Industrie aéronautique     Transport aérien     Défense     MRO & Support     Cabine & PaxExp     Décarbonation     L'Aviation Recrute     Passion    
 
 
Actualité aéronautique Industrie & Technologie Bourget 2023 : Dassault Falcon 10X, la naissance d'un géant

Bourget 2023 : Dassault Falcon 10X, la naissance d'un géant



15 JUIN 2023 | Romain Guillot
Bourget 2023 : Dassault Falcon 10X, la naissance d'un géant
Photo © Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés
Il ne sera pas physiquement encore présent durant cette 54ème édition du salon du Bourget, mais il y fera assurément son baptême du feu, tant chez Dassault Aviation que pour ses équipementiers et fournisseurs. Dévoilé en pleine pandémie en mai 2021, le nouveau Falcon 10X est de loin le plus ambitieux des avions d'affaires jamais lancés par l'avionneur français. Ce futur appareil à très long rayon d'action (jusqu'à 13 890 km) et rapide (jusqu'à Mach 0,925) offrira la plus grande cabine de sa catégorie. Sa mise en service est prévue pour la fin de l'année 2025, sous réserve d'une amélioration des difficultés rencontrées actuellement sur la chaîne d'approvisionnement aéronautique.

Le programme a significativement progressé ces derniers mois, avec la production des pièces primaires, ainsi que celles de certains systèmes plus complexes comme le train d'atterrissage, le système ECS (Environmental Control System), le boîtier d'accessoires...Dassault a d'ailleurs profité de la convention EBACE à Genève le mois dernier pour dévoiler une image du démonstrateur de l'imposante voilure composite de l'appareil (envergure de 33,6 mètres, pratiquement celle d'un Boeing 737), un élément baptisé « LNX » qui a déjà réalisé plus de 10.000 cycles de vol simulés (essais de fatigue).

Le banc de simulation de vol implanté à Saint-Cloud à quant à lui déjà effectué 300 simulations de vol représentatives. L'avionneur a également annoncé que deux bancs d'intégration multisystèmes étaient aussi opérationnels au centre d'essais en vol d'Istres, tout comme des bancs d'essai dédiés respectivement au conditionnement d'air et aux systèmes carburant. Le système de pressurisation cabine est un élément important du Falcon 10X car il maintiendra l'altitude cabine ressentie à seulement 900m en croisière.

Du côté de la motorisation, Rolls-Royce annonce que le programme de développement du Pearl 10X avance bien et qu'il répond aux exigences de performance fixées par Dassault. Le nouveau moteur a accumulé plus de 1 500 heures d'essai, aussi bien sur le démonstrateur Advance 2 que sur la configuration complète du réacteur. Il a également fonctionné à 100% de carburant d'aviation durable (SAF). Les équipes du motoriste se préparent désormais aux essais en vol, qui doivent débuter au second semestre et qui seront réalisés sur le Boeing 747 lui servant de banc d'essai volant à Tucson (Arizona). A noter que le motoriste britannique va construire un bâtiment de support pour son moteur à proximité de la ligne d'assemblage du Falcon 10X à Mérignac.

L'imposante cabine du Falcon 10X, haute de 2,03 mètres et large de 2,77 mètres pour une longueur de 16,4 mètres (hors poste de pilotage et compartiment à bagages), et qui pourra être divisée en quatre espaces, est quant à elle régulièrement présentée aux clients potentiels sur les principaux événements aéronautiques grâce à un démonstrateur à échelle réelle, avec un fort intérêt pour la configuration avec la chambre principale équipée d'une salle de bain à l'arrière, comme le soulignait Carlos Brana, le directeur général des avions civils de Dassault Aviation, à Genève.

Mais avec le salon du Bourget, Dassault Aviation peut plus que jamais aussi miser sur son modèle dual (civil et militaire). Dès le départ, le PDG de Dassault Aviation Éric Trappier avait annoncé qu'il proposerait à la France une version de patrouille maritime du futur Falcon 10X, une décision notamment liée à l'échec du programme franco-allemand MAWS (Maritime Airborne Warfare System), puis à la décision de la Bundeswehr de s'équiper du P-8A Poseidon de Boeing pour remplacer ses Lockheed P-3C. Le Falcon 10X figure ainsi dans la compétition lancée par la Direction générale de l'armement (DGA) au début de l'année pour remplacer les 22 Atlantique 2 (ATL2) de la Marine nationale dans la décennie 2030-2040, avec un programme qui pourrait être lancé en 2026. Et il n'y a évidemment pas que la France...
Romain Guillot
Rédacteur en chef
Cofondateur du Journal de l'Aviation et d'Alertavia


Abonnez-vous dès aujourd'hui au Journal de l'Aviation et prenez de l'altitude sur toute l'actualité aéronautique
L'accès à tous les articles payants du Journal de l'Aviation
La Newsletter Quotidienne en exclusivité
L'accès à l'actualité de la rubrique ALERTAVIA et aux outils de veille (agents, alertes...)
 
Une sélection d'articles réservés aux abonnés
SITA acquiert Asistim et se renforce sur les services de gestion des opérations aériennes Air India introduit une cabine premium economy dans ses Airbus A321neo
Finnair achève le réaménagement de sa flotte long-courrier L'IATA veut structurer le marché du carburant d'aviation durable
Airbus va étendre le nombre d'aéroports accessibles à l'A330neo Les traînées de condensation au coeur de l'attention de l'industrie
« Les Airbus A350 et la classe affaires sont des développements naturels » pour IndiGo, Pieter Elbers, CEO IATA : Plus de 30 milliards de dollars de bénéfices et près de 5 milliards de passagers pour le transport aérien en 2024
Boeing présente son plan d'amélioration de la qualité à la FAA Comment Air France utilise l'intelligence artificielle au jour le jour
IL Y A 4 HEURES
Air Antilles reprend ses vols le 24 juin
IL Y A 10 HEURES
« Le défi de l'armée de l'air et de l'espace est de conserver les gens que nous avons mis du temps à former », général Stéphane Mille, CEMAA
20 JUIN 2024
Plus Ultra va ajouter cinq Airbus A330 à sa flotte
20 JUIN 2024
SITA acquiert Asistim et se renforce sur les services de gestion des opérations aériennes
20 JUIN 2024
Sabena technics fait l'acquisition d'Action Air Environnement et lance une division ISR
Le passager aérien change en France, mais est-ce vraiment une bonne nouvelle ?
« Le défi de l'armée de l'air et de l'espace est de conserver les gens que nous avons mis du temps à former », général Stéphane Mille, CEMAA
« Notre priorité se situe au niveau des techniciens », Nicolas Godé, directeur du centre MRO Avionique de Collins Aerospace à Blagnac
Les articles les plus lus
Airbus Helicopters remporte une commande géante de H225 Super Puma
Airbus va étendre le nombre d'aéroports accessibles à l'A330neo
Quid des nouvelles commandes chinoises d'avions de ligne ?
Le Falcon 6X de Dassault en vedette à EBACE
EBACE : Airbus Corporate Helicopters au beau fixe
S'inscrire aux newsletters gratuites du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos lettres d'information par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans les newsletters.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2024 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT