Se connecter      Rechercher un article      Newsletter      Alertavia      JE M'ABONNE
Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
Industrie spatiale     Vols habités     Missions     Lanceurs     Satellites    
 
Actualité aéronautique Espace D'Apollo à Artemis, cinquante ans au moins les séparent
L'édito

D'Apollo à Artemis, cinquante ans au moins les séparent

Léo Barnier
16 JUIL. 2019 | 536 mots
D'Apollo à Artemis, cinquante ans au moins les séparent
© NASA
Il y a cinquante ans, jour pour jour, Saturn V décollait du Centre spatial Kennedy pour la mission Apollo 11. Trois hommes - entrés depuis dans l'histoire de l'humanité - se trouvaient à son bord, confinés dans l'étroit module de commandes : Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins. Ils s'envolaient alors pour un voyage de huit jours qui devait voir l'homme poser le pied sur la Lune dans la nuit du 21 juillet 1969.

C'était aussi la réalisation de la vision de John F. Kennedy, qui lança le programme Apollo en 1961 pour enfin prendre l'avantage face aux Soviétiques dans cette course à l'espace, émanation directe de la Guerre froide. Ses mots sont restés célèbres : « We choose to go to the Moon in this decade and do the other things, not because they are easy, but because they are hard. » Il fallait au moins cela pour engager les dizaines de milliards de dollars nécessaires à cette entreprise.

Heureusement, l'immense portée de cet exploit a dépassé le conflit temporel Est-Ouest. Neil Armstrong, un civil, fut choisi pour être le premier humain sur la Lune plutôt que Buzz Aldrin, militaire de son état. Et sa première phrase sur l'astre sélène fut un message pour la planète entière : « That's one small step for a man, one giant leap for mankind ». Si cela n'a pas mis fin aux tensions, la première mission Apollo-Soyouz se tenait dès 1975 et ouvrait la voie à la coopération internationale concrétisée aujourd'hui à travers l'ISS.

Difficile de savoir si le programme américain Artemis, avec un retour sur la Lune en 2024, pourra se hisser à la hauteur d'Apollo. L'exploit sera moins retentissant qu'en 1969, mais il s'agira sans nul doute d'une nouvelle aventure humaine magnifique. Et la Lune ne doit être qu'une étape vers Mars.

Malgré les avancées technologiques, des risques perdurent. Les difficultés multiples du lanceur SLS et de la capsule Orion, qui doivent voler l'an prochain, en sont la preuve. D'autant que la pérennité de la mission est troublée par une volonté politique, certes fortes, mais potentiellement néfaste. Donald Trump n'a pas hésité à exiger une accélération du calendrier de quatre ans - avant la fin de son deuxième (possible) mandat - faisant fi des avertissements. Qu'importe les risques lorsqu'il s'agit de prendre de vitesse la Chine et d'inscrire son nom au « Hall of Fame » des grands dirigeants.

Si la NASA compte sur la participation internationale, ne serait-ce que pour partager les coûts, Artemis pourrait aussi être emprunt d'un nationalisme latent, exprimé par le vice-président Mike Pence : « The first woman and the next man on the Moon will both be American astronauts, launched by American rockets from American soil. » Il était certes déjà présent dans les années 1960, mais il semble autant anachronique qu'inquiétant à l'heure de la coopération spatiale.

Et pour ceux qui s'intéressent à la mystique des noms : Artémis, déesse de la Lune, aida sa mère à accoucher de son frère jumeau Apollon, dieu du Soleil, mais tua par accident son amant Orion.
Problème de parachute lors du test d'éjection de la capsule spatiale de Boeing Problème de parachute lors du test d'éjection de la capsule spatiale de Boeing
Pour la première fois, deux femmes sortent dans l'espace ensemble Pour la première fois, deux femmes sortent dans l'espace ensemble
La NASA présente ses nouvelles combinaisons pour aller sur la Lune La NASA présente ses nouvelles combinaisons pour aller sur la Lune
Léo Barnier
Journaliste spécialisé
Industrie & Technologie, Equipements, MRO


Les derniers articles Espace
L'industrie aéronautique européenne reste en croissance L'industrie aéronautique européenne reste en croissance
Alors que la nouvelle Commission européenne se met en place, l'aéronautique entend bien faire entendre sa voix à Bruxelles. C'est notamment le cas à travers ... Lire la suite
L'ESA au service de la MRO aéronautique L'ESA au service de la MRO aéronautique
La maintenance est un domaine que l'on associe peu au monde du spatial en général. Pourtant l'Agence spatiale européenne a montré qu'elle pouvait s'avérer utile ... Lire la suite
Des annonces mais peu de contrats pour l'aéronautique française en Chine Des annonces mais peu de contrats pour l'aéronautique française en Chine
La visite d'Emmanuel Macron en Chine début novembre aura été fructueuse pour l'industrie française, avec plus de 15 milliards d'euros de contrats signés, mais pas ... Lire la suite
Le moteur principal d'Ariane 6 est désormais qualifié Le moteur principal d'Ariane 6 est désormais qualifié
L'ESA et ArianeGroup viennent de faire un nouveau pas vers le premier vol d'Ariane 6. L'agence spatiale et l'industriel européens viennent d'annoncer, le 27 septembre, ... Lire la suite
Syracuse IV s'ouvre à l'international Syracuse IV s'ouvre à l'international
Le programme de satellites de télécommunications militaires Syracuse IV, dont les deux premiers satellites doivent être lancés entre 2020 et 2022, va pouvoir bénéficier à ... Lire la suite
IL Y A 7 HEURES
Un 737-800 d'Air India Express sort de piste à Kozhikode, au moins 17 morts
IL Y A 8 HEURES
Face à SpaceX, Moscou promet Vénus et des fusées utilisables 100 fois
IL Y A 8 HEURES
Air France va exploiter un vol direct depuis Pékin, une première en Europe depuis la pandémie
IL Y A 8 HEURES
Airbus : 67 annulations de commandes depuis le début de l'année
IL Y A 8 HEURES
British Airways enregistre déjà 6000 départs volontaires
L'aviation d'affaires veut sortir de la tempête
Pendant la crise, IPECA reste en première ligne pour accompagner les salariés de l'aéronautique
 
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2020 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT