Se connecter     Rechercher un article     Newsletter     Alertavia      JE M'ABONNE
Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
Industrie spatiale     Vols habités     Missions     Lanceurs     Satellites    
Actualité aéronautique Espace Premier échec pour le lanceur européen Vega

Premier échec pour le lanceur européen Vega

Léo Barnier
11 JUIL. 2019 | 915 mots
Premier échec pour le lanceur européen Vega
Le lanceur Vega VV15 sur son pas de tir à Kourou. © ESA
Le 15e tir de Vega (VV15) s'est apparenté à un long chemin de croix. Après plusieurs reports pour des causes météorologiques, le lanceur européen a fini par connaître une défaillance peu après son décollage, qui a conduit à l'échec de la mission dans la nuit du 10 au 11 juillet. Arianespace, en charge de ce lancement, a indiqué qu'une commission d'enquête indépendante allait être rapidement mise en place pour déterminer les causes de l'accident. La charge utile, le satellite de reconnaissance militaire émirien FalconEye1, a été perdue.

Le lancement VV15 était initialement prévu pour le 5 juillet depuis le Centre spatial guyanais (CSG) de Kourou. En raison de vents défavorables trop importants, le tir a donc été repoussé à plusieurs reprises jusqu'au 11 juillet à 1h53 UTC. Les premiers instants du décollage ne laissaient pourtant pas entrevoir l'échec à venir, avec une propulsion du moteur P80 et une trajectoire nominales. La situation s'est dégradée peu après la séparation du premier étage et la mise en route du moteur Zefiro 23, au bout de deux minutes de vol environ. Une trentaine de seconde plus tard, malgré une poussée toujours annoncée comme nominale par la directrice des opérations (DDO), Vega a commencé à s'écarter de la trajectoire prévue. Il se trouvait alors à 68 km d'altitude, évoluait à une vitesse de 2,09 km/s et avait déjà parcouru 143 km.

Une trentaine de secondes plus tard, le lanceur était toujours à 79 km d'altitude, plusieurs kilomètres sous le plan de vol prévu. La DDO a alors déclaré que la trajectoire n'était pas normale, puis dégradée. La séparation du deuxième étage et l'allumage du moteur Zefiro 9, se sont tout de même déroulés au moment prévu, respectivement à 3 minutes 38 secondes et 3 minutes 51 secondes, bientôt suivis par le largage de la coiffe. Mais rapidement la DDO a annoncé une perte de l'accélération et une trajectoire très dégradée, puis retombante. Après environ 5 minutes 40 secondes de vol, la communication avec le lanceur et la télémesure ont été perdues. La DDO s'est alors résolue à annoncer un « accident lanceur ».

Les excuses d'Arianespace

Moins de dix minutes après le lancement, Luce Fabreguettes, directrice exécutive d'Arianespace en charge des Missions, des Opérations et des Achats d'Arianespace, a pris brièvement la parole : « Environ deux minutes après le décollage, autour de la mise à feu du moteur Zerofire 23, une anomalie majeure s'est produite, aboutissant à la perte de la mission. Au nom d'Arianespace, je souhaite présenter nos plus profondes excuses à nos clients pour la perte de leur chargement. [...] A partir des premières analyses des données de vol, nous allons obtenir plus d'informations précises dans les heures qui viennent et nous allons les communiquer à tout le monde au plus vite ».

Elle a été rejointe par Jean-Yves Le Gall, président du CNES, par voie de communiqué : « Cet échec de Vega nous rappelle une fois encore que nous faisons un métier difficile, où la frontière entre le succès et l'échec est extrêmement ténue. Il est d'autant plus inattendu qu'il intervient après 14 succès qui avaient démontré la maturité de ce système de lancement. Nos équipes vont immédiatement se remettre au travail pour analyser, comprendre et corriger les causes de cette défaillance afin que nous puissions repartir en vol dans les meilleurs délais. »

Premier échec pour Vega

Il s'agit donc du premier échec du lanceur Vega en quinze lancements. Il est produit sous la maîtrise d'oeuvre de l'industriel italien Avio pour le compte de l'Agence spatiale européenne (ESA) et est exploité exclusivement par Arianespace depuis le CSG. Il a été développé dans les années 2000 et mis en service il y a sept ans avec un vol de qualification en février 2012. Ce lanceur léger est composé de trois étages : le premier est motorisé par un P80, le deuxième par un Zerofire 23 et le troisième par Zerofire 9, tous produits par Avio. Il est conçu pour emmener des charges allant de 2,3 tonnes en orbite basse (450 km) jusqu'à 1,5 tonnes en orbite polaire (700 km). Il doit être remplacé par Vega-C, dont le premier tir est prévu pour la fin de cette année.

La mission VV15 devait placer FalconEye1, d'une masse de 1 197 kg au décollage, sur une orbite héliosynchrone à 611 km d'altitude pour le compte des Forces armées des Émirats Arabes Unis. Ce satellite dit d'observation de la Terre - mais que l'on pourrait qualifier d'espion - a été développé sous la maîtrise d'oeuvre Airbus Defence & Space, en charge de sa conception et de son intégration, ainsi que de la fourniture de la plateforme. De son côté, Thales Alenia Space, désigné co-maître d'oeuvre, était responsable la charge utile, composé d'un instrument optique à très haute résolution et du sous-système de transmission des images, ainsi que de la chaîne image au sol et de la co-ingénierie du système global. Son « sister-ship », FalconEye2, doit aussi être lancé sur Vega un peu plus tard cette année.


FalconEye1 lors de son encapsulation dans la coiffe de Vega (VV15). © Arianespace
Léo Barnier
Journaliste spécialisé
Industrie & Technologie, Equipements, MRO


Les articles dans la même thématique
12 JUIL. 2019 Satellites
L'Europe présente son autoroute de données spatiales à l'export L'Europe présente son autoroute de données spatiales à l'export
Alors que le système européen de relais de données par satellite (EDRS) s'apprête à gagner en consistance avec un deuxième satellite, EDRS-C, la Commission européenne ... Lire la suite
10 JUIL. 2019 Lanceurs
Le tir d'une fusée Vega depuis Kourou désormais prévu mercredi
Le tir d'une fusée Vega, chargé de mettre en orbite un satellite pour le compte des Émirats arabes unis, devrait avoir lieu dans la nuit de mercredi à jeudi après deux reports liés aux ... Lire la suite
09 JUIL. 2019 Satellites
Airbus Defence & Space mise sur les constellations Airbus Defence & Space mise sur les constellations
La signature du contrat de développement des quatre satellites d'observation de la Terre CO3D avec le CNES, le 9 juillet, a été l'occasion pour Jean-Marc ... Lire la suite
Vol inaugural du premier C295 canadien Vol inaugural du premier C295 canadien
Le premier C295 des forces aériennes canadiennes, re-baptisé CC-295, a effectué son vol inaugural le 4 juillet depuis le site d'Airbus Defence & Space de ... Lire la suite
IL Y A 16 HEURES
Des MRTT intégrés à l'EATC
IL Y A 16 HEURES
Textron laisse le Silvercrest de Safran sur le carreau
IL Y A 16 HEURES
Panne de Galileo: "trop tôt" pour dire quand le système sera rétabli (agence)
IL Y A 21 HEURES
50 ans d'Apollo 11 : Les événements incontournables pour fêter le premier pas de l'Homme sur la Lune
16 JUIL. 2019
D'Apollo à Artemis, cinquante ans au moins les séparent
D'Apollo à Artemis, cinquante ans au moins les séparent
Général Olivier Taprest, major général de l'armée de l'air : « Le vrai enjeu, c'est d'être au rendez-vous des opérations »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus