Industrie aéronautique     Transport aérien     Défense     MRO & Support     Cabine & PaxExp     Décarbonation     L'Aviation Recrute     Passion    
 
 
Actualité aéronautique Industrie & Technologie Accenture renforce son soutien à la décarbonation du secteur aérien

Accenture renforce son soutien à la décarbonation du secteur aérien



15 JUIL. 2022 | Emilie Drab
Accenture renforce son soutien à la décarbonation du secteur aérien
© Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés
Alors que le salon de Farnborough s'apprête à ouvrir ses portes le 18 juillet, le sujet de la décarbonation de l'aviation reste particulièrement brûlant. Dans une étude réalisée avec l'Aerospace Industries Association et publiée en avril dernier (Horizon 2050: A Flight Plan for the Future of Sustainable Aviation), Accenture a exposé le chemin qui mènera le secteur à atteindre son objectif de zéro émission nette en 2050 et quels leviers lui permettront de le parcourir.

Selon Accenture, la décarbonation du secteur est la seule alternative à la décroissance que prônent certaines voix pour limiter l'impact de l'aviation sur les émissions. En effet, le trafic double en vingt ans et, malgré les crises, aussi fortes soient-elles, la demande se maintient. Dans ces conditions, si rien n'est fait, l'aviation émettra non plus une gigatonne de CO2 par an, comme en 2019, mais 1,5 Gt en 2035. Selon les rédacteurs du rapport, si l'on veut maintenir les émissions de 2050 à leur niveau de 2019, des mesures doivent être prises maintenant pour qu'elles puissent produire leurs effets à partir de 2030-2035. C'est à cette période que doit être atteint un pic d'émissions à 1,3 Gt - et surtout pas plus haut au risque de manquer l'objectif - avant de redescendre progressivement à 1 Gt en 2050. Jean-Luc Brincourt, directeur exécutif aéronautique et défense d'Accenture, souligne que cela représente « 21 Gt de CO2 à gagner sur vingt-sept ans ».

Il rappelle que plusieurs leviers, plus ou moins efficaces, sont à la disposition de l'industrie. Tout d'abord, 5% de ces 21 Gt seront gagnés grâce à la modification de la demande, les passagers se reportant de l'avion vers le train pour les distances les plus courtes à parcourir. Cela concernera des pays où le réseau ferroviaire est développé et efficace, comme la France ou la Chine. Le renouvellement des flottes et l'efficacité technologique devraient représenter 10% à 15% de l'effort d'ici 2030, avant le déploiement d'avions 0 émission à plus long terme (à partir de 2040), qui participeront à la réduction à hauteur de 5%. En ce qui concerne ces appareils électriques ou à hydrogène, ils pourraient représenter 12% de la flotte régionale et de monocouloirs en 2040 puis 25% en 2050, avec une utilisation de 75% d'hydrogène bleu (produit à partir d'énergies fossiles mais avec captation du CO2) en 2035 pour basculer à 100% d'hydrogène vert et jaune en 2050. Le travail sur l'efficacité des opérations - par exemple le roulage avec un seul moteur allumé, les descentes continues ou les vols en formation - sera plus efficace, représentant 15% à 18% de la réduction.

Sans surprise, l'adoption du carburant durable d'aviation (SAF) sera « le levier le plus puissant » puisqu'il concourra aux deux tiers de la réduction des émissions. Accenture rejoint ici l'analyse de l'IATA (Association internationale du transport aérien) qui estime elle aussi que le SAF permettra d'atteindre 65% de l'objectif « zéro émission nette ». Cependant, la production reste à développer et l'industrie estime qu'il faudra passer des 125 millions de litres produits annuellement aujourd'hui (dont la moindre goutte a été achetée par les compagnies aériennes) à 449 milliards de litres en 2050 pour couvrir les besoins. Accenture comme l'IATA estiment que des politiques incitatives doivent être mises en place pour booster la production, ce qui a été fait aux Etats-Unis tandis que l'Europe adopte une approche plus coercitive. L'IATA estime ainsi qu'avec le déploiement de véritables mesures de soutien gouvernementales plus que d'obligations, la production pourrait atteindre 30 milliards de litres annuels en 2030.

Dans ce contexte, Accenture se donne pour mission de « soutenir ses clients pour réinventer l'art de voler ». L'acquisition d'Umlaut en fin d'année dernière a permis à la société de conseil d'étendre son champ d'action de « la supply chain et du manufacturing aux services d'ingénierie » et d'avoir les moyens de participer à l'accélération de la transition, de l'automatisation des plateformes et soutenir la convergence des industries, en se positionnant désormais aussi au coeur de la conception des produits.

Si l'urgence de la situation climatique peut parfois laisser penser que le monde ne fait pas suffisamment d'efforts, Jean-Luc Brincourt se montre quant à lui plutôt confiant sur la capacité de l'aviation à faire sa part lorsqu'il regarde son évolution depuis un siècle : « Je pense que cette industrie est équipée et aime les challenges. Il semble en plus que ce challenge peut avoir du sens pour la société donc on va vers une période ultra passionnante pour les futures générations et les futurs ingénieurs qui vont aller dans l'aéronautique », confie-t-il.
Emilie Drab
Rédactrice en chef adjointe
Aviation civile, Transport aérien


Abonnez-vous dès aujourd'hui au Journal de l'Aviation et prenez de l'altitude sur toute l'actualité aéronautique
L'accès à tous les articles payants du Journal de l'Aviation
La Newsletter Quotidienne en exclusivité
L'accès à l'actualité de la rubrique ALERTAVIA et aux outils de veille (agents, alertes...)
 
Une sélection d'articles réservés aux abonnés
SITA acquiert Asistim et se renforce sur les services de gestion des opérations aériennes Air India introduit une cabine premium economy dans ses Airbus A321neo
Finnair achève le réaménagement de sa flotte long-courrier L'IATA veut structurer le marché du carburant d'aviation durable
Airbus va étendre le nombre d'aéroports accessibles à l'A330neo Les traînées de condensation au coeur de l'attention de l'industrie
« Les Airbus A350 et la classe affaires sont des développements naturels » pour IndiGo, Pieter Elbers, CEO IATA : Plus de 30 milliards de dollars de bénéfices et près de 5 milliards de passagers pour le transport aérien en 2024
Boeing présente son plan d'amélioration de la qualité à la FAA Comment Air France utilise l'intelligence artificielle au jour le jour
21 JUIN 2024
Air Antilles reprend ses vols le 24 juin
21 JUIN 2024
« Le défi de l'armée de l'air et de l'espace est de conserver les gens que nous avons mis du temps à former », général Stéphane Mille, CEMAA
20 JUIN 2024
Plus Ultra va ajouter cinq Airbus A330 à sa flotte
20 JUIN 2024
SITA acquiert Asistim et se renforce sur les services de gestion des opérations aériennes
20 JUIN 2024
Sabena technics fait l'acquisition d'Action Air Environnement et lance une division ISR
Le passager aérien change en France, mais est-ce vraiment une bonne nouvelle ?
« Le défi de l'armée de l'air et de l'espace est de conserver les gens que nous avons mis du temps à former », général Stéphane Mille, CEMAA
« Notre priorité se situe au niveau des techniciens », Nicolas Godé, directeur du centre MRO Avionique de Collins Aerospace à Blagnac
Les articles les plus lus
Airbus Helicopters remporte une commande géante de H225 Super Puma
Airbus va étendre le nombre d'aéroports accessibles à l'A330neo
Le Falcon 6X de Dassault en vedette à EBACE
EBACE : Airbus Corporate Helicopters au beau fixe
Airbus : l'Allemagne va commander des Eurofighter supplémentaires
S'inscrire aux newsletters gratuites du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos lettres d'information par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans les newsletters.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2024 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT