À la Une  |  ALERTAVIA  |  Le Podcast  |  Industrie  |  Transport aérien  |  MRO & Support  |  Interiors & PaxExp  |  Aviation & Environnement  |  Passion  |  Agenda  |  EN
 
Actualité aéronautique Industrie & Technologie Conflit Boeing/Airbus : Washington taxe de nouveau des produits européens

Conflit Boeing/Airbus : Washington taxe de nouveau des produits européens

Le Journal de l'Aviation avec AFP
31 DEC. 2020 | 738 mots

L'administration Trump va imposer des droits de douane supplémentaires sur des produits européens, trois semaines avant la transition présidentielle, estimant que l'Union européenne a prélevé trop de taxes sur des produits américains dans le cadre du litige entre Boeing et Airbus.

Cette nouvelle offensive vise des produits français et allemands, des pièces détachées aéronautiques, vins non pétillants et cognacs, qui se verront appliquer des droits de douane plus élevés pour traverser l'Atlantique, selon un communiqué publié mercredi soir par le représentant américain au Commerce (USTR), qui ne précise toutefois ni leur montant ni quand ils s'appliqueront.

Ces taxes s'ajouteront à celles déjà imposées depuis 2019 sur des importations européennes comme le vin, le fromage, l'huile d'olive ou le whisky, ainsi que sur les avions Airbus.

Washington y avait été autorisé par l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Et en octobre, l'institution a également autorisé l'UE à appliquer elle aussi des droits de douane supplémentaires sur des produits importés des Etats-Unis.

C'est ce qui mécontente les Etats-Unis, qui estiment que le périmètre choisi par l'UE pour calculer ces taxes punitives conduit à un montant trop élevé prélevé sur des produits américains, et juge la situation injuste.

En cause, d'une part la période de référence, d'autre part, le périmètre géographique.

Ainsi, "pour mettre en oeuvre ses tarifs, l'UE a utilisé des données commerciales d'une période au cours de laquelle les volumes commerciaux avaient été considérablement réduits en raison des effets terribles sur l'économie mondiale du Covid-19", dénonce l'USTR.

"Le résultat de ce choix a été que l'Europe a imposé des droits de douane sur beaucoup plus de produits que ce qui aurait été couvert si elle avait utilisé une période normale. Bien que les États-Unis aient expliqué à l'UE l'effet de distorsion de la période choisie, l'UE a refusé de modifier son approche", souligne encore le communiqué.

Les Etats-Unis ont ainsi annoncé "changer leur période de référence pour s'aligner sur celle utilisée par l'Union européenne".

- "Compenser cette injustice" -

Par ailleurs, déplore Washington, "l'UE a fait un autre choix qui a injustement augmenté le montant" des droits de douane prélevés, en excluant de son calcul le Royaume-Uni, et estime que "l'UE doit prendre des mesures pour compenser cette injustice".

L'avionneur européen Airbus et son concurrent américain Boeing, et à travers eux l'Union européenne et les Etats-Unis, s'affrontent depuis octobre 2004 devant l'OMC sur les aides publiques versées aux deux groupes, jugées illégales.

C'est le conflit commercial le plus long et le plus compliqué traité par l'OMC.

Les Etats-Unis ont été autorisés en octobre 2019 à imposer des taxes sur près de 7,5 milliards de dollars (6,8 milliards d'euros) de biens et services européens importés chaque année, la sanction la plus lourde jamais imposée par l'OMC.

Washington impose depuis certains produits importés de l'Union européenne à hauteur de 25%, 15% pour les avions Airbus.

En représailles, l'UE impose depuis début novembre des droits de douane sur 4 milliards de dollars d'exportations américaines.

Les avions Boeing sont taxés à 15%, des produits agricoles (tabac, patates douces, blé, fruits...), agroalimentaires (alcools forts, chocolat...), ou manufacturés (tracteurs, pelleteuses, pièces de vélo...), le sont à 25%.

Un autre conflit, celui de la taxe française sur les géants du numérique, est venu se superposer à celui-ci, laissant depuis plus d'un an planer la menace de droits de douane de 100% sur certains produits français, comme les fromages, produits de beauté ou sacs à main.

La France a confirmé en novembre qu'elle prélèverait bien en 2020 sa taxe sur les "Gafa" (Google, Amazon, Facebook et Apple), s'exposant à ce que Washington mette à exécution sa menace, qui concerne 1,3 milliard de dollars de produits français.

La trêve franco-américaine conclue en janvier 2020, qui prévoyait que la France suspende son prélèvement et que les Etats-Unis s'abstiennent de sanctions, expire le 6 janvier.

Sur le même thème
Les derniers articles Industrie & Technologie
22 JAN. 2021
Toute l'actualité aéronautique en France cette semaine
Industrie & Technologie Daher livre un premier Kodiak en France Daher annonce avoir livré un premier Kodiak 100 destiné à un client français. Il s'agit de la société Héli-Béarn, opérateur ...
21 JAN. 2021
Airbus ralentit l'augmentation prévue des cadences de production de l'A320neo
Bien qu'Airbus ait réussi à finir l'année 2020 sur un succès au vu de la situation sanitaire et économique mondiale, les perspectives pour les prochaines années l'ont incité ...
21 JAN. 2021
Nouveaux Rafale, A330 MRTT, hélicoptères Panther : Comment la France met le paquet en Inde
Si Dassault Aviation, et ses partenaires sur le Rafale, ont ouvert la voie en 2016, Airbus a aussi l'intention de concrétiser de très importants contrats à très court ...
Une sélection d'articles réservés aux abonnés
Nouveaux Rafale, A330 MRTT, hélicoptères Panther : Comment la France met le paquet en Inde Toute l'actualité aéronautique en France cette semaine (15 janvier)
Premier test moteur sur le banc Testbed 80 de Rolls-Royce Boeing publie un bilan désastreux pour sa branche dédiée aux avions commerciaux
Toute l'actualité aéronautique en France cette semaine (8 janvier 2021) Rolls-Royce envisage de mettre l'UltraFan en suspens
Toute l'actualité aéronautique en France cette semaine Figeac Aéro, « extrêmement touché » par la crise, voit la reprise arriver
22 JAN. 2021
Le premier Airbus A220 d'Air Austral fait son apparition
22 JAN. 2021
KLM suspend tous ses vols long-courrier et supprime près d'un millier d'emplois
22 JAN. 2021
Toute l'actualité aéronautique en France cette semaine
22 JAN. 2021
L'Airbus A220 fera partie intégrante du plan de relance d'Air Burkina
22 JAN. 2021
Turkmenistan Airlines devient cliente d'Airbus
Panique à bord du transport aérien français, « jusqu'à nouvel ordre »
Pourquoi AKKA se renforce dans le maintien de la navigabilité des avions les plus récents
Les articles les plus lus
Nouveaux Rafale, A330 MRTT, hélicoptères Panther : Comment la France met le paquet en Inde
La police du ciel Suisse bientôt opérationnelle 24 heures sur 24
Volotea va aussi se mettre à l'Airbus A320
Une nouvelle année en perspectives pour l'aéronautique civile
L'équipage du Boeing 737-500 de Sriwijaya Air n'a pas émis de signal de détresse
Espace partenaires
Les nouveaux défis liés au stockage et au démantèlement d'avions commerciaux
Contribution de Carolina Göthberg, Associée fondateur de KAIRN Strategy Consulting
 
Cybersécurité : l'industrie aéronautique est particulièrement vulnérable par ces temps de crise
Par David Luponis, Associé Cybersécurité Mazars
 
Quelques réflexions sur le Big (Bang) Data dans le secteur aéronautique au regard du droit
Contribution de Jean-Jacques LE PEN, Associé fondateur du Cabinet LPLG AVOCATS
 
S'inscrire aux newsletters gratuites du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos lettres d'information par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans les newsletters.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2021 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT