Actualité aéronautique Industrie & Technologie 50 ans après son premier vol, Concorde fascine toujours
L'édito

50 ans après son premier vol, Concorde fascine toujours

Romain Guillot
Publié 26/02/2019 | 373 mots
50 ans après son premier vol, Concorde fascine toujours
© Aérospatiale
Le Concorde souffle ses 50 bougies
•  Jean Pinet, l'un des « Hommes de Concorde »
•  Happy Birthday Mister...Concorde !
•  Une vente aux enchères exceptionnelle pour célébrer le premier vol du Concorde
•  50 ans après son premier vol, Concorde fascine toujours
•  Joyeux anniversaire F-WTSS : Les rendez-vous incontournables des 1er, 2 et 3 mars

C'était il y a cinquante ans. Après un petit report de quelques jours, le Concorde 001 décollait pour la première fois le 2 mars 1969 de Toulouse avec à son bord André Turcat, Jacques Guignard, Michel Rétif et Henri Perrier. Le premier vol du « gros oiseau » allait durablement marquer l'histoire de l'aéronautique française et britannique, mais pas seulement.

Car même si seulement 20 exemplaires furent produits au total, en comptabilisant les quatre prototypes et les deux avions de présérie, Concorde reste assurément l'avion de ligne qui fascine le plus, grâce à ses performances toujours inégalées d'une part, mais aussi tout simplement par ses lignes uniques, et franchement magnifiques, qui seront reconnaissables par plusieurs générations successives aux quatre coins du globe.

Mais Concorde fut aussi le prestigieux vaisseau amiral des flottes d'Air France et de British Airways durant plus de deux décennies, avant la terrible tragédie de Gonesse qui allait précipiter la fin du mythe. Les deux uniques opérateurs de l'avion proposaient un service d'exception à leurs passagers alors qu'ils croisaient à la vitesse d'une balle de fusil à plus de 55 000 pieds. Concorde permettait alors à ces compagnies de se démarquer de toutes les autres.

Évidemment le destin commercial de Concorde fut anéanti par deux chocs pétroliers et par l'essor des avions gros-porteurs. Les efforts réalisés pour obtenir 80 engagements émanant de dix-huit compagnies aériennes, c'est-à-dire pratiquement l'équivalent du tiers des coûts du programme, furent pratiquement réduits à néant en l'espace de deux ans. Étonnamment, seule Iran Air figurera sérieusement comme possible troisième opérateur du supersonique avant de se désister aussi en 1980.

Mais ce qu'il faut surtout retenir c'est que Concorde fut l'une des briques fondatrices de la montée en puissance de l'industrie aéronautique civile en France et en Europe. Sans Concorde, il n'aurait certainement pas eu d'Airbus, ni de programme CFM56 entre Safran et GE. Et en pleine guerre froide, le supersonique a assurément montré au monde que l'Europe pouvait s'affirmer vis-à-vis des deux grands blocs.

Concorde, c'était finalement bien plus qu'un avion de transport supersonique.
Romain Guillot
Rédacteur en chef
Cofondateur du Journal de l'Aviation et d'Alertavia


Les articles dans la même thématique
L'Australie se dote de G550 L'Australie se dote de G550
L'Australie va renforcer ses capacités de guerre électronique. Le ministre de la Défense Christopher Pyne a annoncé l'acquisition de quatre G550 modifiés et équipés de ... Lire la suite
Rolls-Royce teste la version hybride-électrique de son M250 Rolls-Royce teste la version hybride-électrique de son M250
Rolls-Royce a raté le coche d'une semaine. Alors que le salon Heli-Expo s'est largement tenu sous le signe de l'eVTOL, le motoriste britannique a attendu ... Lire la suite
Bruno Even (Airbus Helicopters) : « Il faut avoir une vision large de l'innovation, au niveau des produits et des services » Bruno Even (Airbus Helicopters) : « Il faut avoir une vision large de l'innovation, au niveau des produits et des services »
Dans un contexte encore difficile, avec peu de perspectives d'évolutions significatives à court terme, Bruno Even, PDG d'Airbus Helicopters, a profité du salon Heli-Expo, qui ... Lire la suite
Saison 2 pour le projet MMT Saison 2 pour le projet MMT
Lancé le 16 mars 2018 dans les locaux de Dassault Aviation, en présence de la ministre des Armées Florence Parly, le projet MMT (Man machine ... Lire la suite
Affrontement entre hélicoptéristes européens pour l'US Navy Affrontement entre hélicoptéristes européens pour l'US Navy
Avec un besoin de 130 appareils d'entraînement à (très) court terme pour remplacer sa flotte actuelle, l'US Navy est loin de laisser insensibles les hélicoptéristes. ... Lire la suite
Dans la rubrique Industrie & Technologie, la Rédaction vous recommande
Heli-Expo 2019 : Airbus Helicopters passe la cinquième sur le H145 Sikorsky lance les S-92A+ et S-92B à Heli-Expo 2019
LEAP, NMA, Initium... Safran aura Boeing en tête en 2019 Rolls-Royce renonce au NMA de Boeing
L'export tire Dassault Aviation en 2018 Année de transition réussie pour le groupe Safran
08h06 Boeing autorisé à faire voler ses nouveaux 737 MAX pour les dispatcher sur ses sites
08h02 Le PDG de Boeing tente de rassurer ses clients et leurs passagers
18/03 Le pool MMF attend son premier A330 MRTT
18/03 EasyJet renonce à Alitalia
18/03 Corsair vendue au groupe d'investissement allemand INTRO Aviation
18/03 L'Australie se dote de G550
IL Y A 26 MINUTES
La FAA autorise BOEING à faire voler ses BOEING 737 MAX entre RENTON et différents sites de l'avionneur à fin de stockage, le site de production des monocouloirs étant limité en surface de parking disponible.
IL Y A 1 HEURE
PAULO CESAR DE SOUZA E SILVA va quitter son poste de CEO d'EMBRAER au terme de son mandat de deux ans se terminant le 22 avril prochain. Cette décision fait suite à l'accord des actionnaires concernant le rapprochement de l'avionneur brésilien avec Boeing. Il restera cependant conseiller principal du conseil d'administration pour assurer cette transition. Son successeur sera nommé à cette même date et sera recruté à l'extérieur d'EMBRAER.
IL Y A 16 HEURES
La ROYAL AUSTRALIAN AIR FORCE va se doter de quatre G550 destinés aux missions de guerre électronique. Le programme d'acquisition annoncé par le ministre de la Défense Christopher Pyne a été rebaptisé MC-55A « Peregrine ». Il est doté d'une enveloppe de 2,46 milliards de dollars australiens - environ 1,5 milliard d'euros.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Crise de confiance
Bruno Even (Airbus Helicopters) : « Il faut avoir une vision large de l'innovation, au niveau des produits et des services »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus