Actualité aéronautique Industrie & Technologie EBACE 2018 : Et si la crise était finie ?
L'édito

EBACE 2018 : Et si la crise était finie ?

Léo Barnier à Genève
Publié 05/06/2018 | 711 mots
EBACE 2018 : Et si la crise était finie ?
© EBACE
Que s'est-il passé en six mois ? En octobre 2017, au sortir de la NBAA, une certaine morosité plane sur l'aviation d'affaires. Malgré plusieurs signes positifs - croissance économique, hausse du trafic, désengorgement du marché de seconde main et remontée des prix - la reprise des ventes d'avions neufs tarde toujours à se faire sentir. Cette tendance se confirme quelques mois plus tard avec les chiffres publiés par l'Association des constructeurs de l'aviation générale (Gama) pour l'année 2017, avec une baisse de 1 % des livraisons par rapport à 2016.

Six mois plus tard, à Ebace, la situation est tout autre. Pour la première fois depuis longtemps, l'ensemble des avionneurs s'accorde à dire que la reprise tant attendue est là. Eric Trappier, P-DG de Dassault Aviation, note ainsi que le climat du marché lors du lancement du Falcon 6X, en février 2018, « est extrêmement différent des conditions qui prévalaient l'an dernier. Avant tout, nous avons constaté une pleine reprise du marché d'occasion, indicateur de la santé du marché de notre industrie [...] Et la demande pour les nouveaux avions commence aussi à se renforcer. »

De même, Michael Amalfitano, P-DG d'Embraer Executive Jets estime que plusieurs indicateurs traditionnels sont au vert. Il note que les avions disponibles sur le marché de seconde main ne représentent plus que 9 % de la flotte mondiale en service. C'est deux points de moins qu'il y a trois ans. Il ajoute qu'en ce début d'année, le trafic a retrouvé son niveau de 2007, celui d'avant la crise. L'Europe, entre autres, connaît une très forte recrudescence de la demande.

Eric Trappier n'hésite donc pas à déclarer que : « Après un long ralentissement, nous voyons enfin la lumière au bout du tunnel. » Et les chiffres de la Gama semblent lui donner raison : l'association enregistre une hausse des livraisons de 1,5 % pour les jets et de 13 % pour les turbopropulseurs au premier trimestre 2018 par rapport à la même période un an auparavant. Il s'agit d'ailleurs du meilleur démarrage depuis 2015, époque où certains constructeurs maintenaient encore un fort volume de livraisons quoiqu'il en coûte.

Qu'est-ce qui a changé ?

Pour autant, ces facteurs ont déjà été observés épisodiquement ces dernières années. Alors comment expliquer ce regain d'optimisme qui ferait presque penser que la crise de 2008-2009, renforcée en 2011, est finie ?

Sur le plan conjoncturel, il faut tout d'abord noter la simultanéité de ces facteurs. La reprise du trafic en 2016 ne s'est pas conjuguée avec la fluidification du marché de l'occasion à partir de 2017. C'est aujourd'hui chose faite. Les entreprises, dont les capacités d'investissement ont été durablement affectées par les crises successives, semblent aussi avoir retrouvé la solidité et la confiance nécessaires pour acheter à nouveau des avions à plusieurs millions, voire dizaines de millions, d'euros. C'est d'autant plus vrai aux Etats-Unis, où elles commencent à bénéficier des retombées de la réforme fiscale.

Sur le plan structurel, le marché a été largement bouleversé. Pour Eric Trappier, « la crise de 2009 a changé la façon d'acheter un avion d'affaires ». Il a notamment noté une détérioration de l'image de cette industrie auprès du public. Souvent associé à l'opulence, l'avion d'affaires a mauvaise presse dans un contexte de crise économique globale. Plusieurs entreprises ont ainsi vendu leur flotte ou renoncé à un achat par peur d'un impact négatif sur leur notoriété. Cette situation semble aujourd'hui moins prégnante et l'aviation d'affaires redevient un symbole de réussite économique.

Enfin de nouveaux marchés s'ouvrent. C'est le cas de la Chine, jusqu'ici très hermétique à l'aviation d'affaires notamment pour des raisons réglementaires. L'assouplissement de la législation en la matière et la libéralisation progressive du ciel par les militaires chinois permettent enfin aux constructeurs de toucher du doigt les immenses perspectives qu'offre le pays.

Cette reprise doit désormais se confirmer dans le temps. Le passé a montré que les rebonds pouvaient être de courte durée, comme ce fut le cas en 2013-2014. Et comme l'a déclaré Eric Trappier : « Le marché semble aller mieux pour nous comme pour nos concurrents, même si le business nous dit que ne rien n'est jamais sûr. »
Les articles dans la même thématique
IL Y A 18 HEURES Industrie & Technologie
Le trafic passagers toujours en hausse
La demande dans le secteur passagers a augmenté de 7,8% en juin par rapport au même mois de l'année précédente, indique l'Association internationale du transport aérien. Le premier semestre 2018 s'est achevé sur une croissance ... Lire la suite
Nouveau record pour le Zephyr Nouveau record pour le Zephyr
Airbus Defence & Space annonce le succès du vol inaugural de son « pseudolite » Zephyr S, qui s'est posé 25 jours, 23 heures et ... Lire la suite
Photo : Air China réceptionne son premier Airbus A350-900 Photo : Air China réceptionne son premier Airbus A350-900
Airbus a livré le premier des dix A350-900 destinés à Air China. Avec une capacité de 312 places, MSN 167 dispose d'une configuration tri-classe, avec ... Lire la suite
Bombardier valide le Q400 de 90 places Bombardier valide le Q400 de 90 places
Dans la grande compétition que se livre ATR et Bombardier sur le marché des turbopropulseurs, le seuil des 90 sièges est longtemps apparu comme le ... Lire la suite
L'A400M allemand apte aux évacuations médicales L'A400M allemand apte aux évacuations médicales
L'Allemagne dispose à présent de la capacité d'évacuation aéromédicale à bord d'un A400M. Le premier kit « Intensive care aeromedical evacuation » (ICAE) a été ... Lire la suite
Dans la rubrique Industrie & Technologie, la Rédaction vous recommande
Bombardier valide le Q400 de 90 places Stephan Miegel (Airbus DS) : « Tout le monde attend d'en apprendre plus sur SmartForce »
Farnborough 2018 : le MRJ a désormais accompli 50% de ses essais en vol Le BelugaXL d'Airbus décolle pour la première fois
Farnborough 2018 : les commandes d'avions commerciaux du salon Farnborough 2018 : Thales fait un pas de plus vers l'avion autonome
14/08 Le trafic passagers toujours en hausse
14/08 La fermeture de la base d'Incirlik pourrait coûter cher à Ankara
14/08 Les pilotes de KLM menacent également de faire grève
13/08 Le fret aérien poursuit une croissance au ralenti
11/08 Un mécanicien "suicidaire" vole un Q400 et s'écrase dans la baie de Seattle
10/08 Sichuan Airlines reçoit son premier A350
17 Alertes depuis 7 jours, 258 depuis 1 mois

Alertavia, édité par le Journal de l'Aviation,
est déjà l'une des principales sources
d'actualité aéronautique
en langue française
IL Y A 16 HEURES
Brendan Curran a été nommé au poste de directeur de la division AvionX de BOEING, division créée pour pérenniser le développement et la production des systèmes avionique et électriques.
IL Y A 16 HEURES
Le président des États-Unis Donald Trump a signé le 13 août le budget 2019 du département de la Défense, qui se monte à 717 milliards de dollars. Celui-ci prévoit entre autres une hausse des soldes de militaires de 2,6% ainsi qu'une augmentation des effectifs dans les trois armées.
10 AOUT 2018
CAE a été sélectionné par la Royal New Zealand Air Force pour fournir un simulateur NH90. Le système CAE700MR (Mission reality) sera livré en 2020, il a notamment été présenté au Salon de Farnborough.
ALERTAVIA, la nouvelle plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels du secteur aéronautique et spatial.

Farnborough 2018 : un salon aux deux visages
Farnborough 2018 : Entretien exclusif avec David Dufrenois, Directeur des ventes de l'Airbus A220
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus