Industrie aéronautique     Transport aérien     Défense     MRO & Support     Cabine & PaxExp     Décarbonation     L'Aviation Recrute     Passion    
 
 
Actualité aéronautique Passion Jean-Emile Rouaux : « Air France a choisi la Fédération Française de Vol en Planeur pour former ses futurs cadets »

Jean-Emile Rouaux : « Air France a choisi la Fédération Française de Vol en Planeur pour former ses futurs cadets »



09 OCT. 2018 | Propos recueillis par Romain Guillot
Jean-Emile Rouaux : « Air France a choisi la Fédération Française de Vol en Planeur pour former ses futurs cadets »
Toutes photos © FFVP
La Fédération Française de Vol à Voile (FFVV) a été rebaptisée Fédération Française de Vol en Planeur (FFVP) le 1er octobre. Le Journal de l'Aviation s'est entretenu avec son président Jean-Emile Rouaux, l'occasion de revenir sur les différentes activités de la fédération. Entretien.

Pourquoi La Fédération Française de Vol à Voile change-t-elle de nom pour devenir la Fédération Française de Vol en Planeur ?

Nous ne nous sommes pas toujours appelés comme cela. Par exemple avant la seconde guerre mondiale, il s'agissait de la Fédération Française de vol sans moteur. La Fédération Française de Vol à Voile est née au moment de sa création en 1966. C'est un peu le parallèle entre le bateau à moteur et le bateau à voile. Mais aujourd'hui, les choses ont évolué et nous avons beaucoup d'activités à voile qui volent, par exemple les dernières générations de voiliers avec des foils. De tout temps nous avons été confondus avec certaines pratiques. Pour limiter cette confusion, une cinquantaine de clubs avaient d'ailleurs déjà franchi le pas en s'appelant par exemple Planeurs de Bretagne, Planeurs de Brocéliande... Nous avons réalisé un sondage et c'est le nom qui est sorti.

On comprend que la FFVP a tout à gagner avec cette nouvelle image, mais un changement d'identité n'est jamais simple. Qu'est ce que cela implique dans la vie de la Fédération ?

Nous avons d'abord changé toutes nos identités visuelles, lancé un nouveau site Internet (www.ffvp.fr) qui est une belle vitrine de notre activité, et nous avons une campagne de grande ampleur dans les médias aéronautiques. Mais en même temps, ce changement de nom coule tellement de source que finalement tout le monde le trouve logique.

Quelle est la situation de la Fédération Française de Vol en Planeur, les grandes tendances ?

Nous connaissons une stabilité en nombre de clubs, à 162 clubs. Par contre nous avons connu une légère progression ces dernières années, et sensible cette année, pour les pilotes de moins de 25 ans. Le nombre de licences pour les pilotes de moins de 25 ans est en augmentation de 9%. C'est assez extraordinaire. Cette bonne tendance est liée à plusieurs choses. D'une part à l'économie qui va un peu mieux et d'autre part à une aspiration importante pour les métiers de l'aéronautique. Il y a aussi un gros travail de la Fédération au niveau des partenariats, par exemple avec le BIA de l'armée de l'air, sur les jeunes des quartiers avec Léo Lagrange, avec l'UCPA... Ces partenariats forts nous permettent de porter haut nos valeurs. Et il y a aussi une communication importante sur les réseaux sociaux depuis deux ans. Nos produits de licence ont aussi été adaptés, par exemple pour pouvoir pratiquer le planeur de façon plus occasionnelle par rapport à ce que l'on connaissait il y a trente ans ou il fallait être un passionné, voler tous les week-ends. Cette époque est désormais révolue. Nous sommes devenus beaucoup plus attractifs et nous allons tangenter les 12 000 licenciés cette année.

La FFVP, c'est aussi des compétitions et des champions du monde...

Nous avons été numéro un mondial en 2016 et 2017. Cette année nous serons numéro deux mondial. La FFVP s'est aussi 35 titres de champions du monde depuis son existence. Nos avons de très bons résultats sportifs avec de belles équipes de France masculine et féminine. L'équipe de France féminine est d'ailleurs aussi numéro un mondial et c'est une très grande satisfaction.

Mais le planeur ce n'est pas qu'un sport. Ayant été jeune pilote de planeur moi même, je suis convaincu que la case planeur doit être indissociable d'une carrière de pilote professionnel à un moment ou à un autre. Qu'en pensez-vous ?

La meilleure preuve en est qu'Air France a choisi la Fédération Française de Vol en Planeur pour former ses futurs cadets. Ils viendront ainsi passer quatre semaines de stage à Saint-Auban pour une formation au planeur basique, avec une initiation à la voltige pour les positions inhabituelles. Ils feront même du remorquage pour appréhender le travail aérien, la gestion des trajectoires à vue... La première promotion est attendue pour le 29 mars. Je dirais, sans vouloir être prétentieux, que pratiquer le vol en planeur est un bon atout pour passer les sélections de pilotes dans toutes les compagnies aériennes, car, au-delà des valeurs de techniciens purs, et même sur les parties non techniques - conscience de la situation, décision et gestion de la charge de travail - il y a aussi l'aspect de travail en groupe qui est indissociable du métier de pilote de ligne. Dans un cockpit on travaille en équipage et ces valeurs sont donc très utiles au métier.

Romain Guillot
Rédacteur en chef
Cofondateur du Journal de l'Aviation et d'Alertavia


Abonnez-vous dès aujourd'hui au Journal de l'Aviation et prenez de l'altitude sur toute l'actualité aéronautique
L'accès à tous les articles payants du Journal de l'Aviation
La Newsletter Quotidienne en exclusivité
L'accès à l'actualité de la rubrique ALERTAVIA et aux outils de veille (agents, alertes...)
 
Une sélection d'articles réservés aux abonnés
Pas d'urgence à ouvrir de nouvelle base pour Transavia France Ryanair en manque de Boeing 737 MAX
Comment Safran gère le succès du LEAP Une grande coopération transatlantique est mise en place pour lutter contre la distribution de pièces aéronautiques falsifiées
Les Airbus A350 du projet Sunrise de Qantas accusent six mois de retard L'Airbus A330neo décroche un nouveau gros client en Asie
Orly 2035 : nouvelle salle d'embarquement et futur modèle mondial d'éco-aéroport Thai Airways va aussi s'engager sur le 777X de Boeing
Figeac Aero inaugure une unité de production pour les nacelles du LEAP au Maroc MRO : Première grande visite des 12 ans pour un Airbus A380 chez Lufthansa Technik Philippines
IL Y A 1 HEURE
JetBlue et Spirit Airlines renoncent à leur fusion
IL Y A 2 HEURES
Airbus table sur une forte croissance des services au Moyen-Orient
IL Y A 2 HEURES
United Airlines doit renoncer à la livraison d'une centaine d'avions en 2024
IL Y A 3 HEURES
Icelandair tranche en faveur du GTF pour ses futurs Airbus A321LR et A321XLR
IL Y A 3 HEURES
Bell décroche un premier contrat pour son Relentless, alors que la certification se rapproche
Branle-bas de combat chez Boeing pour remettre la « Safety » au coeur de la production
« Le modèle ne peut plus tenir », Justine Coutard, directrice de Paris-Orly
« Nous recherchons des profils spécialisés pour répondre aux besoins croissants de nos clients », Loïck Saul, directeur des Opérations chez APPI
Les articles les plus lus
Une nouvelle commande géante de monocouloirs se profile en Asie
L'Airbus A330neo n'a pas encore dit son dernier mot face au 787
Qantas dévoile les cabines de ses Airbus A220
L'Airbus A330neo décroche un nouveau gros client en Asie
Comment Safran gère le succès du LEAP
S'inscrire aux newsletters gratuites du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos lettres d'information par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans les newsletters.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2024 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT