Se connecter     Rechercher un article     Newsletter     Alertavia      JE M'ABONNE
Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
Actualité aéronautique Défense Un défilé aérien sous le signe de la coopération européenne

Un défilé aérien sous le signe de la coopération européenne

Helen Chachaty
11 JUIL. 2019 | 1077 mots
Un défilé aérien sous le signe de la coopération européenne
Répétition du défilé du 11 juillet 2019 - Toutes photos © Helen Chachaty/Le Journal de l'Aviation - Tous droits réservés
C'est la thématique « agir ensemble » qui caractérisera le défilé du 14 juillet prochain, mettant à l'honneur la coopération européenne et interalliée, avec, notamment, la présence confirmée par l'AFP de la chancelière allemande Angela Merkel. L'ultime répétition du défilé aérien, avec les chefs de patrouille et leur n°2, aura lieu ce 11 juillet au-dessus des Champs-Élysées, en présence de la ministre des Armées Florence Parly. Quant à l'animation d'ouverture, qui aura pour thème l'innovation, elle sera déclinée dans quelques-uns des blocs du défilé aérien, à travers la présentation de nouveaux matériels.

Composé de 67 avions, l'ouverture du défilé se fera, comme le veut la tradition, par le passage des neuf Alphajet de la Patrouille de France en formation « big nine ». Pour souligner la thématique de la coopération, ce ne sont pas moins de huit avions étrangers qui seront intégrés dans les différents tableaux. Un Eurofighter espagnol et un Eurofighter britannique feront partie du box « posture permanente de sûreté aérienne », en patrouille avec un E-3F AWACS et deux Mirage 2000-5, la PPS reposant également sur des accords bilatéraux passés avec les pays frontaliers de la France, comprenant le partage des informations ou encore des accords de poursuite en cas de mission d'interception.

L'opération Chammal sera symbolisée par deux tableaux : le premier, composé d'un C-135FR, de deux Rafale (B et C), d'un Tornado allemand et d'un F-16 néerlandais, sera suivi d'une patrouille de deux Rafale B et d'un F-16 belge. Il s'agit ainsi de « souligner l'interopérabilité des forces européennes au sein de la coalition internationale qui oeuvre au Levant », indique l'armée de l'air. L'opération Barkhane sera quant à elle représentée par trois Mirage 2000D et deux Mirage 2000C.

L'A330 MRTT réalisera son premier défilé aux couleurs et aux mains de l'armée de l'air, un an après avoir effectué son premier passage au-dessus des Champs-Élysées alors que sa livraison n'avait pas encore eu lieu. Il symbolisera cette fois-ci le renouveau de la dissuasion nucléaire, escorté par quatre Rafale, mais aussi deux Mirage 2000-5, « pour illustrer la constitution d'un raid nucléaire, la polyvalence des moyens de la composante aéroportée nucléaire et sa complémentarité avec les vecteurs conventionnels ».

La préparation opérationnelle sera constituée de deux Rafale B, de deux Alphajet, ainsi que du Fokker 100 de la DGA Essais en vol, l'avion banc d'essais nouvelle génération livré fin 2016.


Le Fokker 100, avion banc d'essais nouvelle génération de la DGA Essais en vol


L'aéronavale, qui fête les 100 ans de la flottille 11F, sera représentée par quatre Rafale M, alors que le porte-avions Charles de Gaulle est revenu de mission il y a moins d'une semaine. Quelques tableaux plus loin, un Atlantique II et un Falcon 50M symboliseront le soutien aux combattants, suivis de près par un Falcon 2000 et d'un CN235.

Pour le volet « formation et entraînement », un nouvel avion fait également son entrée dans le défilé aérien : le PC-21, dont les 17 exemplaires ont été livrés en 2018-2019 et réceptionnés sur la base aérienne de Cognac, afin de remplacer une partie des Alphajet utilisés jusque-là pour la formation des futurs équipages de chasse. Le tableau sera d'ailleurs composé de deux PC-21 et deux Alphajet, afin de symboliser le renouvellement des flottes. Ils seront suivis de trois TB30 Epsilon.

La suite du défilé fera la part belle à l'aviation de transport, avec deux tableaux complémentaires : un A400M suivi d'un C160 « FS » et d'un CN235 portugais « pour rappeler l'importance de la coopération européenne en matière de transport aérien militaire », en lien direct avec le box suivant, composé d'une patrouille menée par un des deux C-130J français, un A400M allemand et un C-130H espagnol.



Un Transall Gabriel représentera la composante « renseignement », alors que les deux premiers ALSR (Avion léger de surveillance et de reconnaissance) sont attendus fin 2019 et mi-2020 et que le programme CUGE (Capacité universelle de guerre électronique) sera lancé d'ici la fin de l'année avec la commande de trois Falcon 8X.

En fonction des opérations de lutte anti-incendies en cours, dans le cadre du plan Héphaïstos, un Canadair et deux Dash 8 Q400 MR précèderont la clôture du défilé, qui sera assurée par trois Extra 330 de l'Équipe de voltige de l'armée de l'air.



Quarante hélicoptères dans les airs

Les voilures tournantes clôtureront le ballet aérien, là encore, avec une participation européenne importante - 9 des 40 hélicoptères sont issus d'autres pays européens. Le groupement attaque/assaut sera constitué Tigre allemand et espagnol, de NH90, également allemand et espagnol, ainsi que de deux Chinook britanniques, qui accompagneront Tigre, Gazelle, Caïman et Cougar de l'ALAT. Le module « forces spéciales » sera symbolisé par le passage d'une patrouille Tigre HAP/Gazelle/Cougar, suivi par un tableau « extraction immédiate » composé d'un Puma PC, d'un Tigre et d'un Cougar.


CH-47 Chinook britannique


Le volet formation met à nouveau l'honneur le Tigre de trois pays : France, Allemagne, Espagne, alors que le CFIA (Centre de formation interarmées) NH90 inclura uniquement l'Espagne à son tableau, ainsi que deux Caïman Terre.

L'armée de l'air sera ensuite représentée sur le module PPS, avec deux Fennec et deux Caracal, suivie par la dimension « combat aéromaritime et sauvegarde maritime » de la Marine nationale, qui présentera un NH90 NFH, un Panther, deux Lynx et deux Dauphin.

La Gendarmerie nationale déploiera un H135 et deux H145, alors que deux H145 de la Sécurité civile clôtureront le défilé des hélicoptères.

Helen Chachaty
Journaliste spécialisée
Défense, MCO


Les articles dans la même thématique
0 0

... Lire la suite
IL Y A 16 HEURES
Des MRTT intégrés à l'EATC
IL Y A 16 HEURES
Textron laisse le Silvercrest de Safran sur le carreau
IL Y A 17 HEURES
Panne de Galileo: "trop tôt" pour dire quand le système sera rétabli (agence)
IL Y A 22 HEURES
50 ans d'Apollo 11 : Les événements incontournables pour fêter le premier pas de l'Homme sur la Lune
16 JUIL. 2019
D'Apollo à Artemis, cinquante ans au moins les séparent
D'Apollo à Artemis, cinquante ans au moins les séparent
Général Olivier Taprest, major général de l'armée de l'air : « Le vrai enjeu, c'est d'être au rendez-vous des opérations »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus