Se connecter     Rechercher un article     Newsletter     Alertavia      JE M'ABONNE
Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
 
Actualité aéronautique Transport aérien Russie : au moins 13 morts dans l'atterrissage d'urgence d'un avion à Moscou

Russie : au moins 13 morts dans l'atterrissage d'urgence d'un avion à Moscou

AFP
05 MAI 2019 | 788 mots

Au moins 13 personnes sont mortes dimanche dans l'atterrissage d'urgence d'un avion de la compagnie russe Aeroflot, qui s'est entièrement embrasé avec 78 personnes à bord à l'aéroport de Moscou-Cheremetievo.

"Pour l'heure, nous confirmons la mort de 13 personnes, dont deux enfants", a déclaré le Comité d'enquête russe dans un communiqué.

Onze personnes ont été blessées, a indiqué le ministre de la Santé de la région de Moscou, Dmitri Matveïev.

Un précédent bilan faisait état d'un mort et quatre blessés parmi les 73 passagers et cinq membres d'équipage du Soukhoï Superjet-100, contraint à un atterrissage d'urgence quelques minutes après son décollage à destination de Mourmansk (nord).

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montraient l'appareil atterrissant au milieu d'énormes flammes. Sitôt après l'atterrissage, les passagers ont été évacués par le toboggan avant de l'avion alors que celui-ci était s'embrasait à grande vitesse, d'énormes volutes de fumée noire s'élevant au-dessus de l'appareil.

D'autres vidéos montraient les passagers courant sur le tarmac pour s'éloigner aussi vite que possible de l'appareil.

Les raisons du retour précipité de l'appareil à Cheremetievo, d'où il avait décollé, ne sont pas encore connues alors que de précédentes sources faisaient état d'un incendie s'étant déclaré en vol.

"Le vol Su-1492 a décollé comme prévu à 18H02 (15H02 GMT). Après le décollage, l'équipage a rapporté une anomalie et pris la décision de revenir à l'aéroport de départ", a indiqué l'aéroport de Cheremetievo, le premier de Russie, dans un communiqué.

"A 18H30, l'appareil a effectué un atterrissage d'urgence, après quoi le feu s'est déclaré", poursuit le communiqué. L'incendie a été maîtrisé, laissant la partie arrière de l'appareil totalement carbonisée tandis que la partie avant semble avoir été moins touchée.

"L'avion a émis un signal de détresse après le décollage. Il a tenté un atterrissage d'urgence, n'a pas réussi la première fois et, à la deuxième tentative, le train d'atterrissage a frappé (le sol), puis le nez, et il s'est enflammé", avait de son côté déclaré peu après l'atterrissage une source citée par Interfax.

- Réservoirs pleins -

Le tabloïd Komsomolskaïa Pravda a publié le témoignage d'un passager de l'avion, Petr Egorov: "On venait de décoller et l'appareil a été touché par la foudre (...) L'atterrissage a été dur, on a presque perdu connaissance de peur. L'avion a rebondi sur le tarmac comme une sauterelle et a pris feu au sol".

L'agence Interfax, citant une source anonyme, a indiqué que l'appareil avait atterri avec ses réservoirs remplis de carburants car, le contact radio avec les contrôleurs aériens ayant été perdu, "il était dangereux d'effectuer une manoeuvre pour vider les réservoirs au-dessus de Moscou".

"Une enquête criminelle pour violation des règles de sécurité" a été ouverte, a indiqué dans un communiqué le Comité d'enquête, chargé des grandes investigations en Russie.

Le Premier ministre, Dmitri Medvedev, a ordonné de former une commission gouvernementale pour enquêter sur cet accident, a indiqué l'agence Ria Novosti tandis que le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a indiqué que Vladimir Poutine avait présenté ses condoléances aux proches des victimes.

Plusieurs vols ont été détournés vers d'autres aéroports de Moscou ou celui de Nijni Novgorod, environ 500 kilomètres à l'est de la capitale russe.

Le Soukhoï Superjet-100, le premier avion civil conçu par la Russie post-soviétique, et destiné à faire concurrence au brésilien Embraer et au canadien Bombardier sur le marché des avions régionaux, était une source de fierté pour le pays à l'époque de son lancement en 2011. Il est pourtant très décrié et peine à convaincre en dehors du marché russe.

Plusieurs compagnies étrangères qui l'exploitaient ont préféré réduire ou arrêter son utilisation, évoquant des problèmes de fiabilité.

Le programme avait été terni par le crash d'un appareil en mai 2012 au cours d'un vol de démonstration en Indonésie, qui avait fait 45 morts.

Pour soutenir l'avionneur, le gouvernement russe a mis en place des subventions pour inciter les opérateurs russes à acheter des Superjet: Aeroflot est ainsi devenu le premier utilisateur de l'appareil et avait annoncé en septembre 2018 avoir passé une commande record de 100 Superjet-100.

IL Y A 6 MINUTES
Ultime test dimanche pour SpaceX avant un vol habité pour la Nasa
18 JAN. 2020
737 MAX : Boeing a détecté un nouveau problème de logiciel, jugé mineur
18 JAN. 2020
Air France-KLM : La taxe carbone sur les billets d'avion est contre-productive selon Ben Smith
17 JAN. 2020
South African Airways met neuf Airbus A340 en vente
17 JAN. 2020
La crise pétrolière estompée, les aéroports du Congo reprennent le contrôle sur leur trafic
L'Airbus A330neo dépasse désormais les ventes du 777X de Boeing
XL Airways met ses biens aux enchères : « le coeur de la vente, ce sont les pièces aéronautiques »
 
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2020 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT