Actualité aéronautique Espace SpaceX reporte encore son premier lancement de satellites internet

SpaceX reporte encore son premier lancement de satellites internet

AFP
Publié 17/05/2019 | 694 mots

La société spatiale californienne SpaceX a reporté, pour la deuxième fois, le lancement prévu dans la nuit de jeudi à vendredi des 60 premiers satellites de sa future constellation "Starlink", destinée à fournir internet à la planète entière depuis l'espace.

"Maintien au sol pour mettre à jour le logiciel du satellite et faire encore des triples vérifications", a écrit sur Twitter la société créée par Elon Musk. "Volonté de toujours faire tout ce qu'on peut au sol pour maximiser le succès de la mission, prochaine fenêtre de tir dans environ une semaine".

Le lancement était initialement prévu mercredi soir mais avait déjà été reporté, en raison des vents.

La fusée Falcon 9 devait ensuite décoller de Cap Canaveral en Floride jeudi à 22H30 (02H30 GMT vendredi), avec à son sommet une coiffe entièrement remplie par les 60 satellites.

SpaceX, leader du marché des lancements, veut saisir une part du futur marché de l'internet de l'espace, que convoitent de nombreuses rivales, comme la start-up OneWeb, ou le géant Amazon, qui est bien moins avancé (projet Kuiper).

Elon Musk espère à terme gagner 3 à 5% du marché mondial de l'internet, une part qu'il a évaluée mercredi, lors d'une conférence téléphonique avec la presse, à 30 milliards de dollars par an, soit dix fois plus que ce qu'il gagne avec ses lanceurs. Le but: financer le développement de ses fusées et vaisseaux spatiaux. Le patron a pour rêve de coloniser Mars.

Chaque satellite de Starlink pèse seulement 227 kilogrammes et a été fabriqué en interne à Redmond, près de Seattle.

Le second étage de la fusée commencera à les libérer une heure après le lancement, à 440 km d'altitude, puis ils se propulseront chacun jusqu'à une orbite relativement basse, de 550 km d'altitude, soit au-dessus de la Station spatiale internationale (environ 400 km) mais bien en-dessous de la plupart des autres satellites en orbite terrestre, notamment ceux en orbite géostationnaire à 36.000 km.

L'intérêt d'être aussi bas est que le temps de réponse des satellites sera très court pour les utilisateurs au sol, puisque la distance le sera tout autant. L'inconvénient est qu'il faut beaucoup de satellites pour mailler le globe, et qu'ils "retombent" plus vite dans l'atmosphère, au bout de quelques années. SpaceX devra les remplacer régulièrement.

C'est devenu possible récemment avec la baisse rapide du coût de fabrication des satellites et le développement des mini-satellites.

- Petite antenne plate -

SpaceX a obtenu l'autorisation par les autorités américaines de lancer 12.000 satellites, répartis sur plusieurs orbites, mais Elon Musk a expliqué mercredi qu'un millier suffirait à rendre le système "économiquement viable".

Le patron a dit que le système commencerait à être réellement opérationnel avec environ 800 satellites, ce qui nécessiterait encore une douzaine de lancements.

"Je pense que d'ici un an et demi ou deux ans, SpaceX aura probablement plus de satellites en orbite que l'ensemble des autres satellites", a dit Elon Musk.

Il y a aujourd'hui environ 2.100 satellites actifs en orbite terrestre (des milliers d'autres restent en orbite mais ne sont plus opérationnels).

Pour recevoir l'internet de SpaceX, une antenne plate de la taille d'une "boîte moyenne de pizza" sera nécessaire, selon lui. La société s'associera sans doute avec des opérateurs de télécommunications, mais n'a pas encore commencé à prospecter de clients, a-t-il dit.

Enfin, pour minimiser le risque de collision entre satellites, chaque élément de la constellation intègre une technologie anti-collision, selon SpaceX. Les satellites seront conçus pour retomber et brûler à 95% dans l'atmosphère au bout de quelques années. Le reste tombera dans le Pacifique.

Mais Elon Musk a tenu à préciser: "Nous prenons cela très au sérieux, mais il n'y a pas foule là-haut, c'est très clairsemé".

Les articles dans la même thématique
L'US Air Force prépare sa prochaine génération de lanceurs L'US Air Force prépare sa prochaine génération de lanceurs
Les deux futurs lanceurs de l'US Air Force seront connus en 2020. Le Space and Missile Systems Center, en partenariat avec l'agence de renseignement National ... Lire la suite
10 MAI 2019 Missions
La course vers Mars entre les nations spatiales s'intensifiera en 2020 La course vers Mars entre les nations spatiales s'intensifiera en 2020
L'été 2020 va ouvrir une nouvelle fenêtre de tir vers la planète Mars. Un événement rare - tous les deux ans environ - dont vont ... Lire la suite
08 MAI 2019 Satellites
La course à internet dans l'espace
L'affolement a gagné le secteur spatial depuis que l'homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, a laissé filtrer son dernier projet baptisé Kuiper: 3.236 satellites à 600 kilomètres d'altitude pour arroser la Terre ... Lire la suite
02 MAI 2019 Industrie spatiale
Christelle Astorg-Lépine (CNES) : « Les nouveaux entrants nous forcent à nous ouvrir » Christelle Astorg-Lépine (CNES) : « Les nouveaux entrants nous forcent à nous ouvrir »
À l'initiative de l'accélérateur Starburst, plus d'une centaine de personnes se sont réunies à l'Hôtel de Région d'Île-de-France le 18 avril, à l'occasion du meet-up ... Lire la suite
12 AVR. 2019 Lanceurs
SpaceX signe un succès majeur avec le premier vol commercial de Falcon Heavy SpaceX signe un succès majeur avec le premier vol commercial de Falcon Heavy
Tout vient à point à qui sait attendre. Les fans de SpaceX ont en effet dû faire preuve d'une certaine philosophie pour patienter jusqu'au deuxième ... Lire la suite
Dans la rubrique Espace, la Rédaction vous recommande
SpaceX signe un succès majeur avec le premier vol commercial de Falcon Heavy Alunissage raté pour la première sonde israélienne
La sonde japonaise Hayabusa2 se prépare à créer un cratère sur un astéroïde Après la Lune en 2024, le chef de la Nasa confirme 2033 pour Mars
La France veut aller sur la Lune avec la Chine La première sortie extravéhiculaire spatiale 100% féminine est annulée
07h10 Boeing 737 MAX : les Etats-Unis veulent regagner la confiance du reste du monde
06h58 Aéroport de Nantes: un collectif de riverains saisit le Conseil d'Etat
21/05 La famille A220 d'Airbus vient de gagner une heure d'autonomie supplémentaire
21/05 L'armée de l'air se prépare à l'ALSR
21/05 ADP Ingénierie continue son expansion internationale
21/05 L'aviation d'affaires se met au vert
IL Y A 16 HEURES
AMERICAN AIRLINES et l'aéroport de DALLAS FORT WORTH ont annoncé la construction prochaine d'un sixième terminal sur la plateforme texane. Le travail sur le design a déjà commencé et AMERICAN AIRLINES annonce une mise en service pour 2025. Situé au sud du terminal D et en face du terminal E, le terminal F sera doté à terme de 24 portes d'embarquement.
IL Y A 19 HEURES
(AIRBUS Innovation Days) Christian Scherer, directeur commercial d'AIRBUS, à propos du NMA de Boeing. « D'une certaine façon, j'espère que Boeing fera cette erreur car quelle est réellement la valeur qu'il apporte au marché ?
IL Y A 21 HEURES
(AIRBUS Innovation Days) AIRBUS annonce une augmentation de la masse maximale au décollage (MTOW) de 2,3 tonnes pour la famille A220, permettant une augmentation de la distance franchissable de l'ordre de 450 nautiques pour les deux membres. L'A220-100 voit ainsi son rayon d'action atteindre les 3400 nautiques (6300 km) et l'A220-300 les 3350 nautiques (6200 km).
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

L'aviation d'affaires se met au vert
Pour la division Military Aircraft d'Airbus Defence and Space, « la première des priorités, c'est de consolider l'activité »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus