Actualité aéronautique Industrie & Technologie EBACE 2018 : Et si la crise était finie ?
L'édito

EBACE 2018 : Et si la crise était finie ?

Léo Barnier à Genève
Publié 05/06/2018 | 711 mots
EBACE 2018 : Et si la crise était finie ?
© EBACE
Que s'est-il passé en six mois ? En octobre 2017, au sortir de la NBAA, une certaine morosité plane sur l'aviation d'affaires. Malgré plusieurs signes positifs - croissance économique, hausse du trafic, désengorgement du marché de seconde main et remontée des prix - la reprise des ventes d'avions neufs tarde toujours à se faire sentir. Cette tendance se confirme quelques mois plus tard avec les chiffres publiés par l'Association des constructeurs de l'aviation générale (Gama) pour l'année 2017, avec une baisse de 1 % des livraisons par rapport à 2016.

Six mois plus tard, à Ebace, la situation est tout autre. Pour la première fois depuis longtemps, l'ensemble des avionneurs s'accorde à dire que la reprise tant attendue est là. Eric Trappier, P-DG de Dassault Aviation, note ainsi que le climat du marché lors du lancement du Falcon 6X, en février 2018, « est extrêmement différent des conditions qui prévalaient l'an dernier. Avant tout, nous avons constaté une pleine reprise du marché d'occasion, indicateur de la santé du marché de notre industrie [...] Et la demande pour les nouveaux avions commence aussi à se renforcer. »

De même, Michael Amalfitano, P-DG d'Embraer Executive Jets estime que plusieurs indicateurs traditionnels sont au vert. Il note que les avions disponibles sur le marché de seconde main ne représentent plus que 9 % de la flotte mondiale en service. C'est deux points de moins qu'il y a trois ans. Il ajoute qu'en ce début d'année, le trafic a retrouvé son niveau de 2007, celui d'avant la crise. L'Europe, entre autres, connaît une très forte recrudescence de la demande.

Eric Trappier n'hésite donc pas à déclarer que : « Après un long ralentissement, nous voyons enfin la lumière au bout du tunnel. » Et les chiffres de la Gama semblent lui donner raison : l'association enregistre une hausse des livraisons de 1,5 % pour les jets et de 13 % pour les turbopropulseurs au premier trimestre 2018 par rapport à la même période un an auparavant. Il s'agit d'ailleurs du meilleur démarrage depuis 2015, époque où certains constructeurs maintenaient encore un fort volume de livraisons quoiqu'il en coûte.

Qu'est-ce qui a changé ?

Pour autant, ces facteurs ont déjà été observés épisodiquement ces dernières années. Alors comment expliquer ce regain d'optimisme qui ferait presque penser que la crise de 2008-2009, renforcée en 2011, est finie ?

Sur le plan conjoncturel, il faut tout d'abord noter la simultanéité de ces facteurs. La reprise du trafic en 2016 ne s'est pas conjuguée avec la fluidification du marché de l'occasion à partir de 2017. C'est aujourd'hui chose faite. Les entreprises, dont les capacités d'investissement ont été durablement affectées par les crises successives, semblent aussi avoir retrouvé la solidité et la confiance nécessaires pour acheter à nouveau des avions à plusieurs millions, voire dizaines de millions, d'euros. C'est d'autant plus vrai aux Etats-Unis, où elles commencent à bénéficier des retombées de la réforme fiscale.

Sur le plan structurel, le marché a été largement bouleversé. Pour Eric Trappier, « la crise de 2009 a changé la façon d'acheter un avion d'affaires ». Il a notamment noté une détérioration de l'image de cette industrie auprès du public. Souvent associé à l'opulence, l'avion d'affaires a mauvaise presse dans un contexte de crise économique globale. Plusieurs entreprises ont ainsi vendu leur flotte ou renoncé à un achat par peur d'un impact négatif sur leur notoriété. Cette situation semble aujourd'hui moins prégnante et l'aviation d'affaires redevient un symbole de réussite économique.

Enfin de nouveaux marchés s'ouvrent. C'est le cas de la Chine, jusqu'ici très hermétique à l'aviation d'affaires notamment pour des raisons réglementaires. L'assouplissement de la législation en la matière et la libéralisation progressive du ciel par les militaires chinois permettent enfin aux constructeurs de toucher du doigt les immenses perspectives qu'offre le pays.

Cette reprise doit désormais se confirmer dans le temps. Le passé a montré que les rebonds pouvaient être de courte durée, comme ce fut le cas en 2013-2014. Et comme l'a déclaré Eric Trappier : « Le marché semble aller mieux pour nous comme pour nos concurrents, même si le business nous dit que ne rien n'est jamais sûr. »
Léo Barnier
Journaliste spécialisé
Industrie & Technologie, Equipements, MRO


Les articles dans la même thématique
ANA présente son premier Airbus A380 ANA présente son premier Airbus A380
S'il est un avion qui éveille tout de suite la curiosité, c'est bien l'A380 d'All Nippon Airways. Parce qu'il s'agit du premier Airbus A380 au ... Lire la suite
La Slovaquie signe pour des F-16V
Le ministère slovaque de la Défense a signé ce 12 décembre le contrat d'acquisition de 14 F-16V (Block 70/72) avec Lockheed Martin. L'accord, qui comprend les équipements associés ainsi que des volets de soutien logistique ... Lire la suite
La filière aéronautique française lance son nouveau plan stratégique La filière aéronautique française lance son nouveau plan stratégique
Le GIFAS (Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales), en partenariat avec Bercy et les régions vient de lancer son troisième plan stratégique visant à ... Lire la suite
10 DEC. 2018 Avions d'affaires
Boeing lance le BBJ 777X Boeing lance le BBJ 777X
Le Boeing 777X ne vole même pas qu'il est déjà proposé en version VVIP. A l'occasion du salon de l'aviation d'affaires MEBAA (Middle East Business ... Lire la suite
10 DEC. 2018 Avions commerciaux
Airbus : l'objectif des 800 livraisons s'éloigne pour 2018 Airbus : l'objectif des 800 livraisons s'éloigne pour 2018
Airbus annonce avoir livré un total de 89 appareils à 54 clients durant le mois de novembre. Ces livraisons ont concerné 71 appareils de la ... Lire la suite
Dans la rubrique Industrie & Technologie, la Rédaction vous recommande
Avec DDMS, la digitalisation d'Airbus va prendre une nouvelle dimension Safran affiche ses nouvelles ambitions devant ses investisseurs
La famille A330neo d'Airbus en a encore sous le fuselage United Technologies finalise l'acquisition de Rockwell Collins, crée Collins Aerospace et se scinde en trois entités
Belfast, première touchée par les suppressions de postes chez Bombardier Boeing assemble le fuselage du premier 777X d'essais en vol
09h35 Le Brésil ouvre complètement son secteur aérien aux capitaux étrangers
13/12 EasyJet va ouvrir 17 nouvelles lignes en France en 2019
13/12 ANA présente son premier Airbus A380
13/12 Sylvain Fagot : « Rationaliser la flotte de HOP! va nous donner de la souplesse en termes de formation des mécaniciens, de logistique et de programme d'entretien »
13/12 L'Eurodrone franchit l'étape de la revue de conception préliminaire
13/12 Venyo monte en puissance dans la simulation
IL Y A 59 MINUTES
PHILIPPE MHUN a été nommé directeur des Programmes d'AIRBUS en remplacement de DIDIER EVRARD, qui part à la retraite. Il assumera ses nouvelles fonctions à partir du 1er janvier, en plus des fonctions de directeur des Services. Ayant officié chez UTA puis Air France jusqu'en 2004, date à laquelle il a rejoint AIRBUS, il était SVP et Head of Customer Services depuis 2016. Il entrera au comité exécutif du groupe.
IL Y A 16 HEURES
MIDDLE EAST AIRLINES (MEA) a signé un contrat de support à long terme de type TotalCare avec ROLLS-ROYCE pour les moteurs Trent 7000 qui équiperont sa flotte d'Airbus A330NEO. La compagnie porte-drapeau du Liban a décidé d'acquérir quatre A330-900 (et deux appareils supplémentaires en option) livrables d'ici 2021.
IL Y A 17 HEURES
MARTIN FRIIS-PETERSEN a été nommé vice-président directeur programmes MRO de MTU AERO ENGINES à compter du 1er janvier 2019. Il succède à Leo Koppers, qui prend sa retraite après 16 ans passés chez MTU. MARTIN FRIIS-PETERSEN était directeur général de MTU Maintenance Lease Services B.V. depuis 2014. Il sera remplacé à ce poste par Andrea Lübke, actuellement directeur des achats chez MTU Maintenance.
IL Y A 18 HEURES
Le groupe CS annonce avoir entamé des négociations exclusives pour le rachat de la société britannique MOLTEK CONSULTANTS pour développer ses compétences dans le domaine spatial, qui représente actuellement 20% de son chiffre d'affaires. Cette acquisition, qui pourrait être conclue au premier trimestre 2019, entre dans le cadre du plan Ambition 2021, qui vise à atteindre un chiffre d'affaires annuel de 300 millions d'euros et une marge opérationnelle de 8% en 3 ans.
IL Y A 19 HEURES
Mitsubishi Heavy Industries Aero Engines (MHIAEL) a réalisé le premier assemblage d'un moteur PW1200G dans son usine de Komaki, au Japon, et sa production a été validée par PRATT & WHITNEY. Ce premier moteur sera utilisé dans le programme d'essais en vol du MRJ. L'usine japonaise devient ainsi le second site d'assemblage et d'essais du PW1200G avec le Centre aérospatial de Mirabel de PRATT & WHITNEY, au Canada.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Vers une nouvelle consolidation chez les loueurs d'avions commerciaux ?
Sylvain Fagot : « Rationaliser la flotte de HOP! va nous donner de la souplesse en termes de formation des mécaniciens, de logistique et de programme d'entretien »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

© 2018 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus