Se connecter     Rechercher un article     Newsletter     Alertavia      JE M'ABONNE
Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
 
Actualité aéronautique Carrière Trois questions à Philippe Dujaric, GIFAS : « Quand on recrute, c'est pour longtemps »

Trois questions à Philippe Dujaric, GIFAS : « Quand on recrute, c'est pour longtemps »

Propos recueillis par Helen Chachaty
03 OCT. 2019 | 673 mots
Dossier emploi aéronautique
•  Trois questions à Philippe Dujaric, GIFAS : « Quand on recrute, c'est pour longtemps »
•  L'aviation générale retenue au sol par le manque de mécaniciens
•  Jérôme Ivanoff : chez Air France Industries, « nous n'avons pas de métier pénurique »
•  La reprise de la croissance des effectifs du transport aérien menacée par les récentes faillites
•  La croissance raisonnée d'Air Caraïbes lui permet de recruter
•  Le recrutement, enjeu prioritaire de Normandie AeroEspace

Alors que le secteur de l'industrie aérospatiale fait face à des besoins de recrutement importants Philippe Dujaric, directeur Affaires sociales et formation du GIFAS, fait le point sur les perspectives de la filière pour les profils de techniciens.

Quel est l'état du marché pour le secteur de l'aérospatial en France ? Quels sont les profils les plus recherchés à l'heure actuelle ?

Pour nos 400 adhérents, ce sont près de 200 000 emplois directs et le chiffre est plutôt en augmentation. C'est une filière complète, nous avons un plan de charge important et n'avons jamais autant produit, nous créons de l'emploi tous les ans. Nous avons des marchés, donc nous avons besoin de main d'oeuvre.

Les besoins sont en augmentation, notamment dans les filières de la production, de la fabrication d'avion, avec tous les métiers qui s'y rapportent. Sans oublier la maintenance, car plus on a d'avions, plus il faut les entretenir.

Concernant les profils de compétence, l'augmentation des besoins est modérée pour les ingénieurs. Pour l'instant, nous avons simplement demandé aux écoles (ISAE, Supaéro...) d'augmenter leurs promotions de 4% par an et tout se déroule comme prévu. Là où nous sommes plus inquiets, c'est sur les profils de techniciens, dans les filières d'usinage, d'ajustage, de montage, de soudage.... Nous avons besoins d'ajusteurs aéronautiques, d'opérateurs pour nos machines, de soudeurs, de câbleurs, de chaudronniers, etc. Les dénominations ne sont pas très attractives, mais nous avons un fort besoin sur ce type d'emplois.

Quelle va être votre stratégie pour les mois à venir, alors que le salon du Bourget s'est tenu cette année ? Quelles sont vos prochaines échéances ?

L'idée générale, c'est de mettre en lumière ces métiers de techniciens vis-à-vis des jeunes, mais aussi des familles. Nous réfléchissons au lancement d'une campagne de communication pour valoriser ces métiers, sans doute dès le début de l'année 2020. Nous interviendrons en seconde partie d'année scolaire et reprendrons à la rentrée 2020 avec encore plus de force, pour aller jusqu'au Bourget 2021 et amener encore plus de jeunes et de classes sur le salon.

Au-delà de cette campagne classique, des clips et des messages sur les réseaux sociaux, nous devons assurer une présence physique dans les collèges et les lycées. Nous avons fait le constat que malgré l'implantation des industries sur les différents territoires, elles ne sont pas connues des collèges et des lycées. Nous souhaitons donc faire mieux connaître les carrières de techniciens, d'opérateurs qualifiés dans nos professions, les conditions de travail, les salaires, etc. Nous devons nous mobiliser pour être plus présents, participer aux journées portes ouvertes, faire accueillir davantage de stagiaires de 3ème. Concrètement, nous devons nous ouvrir davantage aux jeunes tout au long de l'année.

Dans le même ordre d'idées, nous allons essayer de développer les démonstrations métiers, au travers de l'avion des métiers notamment. Nous avons d'ores et déjà suscité l'organisation d'un avion des métiers à Aéroscopia, avec le concours de l'UIMM et du campus des métiers aéronautique d'Occitanie par exemple.

Il faut également disposer de lieux de formation d'excellence et nous allons donc poursuivre notre aide pour les aider à se modernisser.

De quels leviers disposez-vous en termes d'attractivité de la filière ?

L'industrie rémunère en moyenne 15% de plus que les services, on ne le sait pas assez. Nous sommes par ailleurs dans une logique de recrutement dans la durée, dans des constructions de carrière avec un turnover plus faible qu'ailleurs. Nos statistiques de recrutement montrent qu'hors apprentissage, nous sommes à plus de 70% en CDI. Quand on recrute, c'est pour longtemps, c'est un investissement sur une personne et c'est vrai de la PME à la grande entreprise.
Les derniers articles Carrière
Dassault Aviation développe son offre de formation Rafale
Opérationnel depuis février 2019, le Conversion Training Center (CTC) de Dassault Aviation, implanté à Bordeaux-Mérignac, vise à prendre en charge une partie de la formation des futurs équipages et techniciens Rafale dans le cadre des ... Lire la suite
03 OCT. 2019 Carrière Formation
L'aviation générale retenue au sol par le manque de mécaniciens L'aviation générale retenue au sol par le manque de mécaniciens
Si les problèmes de recrutement sont très présents dans l'industrie aéronautique et l'aviation commerciale, ils n'épargnent pas non plus l'aviation générale. La part du secteur ... Lire la suite
03 OCT. 2019 Carrière MRO & Support
Jérôme Ivanoff : chez Air France Industries, « nous n'avons pas de métier pénurique » Jérôme Ivanoff : chez Air France Industries, « nous n'avons pas de métier pénurique »
Air France Industries évolue, comme toutes les sociétés de maintenance, sur un marché de l'emploi tendu, marqué par le manque de mécaniciens et le vieillissement ... Lire la suite
La reprise de la croissance des effectifs du transport aérien menacée par les récentes faillites La reprise de la croissance des effectifs du transport aérien menacée par les récentes faillites
L'arrêt des activités d'Aigle Azur et XL Airways va causer quelques remous dans le profil du transport aérien français, remettant environ 1 500 personnes sur ... Lire la suite
La croissance raisonnée d'Air Caraïbes lui permet de recruter La croissance raisonnée d'Air Caraïbes lui permet de recruter
Dans un contexte difficile pour le transport aérien français, Air Caraïbes continue de tirer son épingle du jeu grâce à une gestion attentive et rigoureuse ... Lire la suite
IL Y A 12 HEURES
Pour Steven Udvar-Hazy, Boeing doit changer le nom "abîmé" du 737 MAX
IL Y A 13 HEURES
L'Onera ouvre les portes de l'hybride électrique aux avions commerciaux avec Imothep
IL Y A 14 HEURES
Nouvel aéroport de Lisbonne : feu vert favorable à Vinci confirmé
IL Y A 19 HEURES
Le Boeing 737 MAX revolera au mieux cet été
21 JAN. 2020
Boeing 777X : le premier vol du 777-9 prévu jeudi
Environnement : les compagnies se rendent plus audibles
XL Airways met ses biens aux enchères : « le coeur de la vente, ce sont les pièces aéronautiques »
 
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2020 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT