Actualité aéronautique MRO & Support MRO, les défis d'un monde florissant
L'édito

MRO, les défis d'un monde florissant

Léo Barnier à Orlando
17/04/2018 | 658 mots
MRO, les défis d'un monde florissant
© MRO Americas / Aviation Week
Visiteurs, exposants, nouveautés, contrats, etc. tous les éléments étaient réunis au salon MRO Americas, du 10 au 12 avril à Orlando (Floride), pour confirmer encore une fois le dynamisme du secteur de la maintenance. Si les chiffres ont varié quelque peu, chacun s'est accordé à dire que les perspectives de croissances sont immenses avec la combinaison de plusieurs facteurs : croissance de trafic aérien, maintien des carnets de commandes à des niveaux records, augmentation de l'externalisation avec l'apparition de nouveaux opérateurs et les choix économiques de certaines compagnies traditionnelles, allongement de la vie opérationnelle des avions, multiplication des équipements, création de nouvelles offres de services, etc.

Richard Brown, consultant principal Aérospatial et MRO pour le cabinet ICF, estime ainsi que le marché va doubler dans les vingt prochaines années. Son volume d'affaires passerait ainsi de 76 milliards de dollars par an aujourd'hui, à 140 milliards en 2037, sous l'impulsion des marchés émergents, Asie-Pacific en tête.

Cette bonne santé actuelle se traduit aussi dans l'innovation avec la transformation numérique et l'utilisation massive de données. Cela ouvre de nombreuses perspectives pour l'optimisation de la maintenance : allongement des intervalles entre deux visites, passage du préventif au prédictif, cercles d'amélioration continue où le retour d'expérience opérationnelle vient bénéficier à la conception et à la production pour les EOM, nouveaux outils, etc.

Au-delà du miroir

La vitrine est belle, mais elle ne doit pas cacher les nombreux défis que doit affronter le monde la MRO. La disponibilité des pièces au plus près des clients reste un enjeu majeur auquel les EOM et les sociétés de MRO ont encore du mal à répondre. Les outils numériques peuvent certes aider à anticiper la demande, mais cela ne suffit pas à structurer l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement. Certains petits fournisseurs ont du mal à absorber les variations brutales de cadence, notamment sur les pièces à long cycle de production, alors que leur dimensionnement les oblige à prévoir les stocks de rechanges au plus juste sous peine de voir les prix s'envoler.

D'ailleurs, ce sont souvent ces mêmes fournisseurs qui ont du mal à prendre le virage du numérique, faute de capacités d'investissements ou de recrutement de gens qualifiés sur ces nouvelles technologies. Ce problème est aussi présent chez nombre de petites sociétés de MRO, compléments locaux indispensables aux grands réseaux mondiaux. Ainsi prennent fin la continuité numérique et les cercles d'innovations voulus par les EOM. Malgré les initiatives des grands du secteur pour les aider, la fracture numérique prendra du temps à être réduite.

Ces « petits » risquent également d'être mis à mal par les bouleversements que connaît le secteur, avec une consolidation de plus en plus forte : Rockwell et B/E Aerospace, Safran et Zodiac, Melrose et GKN, etc. A cet expansionnisme horizontal des équipementiers s'ajoute celui vertical des constructeurs, à commencer par Boeing et Airbus. Les acteurs locaux risquent donc d'avoir du mal à trouver leur place - si ce n'est en s'alliant aux géants mondiaux - et de subir de plein fouet la pression actuelle sur les prix, tout comme la course à la technologie.

Toutes les parties prenantes devront enfin résoudre un dernier problème : le recrutement. La croissance de l'activité se conjugue actuellement avec un trou générationnel, et le manque de personnels qualifiés commencent à se faire de plus en plus prégnant à tous les niveaux : ingénieurs, techniciens et mécaniciens. Le secteur doit donc tout mettre en oeuvre dès les prochains mois pour développer ses capacités de formation, mais aussi attirer des jeunes vers ces métiers de la mécanique, sous peine de faire face à une réelle pénurie de main-d'oeuvre dans les cinq prochaines années. Là encore, les « petits » risquent d'être les premiers à en subir les conséquences.
Ils rendent la rubrique MRO & SUPPORT possible
La Newsletter et les Alertes du Journal de l'Aviation
Les articles dans la même thématique
AFI KLM E&M est actif sur les cabines
Les contrats Skywise s'accumulent pour Airbus
AFI KLM E&M passe sur le LEAP
Le Journal de l'Aviation se dédouble pour participer à MRO Americas et Aircraft Interiors
Dans la rubrique MRO & Support, la Rédaction vous recommande
Jacques Chauvet, directeur du Service clients Falcon : « L'échange entre Dassault et le monde du MRO est un élément très important » 2017, « l'année des ventes » pour Lufthansa Technik
Avec le Falcon 6X, Dassault Aviation met le cap sur la maintenance prédictive AFI KLM E&M remplit son carnet de commandes mais voit sa marge s'éroder
Singapore Airshow 2018 : EFW remporte son premier contrat de conversion d'A321P2F avec Vallair MRO Middle East : Entretien avec Alexandre Mule, Co-Directeur général d'Aerostructures Middle East Services (AMES)
14h42 Airbus pourrait abandonner la marque CSeries pour créer la famille A200
14h39 Vietnam Airlines : « Nous avons désormais les appareils qui nous permettent d'aller aux Etats-Unis »
12h41 Airbus envisage une nouvelle montée en cadence du programme A320
12h06 Antonov se place sur le marché SALIS
11h48 Norwegian approchée par plusieurs acteurs après le flirt d'IAG
10h13 Le Falcon 2000 LX s'exporte en Allemagne
La grève, cadeau des syndicats d'Air France et de la SNCF aux compagnies low-cost en France
Vietnam Airlines : « Nous avons désormais les appareils qui nous permettent d'aller aux Etats-Unis »
Aircraft Interiors 2018
Focus Falcon 6X
Rétrospectives 2017
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus