Actualité aéronautique Le conseil d'administration d'Airbus apporte son soutien à Tom Enders
Industrie & Technologie

Industrie & Technologie

Le conseil d'administration d'Airbus apporte son soutien à Tom Enders

AFP
12/10/2017 | 752 mots
Le conseil d'administration d'Airbus a apporté jeudi son soutien à Tom Enders, le président exécutif du groupe aéronautique visé par des enquêtes en Europe, notamment dans des affaires de corruption.

"La décision a été prise en 2016 de divulguer les problèmes de conformité relevés et les circonstances les entourant aux agences de surveillance financière et d'enquête gouvernementales", indique le conseil dans un communiqué publié jeudi.

"Ces décisions ont été prises avec l'aval unanime du conseil d'administration et les mesures ont toutes été dirigées par Tom Enders, le président exécutif du groupe", poursuit-il.

"Le conseil a toute confiance en Tom et s'appuie sur son leadership pour poursuivre la transformation de la compagnie et en particulier le programme de conformité aux côtés de notre avocat conseil John Harrison", ajoute le texte signé de son président Denis Ranque.

Airbus est sous le coup d'enquêtes du Parquet national financier (PNF) en France et du Serious fraud office (SFO) en Grande-Bretagne pour des irrégularités sur des transactions, des faits qu'il avait lui-même dénoncés en 2016.

Il est aussi visé par deux autres enquêtes en Autriche et en Allemagne autour de la vente d'avions de combat de type Eurofighter à Vienne mais, de l'aveu même du parquet général de Munich, la justice allemande dispose "de peu de preuves de corruption".

En Autriche, Tom Enders figure parmi les personnes visées par l'enquête sur la vente des 18 avions de combat Eurofighter en 2003. A l'époque, il dirigeait la branche défense du groupe Airbus.

- Inexactitudes et omissions -

Tom Enders avait affirmé vendredi qu'il y avait "un risque d'importantes pénalités pour l'entreprise", qui fait "l'objet d'enquêtes pour présomption de violation des lois anticorruption", dans une lettre adressée à tous les salariés du groupe.

"Cette situation est due à notre décision, prise l'an dernier, de déclarer aux autorités et agences gouvernementales des inexactitudes que nous avions nous-mêmes découvertes. Cette décision était la bonne", a-t-il souligné dans ce courrier, dont l'AFP s'est procuré une copie.

L'affaire a débuté en 2013 lorsque le groupe a découvert, après la mise en place de sa nouvelle gouvernance, qu'un certain nombre de transactions effectuées par une entité interne, baptisée Strategy and Marketing Organization (SMO), n'étaient pas conformes.

Il a notamment trouvé des contradictions dans des montants de commissions de consultants et établi fin 2015 que les agents commerciaux dans certaines transactions n'avaient pas été identifiés auprès des agences d'aide à l'export, Coface en France, UK Export Finance et Euler Hermes en Allemagne.

Le conseil d'administration explique jeudi que la direction d'Airbus a "révélé un certain nombre de signaux d'alerte, y compris des inexactitudes et des omissions aux agences gouvernementales britanniques".

Elle a en conséquence suspendu en 2014 "les paiements non effectués aux partenaires commerciaux et lancé un processus rigoureux d'examen préalable de tous les paiements".

"Conformément à nos valeurs et standards de conduite et à nos responsabilités légales, la décision a été prise en 2016 de divulguer les problèmes de conformité relevés et les circonstances les entourant aux organismes gouvernementaux de supervision financière et aux agences gouvernementales d'investigation", précise Denis Ranque.

Selon un proche du dossier, cette décision de se dénoncer vise à mettre le groupe à l'abri d'éventuelles poursuites pénales, notamment aux Etats-Unis, grâce aux dispositions contenues dans la loi britannique (UK Bribery Act), et française (loi Sapin II).

Cette stratégie a été éprouvée par le motoriste britannique Rolls-Royce, qui a été condamné début 2017 à verser une amende de 763 millions d'euros aux autorités judiciaires britanniques, américaines et brésiliennes afin de solder une affaire de corruption à l'étranger après avoir lui-même dénoncé les faits au SFO fin 2012.

Denis Ranque précise que les investigations internes se poursuivent et que le Conseil et la direction d'Airbus se sont engagés à "divulguer toutes les situations dans lesquelles des violations ont été commises et à corriger les processus et les comportement qui ont permis ces transgressions".

Selon lui, cela se déroule en parfaite coopération avec les enquêteurs français et britanniques. "Nous faisons tout cela en pleine transparence et coopération avec les agences gouvernementales, dirigées par le SFO au Royaume-Uni et le PNF en France."
La Newsletter et les Alertes du Journal de l'Aviation
Les articles dans la même thématique

Les options de Boeing : nouvel avion, alliance avec Embraer ?

Airbus et Bombardier vers de nouveaux horizons avec la CSeries

Airbus et Bombardier visent 50% du marché des avions de 100-150 places (Enders)

Reprise du programme CSeries par Airbus : le véritable coup de maître

L'Irlande du Nord soulagée par l'accord entre Airbus et Bombardier

Airbus s'empare de la famille CSeries de Bombardier

Tom Enders ne s'accrochera pas à la tête d'Airbus Group

Le troisième H160 s'envole

A lire dans la même rubrique
Airbus s'empare de la famille CSeries de Bombardier
Nouveau retard pour le Dassault Falcon 5X et le Silvercrest
MRO : Corsair inaugure son nouveau hangar de maintenance à Orly
 
MRO Europe 2017 : Aerostar of Romania passe du MiG-21 à l'Airbus A320neo
MRO : NYCO mise sur la rationalisation des lubrifiants aéronautiques
Long courrier sino-russe : ce sera le CR929
16h27 L'EASA alerte les compagnies sur les pièces Kobe Steel
15h32 L'Allemagne prolonge ses mandats au Mali et au Moyen-Orient
15h11 Le F-35B prêt à apponter sur le Queen Elizabeth
14h49 Confirmation des F-16V bahreïnis
14h47 Wizz Air demande un certificat de transporteur au Royaume-Uni
13h05 Le premier E2 d'Embraer entrera en service en avril 2018
AGE MANAGER / RESPONSABLE GSE MRTT (H/F)
PERMANENT TECHNIQUE (H/F)
CHARGE DE GESTION RH INTERNATIONAL (H/F)
INGÉNIEUR CONCEPTION INSTALLATION ÉLECTRIQUE (H/F)
CONTRÔLEUR TRIDIMENSIONNEL P3 MÉCANIQUE GÉNÉRALE (H/F)
AGENT MCC (MAINTENANCE CONTROL CENTER) (H/F)
© 2017 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus