Actualité aéronautique Défense Le retour en grâce de la coopération franco-allemande
L'édito

Le retour en grâce de la coopération franco-allemande

Helen Chachaty
Publié 10/04/2018 | 638 mots
Le retour en grâce de la coopération franco-allemande
Les deux ministres lors de leur rencontre en novembre 2017 © Ministère des armées
La coopération franco-allemande fête sa 55ème année d'existence, dans la lignée du traité de l'Elysée, signé le 22 janvier 1963 par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer. Le volet concernant la Défense prévoyait notamment un rapprochement des doctrines stratégiques et tactiques « en vue d'aboutir à des conceptions communes », des échanges de personnels entre les différentes écoles militaires et une coopération dans le cadre de grands programmes d'armement. Il s'agissait alors « d'organiser un travail en commun dès le stade de l'élaboration des projets d'armement appropriés et de la préparation des plans de financement ».

Cinquante-cinq années plus tard, les deux pays peuvent s'enorgueillir d'avoir mené à bien des projets d'envergure : du Transall à l'Alphajet, en passant par le Tigre et son école de formation binationale, sans oublier évidemment la fondation d'Airbus. Plus récemment, la répartition de la formation des mécaniciens et des équipages d'A400M entre Wunstorf et Orléans a relancé l'un des axes de 1963.

Le futur s'annonce également plein de promesses, avec plusieurs projets structurants, aboutissement de rencontres fréquentes entre les chefs d'États et les ministres de la Défense. Celles-ci se sont d'ailleurs déjà rencontrées à sept reprises depuis la prise de fonction de Florence Parly il y a moins d'un an, la dernière en date remontant à la semaine dernière, à Paris.

A l'automne 2016, la France et l'Allemagne ont annoncé leur volonté de constituer une flotte conjointe de C-130J, qui sera basée à Évreux à partir de 2021. Avions, équipages, techniciens devraient être regroupés dans une entité commune, avec l'objectif, à terme, de mener des opérations ensemble - un point qui est cependant toujours en cours de réflexion.

A l'issue du conseil franco-allemand de Défense du 13 juillet 2017, Paris et Berlin ont annoncé vouloir lancer des études pour concevoir et développer le système de combat aérien du futur pour l'horizon 2040. Si les contours en sont pour l'instant relativement flous, le message politique est fort, le projet industriel ambitieux. Les allers-retours entre Ottobrun et Saint-Cloud ont déjà débuté, la répartition industrielle est attendue pour 2019, la feuille de route pourrait être fixée dès cette année.

L'autre grand projet concerne la patrouille maritime, alors que les flottes doivent être renouvelées à l'horizon 2030-2035. Là encore, les discussions sont déjà bien amorcées et les études industrielles devraient être lancées dès 2019, avec l'ambition de pouvoir passer de premières commandes à partir de 2025.

Reste maintenant à faire coïncider les besoins français et allemands pour aboutir à des programmes cohérents, sur des plateformes capables de satisfaire les exigences en termes de capacités militaires et de doctrine d'emploi. Les conceptions divergentes en matière d'intervention extérieure devront être dépassées, les calendriers ajustés, les budgets débloqués. Du travail de négociation en perspective, que ce soit du côté politique, mais aussi dans les états-majors respectifs. Car il ne s'agit pas simplement de signer des lettres et des déclarations d'intentions, mais bien plus de construire la Défense du futur et de structurer l'industrie des deux côtés du Rhin. L'impulsion lancée devra être suivie, par le biais notamment de contrats engageant l'implication des deux pays.

Le prochain salon aéronautique ILA de Berlin devrait permettre de répondre à certaines questions et d'approfondir un certain nombre de sujets, avec la présence d'autorités politiques et militaires. Partenaire privilégiée, la France est présentée comme « le meilleur choix possible ». « Au niveau mondial, aucun pays ne coopère aussi étroitement que la France et l'Allemagne. Ce salon permettra de présenter, de faire vivre et d'intensifier ce partenariat. » Tout un programme donc.
Helen Chachaty
Journaliste spécialisée
Défense, MCO


Les articles dans la même thématique
Le système HForce s'impose en Hongrie Le système HForce s'impose en Hongrie
C'est le second contrat d'envergure en six mois pour Airbus Helicopters en Hongrie : l'hélicoptériste européen va fournir seize H225M aux forces armées hongroises, qui ... Lire la suite
L'Eurodrone franchit l'étape de la revue de conception préliminaire
Airbus Defence & Space, Dassault Aviation et Leonardo annoncent que le programme Euromale (MALE 2025 ou Eurodrone) a franchi l'étape de la revue de conception préliminaire le 22 novembre dernier, trois semaines après le lancement ... Lire la suite
13 DEC. 2018 Sécurité aérienne Forces armées
Une erreur humaine dans l'accident du Tigre allemand Une erreur humaine dans l'accident du Tigre allemand
C'est une erreur humaine qui serait à l'origine de l'accident de Tigre allemand qui avait coûté la vie aux deux personnels de la Bundeswehr en ... Lire la suite
La Slovaquie signe pour des F-16V
Le ministère slovaque de la Défense a signé ce 12 décembre le contrat d'acquisition de 14 F-16V (Block 70/72) avec Lockheed Martin. L'accord, qui comprend les équipements associés ainsi que des volets de soutien logistique ... Lire la suite
A330 MRTT : Airbus tend une nouvelle perche aux Etats-Unis A330 MRTT : Airbus tend une nouvelle perche aux Etats-Unis
C'est une annonce au goût de revanche. Le 4 décembre, deux géants de l'aéronautique de part et d'autre de l'Atlantique, Airbus et Lockheed Martin, annonçaient ... Lire la suite
Dans la rubrique Défense, la Rédaction vous recommande
Le SCAF prêt à être lancé début 2019 Antonov poursuit le contrat SALIS
Les catapultes électromagnétiques s'invitent dans les discussions sur le futur porte-avions français L'A330 MRTT Phénix déploie ses ailes
Le partage industriel du SCAF attendu prochainement Avec PEGASE, l'armée de l'air expérimente la projection à très longue distance
17h13 Brexit : accord entre la Suisse et la Grande-Bretagne sur le transport aérien
16h59 MRO : Les négociations débutent pour le rachat de Sabena technics
16h10 Airbus et Navblue mesurent l'état des pistes en temps réel
15h28 Wow Air réduit sa flotte de moitié et se sépare de ses A330
11h53 Boeing livre un premier 737 MAX depuis son nouveau centre de finition et de livraison de Zhoushan
11h45 Latécoère remporte un contrat avec Boeing pour son avion ravitailleur KC-46A
IL Y A 8 HEURES
AERONAUTICAL ENGINEERS (AEI) a décroché la certification de Transports Canada pour son programme de conversion AEI CRJ200 SF. AEI a déjà livré 10 CRJ200 transformés en appareils tout cargo et en livrera un onzième dans les prochains jours.
IL Y A 8 HEURES
EMBRAER et BOEING se sont mis d'accord sur les termes de leur futur partenariat. Il prévoit la création d'une coentreprise détenue à 80% par l'avionneur américain (pour 4,2 milliards de dollars), englobant les activités commerciales et de services d'EMBRAER. Elle sera gérée au Brésil mais la direction rapportera à Dennis Muilenburg. L'avionneur américain se garde le droit de prendre des décisions importantes comme le déplacement de la production hors du Brésil. Le gouvernement brésilien doit encore approuver l'accord.
IL Y A 8 HEURES
EMBRAER et BOEING se sont également mis d'accord sur la création d'une autre coentreprise couvrant le programme KC-390. L'avionneur brésilien en détiendra 51% et bénéficiera du soutien de son partenaire américain dans la promotion et le défrichement de nouveaux marchés pour l'appareil de transport. Le gouvernement brésilien doit donner son aval et, si le calendrier est respecté, la transaction sera complétée fin 2019.
IL Y A 11 HEURES
LATECOERE a remporté le contrat de fourniture des portes d'accès arrière du KC-46A. Il s'agit d'un contrat « built-to-print » qui sera piloté par les équipes toulousaines d'ingénierie et programme, tandis que la production sera assurée par la toute nouvelle usine de Montredon. L'assemblage sera réalisé au Mexique. La première porte sera livrée à BOEING au début de l'année 2020. Le rythme de production, sur une dizaine d'années, est de quinze ravitailleurs par an.
14 DEC. 2018
VIRGIN GALACTIC a annoncé avoir réalisé avec succès le premier vol spatial de son SPACESHIPTWO, avec les pilotes Mark "Forger" Stucky et Frederick "CJ" Sturckow à bord, le 13 décembre. Après un allumage de 60 secondes de son moteur, le VSS Unity a atteint presque Mach 3 et un apogée de 82,7 km qui est considéré dans l'espace extra-atmosphérique par les militaires américains et la NASA, mais pas par la Fédération aéronautique internationale (FIA) qui préfère se référer à la ligne Kármán (100 km d'altitude). La compagnie prépare maintenant un quatrième vol d'essai motorisé.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Vers une nouvelle consolidation chez les loueurs d'avions commerciaux ?
Sylvain Fagot : « Rationaliser la flotte de HOP! va nous donner de la souplesse en termes de formation des mécaniciens, de logistique et de programme d'entretien »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

© 2018 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus