Actualité aéronautique Industrie & Technologie 50 ans après son premier vol, Concorde fascine toujours
L'édito

50 ans après son premier vol, Concorde fascine toujours

Romain Guillot
Publié 26/02/2019 | 373 mots
50 ans après son premier vol, Concorde fascine toujours
© Aérospatiale
Le Concorde souffle ses 50 bougies
•  Jean Pinet, l'un des « Hommes de Concorde »
•  Happy Birthday Mister...Concorde !
•  Une vente aux enchères exceptionnelle pour célébrer le premier vol du Concorde
•  50 ans après son premier vol, Concorde fascine toujours
•  Joyeux anniversaire F-WTSS : Les rendez-vous incontournables des 1er, 2 et 3 mars

C'était il y a cinquante ans. Après un petit report de quelques jours, le Concorde 001 décollait pour la première fois le 2 mars 1969 de Toulouse avec à son bord André Turcat, Jacques Guignard, Michel Rétif et Henri Perrier. Le premier vol du « gros oiseau » allait durablement marquer l'histoire de l'aéronautique française et britannique, mais pas seulement.

Car même si seulement 20 exemplaires furent produits au total, en comptabilisant les quatre prototypes et les deux avions de présérie, Concorde reste assurément l'avion de ligne qui fascine le plus, grâce à ses performances toujours inégalées d'une part, mais aussi tout simplement par ses lignes uniques, et franchement magnifiques, qui seront reconnaissables par plusieurs générations successives aux quatre coins du globe.

Mais Concorde fut aussi le prestigieux vaisseau amiral des flottes d'Air France et de British Airways durant plus de deux décennies, avant la terrible tragédie de Gonesse qui allait précipiter la fin du mythe. Les deux uniques opérateurs de l'avion proposaient un service d'exception à leurs passagers alors qu'ils croisaient à la vitesse d'une balle de fusil à plus de 55 000 pieds. Concorde permettait alors à ces compagnies de se démarquer de toutes les autres.

Évidemment le destin commercial de Concorde fut anéanti par deux chocs pétroliers et par l'essor des avions gros-porteurs. Les efforts réalisés pour obtenir 80 engagements émanant de dix-huit compagnies aériennes, c'est-à-dire pratiquement l'équivalent du tiers des coûts du programme, furent pratiquement réduits à néant en l'espace de deux ans. Étonnamment, seule Iran Air figurera sérieusement comme possible troisième opérateur du supersonique avant de se désister aussi en 1980.

Mais ce qu'il faut surtout retenir c'est que Concorde fut l'une des briques fondatrices de la montée en puissance de l'industrie aéronautique civile en France et en Europe. Sans Concorde, il n'aurait certainement pas eu d'Airbus, ni de programme CFM56 entre Safran et GE. Et en pleine guerre froide, le supersonique a assurément montré au monde que l'Europe pouvait s'affirmer vis-à-vis des deux grands blocs.

Concorde, c'était finalement bien plus qu'un avion de transport supersonique.
Romain Guillot
Rédacteur en chef
Cofondateur du Journal de l'Aviation et d'Alertavia


Les articles dans la même thématique
IL Y A 17 HEURES Equipements
Philippe Atrous : « Collins Aerospace reconnaît les talents et permet le développement de ses collaborateurs » Philippe Atrous : « Collins Aerospace reconnaît les talents et permet le développement de ses collaborateurs »
Depuis le rachat de Rockwell Collins par United Technologies et sa fusion avec UTC Aerospace Systems, leurs différentes activités évoluent désormais au sein de Collins ... Lire la suite
22 MAI 2019 Avions d'affaires
EBACE 2019 : Bombardier s'en remet à sa gamme Global EBACE 2019 : Bombardier s'en remet à sa gamme Global
Alors que ses appareils commerciaux sont dans la tourmente, Bombardier tente de se rassurer avec ses avions d'affaires. Plus précisément, le constructeur canadien s'appuie sur ... Lire la suite
La famille A220 d'Airbus vient de gagner une heure d'autonomie supplémentaire La famille A220 d'Airbus vient de gagner une heure d'autonomie supplémentaire
Christian Scherer, directeur commercial d'Airbus, a profité des Innovation Days de l'avionneur européen, qui se tiennent actuellement à Toulouse, pour annoncer une augmentation très significative ... Lire la suite
L'armée de l'air se prépare à l'ALSR
L'armée de l'air muscle ses capacités ISR (Intelligence, surveillance, reconnaissance). Les moyens alloués aux missions de renseignement vont s'étoffer dans les mois à venir, à la fois avec l'arrivée de deux systèmes supplémentaires (soit six ... Lire la suite
L'aviation d'affaires se met au vert L'aviation d'affaires se met au vert
C'est un fait, aviation d'affaires ne rime pas avec environnement. Mobiliser un biréacteur pour quelques personnes sur des trajets qui en moyenne ne dépassent pas ... Lire la suite
Dans la rubrique Industrie & Technologie, la Rédaction vous recommande
Airbus A320ceo : le dernier V2500 civil d'IAE bientôt monté sous aile La fin des avions commerciaux de Bombardier
Safran Helicopter Engines regarde du côté des voilures fixes pour son Ardiden 3 La famille A320neo d'Airbus est désormais au grand complet
Boeing 737 MAX : l'arrêt des livraisons commence à se faire sentir dans les finances de l'avionneur Neuf autorités internationales conviées à la certification du 737 MAX de Boeing
05h31 Boeing 737 MAX : Les autorités mondiales se séparent sans date de retour en service
23/05 La Nasa détaille Artémis, son programme de retour sur la Lune
23/05 Ross McInnes reconduit pour quatre ans à la présidence du conseil d'administration de Safran
23/05 Quand va revoler le 737 MAX ? Les régulateurs aériens en débattent
23/05 Boeing pousse le Camcopter pour les forces spéciales
23/05 La loi Pacte prévoyant la privatisation d'ADP promulguée
IL Y A 13 HEURES
Confirmant des informations recueillies à l'automne 2018, le général Philippe Lavigne, chef d'état-major de l'ARMEE DE L'AIR, annonce que la livraison du second A330 MRTT est attendue dans les prochaines semaines - en avance par rapport au calendrier initial. L'avion converti par AIRBUS DEFENCE & SPACE avait effectué son premier vol d'essai en septembre 2018. Le ravitailleur, équipé pour les missions d'évacuations médicales, est par ailleurs attendu sur le statique du SALON DU BOURGET, qui ouvrira ses portes le 17 juin prochain.
IL Y A 14 HEURES
La ministre des Armées FLORENCE PARLY dévoilera la maquette de l'hélicoptère interarmées léger (HIL) le 27 mai, à l'occasion d'une visite sur le site d'AIRBUS HELICOPTERS à Marignane. Inscrit dans la Loi de programmation militaire, le HIL ne sera cependant pas lancé avant 2022, pour des livraisons à partir de 2028. La cible est de 169 appareils, afin de remplacer les Fennec de l'armée de l'air, les Gazelle de l'ALAT et les Dauphin/Panther/Alouette III de la Marine nationale.
22 MAI 2019
(EBACE 2019) HK BELLAWINGS signe une nouvelle lettre d'intention avec BOMBARDIER pour cinq GLOBAL 7500. L'opérateur hongkongais réaffirme ainsi son intérêt pour l'avion haut de gamme, après un accord similaire conclu il y a un an pour dix-huit Global 6500 et 7500. Il a d'ailleurs confirmé l'achat de deux GLOBAL 7500 supplémentaires au titre de ce premier accord, ce qui porte son total à quatre Global 6500 et huit GLOBAL 7500.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

L'aviation d'affaires se met au vert
Philippe Atrous : « Collins Aerospace reconnaît les talents et permet le développement de ses collaborateurs »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus