Se connecter     Rechercher un article     Newsletter     Alertavia      JE M'ABONNE
Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
Actualité aéronautique Passion Portrait Patrick Paris, de champion du monde de voltige à entraîneur de l'Équipe de France de voltige aérienne

Portrait Patrick Paris, de champion du monde de voltige à entraîneur de l'Équipe de France de voltige aérienne

Stéphanie Pansier Larique
20 MAI 2019 | 1237 mots
Portrait Patrick Paris, de champion du monde de voltige à entraîneur de l'Équipe de France de voltige aérienne
© Patrick Paris
Fils de marin ayant grandi en Bretagne, Patrick n'a alors aucune prédisposition à faire carrière en aéronautique. Néanmoins, tout change lorsque très jeune il découvre pour la première fois la Patrouille de France à la télévision. La magie opère instantanément. De ses débuts de pilote au sein de l'armée de l'air à son poste d'entraîneur officiel de l'Équipe de France de voltige, Patrick Paris nous raconte son histoire.

« J'ai découvert la voltige aérienne lors de la phase de sélection de pilotes. Ça a été une révélation ! »

Souhaitant devenir militaire, Patrick intègre à 16 ans une promotion d'arpètes, les élèves apprentis mécaniciens de l'Armée de l'Air, au sein de l'École d'Enseignement des Techniciens de l'Armée de l'Air basée à Saintes. La formation touchant à sa fin, il se voit proposer une opportunité unique : intégrer la sélection des pilotes de l'armée de l'air. « Nos supérieurs ont proposé aux premiers de la promotion de faire partie de la sélection des pilotes. Sur huit élèves présentés, nous avons été quatre à être retenus », déclare-t-il.

Après quelques mois passés à Rochefort pour la formation de sous-officiers, Patrick est ensuite envoyé en 1972 sur la base d'Aulnat afin d'intégrer l'École de Formation Initiale du Personnel Navigant. Là, la sélection s'effectue sur Cap 10. « J'ai découvert la voltige aérienne lors de cette phase de sélection. Une quinzaine d'heures de vol sur cet avion et ça a été une véritable révélation ! », nous raconte Patrick, avant de poursuivre « à la suite de cela, nous avons été envoyés à Cognac pour continuer la formation sur Fouga Magister, et à Tours sur T-33. Cela durait au total un an et neuf mois. À la fin de Tours, nous obtenions enfin notre macaron de pilote ».

Patrick raconte ensuite qu'une fois le brevet de pilote obtenu, « nous avions deux options : soit nous étions envoyés à Cazaux sur Mystère IV pour la fin de la formation, soit nous retournions à Aulnat pour incorporer l'École de Formation des Moniteurs. Sur vingt élèves pilotes, nous étions huit à finir la formation. Ils n'ont pris que les quatre premiers pour Cazaux, et j'étais cinquième. »

Au bout d'une centaine d'heures de vols sur Fouga Magister, il est muté en tant que jeune moniteur à Cognac, base sur laquelle il restera quatre ans. Patrick nous explique « qu'après les deux premières années, nous avions la possibilité d'intégrer les escadres de chasse sur Cazaux. J'ai refusé à deux reprises, attendant patiemment qu'une place se libère au sein de l'EVAA, l'Équipe de Voltige de l'armée de l'air ». « J'ai réellement adoré la voltige lors de mes premières heures de vol sur Cap 10. Non seulement j'aimais faire de la voltige, mais l'avion me plaisait lui aussi énormément », ajoute-t-il.

De l'EVAA à coach : une carrière de haute voltige

La chance lui sourit un jour de novembre 1979, date à laquelle il rejoint enfin l'EVAA à Salon de Provence.

Rapidement, Patrick enchaîne les compétitions de voltige, lui permettant d'évoluer dans le classement français. En 1981, il obtient la qualification internationale et deux ans plus tard, il se retrouve sélectionné en Équipe de France pour concourir lors des championnats d'Europe de voltige.

Pendant plusieurs années, Patrick vole au sein de l'Équipe lors de compétitions et de meetings aériens, s'améliorant chaque saison un peu plus. En 1988, il est ainsi sacré champion du monde de voltige « Freestyle », puis en 1990, il devient vice-champion du monde Élite de 1990 à Yverdon, tout juste derrière Claude « Coco » Bessière, son coéquipier à l'EVAA.

Quelques mois plus tard, Patrick quitte l'Armée de l'Air, sans pour autant quitter les podiums. En effet, Breitling étant intéressé par ses résultats, la firme lui demande de devenir l'un de ses pilotes officiels lors de meetings et de compétitions aériennes. Ainsi, Patrick Paris est sacré champion d'Europe civil en 1993 et 1995. Puis en 1995, « Auguste Mudry sort d'usine le Cap 232, avion sur lequel j'ai très vite pu voler. Breitling étant mon sponsor dès la fin de l'EVAA, dès qu'un avion nouveau sortait, ils me le mettaient à disposition pendant deux ans, jusqu'à la fabrication d'un nouvel avion », témoigne Patrick.


© Patrick Paris

À partir de la fin 1997, Patrick se lance à son compte en tant que coach lors de stages d'entrainement, afin de pouvoir partager son expérience. Puis quelques mois plus tard, c'est la consécration lorsqu'il devient champion du monde de voltige Élite toutes catégories.

À cette période, Patrick nous confie qu'il alternait « entre le travail de coach et la vingtaine de meetings dans lesquels je volais chaque année. Ça a duré ainsi jusqu'à début 2000 lorsque je me suis fait arrêter de vol suite à un problème médical ». Il poursuit « Nous étions deux chez Breitling à réaliser des stages, Xavier de Lapparent, un ami pilote, et moi-même. Étant donné qu'il était plus intéressé par voler en meetings que par les stages, nous avons fait un échange de bons procédés. Il a récupéré des meetings aériens et moi des contacts pour réaliser plus de stages. »

À partir de 2000, Patrick devient coach de voltige à plein temps. En 2005, il retrouve la voie des airs en récupérant une licence de pilote privé américaine, pouvant ainsi voler dès que son agenda le lui permet. Planning bien rempli puisque pendant deux ans, en plus des stages de voltige « classiques », il devient entraîneur de plusieurs pilotes de la « Challenger Class » au sein de la course aérienne Red Bull Air Race. Quelques années plus tard, lors des championnats du monde de 2013, Patrick participe en tant que compétiteur indépendant. « Après avoir été arrêté de vol définitivement en 2000, le simple fait de revoler était en soi déjà une belle victoire. Mais ces championnats du monde au Texas ont été au-delà de mes espérances, c'était une très belle récompense pour moi », raconte-t-il.

« Je suis devenu coach de voltige car j'ai toujours eu la passion d'enseigner et de transmettre »

Parallèlement à ses activités, Patrick a décidé de « créer une application qui aiderait les jeunes pilotes à apprendre la voltige, afin que ce soit moins figé que via des livres. C'est comme ça qu'est née 'Academy of Aerobatics' en 2015, puis 'Aero Safety First', une application plus axée sur la sécurité des vols, en 2016 ».

Depuis 2017, il est devenu l'entraîneur officiel de l'Équipe de France de voltige pour un contrat de deux ans renouvelables, avec la forte envie de poursuivre cette aventure après les championnats de voltige Élite de 2019. À l'écouter parler, cela ne fait aucun doute que Patrick aime profondément son travail. « J'ai toujours eu la passion d'enseigner et de transmettre, et encore plus aujourd'hui au sein d'une équipe qui subit des périodes de stress intenses. Le fait de gérer de l'Humain, c'est à la fois très enrichissant et vraiment intéressant. »
Les articles dans la même thématique
0 0

... Lire la suite
23 AOUT 2019
L'Airbus A330-800 pourrait aussi rejoindre les rangs de Garuda
23 AOUT 2019
Les A-10 de l'US Air Force repartent pour vingt ans avec de nouvelles ailes
22 AOUT 2019
ExoMars 2020 est bientôt prêt, mais reste freiné par ses parachutes
22 AOUT 2019
Ayant identifié une défaillance sur le GP7200, Engine Alliance s'apprête à recommander une nouvelle inspection de la flotte
22 AOUT 2019
Royaume-Uni : des pilotes de Ryanair appellent à la grève mais le programme des vols est maintenu
D'Apollo à Artemis, cinquante ans au moins les séparent
Général Olivier Taprest, major général de l'armée de l'air : « Le vrai enjeu, c'est d'être au rendez-vous des opérations »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus