Actualité aéronautique Transport aérien Le terminal de jonction d'Orly entre en service

Le terminal de jonction d'Orly entre en service

Emilie Drab
Publié 16/04/2019 | 510 mots
Le terminal de jonction d'Orly entre en service
© Groupe ADP
C'est peut-être le projet le plus vaste du renouveau d'Orly qui est désormais une réalité pour compagnies et passagers. Le nouveau terminal de jonction de l'aéroport est entré en service le 16 avril, comme prévu. Celui qui est désormais baptisé Orly 3, à la suite du changement de toponymie introduit en mars dernier, devait être inauguré officiellement le 18 avril.

Il aura fallu quatre ans de travaux et 385 millions d'euros d'investissements pour faire sortir de terre cette structure qui relie Orly Ouest (devenus Orly 1 et Orly 2) et Orly Sud (Orly 4). D'une surface de 80 000 m², elle va augmenter les capacités d'accueil de la plateforme de 3,5 millions de passagers annuels, les portant à 32,5 millions de passagers, tout en augmentant de 37% les espaces d'accueil.

Doté d'une hauteur sous plafond de 9,5 mètres, Orly 3 a largement recouru aux verrières pour obtenir un maximum de lumière naturelle, tandis que l'impression de confort créée par l'espace et le modernisme du terminal est renforcée par la présence de végétation et d'un grand mur d'eau. En termes d'équipements, il doit compter quatre-vingts bornes d'enregistrement (automatiques et manuelles) et quatorze postes d'inspection filtrage, ainsi qu'une zone de passage aux frontières. Par ailleurs, 2 500 m² sont dédiés aux boutiques et à la restauration.

Orly 3 va désormais abriter les opérations de Transavia, Air Corsica, British Airways, Level, Pegasus et Air France. Cette dernière devrait par ailleurs à terme y posséder un salon.

Le bâtiment de jonction répond à un besoin de modernisation des infrastructures d'Orly, qui, datant de 1961 pour Orly Sud et 1971 pour Orly Ouest, étaient saturées, n'étaient plus aux standards de confort pour le passager et n'avaient pas d'espace réellement adapté aux contraintes de sûreté d'aujourd'hui. Ceci sans compter que l'activité de l'aéroport est en mutation depuis plusieurs années, avec une forte croissance du trafic (elle devrait se poursuivre au rythme de 2% par an jusqu'en 2025), une augmentation continue du taux d'emport, la multiplication des vols low-cost et une forte internationalisation des flux.

Ainsi, le groupe ADP avait lancé un vaste programme de réaménagement de l'aéroport en 2012, avec un investissement de 900 millions d'euros. De grandes améliorations avaient déjà été mises en place avec l'ouverture de la jetée internationale en 2016 et celle de l'extension du hall 1 en 2018. Avec la mise en service d'Orly 3, l'aéroport correspond au concept très en vogue de la structure « one roof », qui correspond à un terminal unique dans lequel les passagers peuvent évoluer d'un bout à l'autre sans avoir à sortir. Ceci en zone publique uniquement, Orly 1 n'étant pas encore relié à l'ensemble Orly 2-Orly 3- Orly 4 côté zone réservée (ce qui devrait intervenir d'ici 2023).

Il reste encore une étape dans ce plan de modernisation : la construction d'un nouveau bâtiment de 50 000 m² accolé à Orly 4.


© Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés
Emilie Drab
Rédactrice en chef adjointe
Aviation civile, Transport aérien


Les articles dans la même thématique
Camair-Co : Une année 2019 en zone de turbulences Camair-Co : Une année 2019 en zone de turbulences
L'année dernière aura assurément été une année de croissance chez Camair-Co. En 2019, le transporteur camerounais peine cependant à maintenir le cap. Avec la mise ... Lire la suite
Entretien avec le PDG d'easyJet, Johan Lundgren Entretien avec le PDG d'easyJet, Johan Lundgren
Johan Lundgren était en France au début du mois pour inaugurer la septième base d'easyJet dans le pays. L'occasion d'évoquer auprès du Journal de l'Aviation ... Lire la suite
La plateforme Skywise d'Airbus s'étend désormais à l'amélioration opérationnelle des flottes La plateforme Skywise d'Airbus s'étend désormais à l'amélioration opérationnelle des flottes
Le salon MRO Americas qui s'est déroulé la semaine dernière à Atlanta a été l'occasion pour Airbus d'officialiser le lancement d'un tout nouveau service associé ... Lire la suite
Jet Airways a un pied dans la tombe et suspend ses opérations Jet Airways a un pied dans la tombe et suspend ses opérations
Après des semaines d'agonie, Jet Airways a succombé à ses difficultés. Ayant échoué à obtenir un financement d'urgence pour poursuivre les opérations qui lui restaient, ... Lire la suite
Emirates achève la reconfiguration de ses Boeing 777-200LR Emirates achève la reconfiguration de ses Boeing 777-200LR
Le renouvellement des cabines des Boeing 777-200LR d'Emirates est arrivé à son terme. La compagnie arabe a annoncé qu'elle venait de remettre en service le ... Lire la suite
Dans la rubrique Transport aérien, la Rédaction vous recommande
Air Caraïbes et Frenchbee pas satisfaites de leurs résultats JetBlue passe à l'Airbus A321LR et annonce Londres
Loft et suites en Business, Virgin Atlantic dévoile la cabine de ses Airbus A350-1000 Comment améliorer le sommeil en avion ?
Safran Seats présente Versa, le successeur de Cirrus EasyJet inaugure une nouvelle base à Nantes
12h06 Norwegian dépose un préavis de grève pour les 24, 25 et 26 avril à Roissy
19/04 ArianeGroup, l'ESA et HEC Paris s'allient pour étudier l'économie de l'espace
19/04 Représentativité, retraite : les pilotes inquiets alertent le gouvernement
19/04 Camair-Co : Une année 2019 en zone de turbulences
19/04 Vivez le grand frisson avec Sport-Découverte
18/04 Cinquantième rotation au-dessus des pays baltes
19 AVR. 2019
Philippe Bohn n'est plus le directeur général d'AIR SENEGAL. L'annonce a été faite ce vendredi 19 avril. Difficile pour l'instant de dire s'il s'agit d'un limogeage ou d'une démission. Le Sénégalais Ibrahima Kane, l'actuel directeur du Fonds souverain d'investissements stratégiques, est pressenti pour le remplacer. Philippe Bohn avait été nommé à la tête d'AIR SENEGAL le 10 Août 2017 en remplacement du Sénégalais Mamadou Lamine Sow.
19 AVR. 2019
Le CNES et l'ESA intègrent pour un an le programme Fab Force d'ORANGE SILICON VALLEY (OSV), filiale du groupe Orange implantée à San Francisco. Ce partenariat doit leur permettre d'accéder à l'écosystème de start-up de la Silicon Valley et de créer des échanges dans le but de développer de nouvelles approches technologiques.
19 AVR. 2019
EMBRAER annonce que son Praetor 600 a reçu sa certification par l'agence brésilienne ANAC. Le jet d'affaires de taille super-intermédiaire avait été lancé en octobre 2018 à la convention NBAA-BACE. Il a même dépassé son cahier des charges, étant capable de parcourir plus de 4 000 nm (7 450 km) et de décoller plus court que prévu, sur des pistes de 4 436 pieds (1 352 m).
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Data Analytics : la bataille entre OEM et sociétés de maintenance va s'intensifier
Entretien avec le PDG d'easyJet, Johan Lundgren
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus