Industrie aéronautique     Transport aérien     Défense     MRO & Support     Cabine & PaxExp     Décarbonation     L'Aviation Recrute     Passion    
 
 
Actualité aéronautique Industrie & Technologie Comment AdaCore s'impose toujours plus dans l'avionique et les systèmes embarqués

Comment AdaCore s'impose toujours plus dans l'avionique et les systèmes embarqués



14 SEPT. 2021 | Romain Guillot
Comment AdaCore s'impose toujours plus dans l'avionique et les systèmes embarqués
Photo © Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés
AdaCore est au coeur des logiciels critiques pour l'aéronautique civile et militaire en fournissant des outils de développement aux principaux acteurs du secteur. Spécialiste des langages Ada et SPARK, la société renforce encore son positionnement en s'appuyant sur la réglementation DO-178C pour faciliter le processus de certification des logiciels avioniques de ses clients.

Un succès transatlantique dans les logiciels embarqués

Comme nous l'explique Jamie Ayre, le directeur commercial d'AdaCore, la société est née aux États-Unis en 1994 en participant à un projet de recherche financé par le DoD pour créer un outil de développement et de compilation dans le langage Ada, un langage d'ailleurs lui-même aussi inventé pour les besoins du Pentagone qui venait de réaliser qu'il disposait de beaucoup trop de langages en utilisation, avec la difficulté de devoir maintenir de nombreux systèmes et en assurer leur sécurité. AdaCore a alors fourni sa technologie, du support, mais surtout aussi la faculté pour ses clients de produire des logiciels propriétaires, les outils eux-mêmes étant open source. La société s'est ensuite implantée en France en 1996 pour se développer sur le marché européen, une stratégie payante puisque la filiale française est devenue la maison mère de toutes ses autres filiales (US, Royaume-Uni, Allemagne et Estonie) depuis, avec plus d'une soixantaine de personnes à Paris.

Le succès commercial d'AdaCore ne se dément d'ailleurs plus des deux côtés de l'Atlantique. Aux États-Unis, la société travaille avec les plus grands (GE, Boeing, Lockheed Martin, Raytheon...). Elle vient d'ailleurs de signer un important contrat avec l'équipementier Collins Aerospace pour lui fournir le générateur de code automatique QGen pour les modèles Simulink® et Stateflow® (lire l'encadré en bas de page). En Europe, AdaCore collabore notamment avec Thales sur les programmes Airbus grâce à son implantation en France, « au coeur de la maison de l'avionique en Europe » comme le décrit Jamie Ayre. Il note d'ailleurs que l'une des bases du succès des outils de développement et de compilation de la société repose aussi sur le fait qu'ils ne souffrent d'aucune règle ITAR, un impératif en Europe.

Jamie Ayre nous explique aussi que le modèle économique d'AdaCore repose sur une souscription annuelle et qu'au fur et à mesure que la réputation de la société et que les relations avec ses clients se sont développées, la demande pour plus de technologies pour maintenir, bâtir et faire grandir les logiciels s'est aussi fait sentir, tout comme une demande croissante pour les services.

Faciliter la certification auprès des autorités aéronautiques

La mise en place de la norme DO-178C, associée au concept d'ingénierie des systèmes basé sur le modèle (Model Based System Engineering - MBSE) sont venus simplifier les processus de conception des logiciels embarqués ces dernières années.

Pour Cyrille Comar, Président et cofondateur d'AdaCore « DO-178C a été extrêmement efficace pour donner l'assurance que le logiciel répond à ses exigences déclarées, mais son défi majeur est qu'elle est perçue comme une norme assez exigeante et donc assez coûteuse à appliquer ». Ainsi, pour faciliter le processus de certification des logiciels avioniques de ses clients, il explique qu'AdaCore fournit des bibliothèques d'exécution spécialisées qui ont déjà été utilisées dans des systèmes certifiés ainsi des outils de développement et de vérification qui ont été qualifiés pour une utilisation à cette norme. « Les preuves de certification / qualification peuvent être mises à disposition de nos clients, simplifiant ainsi leur effort et réduisant leurs coûts » précise-t-il.

« Nous élargissons notre offre en fournissant plusieurs services qui aident nos clients à s'assurer que le software fera ce qu'il est censé faire même lors des situations qui sortent de l'ordinaire » ajoute Jamie Ayre. Il cite notamment la création d'une plateforme multi-usage de GE en collaboration étroite avec son partenaire Wind River, une plateforme qui devait être certifiée conforme avec les standards avioniques DO-178. « Aujourd'hui, nous avons vraiment dédié une partie de notre société, au niveau des offres et des ressources, pour aider les clients à aborder ces contraintes de certification » explique-t-il. Mieux, AdaCore a créé des outils qui prennent ces modèles et qui vont les traduire en code tout en permettant de fournir des preuves aux autorités de certifications (EASA, FAA...) pour démontrer qu'ils sont conformes aux normes DO-178. « Nous facilitons la certification et mettons en place des outils qui apportent de la souplesse lors du processus de certification grâce à nos services et à notre expertise » poursuit-il.

AdaCore propose ainsi des services de support grâce à des informaticiens BAC +5 à BAC +8, les clients ayant alors accès à un niveau d'expertise inégalé sur le langage de programmation en lui même, sur les outils et sur des domaines spécifiques comme la certification avionique. « C'est une réelle garantie pour les clients pour construire leur plateforme, les faire certifier, mais aussi les maintenir sur la durée ».

Collins Aerospace utilisera le générateur de code QGen d'AdaCore pour les modèles Simulink® et Stateflow®

Collins Aerospace vient d'adopter le générateur de code QGen AdaCore pour ses logiciels aérospatiaux les plus critiques qui seront développés avec son système Perigon. L'équipementier américain utilisera le générateur de code pour rationaliser ses pratiques de développement logiciel basé sur des modèles

Le logiciel génère automatiquement du code source en language C ou en Ada à partir d'un modèle en conservant sa capacité fonctionnelle ce qui évite le recours à une vérification manuelle du code source obtenu. Le générateur de code QGen d'AdaCore pour les modèles Mathworks's Simulink® est associé au nouveau service « Enterprise Qualification Package » TQL-1 (DO-178C).

Le système Perigon de Collins est quant à lui certifié par la FAA.

Romain Guillot
Rédacteur en chef
Cofondateur du Journal de l'Aviation et d'Alertavia


Abonnez-vous dès aujourd'hui au Journal de l'Aviation et prenez de l'altitude sur toute l'actualité aéronautique
L'accès à tous les articles payants du Journal de l'Aviation
La Newsletter Quotidienne en exclusivité
L'accès à l'actualité de la rubrique ALERTAVIA et aux outils de veille (agents, alertes...)
 
Une sélection d'articles réservés aux abonnés
Des Boeing 777 bientôt convertis en avions tout cargo au Maroc ? CMA CGM Air Cargo va desservir l'Amérique du Nord et doubler sa future flotte d'Airbus A350F
Le premier Airbus A400M kazakh se dévoile Pratt & Whitney va augmenter de 40% les capacités MRO de son centre de Floride pour le GTF
L'Europe s'ouvre à l'intégration des taxis aériens et des drones dans l'espace aérien Embraer s'intéresse-t-il sérieusement à une véritable version civile de son C-390 ?
Forte augmentation des livraisons chez Airbus au mois de mars De nouvelles ambitions sur le long-courrier pour IndiGo
VAS Aero Services va démanteler quatre Airbus A380 supplémentaires De nouveaux contrats Rafale en perspective pour Dassault Aviation
19 AVR. 2024
Le ministère de la Défense britannique commande six Airbus H145
19 AVR. 2024
Volotea ouvre sa base de Brest
19 AVR. 2024
Aura Aero cadence le salon Aero Friedrichshafen
19 AVR. 2024
« L'ALAT, c'est un système d'armes et un système d'hommes », général Pierre Meyer, commandant de l'ALAT
18 AVR. 2024
MBDA : « Nous allons recruter plus de 1 500 personnes en France cette année »
Le Japon rêve à nouveau de produire un avion commercial, mais sur quel segment du marché ?
« L'ALAT, c'est un système d'armes et un système d'hommes », général Pierre Meyer, commandant de l'ALAT
MBDA : « Nous allons recruter plus de 1 500 personnes en France cette année »
Les articles les plus lus
De nouveaux contrats Rafale en perspective pour Dassault Aviation
L'Airbus A350 est en route pour devenir l'un des plus importants succès de l'aviation commerciale
Mission impossible : en route vers trois futurs programmes d'avions de combat menés de front en Europe
L'Occident doit-il se montrer un peu moins naïf face au futur gros-porteur C929 de COMAC ?
Le Pearl 10X, moteur du futur Falcon 10X de Dassault Aviation, réalise son premier vol
S'inscrire aux newsletters gratuites du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos lettres d'information par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans les newsletters.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2024 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT