Actualité aéronautique Transport aérien Les enregistreurs du Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines vont être envoyés en Europe

Les enregistreurs du Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines vont être envoyés en Europe

AFP
Publié 13/03/2019 | 826 mots

Les boîtes noires du Boeing 737 MAX 8 qui s'est écrasé dimanche en Ethiopie vont être envoyées en Europe pour analyse alors que s'allongeait mercredi la liste des pays et compagnies aériennes ayant interdit de vol ce nouveau modèle de l'avionneur américain.

Le crash, qui a fait 157 morts de 35 nationalités, est le deuxième en moins de six mois pour le Boeing 737 MAX 8. Dans des circonstances similaires, un avion du même type de la compagnie indonésienne Lion Air s'était écrasé au large de l'Indonésie, faisant 189 morts.

Les boîtes noires, retrouvées lundi, vont être envoyées "en Europe", dans un pays qui n'a pas encore été choisi, a indiqué à l'AFP Asrat Begashaw, un porte-parole d'Ethiopian Airlines. L'Ethiopie ne dispose pas de l'équipement nécessaire à la lecture des boîtes noires.

Dans un entretien à la chaîne américaine CNN mardi soir, le PDG d'Ethiopian Airlines, Tewolde GebreMariam a soutenu que les similarités entre les catastrophes aériennes de dimanche et d'octobre sont "significatives", tout en assurant que les pilotes qui étaient aux commandes de l'appareil d'Ethiopian Airlines avaient reçu une nouvelle formation spécifique au 737 MAX 8 à la suite du crash de l'avion de Lion Air.

Le crash de Lion Air avait braqué l'attention sur les sondes d'angle d'attaque (AOA) reliées au système de stabilisation de l'avion (MCAS). Un dysfonctionnement de ces outils peut mettre l'appareil en "piqué" au lieu de le cabrer, en raison d'une appréciation erronée que l'avion est en décrochage.

Comme dans le cas de Lion Air, le crash du Boeing d'Ethiopian Airlines a eu lieu peu de temps après le décollage et les appareils ont connu des montées et des descentes irrégulières juste après le décollage.

- Sensible -

Après des interdictions en rafale de la France, du Royaume-Uni, et de l'Allemagne, notamment, l'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) a suspendu tous les vols des MAX 8 et des MAX 9, qu'ils soient à destination, au départ, ou à l'intérieur de l'Union européenne, que les opérateurs soient européens ou issus de pays tiers.

Avant l'Europe, l'Asie avait déclenché l'offensive contre les moyen-courriers de Boeing, avec notamment des suspensions ou interdictions de vols en Australie à Singapour et surtout en Chine, où 76 de ces appareils ont été livrés. L'Inde, la Nouvelle-Zélande et l'Egypte, notamment, ont depuis décrété une interdiction de vol.

Une dizaine de compagnies aériennes, dont Ethiopian Airlines, ont également décidé d'immobiliser leurs 737 MAX.

Isolés face à l'immense pression internationale, les Etats-Unis persistaient eux dans leur refus de se rallier à cette interdiction de vol. Le 737 MAX 8, mis en service il y a moins de deux ans, est la version remotorisée du best-seller 737, et est la locomotive des ventes de Boeing, fleuron de l'industrie américaine.

"Jusqu'à présent notre examen du dossier ne montre aucun problème de performance et ne fournit aucune raison pour ordonner l'immobilisation de cet avion", a de son côté assuré l'agence fédérale de l'aviation américaine, FAA, dans un communiqué.

En choisissant de ne pas clouer au sol la flotte des 737 MAX 8, la FAA fait le dos rond dans ce dossier d'autant plus sensible pour l'exécutif américain que les Boeing font partie des négociations commerciales entre Washington et Pékin.

- Camouflet -

Jusqu'à présent, la FAA a simplement demandé des modifications portant sur des systèmes automatisés, dont le MCAS, alors que de nombreux élus américains, démocrates ou républicains, ont exhorté cette autorité à appliquer le principe de précaution.

Le Canada restait lui solidaire des Etats-Unis en continuant à faire voler les MAX 8 tandis que la compagnie à bas coût Norwegian Air Shuttle, qui a cloué au sol ses 18 Boeing 737 MAX 8, a affirmé qu'elle allait exiger des réparations financières auprès du constructeur américain.

L'interdiction de vol pour un avion récent est un camouflet inédit dans l'histoire de l'aviation civile. Pourtant, elle ne devrait pas perturber outre mesure le trafic aérien mondial. Quelque 370 appareils de cette famille volent dans le monde aujourd'hui, tandis qu'environ 19.000 avions d'au moins 100 passagers sont en service au niveau international, tous modèles confondus, selon des données d'Airbus.

Les personnels navigants et les passagers aux Etats-Unis se sont eux aussi montrés inquiets, beaucoup refusant désormais d'embarquer sur cet appareil. Le syndicat des personnels navigants, représentant des salariés d'American Airlines, a encouragé ses membres à ne pas monter à bord d'un 737 MAX 8 s'ils ne se sentaient pas en sécurité.

Les articles dans la même thématique
21 MAI 2019 Aéroports
ADP Ingénierie continue son expansion internationale
La vocation internationale d'ADP Ingénierie se confirme. La filiale du groupe ADP a remporté plusieurs contrats concernant des missions de design, d'études ou d'assistance technique, non seulement en outre-mer mais aussi auprès de grands aéroports ... Lire la suite
L'aviation d'affaires se met au vert L'aviation d'affaires se met au vert
C'est un fait, aviation d'affaires ne rime pas avec environnement. Mobiliser un biréacteur pour quelques personnes sur des trajets qui en moyenne ne dépassent pas ... Lire la suite
Ryanair s'attend à deux ans difficiles pour les bénéfices des compagnies européennes Ryanair s'attend à deux ans difficiles pour les bénéfices des compagnies européennes
Ryanair a présenté des résultats en demi-teinte pour 2018-2019. La low-cost irlandaise a enregistré une croissance de 6% de son chiffre d'affaires à 7,56 ... Lire la suite
Congo Airways vise une trentaine de destinations d'ici 2021 Congo Airways vise une trentaine de destinations d'ici 2021
Congo Airways a été créée en août 2014 alors que la République Démocratique du Congo, deuxième pays en Afrique par sa taille et quatrième par ... Lire la suite
Air Canada veut mettre la main sur Transat Air Canada veut mettre la main sur Transat
C'est un grand mouvement de consolidation qui s'amorce dans le ciel canadien. Air Canada et le groupe Transat sont entrés dans une période de négociations ... Lire la suite
Dans la rubrique Transport aérien, la Rédaction vous recommande
Congo Airways vise une trentaine de destinations d'ici 2021 Air Canada veut mettre la main sur Transat
La connectivité progresse sur la flotte d'A320 d'Air France Les compagnies traditionnelles en Inde peuvent-elles être sauvées ?
L'IATA veut pousser la France à adopter une stratégie nationale pour le transport aérien Icelandair envisage l'acquisition d'Airbus A321neo
13h37 Philippe Atrous : « Collins Aerospace reconnaît les talents et permet le développement de ses collaborateurs »
09h17 Le Boeing 737 MAX modifié se fait toujours attendre
22/05 EBACE 2019 : Bombardier s'en remet à sa gamme Global
22/05 Les Reaper armés dès fin 2019 à Niamey
22/05 737 MAX : trois compagnies chinoises réclament des indemnités à Boeing
22/05 Boeing 737 MAX : les Etats-Unis veulent regagner la confiance du reste du monde
IL Y A 20 HEURES
(EBACE 2019) HK BELLAWINGS signe une nouvelle lettre d'intention avec BOMBARDIER pour cinq GLOBAL 7500. L'opérateur hongkongais réaffirme ainsi son intérêt pour l'avion haut de gamme, après un accord similaire conclu il y a un an pour dix-huit Global 6500 et 7500. Il a d'ailleurs confirmé l'achat de deux GLOBAL 7500 supplémentaires au titre de ce premier accord, ce qui porte son total à quatre Global 6500 et huit GLOBAL 7500.
21 MAI 2019
AMERICAN AIRLINES et l'aéroport de DALLAS FORT WORTH ont annoncé la construction prochaine d'un sixième terminal sur la plateforme texane. Le travail sur le design a déjà commencé et AMERICAN AIRLINES annonce une mise en service pour 2025. Situé au sud du terminal D et en face du terminal E, le terminal F sera doté à terme de 24 portes d'embarquement.
21 MAI 2019
(AIRBUS Innovation Days) Christian Scherer, directeur commercial d'AIRBUS, à propos du NMA de Boeing. « D'une certaine façon, j'espère que Boeing fera cette erreur car quelle est réellement la valeur qu'il apporte au marché ?
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

L'aviation d'affaires se met au vert
Philippe Atrous : « Collins Aerospace reconnaît les talents et permet le développement de ses collaborateurs »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus