Actualité aéronautique Espace André-Hubert Roussel succède à Alain Charmeau à la tête d'ArianeGroup

André-Hubert Roussel succède à Alain Charmeau à la tête d'ArianeGroup

Léo Barnier
Publié 26/11/2018 | 1037 mots
André-Hubert Roussel succède à Alain Charmeau à la tête d'ArianeGroup
André-Hubert Roussel va devenir le nouveau président exécutif d'ArianeGroup. © ArianeGroup
La nouvelle était dans l'air depuis quelques jours, elle est désormais actée. Alain Charmeau va quitter la tête d'ArianeGroup le 1er janvier prochain. Il prendra sa retraite après une période de transition de trois mois comme conseiller spécial auprès de son successeur, André-Hubert Roussel. Une aide qui ne sera sans doute pas de trop pour le nouveau président exécutif du groupe, qui va avoir de nombreux défis à relever (très) rapidement.

Succéder à Alain Charmeau n'est pas simple affaire en soi. A 62 ans, l'homme est un dirigeant historique de la filière spatiale française, d'abord au sein du groupe EADS devenu Airbus, avant de fonder Airbus Safran Launchers devenu ArianeGroup. Il est le premier (et pour quelques semaines encore l'unique) président exécutif de cette coentreprise à parité d'Airbus et de Safran, chargée de garantir l'accès autonome de l'Europe à l'espace avec la maîtrise d'oeuvre de la famille de lanceurs Ariane, mais aussi en tant qu'actionnaire principal d'Arianespace qui exploite et commercialise ces même lanceurs.

Nombreux défis en perspective

En sus d'assurer la relève, André-Hubert Roussel va devoir composer avec une situation industrielle, commerciale et sociale complexe. Le nouvel homme fort d'ArianeGroup va devoir achever la mise au point d'Ariane 6, dont le premier vol est prévu pour 2020. Un temps en suspend dans l'attente d'une décision politique, la phase d'industrialisation et de production des premiers exemplaires du nouveau lanceur est bel et bien lancée depuis juin dernier. Il faut néanmoins la mener jusqu'au bout, et dans les temps, ce qui n'est jamais évident avec des programmes de cette complexité.

Le groupe devra ensuite assurer la transition avec l'ancienne génération de lanceur, à savoir Ariane 5, qui devrait continuer à être opéré jusqu'en 2022. Cela suppose de préparer la montée en cadence d'Ariane 6 pour éviter les ruptures de charge tout en préservant la capacité de lancer Ariane 5.

Baisse de cadences

Néanmoins, à en croire le manque d'annonces de contrats engrangés par le nouveau lanceur, le problème ne sera pas de répondre à la demande mais de plus de remplir le carnet de commandes. A l'heure actuelle, Arianespace affiche un manifeste qui ne compte que cinq lancements, pour un total de 10 satellites, jusqu'en 2027 pour Ariane 6. Seuls trois contrats institutionnels et un contrat commercial ont ainsi été glanés. Ce qui est insuffisant au vu des cadences prévues par le programme.

Il était en effet prévu de produire quatorze Ariane 6 entre 2020 et 2022, réparties à parité entre le marché institutionnel et le marché commercial, puis une dizaine de lancements par an à pleine cadence. A en croire la CFE-CGC, le 12 novembre, la direction d'ArianeGroup a annoncé en comité central d'entreprise qu'elle allait réduire de 20% la cadence de production des Ariane 5 et 6 dans les prochaines années. Celle-ci avait déjà indiqué à plusieurs reprises qu'elle manquait de visibilité pour lancer la production des futurs lots de lanceurs - ce qui nécessite environ trois ans.


A moins de deux ans de son premier vol, Ariane 6 peine à engranger des contrats. © Airbus

Lourd tribut social

Cette mesure industrielle s'accompagne d'une décision sociale très lourde, à savoir la suppression de 2 300 postes dans les effectifs internes et en sous-traitance dans les cinq ans. 1 300 emplois disparaîtraient avec l'attrition naturelle, le reste serait le fait de départs supplémentaires de salariés. S'il s'agit d'une mesure pour améliorer l'efficacité d'ArianeGroup, ce serait une véritable saignée dans les effectifs, évalués à 9 000 personnes en France et en Allemagne. Une situation difficilement acceptable pour les syndicats, qui attendent avec impatience de voir la stratégie du nouveau patron.

Pour résoudre cette situation, André-Hubert Roussel va donc devoir convaincre les clients privés de faire confiance à Ariane 6. Tout d'abord sur le plan industriel et technologique, des résistances persisteront sans doute tant que la production des premiers lanceurs et le premier vol ne seront pas achevés. Si les performances sont nominales et réalisées dans les temps, cela pourrait débloquer quelques signatures.

Une attractivité à travailler

Pour cela, Arianespace devra aussi se montrer attractif sur le plan financier, alors que le marché des gros satellites - pour lequel Ariane 6 a été conçue - tend à se réduire. En effet, les nouvelles possibilités offertes par les satellites de moindre taille, pour un coût bien moindre, drainent une partie non négligeable de la demande. Si Ariane 6 se veut 40% moins chère qu'Ariane 5, cela ne suffit visiblement pas pour l'instant.

Côté institutionnel, Ariane 6 a besoin de cinq lancements par an. Et là aussi, l'objectif est loin d'être atteint. D'autant que la « préférence européenne » - telle que la pratique les Etats-Unis, la Chine, la Russie, le Japon ou encore l'Inde - n'a pu être actée. André-Hubert Roussel va donc là-aussi devoir monter au créneau pour convaincre les décideurs européens de l'importance de garder un accès autonome à l'espace.

Place au nouveau

Pour accomplir tout cela, le futur patron d'ArianeGroup peut compter sur une expérience solide. A 53 ans, André-Hubert Roussel est directeur des Opérations d'Airbus Defence & Space depuis 2016, membre du comité exécutif de la division depuis juillet 2017 et membre du conseil d'administration d'ArianeGroup depuis juillet 2018.

Présent dans le groupe EADS depuis 2004, il a rejoint la branche spatiale en 2009 comme directeur des opérations (ingénierie et fabrication) d'Astrium Space Transportation, sous la présidence d'Alain Charmeau. Il a poursuivi ensuite son parcours au sein du groupe (devenu Airbus). Il a ainsi participé directement au lancement d'Ariane 6 en tant que directeur des programmes de lanceurs d'Airbus en décembre 2014, avant de devenir directeur Ingénierie, Opérations et Qualité de Airbus Defence & Space - Space Systems début 2015.

A André-Hubert Roussel d'assumer désormais l'héritage d'Alain Charmeau tout en remettant ArianeGroup sur la bonne rampe de lancement pour la prochaine décennie.
Léo Barnier
Journaliste spécialisé
Industrie & Technologie, Equipements, MRO


Les articles dans la même thématique
20 SEPT. 2018 Satellites
Ryan Reid (Boeing) : « Avec O3b mPOWER nous faisons un bond en avant en termes de performances » Ryan Reid (Boeing) : « Avec O3b mPOWER nous faisons un bond en avant en termes de performances »
Présent à Paris à l'occasion de la World Satellite Business Week, organisée par Euroconsult du 10 au 14 septembre, Ryan Reid, le directeur des Constellations ... Lire la suite
20 SEPT. 2018 Vols habités
Nouveau visage pour le BFR de SpaceX Nouveau visage pour le BFR de SpaceX
C'est un Elon Musk quelque peu fatigué et hésitant qui s'est présenté le 18 septembre au siège de SpaceX, à Hawthorne (Californie). Il était pourtant ... Lire la suite
19 SEPT. 2018 Vols habités
SpaceX, l'ISS avant la Lune SpaceX, l'ISS avant la Lune
En dix ans, SpaceX s'est imposé comme le principal pourvoyeur de lancements spatiaux. Pas moins de dix-huit Falcon 9 ont ainsi décollé en 2017. En ... Lire la suite
14 SEPT. 2018 Vols habités
SpaceX est toujours en course pour la Lune avec un premier client privé SpaceX est toujours en course pour la Lune avec un premier client privé
Une annonce en février 2017, puis plus rien. C'était à croire que SpaceX avait renoncé à son projet d'envoyer des touristes spatiaux en orbite lunaire. ... Lire la suite
La menace fantôme La menace fantôme
À notre grande surprise, Florence Parly a récemment révélé au grand public l'existence d'une tentative d'espionnage du satellite militaire Athena-Fidus par la Russie au cours ... Lire la suite
Dans la rubrique Espace, la Rédaction vous recommande
ArianeGroup va supprimer 2 300 emplois d'ici à 2022, annonce la direction Mission réussie pour Soyouz qui place en orbite un satellite météorologique
Les petites fusées arrivent Nouveau visage pour le BFR de SpaceX
SpaceX, l'ISS avant la Lune SpaceX est toujours en course pour la Lune avec un premier client privé
07/12 A330 MRTT : Airbus tend une nouvelle perche aux Etats-Unis
07/12 Boeing-Embraer : La justice brésilienne demande la suspension du rapprochement
07/12 Une nouvelle équipe à la tête du SNPL Air France
06/12 SIER lance une nouvelle activité dédiée aux modifications et à la maintenance
06/12 Andrew Mohr : « L'objectif de Panasonic Avionics aujourd'hui est autant d'être un partenaire e-commerce qu'un partenaire IFE »
06/12 Avions en crédit-bail et MRO : les bonnes pratiques
07 DEC. 2018
AVOLON confirme une commande pour une centaine appareils de la famille A320neo, d'une valeur de 11,5 milliards de dollars. La commande porte sur 75 A320neo et 25 A321neo, dont les livraisons doivent débuter en 2023. Le carnet de commandes de la société de leasing atteint désormais 220 monocouloirs et 45 gros-porteurs d'AIRBUS.
06 DEC. 2018
SIER, bureau d'études et de réalisations implanté à Blagnac, annonce étendre le périmètre de ses activités aux modifications et à la maintenance. La société toulousaine a décroché son DOA (Design Organization Approval) au mois de septembre et a obtenu l'agrément EASA Part 21J.659.
06 DEC. 2018
ETHIOPIAN AIRLINES va participer à la création d'une école de commerce en Ethiopie, l'EEIBS (Ethio-European International Business School). Avec le soutien de l'UE, la compagnie contribuera à un programme MBA qui sera lié à son Ethiopian Aviation Academy, qui dispense actuellement des formations pour pilotes, équipages cabine, en commercial et en maintenance.
06 DEC. 2018
EUROSTAT indique que plus d'un milliard de passagers ont voyagé par avion dans l'Union européenne en 2017. Leur nombre est en croissance de 7% par rapport à 2016 et de 39% par rapport à 2009. L'office statistique indique également que 47% ont voyagé au sein de l'UE, 36% hors de l'UE et 17% ont utilisé des lignes intérieures. Le pays ayant le plus grand nombre de passagers est la Grande-Bretagne - la France est en quatrième position.
06 DEC. 2018
La direction de l'aviation civile lituanienne a retiré sa licence à SMALL PLANET AIRLINES le 28 novembre, entraînant la suspension de tous ses vols. La compagnie s'était placée en faillite à la suite des banqueroutes de ses deux divisions allemande et polonaise avant elle. Elle indiquait alors être en bonne santé et avoir entrepris cette démarche pour se protéger des créanciers de ses consoeurs, auprès desquels elle s'était portée garante. Elle avait toutefois lancé une restructuration et était à la recherche d'un investisseur.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

La continuité numérique au coeur du prochain programme Airbus
Andrew Mohr : « L'objectif de Panasonic Avionics aujourd'hui est autant d'être un partenaire e-commerce qu'un partenaire IFE »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

© 2018 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus