civiles de l'avionneur brésilien Embraer pour 3,8 milliards de dollars.

La conception et la production de l'avion ravitailleur KC-46 ont accumulé les déboires et les retards, qui se sont matérialisés en de nombreuses charges, estimées à plus de 3 milliards de dollars à ce jour.

Le calendrier actualisé prévoyait une première livraison de cet appareil, version militaire de l'avion de ligne 767, en août 2017 à l'armée américaine, qui a octroyé un contrat de 2,8 milliards de dollars à l'avionneur pour 18 appareils.

Pour honorer cet engagement, Boeing a rénové ses usines afin d'en améliorer la productivité mais différents problèmes techniques sont apparus, ce qui pousse l'avionneur à renoncer à son objectif d'accroître les marges de ses activités militaires (BDS).

La marge opérationnelle pour 2018 ne sera désormais plus comprise qu'entre 10% et 10,5% contre 11% auparavant. Elle est ressortie à 9,3% au deuxième trimestre.

Les difficultés du tanker jettent une ombre sur une performance trimestrielle solide, le constructeur engrangeant les fruits de son offensive dans les services (maintenance des appareils...) et continuant à tirer profit de la forte demande pour les avions commerciaux.

La chute des prix du pétrole en 2014 avait incité un grand nombre de compagnies aériennes à renouveler leur flotte, notamment pour les transporteurs de pays émergents.

Et la demande n'a pas faibli depuis. Boeing a ainsi enregistré de nouvelles commandes d'Ethiopian Airlines et de Xiamen.

- Prudence ? -

Le bénéfice net du constructeur aéronautique a flambé de 25,5%, à 2,2 milliards de dollars au deuxième trimestre, pour un chiffre d'affaires de 24,25 milliards de dollars, en hausse de 5,2%, contre 24,04 milliards anticipés.

Les flux de trésorerie, qui déterminent la rémunération des actionnaires, sont ressortis à 4,3 milliards de dollars, soit 2,2 milliards de plus que ce qui était anticipé, grâce principalement à une réduction significative des coûts du programme 787.

Boeing s'est engagé à reverser aux actionnaires une grande partie de cet argent et a ainsi procédé au rachat pour 3 milliards de dollars de ses actions et verser des dividendes d'un montant total d'un milliard.

"La croissance continue des services (...) et une solide performance dans nos activités commerciales, ainsi que de bonnes perspectives pour le marché nous encouragent à relever notre objectif de revenus", a souligné le PDG Dennis Muilenburg.

Le groupe de Chicago a relevé d'un milliard de dollars la prévision de ses revenus annuels, s'attendant désormais à un chiffre d'affaires compris entre 97 et 99 milliards de dollars.

Cette décision suggère que la demande d'avions de ligne ne sera sans doute pas plombée à court terme par le conflit commercial enclenché par le président Donald Trump contre les partenaires économiques des Etats-Unis, Chine, Union européenne, Canada et Mexique en tête.

Boeing pourrait en être une des grandes victimes parce qu'il assemble une grande partie de ses avions aux Etats-Unis, avec des pièces fournies par des équipementiers répartis à travers le globe.

L'avionneur a en outre maintenu inchangé son objectif de livrer entre 810 et 815 appareils civils cette année, ce qui suggère qu'il a confiance que sa chaîne d'approvisionnement pourra suivre le rythme de ses augmentations de cadence de production.

Les experts de Briefing.com s'étonnent toutefois du fait que Boeing n'ait pas relevé sa prévision de bénéfices, une décision "qui peut amener à penser que la direction est prudente pour le second semestre", estiment-ils.

Les articles dans la même thématique
IL Y A 18 HEURES Industrie & Technologie
Le trafic passagers toujours en hausse
La demande dans le secteur passagers a augmenté de 7,8% en juin par rapport au même mois de l'année précédente, indique l'Association internationale du transport aérien. Le premier semestre 2018 s'est achevé sur une croissance ... Lire la suite
Nouveau record pour le Zephyr Nouveau record pour le Zephyr
Airbus Defence & Space annonce le succès du vol inaugural de son « pseudolite » Zephyr S, qui s'est posé 25 jours, 23 heures et ... Lire la suite
Photo : Air China réceptionne son premier Airbus A350-900 Photo : Air China réceptionne son premier Airbus A350-900
Airbus a livré le premier des dix A350-900 destinés à Air China. Avec une capacité de 312 places, MSN 167 dispose d'une configuration tri-classe, avec ... Lire la suite
Bombardier valide le Q400 de 90 places Bombardier valide le Q400 de 90 places
Dans la grande compétition que se livre ATR et Bombardier sur le marché des turbopropulseurs, le seuil des 90 sièges est longtemps apparu comme le ... Lire la suite
L'A400M allemand apte aux évacuations médicales L'A400M allemand apte aux évacuations médicales
L'Allemagne dispose à présent de la capacité d'évacuation aéromédicale à bord d'un A400M. Le premier kit « Intensive care aeromedical evacuation » (ICAE) a été ... Lire la suite
Dans la rubrique Industrie & Technologie, la Rédaction vous recommande
Bombardier valide le Q400 de 90 places Stephan Miegel (Airbus DS) : « Tout le monde attend d'en apprendre plus sur SmartForce »
Farnborough 2018 : le MRJ a désormais accompli 50% de ses essais en vol Le BelugaXL d'Airbus décolle pour la première fois
Farnborough 2018 : les commandes d'avions commerciaux du salon Farnborough 2018 : Thales fait un pas de plus vers l'avion autonome
14/08 Le trafic passagers toujours en hausse
14/08 La fermeture de la base d'Incirlik pourrait coûter cher à Ankara
14/08 Les pilotes de KLM menacent également de faire grève
13/08 Le fret aérien poursuit une croissance au ralenti
11/08 Un mécanicien "suicidaire" vole un Q400 et s'écrase dans la baie de Seattle
10/08 Sichuan Airlines reçoit son premier A350
17 Alertes depuis 7 jours, 258 depuis 1 mois

Alertavia, édité par le Journal de l'Aviation,
est déjà l'une des principales sources
d'actualité aéronautique
en langue française
IL Y A 16 HEURES
Brendan Curran a été nommé au poste de directeur de la division AvionX de BOEING, division créée pour pérenniser le développement et la production des systèmes avionique et électriques.
IL Y A 16 HEURES
Le président des États-Unis Donald Trump a signé le 13 août le budget 2019 du département de la Défense, qui se monte à 717 milliards de dollars. Celui-ci prévoit entre autres une hausse des soldes de militaires de 2,6% ainsi qu'une augmentation des effectifs dans les trois armées.
10 AOUT 2018
CAE a été sélectionné par la Royal New Zealand Air Force pour fournir un simulateur NH90. Le système CAE700MR (Mission reality) sera livré en 2020, il a notamment été présenté au Salon de Farnborough.
ALERTAVIA, la nouvelle plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels du secteur aéronautique et spatial.

Farnborough 2018 : un salon aux deux visages
Farnborough 2018 : Entretien exclusif avec David Dufrenois, Directeur des ventes de l'Airbus A220
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus