Actualité aéronautique Transport aérien Les communications radio au coeur de l'enquête sur l'accident de US-Bangla au Népal

Les communications radio au coeur de l'enquête sur l'accident de US-Bangla au Népal

AFP
Publié 13/03/2018 | 768 mots

D'apparents problèmes de communication entre l'avion de la compagnie bangladaise US-Bangla, qui s'est écrasé lundi à Katmandou faisant 49 morts, et la tour de contrôle de l'aéroport de la capitale népalaise étaient mardi au coeur de l'enquête.

Quarante-neuf personnes ont été tuées et 22 blessées dans le crash d'un Bombardier Dash 8 Q400 turbopropulseur en provenance de Dacca, le pire accident d'avion au Népal depuis un quart de siècle.

Les autorités aériennes du Népal ont indiqué avoir récupéré les boîtes noires de l'épave calcinée, l'avion ayant pris feu après s'être écrasé sur un terrain de vague jouxtant l'aéroport.

"Il reste à déterminer qui du pilote ou des contrôleurs aériens était en tort", a déclaré à l'AFP le directeur de l'aéroport Raj Kumar Chhetri, indiquant que les investigations seraient menées conjointement avec le Bangladesh.

Deux experts du fabricant Bombardier ont été dépêchés depuis le Canada mardi matin pour participer à l'enquête.

Un enregistrement de la conversation entre les pilotes et la tour de contrôle, publié par les médias, semble indiquer une confusion quant à la voie d'approche que devait emprunter l'avion pour atterrir sur l'unique piste de l'aéroport.

Le vol devait initialement attendre à quelque 27 kilomètres de Katmandou mais a dépassé ce point, entrant dans l'espace encombré du seul aéroport international du pays himalayen.

Lundi, le PDG de la compagnie aérienne bangladaise Imran Asif avait affirmé qu'il y avait eu un "cafouillage de la part de la tour de contrôle".

Le directeur de l'aviation civile népalaise a mardi écarté les allégations attribuant la tragédie aux faibles capacités de l'aéroport.

"L'accident n'est pas survenu à cause de l'infrastructure de l'aéroport (...) En effet, il opère dans une situation d'embouteillage, mais nous avons des procédures pour faire atterrir des vols en toute sécurité malgré le trafic", a déclaré Sandip Gautam lors d'une conférence de presse.

Des témoins ont rapporté que l'avion de la US-Bangla a brusquement changé de trajectoire juste avant l'accident. Selon des survivants interviewés par l'AFP, le pilote n'avait donné aucun avertissement en cabine.

"J'ai demandé à l'hôtesse de l'air ce qu'il se passait, si tout allait bien ? Elle a levé le pouce, mais je pouvais voir qu'elle était en panique", a raconté Ashish Ranjit, 35 ans, qui s'est échappé par un hublot situé sur le flanc droit.

L'avion "était si bas et prenait des virages tellement brusques", a-t-il ajouté.

- Traînée de carburant -

L'avion a heurté la piste, perforé les grillages barbelés de l'aéroport, laissant derrière lui une traînée de carburant avant de s'arrêter dans les herbes, où il s'est enflammé.

22 passagers, principalement assis du côté droit de la cabine, ont réussi à s'échapper des flammes en s'extirpant par les fenêtres ou en étant extraits de la carcasse par les secouristes.

Parmi les voyageurs figuraient 33 Népalais, 32 Bangladais, 1 Chinois et 1 Maldivien.

Cet accident d'avion est le plus meurtrier au Népal depuis 1992. Ce pays pauvre montagneux a cependant connu une vingtaine d'accidents d'avion au cours de la dernière décennie, la plupart impliquant des petits avions effectuant des vols intérieurs.

La plupart de ces accidents ont été imputés à l'inexpérience des pilotes ainsi qu'à des problèmes de maintenance et de gestion. Les avions népalais sont interdits de vol dans l'espace aérien européen.

Le Népal possède un piètre réseau routier et les vols domestiques sont indispensables pour accéder à certaines zones reculées du pays.

L'aéroport de Katmandou est sis dans une cuvette avec la chaîne de l'Himalaya au nord, le rendant notoirement difficile à l'atterrissage.

Selon les experts, le Bombardier Dash 8 Q400 est un avion facilement manoeuvrable, développé pour les conditions rudes du nord arctique canadien et adapté au relief montagneux du Népal.

En septembre 1992, 167 personnes avaient été tuées à bord d'un vol de Pakistan International Airlines près de l'aéroport de Katmandou. Deux mois auparavant, un appareil de Thai Airways s'était écrasé dans la même zone, faisant 113 morts.

Les articles dans la même thématique
IL Y A 13 HEURES Confort à bord
Avec l'A330neo de TAP Air Portugal, Airbus introduit la nouvelle cabine Airspace

Avec l'A330neo de TAP Air Portugal, Airbus introduit la nouvelle cabine Airspace


Si le lancement d'une campagne de vol d'endurance est un événement en soi dans un programme de certification, celui de l'A330neo marque également l'inauguration de ... Lire la suite
Lufthansa discute aussi avec Norwegian

Lufthansa discute aussi avec Norwegian


Dans un entretien accordé au quotidien Süddeutsche Zeitung le 17 juin, Carsten Spohr a confirmé que le groupe Lufthansa pourrait être intéressé par la reprise ... Lire la suite
Etihad reste déficitaire en 2017

Etihad reste déficitaire en 2017


Les investissements malheureux d'Etihad continuent de peser sur les comptes. La compagnie d'Abou Dhabi a certes publié un chiffre d'affaires en hausse de 1,9% à ... Lire la suite
15 JUIN 2018 Transport aérien
La Commission européenne retire les compagnies indonésiennes de sa liste noire

La Commission européenne retire les compagnies indonésiennes de sa liste noire


L'Europe rend sa confiance en l'Indonésie. Toutes les compagnies du pays ont été retirées de la liste noire de la Commission européenne, mise à jour ... Lire la suite
Air France propose d'améliorer le quotidien de ses salariés, pas encore leur salaire

Air France propose d'améliorer le quotidien de ses salariés, pas encore leur salaire


Lors de la réunion du Comité central d'entreprise (CCE) d'Air France le 14 juin, la direction d'Air France a présenté plusieurs mesures pour améliorer le ... Lire la suite
Dans la rubrique Transport aérien, la Rédaction vous recommande
Air Caraïbes et French bee prennent des Airbus A350 supplémentaires Le transport aérien mondial toujours sur un nuage, mais le ciel commence à s'assombrir
Wizz Air reçoit son 100e Airbus Singapore Airlines relancera son Singapour - New York sans escale en octobre
Singapore Airlines va absorber Silk Air Le renouvellement de la flotte long-courrier d'Austrian n'est pas pour maintenant
18h49 Aegean Airlines mise sur l'Airbus A320neo pour poursuivre sa croissance
18h48 Rencontre au sommet entre Airbus et Boeing
17h10 Nouveau PDG d'Air France-KLM : le comité de nomination poursuit ses travaux (Bercy)
12h18 Sans accord sur le Brexit, Airbus menace de quitter le Royaume-Uni
09h29 Livraison controversée du premier F-35 à la Turquie
09h18 Avec l'A330neo de TAP Air Portugal, Airbus introduit la nouvelle cabine Airspace
78 Alertes depuis 7 jours, 388 depuis 1 mois

Alertavia, déjà l'une des principales sources d'actualité aéronautique en langue française
IL Y A 9 HEURES
Le Groupe DUQUEINE, spécialisé dans la conception et la fabrication de pièces et sous-ensembles aéronautiques en matériaux composites annonce une réorganisation de son actionnariat et une augmentation de capital de 8 millions d'euros. Ces deux opérations sont valorisées à un montant supérieur à 35 millions d'euros. IDIA Capital Investissement, Crédit Agricole Régions Investissement et ACE Management (Aerofund III) s'associent ainsi à Gilles DUQUEINE, dirigeant fondateur, qui reste actionnaire majoritaire.
IL Y A 10 HEURES
L'IATA s'est montré inquiète vis-à-vis du processus visant à la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP), souhaitant que cette démarche vise à améliorer le parcours et l'expérience du passager ainsi que l'efficacité des compagnies aériennes, et non pas à récolter un maximum de recettes. L'IATA se réfère notamment à la possibilité que l'accord de privatisation ait une période de validité de 70 ans, « une erreur » selon elle car elle empêcherait toute flexibilité permettant de répondre aux exigences du marché qui ne peuvent être anticipées à si long terme.
IL Y A 10 HEURES
BOMBARDIER renforce son partenariat avec DAIR (Downsview Aerospace Innovation and Research Consortium) dans le but de créer un pôle aéronautique dans la zone de Downsview à Toronto. L'avionneur investira six millions de dollars canadiens sur cinq ans pour financer des activités et de nouveaux centres de recherche et de développement.
ALERTAVIA, la nouvelle plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels du secteur aéronautique et spatial.

MoM : Les armes du prochain combat entre Airbus et Boeing s'aiguisent
Derek Zimmerman (Gulfstream) : « Nous travaillons depuis plusieurs années pour l'arrivée de G500 et G600 »
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus