Actualité aéronautique Passion Mikaël Brageot et Mélanie Astles livrent leurs impressions sur le début de la Red Bull Air Race

Mikaël Brageot et Mélanie Astles livrent leurs impressions sur le début de la Red Bull Air Race

Propos recueillis par Igor Biétry
Publié 22/02/2017 | 1276 mots
Mikaël Brageot et Mélanie Astles livrent leurs impressions sur le début de la Red Bull Air Race
© Red Bull Air Race
En ce début de saison des Red Bull Air Races, nous vous proposons une interview croisée exclusive de Mikaël Brageot, dont c'est la première saison en Master, et de Mélanie Astles qui, pour sa deuxième saison en Challenger, s'offre le podium dès la première course à Abu Dhabi.

Comment s'est déroulée la préparation pour cette nouvelle saison ?

Mikaël Brageot : Nous avons réalisé une très bonne préparation. Nous avons disposé d'un mois et demi pour refaire une beauté au MXS-R mais aussi et surtout une révision moteur complète et un bon rodage. Nous avons eu pas mal de temps pour faire des essais en vol et, comme nous étions dans un bon timing, nous en avons profité pour faire des séances photos et vidéos avant de démonter l'avion pour Abu Dhabi. En ce qui me concerne, j'ai peaufiné ma préparation physique et mentale. Ensuite, j'ai travaillé avec chaque membre de mon équipe pour que tout soit parfaitement en place et que nous puissions aborder la saison de la façon la plus sereine possible. J'ai souhaité que rien ne soit négligé jusqu'aux tenues vestimentaires de l'équipe. La gestion de l'administration, de la logistique du team, tout est interdépendant ; je tenais à ce que tout soit extrêmement professionnel.

Mélanie Astles : Pour moi, les choses ont totalement changé depuis que mon partenaire BMW m'a permis d'investir dans un avion (Extra 330). J'ai enfin pu m'entraîner dans de bonnes conditions. Je ne vais rien vous apprendre en vous disant que ça change tout ! En plus de ces heures de vols, j'ai beaucoup travaillé sur la visualisation. Le but est de se projeter aux commandes de l'avion et de visualiser le « track » de façon extrêmement précise. Côté préparation physique, j'ai privilégié l'endurance fondamentale avec de longues séances de VTT et de course sur longue distance. Cela me permet de gagner en résistance et de moins ressentir la fatigue face aux sollicitations. Je travaille aussi ma musculation dorsale, mais il y a encore du boulot. En ce qui concerne cette période de l'entre saison, j'ai aussi eu la chance d'être pas mal sollicitée d'un point de vue médiatique et il a fallu gérer.

Abu Dhabi est la première course de la saison. Comment s'est passé le retour en compétition ?

MB : Techniquement je n'ai rien découvert, mais je tenais absolument à faire de cette première échéance une validation rigoureuse du travail effectué depuis plusieurs années déjà. Je voulais que l'équipe soit au maximum d'entrée. Ça prend du temps mais le jeu en vaut la chandelle. Comme j'étais le rookie, j'ai ouvert les tracks mais comme l'an dernier en fait. Ma priorité était de montrer notre approche très professionnelle. Nous avons sérieusement analysé les données de vol, et je me suis attaché à faire un run très propre, sans erreur. Maintenant que nous avons validé la façon de procéder, nous allons pouvoir vraiment pousser pour confirmer la progression. Sur cette course, j'avais évidemment un peu de retenue. Maintenant je vais pouvoir vraiment rentrer dans le vif du sujet dès la prochaine à San Diego. L'enjeu sera de tirer sur les facteurs de charge sans dépasser la limite.

MA : Etre présente à Abu Dhabi pour la deuxième fois, cela permet évidemment de retrouver très vite ses repères. Déjà, on élimine le stress de la nouveauté. J'ai vraiment voulu aborder cette course avec un maximum de sérénité. J'étais très heureuse de revenir et de retrouver tout le monde en fait. Voler sur ce circuit est une expérience exceptionnelle. J'ai également appris à mieux gérer mon temps pour la partie relation avec les médias. C'est essentiel. Côté course, c'est tout simplement la plus belle que j'ai faite à ce jour. J'étais bien et fière de ma progression. Mon objectif était de faire un run sans pénalité, sans pression sur la vitesse à proprement parler. Je constate en revanche que le niveau est beaucoup plus élevé que l'an passé. Je suis contente de voir grâce aux logiciels que mes statistiques me positionnent 3e sur l'ensemble des vols. C'est d'autant plus gratifiant que je n'avais pas couru ici l'an passé. Ce circuit me convient bien. Il faut que je travaille les manoeuvres verticales qui sont pour le moment les endroits où je perds le plus de temps.

La prochaine course se déroulera à San Diego (USA) les 15 et 16 avril prochains, quel est votre programme avant de traverser l'Atlantique ?

MB : Je vais principalement m'entraîner pour les futures compétitions de voltige. Je vais me préparer pour le championnat de France et le championnat du Monde avec l'Extra 330. Nous avons également des entraînements Red Bull prévus en Autriche. Et j'ai bien entendu des « routines » que j'utilise depuis de nombreuses années et que je garde précieusement en termes de préparation physique et mentale, sans compter la gestion de l'administration et de la logistique du team.

MA : J'ai beaucoup de travail avec mon nouvel avion. L'Extra 330 aux couleurs de BMW n'attend que ça ! Il faut que je m'entraîne pour les différents championnats où j'ai à coeur de représenter la France au mieux. Je ne serai pas en course à San Diego et me consacrerai exclusivement aux « vols médias », donc ça me laisse pas mal de temps pour peaufiner les programmes de voltige. Je vais travailler durant les stages de l'équipe de France aussi bien sûr, et puis, nouveauté, je vais préparer un programme pour différents meetings où j'aurai la joie d'évoluer. Je veux créer un programme qui soit le reflet de ma sensibilité pour un show aérien à mon image.

Que peut-on vous souhaiter ? Quels sont vos objectifs pour cette saison ?

MB : Je veux obtenir les titres de champion de France et de champion du monde et une médaille d'or par équipe. Pour ce qui est des Red Bull Air Races, je convoite un podium le plus vite possible car dorénavant mon équipe et moi savons comment gagner.

MA : Je voudrais remporter le trophée ou en tout cas être dans le top 3 des Red Bull Air Races. Gagner de la confiance et monter un team avec mes partenaires pour postuler en Master class. En attendant, je vais prendre en main mon nouvel avion avec l'objectif de représenter la France au championnat du monde. Je ne sais pas encore si je serai opérationnelle pour des questions de timing. Nous verrons avec le staff de l'équipe de France.

Avez-vous un message l'un pour l'autre ?

MB : Je peux dire à Mélanie que c'est un bon point de commencer la saison par un podium. C'est parfait de commencer comme ça, on connaît ainsi les solutions qui permettent de réussir. C'est un bon présage pour la saison 2017.

MA : Déjà l'avion de Mika est magnifique ! Il m'a impressionnée par son entrée dans les Masters. Il peut être fier du travail accompli, il a une belle équipe et je le vois bien sur le podium très vite.
Les articles dans la même thématique
29 MAR. 2019 Associations
L'Aéro-Club de France lance son appel à candidatures pour le Grand Prix du Patrimoine L'Aéro-Club de France lance son appel à candidatures pour le Grand Prix du Patrimoine
Comme chaque année, l'Aéro-Club de France se prépare pour son Grand Prix du Patrimoine, destiné à récompenser le travail de préservation et de restauration du ... Lire la suite
28 FEV. 2019 Passion
Jean Pinet, l'un des « Hommes de Concorde » Jean Pinet, l'un des « Hommes de Concorde »
À l'occasion du cinquantième anniversaire du Concorde, l'avion supersonique le plus célèbre de tous les temps, nous sommes allés à la rencontre de l'un de ... Lire la suite
27 FEV. 2019 Mode et tendance
Happy Birthday Mister...Concorde ! Happy Birthday Mister...Concorde !
La rédaction du Journal de l'Aviation a enquêté afin de vous proposer de fabuleux articles célébrant le premier vol du Supersonique. En effet, le prototype ... Lire la suite
Une vente aux enchères exceptionnelle pour célébrer le premier vol du Concorde Une vente aux enchères exceptionnelle pour célébrer le premier vol du Concorde
Déjà 50 ans que le Concorde, mythique avion supersonique, a pris son envol dans le ciel de Toulouse. C'était le 2 mars 1969. À l'occasion du ... Lire la suite
Joyeux anniversaire F-WTSS : Les rendez-vous incontournables des 1er, 2 et 3 mars Joyeux anniversaire F-WTSS : Les rendez-vous incontournables des 1er, 2 et 3 mars
Le 2 mars 1969, à 15h40 min et 11 s, le prototype 001 français F-WTSS décolle de l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Aux commandes, les pilotes d'essai ... Lire la suite
Dans la rubrique Passion, la Rédaction vous recommande
Joyeux anniversaire F-WTSS : Les rendez-vous incontournables des 1er, 2 et 3 mars Jean-Emile Rouaux : « Air France a choisi la Fédération Française de Vol en Planeur pour former ses futurs cadets »
La Cité de l'Espace a 20 ans La Ferté-Alais 2017 : petits vols pour l'Homme, grand envol pour l'Humanité
Mikaël Brageot et Mélanie Astles livrent leurs impressions sur le début de la Red Bull Air Race Le Journal de l'Aviation a fait son shopping de Noël
16h15 Cinquantième rotation au-dessus des pays baltes
16h00 Entretien avec Johan Lundgren, PDG d'easyJet
15h23 Une « bonne année » 2018 pour l'industrie aéronautique française, prudente face à la concurrence
15h10 Rencontre franco-allemande pour les deux armées de l'air
12h57 La plateforme Skywise d'Airbus s'étend désormais à l'amélioration opérationnelle des flottes
11h53 Deux ans après, la privatisation de l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry est devenue un succès unanimement reconnu
IL Y A 23 HEURES
La ligne d'assemblage final H135 inaugurée par AIRBUS HELICOPTERS à Quingdao, en Chine, est prête à débuter ses opérations. Le premier roll-out d'un appareil est attendu au second semestre 2019. Les capacités de départ sont affichées à 18 hélicoptères par an, avec la possibilité d'augmenter par la suite. L'implantation d'une FAL en Chine fait suite à la signature d'un contrat en 2016 prévoyant l'achat de 100 H135 pour le marché chinois.
17 AVR. 2019
JET AIRWAYS a annoncé la suspension de toutes ses opérations à partir du 17 avril. La compagnie n'a pas réussi à obtenir un financement d'urgence lui permettant de payer son carburant et les services critiques à ses opérations. Son avenir dépend désormais de la réussite d'un appel d'offres dont l'issue sera connue le 10 mai.
17 AVR. 2019
Le loueur irlandais FLY LEASING annonce avoir finalisé la vente de 12 monocouloirs pour un montant de l'ordre de 295 millions de dollars. Ces transactions comprenaient des A320 et des 737 affichant une moyenne d'âge de 10 ans.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Data Analytics : la bataille entre OEM et sociétés de maintenance va s'intensifier
Entretien avec Johan Lundgren, PDG d'easyJet
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus