Actualité aéronautique Espace En tête sur le secteur commercial, Arianespace attend un rebond du marché en 2019

En tête sur le secteur commercial, Arianespace attend un rebond du marché en 2019

AFP
Publié 09/01/2019 | 714 mots

Arianespace a maintenu son rythme de lancements en 2018 et confirmé sa première place sur le marché commercial dans un marché qui reste très attentiste avant un rebond attendu cette année.

"Au total, nous avons lancé 21 satellites, 13 commerciaux et 8 institutionnels", a déclaré Stéphane Israël, le PDG d'Arianespace lors d'une conférence de presse mercredi.

"Nous avons travaillé pour 13 clients différents (...) qui représentent 11 pays différents. Nous avons montré notre rayonnement et notre diversité l'an dernier", a-t-il ajouté.

Au total, la compagnie européenne a effectué onze lancements en 2018, dont quatre doubles, c'est-à-dire emportant deux satellites, ce qui lui a permis de maintenir son leadership sur ce segment l'an dernier.

"Nous en avons envoyé huit (satellites géostationnaires, ndlr), cela représente la moitié des satellites géostationnaires commerciaux qui ont été mis en orbite l'an dernier", a souligné le patron de la société européenne.

Cette activité, dans la lignée du rythme de lancements des années précédentes, a permis a Arianespace de réaliser un chiffre stable de 1,4 milliard d'euros en 2018. Nous anticipons "comme les années précédentes des comptes à l'équilibre", a indiqué Stéphane Israël.

Sur le plan commercial, Arianespace a signé 18 contrats de lancement avec 15 clients différents en 2018, conformément à ses objectifs alors que le marché reste "très attentiste".

Au total, ils portent à 4,2 milliards le carnet de commandes d'Arianespace, représentant 54 lancements.

Selon Stéphane Israël, en valeur, il est 70% commercial et 30% institutionnel", soit l'inverse de celui de son principal concurrent, l'américain SpaceX, qui est à 75% institutionnel et à 25% commercial, selon le patron d'Arianespace.

"C'est maintenant la troisième année que le marché commercial et singulièrement le marché géostationnaire est extrêmement calme", a-t-il expliqué: cinq commandes de satellites télécoms ont été passées à l'industrie l'an dernier contre 22 en 2015, quinze en 2016 et huit en 2017.

- Rebond en 2019? -

"Dans ce contexte, Arianespace a accompli un bilan plus que remarquable", s'est-il félicité. "L'an dernier, il y a eu de façon incontestable, la réaffirmation de notre leadership sur le segment géostationnaire", a-t-il ajouté.

Pour l'année à venir, Arianespace prévoit jusqu'à 12 lancements depuis le Centre Spatial Guyanais et va poursuivre la commercialisation de ses futurs lanceurs, notamment Ariane 6 qui remplacera l'actuelle Ariane 5 à partir de 2020.

Stéphane Israël a dit espérer que 2019 soit "celle du rebond" sur le segment géostationnaire, alors que le marché connaît une concurrence accrue et des volumes faibles, ce qui pèse sur les prix.

"Nous avons beaucoup de discussions avec nos clients sur différents continents, et on sent à l'évidence un frémissement, que beaucoup de projets qui avaient été retardés sont maintenant en train de se concrétiser", a-t-il déclaré.

Sur le plan institutionnel, 2019 sera également une année importante sur le plan institutionnel, avec la prochaine conférence ministérielle de l'ESA, l'Agence spatiale européenne, en novembre 2019 à Séville, qui devra définir la feuille de route d'Ariane 6 et de ses évolutions, y compris vers la réutilisation, au coeur de la stratégie de SpaceX.

L'industrie européenne attend la signature de quatre contrats institutionnels pour la soutenir face à la concurrence, alors que les Etats se sont engagés à accorder cinq lancements par an à Ariane 6. "C'est ce qui nous permettra de nous battre à armes plus égales avec nos compétiteurs", a dit Stéphane Israël.

Il a notamment rappelé que la France avait passé un premier contrat institutionnel de la part d'un Etat membre européen pour le lancement du satellite CSO-3 avec Ariane 6, après ceux de la Commission européenne et l'ESA pour deux missions Galileo. "La France a donné l'exemple", s'est-il félicité.

Enfin, la filière doit finaliser dans les prochaines semaines l'achat du dernier lot d'Ariane 5 et du premier lot d'Ariane 6 pour assurer la transition entre les deux lanceurs, qui s'étalera de 2020 à 2023.

Les articles dans la même thématique
28 FEV. 2019 Satellites
Les premiers satellites de OneWeb sont en orbite Les premiers satellites de OneWeb sont en orbite
C'est désormais une réalité, les six premiers satellites de OneWeb sont désormais dans l'espace. Ils ont été mis en orbite le 27 février. C'est un ... Lire la suite
Le CNES et ArianeGroup préparent le futur des lanceurs avec ArianeWorks Le CNES et ArianeGroup préparent le futur des lanceurs avec ArianeWorks
Partenaires de longue date, le CNES et ArianeGroup ont décidé de s'associer plus étroitement pour le développement de futurs lanceurs. Le 21 février, Jean-Yves Le ... Lire la suite
Un budget au-delà des espérances pour la NASA Un budget au-delà des espérances pour la NASA
Le « shutdown » ne sera bientôt qu'un mauvais souvenir pour la NASA. Alors qu'il y a quelques semaines encore elle était paralysée, avec 16 ... Lire la suite
Le moteur réutilisable européen Prometheus passe sa revue de définition Le moteur réutilisable européen Prometheus passe sa revue de définition
C'est une étape importante qui vient d'être franchie par Prometheus (Precursor Reusable Oxygen METHane cost Effective propUlsion System). Le démonstrateur de moteur réutilisable européen vient ... Lire la suite
Le P120C est prêt pour Vega-C, bientôt pour Ariane 6 Le P120C est prêt pour Vega-C, bientôt pour Ariane 6
Le développement du P120C touche à sa fin. Avio, ArianeGroup et l'Agence spatiale européenne (ESA) viennent d'annoncer que l'essai à feu du premier moteur de ... Lire la suite
Dans la rubrique Espace, la Rédaction vous recommande
Les premiers satellites de OneWeb sont en orbite Le CNES et ArianeGroup préparent le futur des lanceurs avec ArianeWorks
Un budget au-delà des espérances pour la NASA Le moteur réutilisable européen Prometheus passe sa revue de définition
Le milliardaire Richard Branson prévoit son propre voyage spatial d'ici juillet Le P120C est prêt pour Vega-C, bientôt pour Ariane 6
22/03 TAP Air Portugal veut entrer en Bourse malgré ses pertes
22/03 Icelandair de retour dans la course au rachat de WOW Air, Indigo Partners se retire
22/03 Décollage réussi pour le Defiant de Boeing et Sikorsky
22/03 Garuda demande une première annulation de commande pour le Boeing 737 MAX 8
21/03 L'État s'engage à conserver ses parts de l'aéroport de Toulouse
21/03 Un incubateur de start-up aéronautiques installe un centre à Paris
22 MAR. 2019
(WAC 2019) La Direction de l'aviation civile de Singapour (CAAS) signe un accord de R&D avec THALES pour concevoir une architecture système ATM ouverte - plus flexible et évolutive - au cours des vingt prochain mois. Un protocole d'accord avait déjà été conclu entre les deux parties en février 2018, pour le développement de concepts de gestion du trafic aérien et des technologies ATM de nouvelle génération.
22 MAR. 2019
Le SB>1 Defiant a effectué son vol inaugural. Le démonstrateur d'hélicoptère de nouvelle génération, conçu et développé par BOEING et SIKORSKY, est proposé dans le cadre du programme JMR TD (Joint multi-role technology demonstrator) de l'US ARMY, qui cherche à remplacer ses UH-60 Black Hawk à l'horizon 2030. Il devrait affronter le V-280 Valor de Bell.
21 MAR. 2019
JANET DEKKER a été nommée directrice générale adjointe Ressources Humaines d'AIR FRANCE-KLM. Elle prendra ses fonctions le 13 mai 2019. Elle est actuellement DRH chez Sephora.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Tschüss TUI, Hallo Intro !
Régis Lacote : « Avec le terminal unique, l'appellation Orly Ouest / Orly Sud n'a plus de sens »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus