Actualité aéronautique Transport aérien Philippe apporte des compensations et davantage de décentralisation à la suite de l'abandon de Notre-Dame-des-Landes

Philippe apporte des compensations et davantage de décentralisation à la suite de l'abandon de Notre-Dame-des-Landes

AFP
Publié 08/02/2019 | 735 mots

Un peu plus d'un an après l'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, Edouard Philippe se rend vendredi à Rennes et Nantes pour signer deux contrats visant à renforcer la mobilité dans le Pays de la Loire et en Bretagne, avec la promesse d'un surcroît de décentralisation pour cette dernière.

Lors de l'annonce de l'abandon du projet le 17 janvier 2018, le Premier ministre avait promis des mesures de compensation en matière de transports, notamment un renforcement des aéroports existants de Rennes et Nantes-Atlantique.

Vendredi, après un an de négociations avec les conseils régionaux, il viendra confirmer ses promesses via des contrats qu'il signera avec la LR Christelle Morançais (Pays de la Loire) à Nantes le matin, et avec le PS Loïg Chesnais-Girard (Bretagne), à Rennes l'après-midi.

A Nantes, le Premier ministre doit notamment revenir sur la question épineuse de l'agrandissement de l'aéroport de Nantes-Atlantique. Si une concertation est en cours concernant le possible prolongement de la piste vers 2021-2022, le chef du gouvernement doit annoncer des investissements immédiats dès cette année (parkings, agrandissement de l'aérogare...), selon son entourage.

Ce "contrat d'avenir" pour les Pays de la Loire, a pour objectif de renforcer "l'accessibilité" de la région en matière de transports, mais prévoit également des engagements en matière de numérique ou de transition écologique, selon Matignon.

A Rennes, il signera le "pacte d'accessibilité" pour la Bretagne qui prévoit d'ici 2021 le transfert de terrains par l'Etat à la région pour permettre l'agrandissement de l'aéroport de Rennes. La région ambitionne d'acquérir 17 ha de terrain appartenant à l'Etat pour augmenter la surface des parkings et revoir le dimensionnement de l'aérogare.

"Nous tablons sur un trafic de 2 millions de passagers en 2035 contre 850.000 à la fin de cette année", a précisé jeudi lors d'un point presse Gérard Lahellec, l'élu de la région chargé des Transports, qui évoque des besoins d'investissement de "60 à 70 millions d'euros".

En matière de transport aérien la liaison Quimper-Orly devient par ailleurs une liaison "d'obligation de service public", ce qui permet de la conserver alors qu'Air France avait envisagé de la supprimer.

Le pacte prévoit aussi une enveloppe de 20 millions d'euros par an pour achever le passage intégral à 2x2 voies de la RN164, qui traverse le centre de la Bretagne d'est en ouest.

"C'est une étape indispensable", s'est félicité Loïg Chesnais-Girard, précisant que la région devra toutefois "vérifier que les engagements seront tenus dans le temps".

Concernant la desserte TGV, le pacte prolonge jusqu'en 2027 le dispositif existant qui oblige la SNCF à faire circuler des TGV jusqu'à Brest et Quimper. "Ce n'était pas forcément garanti avec l'ouverture des lignes à la concurrence", a indiqué Gérard Lahellec.

- Décentralisation -

Dans la continuité du "pacte girondin" annoncé par Emmanuel Macron en juin 2018, le chef du gouvernement va signer "un premier acte de différenciation" sous forme d'un "contrat pour l'action publique en Bretagne". L'exécutif souhaite en effet inscrire dans la constitution un "droit de différenciation" pour les collectivités locales.

"C'est une première brique", a réagi Loïg Chesnais-Girard, évoquant "une brèche dans notre culture jacobine" devant les élus régionaux réunis en session.

Une expérimentation sur le dispositif "Pinel" d'investissement locatif sera ainsi menée avec le transfert d'une partie de l'argent collecté par la métropole rennaise sur d'autres territoires bretons, par exemple pour revitaliser les centres-bourgs.

Au sujet de la langue bretonne, les élus régionaux ont salué "un accord historique", avec l'extension dans la loi du dispositif du forfait scolaire aux écoles Diwan, obligation déjà faite aux communes de résidence pour les écoles publiques. Les recettes doivent permettre aux écoles en langue bretonne, qui bénéficieront par ailleurs d'une dotation annuelle supplémentaire de 300.000 euros, de financer des postes périscolaires.

Enfin, l'Etat promet d'engager une réflexion sur les "conditions d'intégration des signes diacritiques dans l'état civil", dont fait partie le tilde (~), pour pouvoir orthographier certains prénoms bretons.

Les articles dans la même thématique
Jet Airways sauvée par ses créanciers? Jet Airways sauvée par ses créanciers?
Jet Airways n'arrive pas à s'éloigner du gouffre au bord duquel elle se trouve depuis plusieurs mois. Ecrasée par une dette de plus d'un milliard ... Lire la suite
La Compagnie mettra son Airbus A321neo en service en juin La Compagnie mettra son Airbus A321neo en service en juin
La mise en service de l'A321neo de La Compagnie prendra un petit peu de retard. Elle a en effet annoncé le 14 février que le ... Lire la suite
15 FEV. 2019 Aéroports
Le Groupe ADP devient le plus grand groupe aéroportuaire du monde Le Groupe ADP devient le plus grand groupe aéroportuaire du monde
« En 2018, il y a quelque chose qui nous frappe, c'est que nous sommes le numéro un mondial. » C'est ainsi qu'Augustin de Romanet ... Lire la suite
15 FEV. 2019 Transport aérien
Ciel unique africain : déjà 28 Etats signataires, mais encore des réticences Ciel unique africain : déjà 28 Etats signataires, mais encore des réticences
Le Marché unique du transport aérien africain (MUTAA) tend progressivement vers son effectivité. Officiellement lancé le 28 janvier 2018 en Éthiopie, le projet du ciel ... Lire la suite
Etihad veut annuler 42 Airbus A350 Etihad veut annuler 42 Airbus A350
Les difficultés d'Etihad continuent et la compagnie restructure son carnet de commandes. Après avoir annulé dix A321neo à la fin de l'année dernière, la compagnie ... Lire la suite
Dans la rubrique Transport aérien, la Rédaction vous recommande
Le Groupe ADP devient le plus grand groupe aéroportuaire du monde Norwegian abandonne les Antilles
Germania fait faillite à son tour Air Premia s'élancera avec des Boeing 787-9
HOP! s'efface au profit d'Air France ANA commande 48 Airbus et Boeing et prend une participation dans Philippine Airlines
19/02 Safran et Thales continuent d'investir en Inde
19/02 Avec la fin de l'A380, Airbus met définitivement le cap sur l'efficience
19/02 Air France : feu vert des pilotes sur leur accord catégoriel
19/02 La France doit éviter « la coopération pour la coopération » dans les programmes d'armement
18/02 Le programme MC-21 retardé d'un an à cause des sanctions américaines
18/02 Le programme B737-800SF d'Aeronautical Engineers décroche sa certification FAA
IL Y A 8 HEURES
La Suisse a réceptionné son nouvel avion de transport gouvernemental. Le PC-24 remplacera le Beech 1900D déployé depuis 2007. L'avion avait été commandé à PILATUS en 2014. Il sera stationné à Bern-Belp.
IL Y A 9 HEURES
Selon la presse néerlandaise, le conseil d'administration d'AIR FRANCE-KLM aurait décidé de reconduire PIETER ELBERS au poste de CEO de KLM. Son mandat actuel devait expirer au mois d'avril et son renouvellement était incertain en raison d'un désaccord avec Benjamin Smith quant à la stratégie du groupe. Les employés de KLM avaient menacé de faire grève en cas d'éviction.
IL Y A 13 HEURES
(Aero India 2019) SAFRAN va construire une nouvelle usine à Hyderabad dédiée à la production de pièces de LEAP. Nécessitant un investissement de 36 millions d'euros, elle couvrira une surface de 13 000 m² (dont 8 000 m² d'ateliers) et emploiera une cinquantaine de personnes à son lancement, 300 à terme. Les travaux devraient débuter en juin et les premières pièces être produites début 2020. A pleine cadence, en 2023, elle pourra livrer jusqu'à 15 000 pièces par an.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Avec la fin de l'A380, Airbus met définitivement le cap sur l'efficience
Comment Manitou innove pour les besoins de la maintenance aéronautique
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus