Actualité aéronautique Défense Dassault Aviation promet 20 milliards d'euros de retombées à la Belgique

Dassault Aviation promet 20 milliards d'euros de retombées à la Belgique

AFP
13/02/2018 | 456 mots

Le groupe français Dassault a promis mardi 20 milliards d'euros de retombées économiques à la Belgique si le gouvernement belge fait le choix du Rafale pour remplacer sa flotte d'avions de combat.

"On ne demande pas de nous croire les yeux fermés. On apportera les garanties de ce que nous affirmons aujourd'hui", a déclaré à Bruxelles Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, qui produit le Rafale.

L'avion de combat du groupe français est en compétition avec le F-35 de l'Américain Lockheed Martin, souvent présenté comme favori, et le Typhoon du consortium européen Eurofighter pour le remplacement des F-16 américains actuellement utilisés par l'armée de l'Air belge.

Il s'agit d'acheter un total de 34 nouveaux avions de combat pour remplacer les F-16 à compter de 2023, un marché estimé à 3,6 milliards d'euros.

Les Etats-Unis pour le F-35 et le Royaume-Uni (avec le soutien de l'Italie, de l'Espagne et de l'Allemagne) pour l'Eurofighter Typhoon doivent remettre mercredi leur "meilleure offre finale" à la Belgique en réponse à un appel d'offres lancé d'Etat à Etat.

La France s'est pour sa part distinguée en septembre de ses deux concurrents en proposant à la Belgique un partenariat comprenant, outre la fourniture des avions de combat, "une coopération approfondie" dans les domaines militaire et industriel.

Le ministre belge de la Défense Steven Vandeput (N-VA, nationalistes flamands) avait reproché à Paris d'avoir formulé son offre en dehors du cadre de l'appel d'offres, exposant selon lui son pays à "des poursuites judiciaires" de la part des concurrents si elle la prenait en compte. La France assure que son offre est sûre juridiquement.

"Très certainement, la France prend un risque", a concédé M. Trappier mardi. "La Belgique va-t-elle prendre en compte l'offre française ou non ? Le sujet n'est pas encore tranché, si j'ai bien compris".

Mais "la France a estimé qu'elle avait plus à proposer que ce qui était exprimé explicitement dans l'appel d'offre, trop limité", a-t-il ajouté.

Le gouvernement belge devrait arrêter son choix courant 2018.

M. Trappier était à Bruxelles pour signer "13 accords de coopération" avec des industriels belges, qui prendraient corps si l'offre française était choisie par la Belgique.

"Cette démarche s'inscrit sans ambiguïté dans le cadre de la construction d'une Europe de la Défense", a-t-il insisté.

Dassault valorise l'impact "économique et sociétal" de l'offre française à "au moins 20 milliards d'euros en 20 ans", ce qui permettrait de soutenir selon l'entreprise "plus de 5.000 emplois à haute valeur technologique".

zap/agr/az

La Newsletter et les Alertes du Journal de l'Aviation
Les articles dans la même thématique
La France vient défendre le Rafale à Bruxelles
Dassault Aviation a encaissé l'acompte du Qatar pour les 12 Rafale supplémentaires
Dassault Aviation entre inquiétude, attente et confiance dans la Défense
Dassault Aviation améliore ses chiffres en 2017
Dassault Aviation remarche sur ses deux pieds
La Belgique rejoint le pool MMF
Dans la rubrique Défense, la Rédaction vous recommande
Airbus et Dassault annoncent un accord sur l'avion de combat franco-allemand du futur Quel avion pour les forces aériennes suisses ?
Thales fort sur la défense, moins sur l'espace La France lance le programme d'avions de renseignement CUGE
Les futures ailes du Gabriel L'A400M a - encore - du plomb dans l'aile
10h46 France/RU: mission parlementaire commune sur le futur missile anti-navires
23/05 Pratt & Whitney poursuit son développement à Palm Beach
23/05 Les recherches du vol MH370 de Malaysia Airlines s'achèveront le 29 mai
23/05 Bangkok Airways se rapproche d'une décision pour le renouvellement de sa flotte de monocouloirs
23/05 Air France : Anne-Marie Couderc propose de voir les syndicats
23/05 Aéroports de Paris : les syndicats mobilisés contre une possible privatisation
Et le low-cost domina l'Europe...
Christophe Bénaroya: l'Aerospace MBA de Toulouse Business School va être remodelé
Aircraft Interiors 2018
Focus Falcon 6X
Rétrospectives 2017
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus