Se connecter     Rechercher un article     Newsletter     Alertavia      JE M'ABONNE
Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
 
Actualité aéronautique Industrie & Technologie Les bons résultats d'Airbus plombés par les charges

Les bons résultats d'Airbus plombés par les charges

Léo Barnier à Toulouse
13 FEV. 2020 | 692 mots
Les bons résultats d'Airbus plombés par les charges
© Airbus
Cela aurait pu être une très bonne année. Fort de son chiffre record de 863 livraisons l'an dernier, Airbus a publié des résultats 2019 solides, le 13 février. Dans la lignée de 2018, le groupe européen d'aéronautique et de défense a amélioré ses revenus et sa rentabilité opérationnelle. Pour autant, ce beau bilan est terni par une sérieuse ombre au tableau : les 3,6 milliards d'euros qu'Airbus a accepté de payer pour mettre fin aux enquêtes menées par les autorités financières française, britannique et américaine pour des faits de corruption. Cette somme a été provisionnée sur les comptes de 2019, ce qui fait passer le résultat net de l'année dans le rouge. Enfin l'A400M continue de peser sur les comptes.

Le groupe publie donc un chiffre d'affaires de 70,5 milliards d'euros, en hausse de 11% par rapport à l'exercice précédent. Naturellement, les avions commerciaux ont représenté l'essentiel de ces revenus avec 54,8 milliards et une progression significative (+14 %). Elle a d'ailleurs été bien plus forte que celles des autres divisions du groupe. La croissance d'Airbus Helicopters stagne à 1%, pour 6 milliards d'euros, dans un marché des voilures tournantes toujours compliqué. Airbus Defence & Space connaît même un léger repli (-1%), pour un chiffre d'affaires de 10,9 milliards d'euros.

Le résultat opérationnel (EBIT ajusté, hors charges) est en forte hausse. Avec 19% de croissance par rapport à 2018, il dépasse les 6,9 milliards d'euros. Là encore, ce sont les avions commerciaux qui se détachent avec 6,4 milliards d'euros. C'est 32% de plus que lors de l'exercice précédent. Les résultats des autres divisions sont plus contrastés. Les hélicoptères signent une belle progression de 11%, à 422 millions d'euros, tandis que le militaire et le spatial chute de 40 % à 565 millions.

Dominik Asam, directeur financier d'Airbus, s'est félicité de ces résultats « en ligne avec les prévisions ». En revanche, Guillaume Faury, PDG du groupe, et lui-même ont déclaré qu'ils ne pouvaient se satisfaire des résultats globaux du groupe.

Des charges qui pèsent lourd

Le bilan est en effet beaucoup moins reluisant avec l'EBIT reporté, qui intègre les différentes charges qui plombent le bilan d'Airbus cette année. Le principal point noir les 3,6 milliards d'euros de pénalités pour les affaires de corruption. « C'est le prix à payer pour tourner la page », a admis Guillaume Faury.

Outre ces 3,6 milliards d'euros, le groupe a dû provisionner une nouvelle charge de plus de 1,2 milliard pour l'A400M. Une mesure qui devient habituelle pour ce programme, après les charges de 1,3 milliard en 2017 et 436 millions en 2018. Cette nouvelle charge vient principalement de la révision à la baisse significative des perspectives à l'export avec l'interdiction d'exportations militaires vers l'Arabie Saoudite décidée par l'Allemagne.

Au-delà de ces deux énormes fardeaux, les comptes d'Airbus sont encore alourdis par l'interdiction d'exportations militaires vers l'Arabie Saoudite, sur le programme de sécurité aux frontières cette fois, et la fin du programme A380, respectivement à hauteur de 221 et 202 millions d'euros. Au final, l'EBIT reporté est de 1,3 milliards d'euros, soit 73% de moins qu'en 2018.

Enfin le résultat net du groupe est donc négatif, à 1,4 milliard d'euros. C'est un large recul par rapport aux 3,1 milliards d'euros de bénéfice net enregistrés en 2018. Sans le coût des affaires de corruption, le groupe aurait donc émargé en positif.

Cela n'empêche pas Airbus de voir 2020 comme une année de croissance. Pour l'exercice en cours, le constructeur vise un nouveau record de livraisons, avec 880 appareils, et un résultat opérationnel de 7,5 milliards d'euros. Il faut dire qu'avec une réserves de commandes de près de 7 500 avions, soit 424 milliards d'euros, Airbus peut se projeter sereinement dans l'avenir et continuer d'améliorer ses cadences.

Le groupe devrait néanmoins continuer de travailler sur sa rentabilité, notamment pour les programmes A220 et A350, ainsi que pour les activités de défense et du spatial. Guillaume Faury souhaite ainsi que 2020 soit « la fondation d'une croissance durable » avec une amélioration de la structure de coûts.
Les Etats-Unis augmentent les taxes punitives sur les avions d'Airbus Les Etats-Unis augmentent les taxes punitives sur les avions d'Airbus
Coronavirus : le travail a repris sur la FAL d'Airbus en Chine Coronavirus : le travail a repris sur la FAL d'Airbus en Chine
Guillaume Faury veut poser les bases d'une croissance durable pour Airbus Guillaume Faury veut poser les bases d'une croissance durable pour Airbus
Airbus prend 75% du programme A220, Bombardier quitte l'aviation commerciale Airbus prend 75% du programme A220, Bombardier quitte l'aviation commerciale
Léo Barnier
Journaliste spécialisé
Industrie & Technologie, Equipements, MRO


Les derniers articles Industrie & Technologie
Guillaume Faury veut poser les bases d'une croissance durable pour Airbus Guillaume Faury veut poser les bases d'une croissance durable pour Airbus
Objectif rentabilité. Guillaume Faury, PDG d'Airbus, a été clair lors de la présentation des résultats annuels 2019, le 13 février à Toulouse. Il souhaite « ... Lire la suite
Airbus prend 75% du programme A220, Bombardier quitte l'aviation commerciale Airbus prend 75% du programme A220, Bombardier quitte l'aviation commerciale
Le développement du CSeries aura définitivement coûté toute son activité Aviation commerciale à Bombardier. Le groupe canadien a vendu sa participation dans la Société en ... Lire la suite
Singapore Airshow : Pratt & Whitney multiplie les contrats en Asie Singapore Airshow : Pratt & Whitney multiplie les contrats en Asie
Tigerair Taiwan a choisi les PW1100G-JM de Pratt & Whitney pour motoriser ses futurs A320neo. La filiale low-cost de China Airlines attend 15 exemplaires de ... Lire la suite
Singapore Airshow : Le loueur Avation commande deux ATR 72-600 supplémentaires pour US-Bangla Airlines Singapore Airshow : Le loueur Avation commande deux ATR 72-600 supplémentaires pour US-Bangla Airlines
Le loueur singapourien Avation PLC a converti deux droits d'achat d'ATR 72-600 en commandes fermes, des appareils destinés US-Bangla, la plus grande compagnie privée du ... Lire la suite
Singapore Airshow : PNG Air sera la compagnie de lancement de l'ATR 42-600 STOL Singapore Airshow : PNG Air sera la compagnie de lancement de l'ATR 42-600 STOL
La compagnie régionale de Papouasie-Nouvelle-Guinée PNG Air (ex-Airlines PNG) a commandé trois exemplaires de l'ATR 42-600S, la nouvelle version STOL de l'ATR 42-600. PNG Air ... Lire la suite
IL Y A 9 HEURES
Le renouvellement de la flotte de Corsair est lancé
IL Y A 9 HEURES
Singapour : Le futur centre d'entretien des réacteurs LEAP de SIAEC devrait se poser à Changi
IL Y A 10 HEURES
Green Africa Airways se détourne de Boeing pour acquérir 50 Airbus A220
IL Y A 11 HEURES
Middle East Airlines n'acceptera plus que les paiements en dollar
IL Y A 16 HEURES
Les Etats-Unis augmentent les taxes punitives sur les avions d'Airbus
Le salon de Singapour, symbole de la résilience du secteur aéronautique face aux crises
XL Airways met ses biens aux enchères : « le coeur de la vente, ce sont les pièces aéronautiques »
 
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2020 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT