Actualité aéronautique Transport aérien Aéroport de Toulouse : qui pour succéder aux Chinois?

Aéroport de Toulouse : qui pour succéder aux Chinois?

AFP
Publié 06/02/2019 | 797 mots

Qui pourrait succéder aux actionnaires chinois, qui détiennent 49,99% de l'aéroport de Toulouse, site stratégique près du siège mondial d'Airbus? Plusieurs offres sont attendues d'ici la mi-février pour ce projet de vente.

Les actionnaires chinois de Casil "ont reçu beaucoup de marques d'intérêt (....) Casil a donc confié le processus à la banque Lazard, mandatée pour recevoir des offres. La vente peut aboutir, comme elle peut ne pas aboutir", souligne-t-on à l'AFP dans l'entourage du groupe.

"Ce n'est pas un appel d'offre public, donc il n'y a pas de date précise" butoir, "c'est plutôt la première quinzaine de février", selon la même source, qui a requis l'anonymat.

"Nous sommes évidemment intéressés", a indiqué mercredi le PDG de Vinci Xavier Huillard, tout en se disant "vigilant" sur le prix à payer. Le groupe Eiffage serait également sur les rangs.

En avril 2015 - Emmanuel Macron est alors ministre de l'Économie - l'État avait vendu 49,99% du capital de la société de gestion de l'aéroport de Toulouse à Casil Europe, holding française créée par le groupe d'État chinois Shandong High Speed Group et le fonds d'investissement hongkongais Friedmann Pacific Asset Management.

Début 2018, l'État décide de conserver la part de 10,01% qu'il conservait, sur laquelle Casil avait une option. Les autres actionnaires, à hauteur de 40%, sont la Région, le département, la métropole de Toulouse et la Chambre de commerce et d'industrie (CCI).

- Importante plus-value -

Pour une mise de départ de 300 millions d'euros en 2015, la participation chinoise vaudrait désormais plus de 500 millions, selon des évaluations de presse non confirmées dans l'entourage de Casil. Soit une éventuelle plus-value de 200 millions.

Entre 2015 et 2019, "ce n'est pas la même entreprise, le trafic a augmenté, tout comme la rentabilité et le chiffre d'affaires, c'est normal qu'elle ne vaille pas le même prix", se défend l'entourage de Casil.

Avec aussi d'importants investissements réalisés, l'aéroport de Toulouse-Blagnac a connu en 2018 une hausse de fréquentation de 3,9%. Avec plus de 9,6 millions de passagers, il est le 3ème aéroport régional, derrière Nice et Lyon.

Avec l'annonce surprise d'un possible désengagement chinois, révélé le 22 janvier par La Dépêche du Midi, les acteurs locaux se sont mobilisés pour sauvegarder l'actionnariat public.

"S'il s'avérait que Casil vendait prochainement ses actions, ce serait de sa part une très mauvaise manière, légale mais fort désinvolte", avait réagi pour l'AFP le maire LR de Toulouse Jean-Luc Moudenc.

Les quatre actionnaires ont adressé le 24 janvier un courrier commun au Premier ministre Edouard Philippe, enjoignant l'Etat de ne pas "vendre ses parts" -- 10,01% -- afin d'assurer à l'aéroport un "actionnariat majoritaire public de long terme".

Et si l'Etat "vendait, il faut qu'il vende aux acteurs locaux", insiste auprès de l'AFP le président PS du Conseil départemental Georges Méric.

"Il faut s'organiser localement, c'est très cher mais il faut être inventif, avec des entreprises comme Airbus, les collectivités locales et la CCI", plaide-t-il.

Un vif différend avait opposé ces dernières années les acteurs locaux à Casil Europe, accusé de vouloir "maximiser le versement de dividendes".

- "On les a maîtrisés" -

Sur les dividendes, "on les a maîtrisés, sinon la caisse serait vide, on leur a dit +non+ (à Casil Europe)", a affirmé M. Méric.

Selon une source proche des acteurs locaux, les Chinois ont en 2016 "cherché à prélever 60 des 70 millions d'euros de réserves. La mobilisation a permis de limiter le prélèvement à 20 millions (depuis 2015), il reste donc aujourd'hui 50 millions".

La Cour des comptes s'était également montrée très critique en novembre, évoquant une "situation, ambiguë et instable, d'une entreprise dont le capital est majoritairement public, mais dont le contrôle appartient à l'actionnaire privé par l'effet du pacte d'actionnaires qu'il a conclu avec l'État".

Selon Médiapart qui a publié une partie de ce "pacte", resté confidentiel, il garantirait "aux investisseurs chinois minoritaires de faire strictement ce qu'ils veulent et d'être majoritaires au conseil de surveillance".

A l'issue d'âpres négociations, les actionnaires privés et publics ont cependant conclu fin décembre un accord sanctuarisant les réserves jusqu'en 2023.

Un mois plus tard, les actionnaires chinois faisaient savoir qu'ils étaient prêts à se désengager.

Les articles dans la même thématique
Camair-Co : Une année 2019 en zone de turbulences Camair-Co : Une année 2019 en zone de turbulences
L'année dernière aura assurément été une année de croissance chez Camair-Co. En 2019, le transporteur camerounais peine cependant à maintenir le cap. Avec la mise ... Lire la suite
Entretien avec le PDG d'easyJet, Johan Lundgren Entretien avec le PDG d'easyJet, Johan Lundgren
Johan Lundgren était en France au début du mois pour inaugurer la septième base d'easyJet dans le pays. L'occasion d'évoquer auprès du Journal de l'Aviation ... Lire la suite
La plateforme Skywise d'Airbus s'étend désormais à l'amélioration opérationnelle des flottes La plateforme Skywise d'Airbus s'étend désormais à l'amélioration opérationnelle des flottes
Le salon MRO Americas qui s'est déroulé la semaine dernière à Atlanta a été l'occasion pour Airbus d'officialiser le lancement d'un tout nouveau service associé ... Lire la suite
Jet Airways a un pied dans la tombe et suspend ses opérations Jet Airways a un pied dans la tombe et suspend ses opérations
Après des semaines d'agonie, Jet Airways a succombé à ses difficultés. Ayant échoué à obtenir un financement d'urgence pour poursuivre les opérations qui lui restaient, ... Lire la suite
Emirates achève la reconfiguration de ses Boeing 777-200LR Emirates achève la reconfiguration de ses Boeing 777-200LR
Le renouvellement des cabines des Boeing 777-200LR d'Emirates est arrivé à son terme. La compagnie arabe a annoncé qu'elle venait de remettre en service le ... Lire la suite
Dans la rubrique Transport aérien, la Rédaction vous recommande
Jet Airways a un pied dans la tombe et suspend ses opérations Air Caraïbes et Frenchbee pas satisfaites de leurs résultats
JetBlue passe à l'Airbus A321LR et annonce Londres Loft et suites en Business, Virgin Atlantic dévoile la cabine de ses Airbus A350-1000
Comment améliorer le sommeil en avion ? Safran Seats présente Versa, le successeur de Cirrus
17h08 Boeing : 9 autorités internationales conviées à la certification du 737 MAX (régulateur)
17h04 Le trafic aérien de jour reprend à l'aéroport de Tripoli
17h04 Un incident sur la capsule de SpaceX pourrait retarder son premier vol habité
17h04 Patron d'Airbus : "l'objectif doit être de voler sans émission" (presse)
12h06 Norwegian dépose un préavis de grève pour les 24, 25 et 26 avril à Roissy
19/04 ArianeGroup, l'ESA et HEC Paris s'allient pour étudier l'économie de l'espace
19 AVR. 2019
Philippe Bohn n'est plus le directeur général d'AIR SENEGAL. L'annonce a été faite ce vendredi 19 avril. Difficile pour l'instant de dire s'il s'agit d'un limogeage ou d'une démission. Le Sénégalais Ibrahima Kane, l'actuel directeur du Fonds souverain d'investissements stratégiques, est pressenti pour le remplacer. Philippe Bohn avait été nommé à la tête d'AIR SENEGAL le 10 Août 2017 en remplacement du Sénégalais Mamadou Lamine Sow.
19 AVR. 2019
Le CNES et l'ESA intègrent pour un an le programme Fab Force d'ORANGE SILICON VALLEY (OSV), filiale du groupe Orange implantée à San Francisco. Ce partenariat doit leur permettre d'accéder à l'écosystème de start-up de la Silicon Valley et de créer des échanges dans le but de développer de nouvelles approches technologiques.
19 AVR. 2019
EMBRAER annonce que son Praetor 600 a reçu sa certification par l'agence brésilienne ANAC. Le jet d'affaires de taille super-intermédiaire avait été lancé en octobre 2018 à la convention NBAA-BACE. Il a même dépassé son cahier des charges, étant capable de parcourir plus de 4 000 nm (7 450 km) et de décoller plus court que prévu, sur des pistes de 4 436 pieds (1 352 m).
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Data Analytics : la bataille entre OEM et sociétés de maintenance va s'intensifier
Entretien avec le PDG d'easyJet, Johan Lundgren
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus