Actualité aéronautique Industrie & Technologie Airbus et Bombardier vers de nouveaux horizons avec la CSeries

Airbus et Bombardier vers de nouveaux horizons avec la CSeries

AFP
Publié 17/10/2017 | 743 mots

Avec le couteau de Boeing sous la gorge, Bombardier a cédé à Airbus le contrôle de son programme aéronautique CSeries, mettant fin à ses ambitions de s'imposer seul face aux deux géants américain et européen.

"Je suis triste mais en même temps rassuré", car au-delà de cette question, "tout le monde est gagnant dans cet accord", a dit à l'AFP Mehran Ebrahimi, spécialiste de l'aéronautique à l'Université du Québec à Montréal.

L'avionneur européen a annoncé un spectaculaire rapprochement avec le groupe canadien en prenant 50,01% de l'entité qui gère le programme de l'avion CSeries (100 à 150 places), au moment où Bombardier se trouve dans une situation financière périlleuse.

"Le programme de la CSeries n'est pas mort" et il va plutôt connaître un essor sur le plan commercial "avec la puissance marketing colossale d'Airbus", prédit M. Ebrahimi.

Succès sur le plan industriel, cet avion, premier monocouloir de conception entièrement nouvelle depuis plus de 25 ans, tardait cependant à rencontrer le succès commercial.

Mis en service à l'été 2016, après des coûts de développement de plus de 5,4 milliards de dollars américains, le CSeries n'a jusqu'à maintenant été commandé qu'à 360 exemplaires.

Qui plus est, une commande de 75 appareils de la compagnie américaine Delta était menacée depuis l'imposition de droits punitifs sur l'avion par le gouvernement américain.

En pleine renégociation de l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna) entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique, les autorités américaines ont imposé, sous la pression de Boeing, des droits compensatoires de 220% sur ce type d'avions importés sur leur sol, ainsi qu'une taxe antidumping de 80%.

Même si ces droits restent à confirmer, ils avaient de facto "fermé l'accès au marché américain" pour Bombardier, a estimé la ministre québécoise de l'économie, Dominique Anglade.

Le rapprochement Airbus/Bombardier vient régler ce problème car le géant européen prévoit d'ouvrir une seconde ligne d'assemblage pour les avions de la CSeries vendus aux Etats-Unis à ses installations de Mobile, en Alabama (sud des Etats-Unis).

"La CSeries sera assemblée aux Etats-Unis et ne sera donc pas sujette à ces droits, ce qui est une nouvelle fantastique pour Bombardier et le Canada", a estimé Walid Hejazi, professeur de management aéronautique à l'Université de Toronto.

Le partenariat donne aussi du temps au gouvernement canadien de Justin Trudeau pour revoir son intention de ne pas acheter d'avions de chasse super Hornet à Boeing si les Etats-Unis décident finalement d'imposer les droits punitifs visant la Cseries.

- 'Boeing pas content' -

"Boeing faisait tout pour fermer le lucratif marché américain à Bombardier. Il n'avait pas prévu ce développement. Boeing n'est clairement pas content car ce dénouement sape réellement sa position stratégique", a dit M. Hejazi à l'AFP.

L'accord profite aussi au président Donald Trump, "dans la mesure où une partie de la production passe du Canada aux Etats-Unis", souligne-t-il.

Le siège du programme et la ligne d'assemblage principale de la CSeries resteront cependant basés aux installations de Bombardier à Mirabel, au nord de Montréal, assurant l'avenir de 2.000 emplois. L'accord consolide aussi la filière industrielle aéronautique au Québec, forte de 40.000 salariés.

"Airbus vient d'acquérir une technologie extraordinaire et va compléter d'une façon remarquable sa gamme de produits. Bombardier va certainement augmenter son nombre de commandes et donc à long terme la viabilité de son projet", explique pour sa part Merhan Ebrahimi.

"Maintenant toutes les autres compagnies aériennes américaines et ailleurs dans le monde vont examiner avec beaucoup plus de sérieux la CSeries", renchérit M. Hejazi.

Le rapprochement représente également un joli dilemme sur le plan stratégique pour Airbus, car Bombardier avait dans ses cartons des plans pour un CS500, un avion de la CSeries à plus de 150 places.

"Produire le CS500 serait moins onéreux pour Airbus que de développer la famille des A320 neo. Mais là encore, ce n'est pas aussi évident dans la mesure où Airbus à un carnet de plus de 3000 commandes pour le A320", explique M. Ebrahimi.

Les articles dans la même thématique
22 JUIN 2018 Avions commerciaux
Aegean Airlines mise sur l'Airbus A320neo pour poursuivre sa croissance

Aegean Airlines mise sur l'Airbus A320neo pour poursuivre sa croissance


Aegean Airlines a confirmé sa commande portant sur 30 appareils de la famille Airbus A320neo le 22 juin à l'occasion d'une cérémonie organisée sur la ... Lire la suite
22 JUIN 2018 Avions commerciaux
Rencontre au sommet entre Airbus et Boeing

Rencontre au sommet entre Airbus et Boeing


Malgré leur duopole sur l'aviation commerciale, il est rare de voir les dirigeants d'Airbus et de Boeing se confronter en public. La rencontre d'Eric Schulz, ... Lire la suite
21 JUIN 2018 Avions militaires Forces armées
Les Mirage 2000N laissent la place aux Rafale pour les Forces aériennes stratégiques

Les Mirage 2000N laissent la place aux Rafale pour les Forces aériennes stratégiques


« Il faut le dire, le Mirage 2000N a bien tenu la posture », exposait récemment le commandant en second des Forces aériennes stratégiques (FAS). ... Lire la suite
Derek Zimmerman (Gulfstream) : « Nous travaillons depuis plusieurs années pour l'arrivée de G500 et G600 »

Derek Zimmerman (Gulfstream) : « Nous travaillons depuis plusieurs années pour l'arrivée de G500 et G600 »


Le Journal de l'Aviation est allé à la rencontre de Derek Zimmerman, président du Soutien Produit de Gulfstream, lors d'Ebace, le salon européen de l'aviation ... Lire la suite
21 JUIN 2018 Avions commerciaux
Delta Air Lines acquiert 20 CRJ 900 et devient l'opératrice de lancement de la cabine Atmosphère

Delta Air Lines acquiert 20 CRJ 900 et devient l'opératrice de lancement de la cabine Atmosphère


Delta Air Lines est en train de devenir le meilleur partenaire de Bombardier. L'avionneur canadien a annoncé le 20 juin que la compagnie américaine avait ... Lire la suite
Dans la rubrique Industrie & Technologie, la Rédaction vous recommande
L'Airbus A330neo entame son tour du monde La 8ème FAL d'Airbus dédiée à la famille A320 est pleinement opérationnelle
La restructuration de Rolls-Royce change de tournure Une fédération pour la recherche aéronautique voit le jour à Toulouse
Airbus et Bombardier finalisent leur stratégie sur le CSeries Airbus : une nouvelle grosse commande d'A350 a été enregistrée
22/06 Aegean Airlines mise sur l'Airbus A320neo pour poursuivre sa croissance
22/06 Rencontre au sommet entre Airbus et Boeing
22/06 Nouveau PDG d'Air France-KLM : le comité de nomination poursuit ses travaux (Bercy)
22/06 Sans accord sur le Brexit, Airbus menace de quitter le Royaume-Uni
22/06 Livraison controversée du premier F-35 à la Turquie
22/06 Avec l'A330neo de TAP Air Portugal, Airbus introduit la nouvelle cabine Airspace
78 Alertes depuis 7 jours, 388 depuis 1 mois

Alertavia, déjà l'une des principales sources d'actualité aéronautique en langue française
22 JUIN 2018
Le Groupe DUQUEINE, spécialisé dans la conception et la fabrication de pièces et sous-ensembles aéronautiques en matériaux composites annonce une réorganisation de son actionnariat et une augmentation de capital de 8 millions d'euros. Ces deux opérations sont valorisées à un montant supérieur à 35 millions d'euros. IDIA Capital Investissement, Crédit Agricole Régions Investissement et ACE Management (Aerofund III) s'associent ainsi à Gilles DUQUEINE, dirigeant fondateur, qui reste actionnaire majoritaire.
22 JUIN 2018
L'IATA s'est montré inquiète vis-à-vis du processus visant à la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP), souhaitant que cette démarche vise à améliorer le parcours et l'expérience du passager ainsi que l'efficacité des compagnies aériennes, et non pas à récolter un maximum de recettes. L'IATA se réfère notamment à la possibilité que l'accord de privatisation ait une période de validité de 70 ans, « une erreur » selon elle car elle empêcherait toute flexibilité permettant de répondre aux exigences du marché qui ne peuvent être anticipées à si long terme.
22 JUIN 2018
BOMBARDIER renforce son partenariat avec DAIR (Downsview Aerospace Innovation and Research Consortium) dans le but de créer un pôle aéronautique dans la zone de Downsview à Toronto. L'avionneur investira six millions de dollars canadiens sur cinq ans pour financer des activités et de nouveaux centres de recherche et de développement.
ALERTAVIA, la nouvelle plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels du secteur aéronautique et spatial.

MoM : Les armes du prochain combat entre Airbus et Boeing s'aiguisent
Derek Zimmerman (Gulfstream) : « Nous travaillons depuis plusieurs années pour l'arrivée de G500 et G600 »
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus