À la Une  |  ALERTAVIA  |  Le Podcast  |  Industrie  |  Transport aérien  |  MRO & Support  |  Interiors & PaxExp  |  Aviation & Environnement  |  Passion  |  Agenda  |  EN
 
Actualité aéronautique Industrie & Technologie Cybersécurité : l'industrie aéronautique est particulièrement vulnérable par ces temps de crise

Cybersécurité : l'industrie aéronautique est particulièrement vulnérable par ces temps de crise

Par David Luponis, Associé Cybersécurité Mazars
22 AVR. 2020 | 841 mots
Cybersécurité : l'industrie aéronautique est particulièrement vulnérable par ces temps de crise
Photo © Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés
Impacts de crise sanitaire et économique Covid-19 : le risque cybersécurité amplifié au sein de l'industrie aéronautique

L'un des sous-jacents de la crise sanitaire et économique en cours est le risque sur la cybersécurité des systèmes d'information, des environnements de R&D ou encore les environnements hébergeant les brevets ou innovations des entreprises.

Ce risque est d'autant plus grand que la structure même de l'industrie aéronautique la rend vulnérable : un très grand nombre d'entreprises et de sous-traitants interviennent sur la fabrication d'un avion, jusqu'au fournisseur de rang 5. Chaque maillon de la chaîne offre donc une porte d'entrée potentielle aux hackers. L'industrie aéronautique est une industrie collaborative, composée d'acteurs très connectés. Elle fait intervenir de nombreux fournisseurs de petite taille pour lesquels investir dans des moyens de protection et recruter un directeur de la sécurité informatique peut s'avérer coûteux.

Une attaque chez l'un des partenaires peut avoir une incidence indirecte sur le propre niveau de cybersécurité du donneur d'ordre. La chaîne d'approvisionnement, par exemple, peut être impactée rendant ainsi inopérables les chaînes de production. Si une entreprise mafieuse, un groupe de pirates ou un État s'attaquait à un industriel, cela pourrait avoir un impact sur sa capacité de production, mais également sur la protection de ses brevets ou secrets.

Alors que le secteur de l'aéronautique subit un ralentissement de production inédit avec une fermeture de sites industriels tout autour du globe, un grand nombre de sociétés à mis en oeuvre à la hâte des mécanismes de télétravail permettant aux collaborateurs de poursuivre les activités, même partiellement, en permettant l'accès aux systèmes d'information depuis l'extérieur de l'établissement. C'est typiquement le cas au sein des départements RH, Trésorerie, Finance, etc. Dans un marché de l'aéronautique ou le savoir-faire et l'innovation sont clés dans la réussite de l'entreprise, l'impact d'une attaque cyber, par exemple avec l'accès à des informations de brevet, pourrait mener ou amplifier les catastrophes économiques.

Pour les entreprises déjà préparées au télétravail, les impacts des risques cyber devraient être plus limités - les collaborateurs sont pourvus d'ordinateurs équipés avec des solutions de connexion sécurisée(VPN pour les accès à distance), de plateformes d'échanges ou de travail collaboratif, ou encore des bureaux virtuels permettant de garantir un niveau adéquat de cybersécurité.

Pour les autres entreprises qui ont, à la hâte, équipé leurs collaborateurs de solution de secours et rarement sécurisées, la seconde vague des problèmes cyber pourraient apparaître au moment du retour au sein des entreprises des collaborateurs et de leur matériel informatique.

En effet, les collaborateurs en télétravail sont aujourd'hui assaillis de courriers électroniques dont certains sont assez peu légitimes et peuvent devenir un vecteur d'attaque sur les ordinateurs et donc les données qu'ils contiennent. Bien entendu, dans une situation normale l'utilisateur et ses données sont « protégés » par le socle de cybersécurité de l'entreprise. Dans l'environnement du moment, c'est évidemment moins le cas.

Les utilisateurs non soumis à des règles strictes de sécurité ou ne disposant pas de matériels professionnels et sécurisés vont être une porte d'entrée sur le système d'information. On peut penser par exemple aux espaces de partages sur lequel on retrouvera des données sensibles de l'entreprise, les échanges de courriers électroniques via des adresses mails personnelles, intégrant là aussi des informations confidentielles ou des plans projets.

Celles-ci seront par la suite basculées sur le système d'information de la société avec un contrôle antiviral limité ou non à jour, favorisant ainsi la propagation de virus informatique ou de campagne de phishing.

Il ne faut bien entendu pas oublier les attaquants « habituels » des systèmes d'information qui, pandémie ou non, continuent leurs activités en misant sur une attention moins scrupuleuse des directions informatiques pour déjouer ou identifier les menaces. En effet, la période pourrait aider des groupes « privés » ou « étatiques » d'attaquants à renforcer leurs attaques pour accéder à des données confidentielles en misant sur l'allègement des contraintes cyber pour les entreprises.

Dans le cas des entreprises préparées au télétravail, comme celles qui ont dû s'y atteler de manière forcée, il est impératif de poursuivre les chantiers de sensibilisation et de communication de l'ensemble des collaborateurs afin d'éviter la propagation des attaques ou le vol d'information. Il est primordial, plus qu'à accoutumée, que l'ensemble des collaborateurs se soucient de la menace cyber et de leurs actions sur le système d'information de l'entreprise.

David Luponis, Associé Cybersécurité Mazars.
Sur le même thème
Les derniers articles Industrie & Technologie
15 JAN. 2021
Toute l'actualité aéronautique en France cette semaine
Industrie & Technologie Le siège Z110i de Safran monte à bord des E-Jets Le nouveau siège de classe économique Z110i de Safran Seats vient d'être certifié pour venir intégrer les ...
15 JAN. 2021
Premier test moteur sur le banc Testbed 80 de Rolls-Royce
Le plus grand et le plus moderne des bancs d'essai de Rolls-Royce a tourné. Le motoriste a en effet annoncé le 14 janvier qu'il avait réalisé le premier ...
13 JAN. 2021
Un avion à hydrogène en 2035, « c'est jouable » pour Bruno Sainjon, PDG de l'ONERA
Invité du Podcast de l'Aviation cette semaine, Bruno Sainjon, président directeur général de l'ONERA. Dans un entretien en deux parties, il revient sur le bilan de l'année 2020, la ...
Une sélection d'articles réservés aux abonnés
Premier test moteur sur le banc Testbed 80 de Rolls-Royce Boeing publie un bilan désastreux pour sa branche dédiée aux avions commerciaux
Toute l'actualité aéronautique en France cette semaine (8 janvier 2021) Rolls-Royce envisage de mettre l'UltraFan en suspens
Toute l'actualité aéronautique en France cette semaine Figeac Aéro, « extrêmement touché » par la crise, voit la reprise arriver
FedEx réceptionne son 1er ATR 72-600F, un nouvel avion conçu spécifiquement pour le cargo Le MC-21 fait son premier vol avec sa motorisation russe
IL Y A 8 HEURES
Les aéroports de Paris très sévèrement impactés par la pandémie en 2020
IL Y A 14 HEURES
Volotea va aussi se mettre à l'Airbus A320
IL Y A 15 HEURES
Taxis volants : une trentaine d'acteurs pour développer une filière française
IL Y A 15 HEURES
Le fondateur des compagnies Orient Thai et One-Two-Go est décédé
IL Y A 16 HEURES
L'aéroport de Francfort Main est revenu au niveau de 1984
L'activité civile de Dassault Aviation décroche
Pourquoi AKKA se renforce dans le maintien de la navigabilité des avions les plus récents
Les articles les plus lus
La police du ciel Suisse bientôt opérationnelle 24 heures sur 24
Une nouvelle année en perspectives pour l'aéronautique civile
L'équipage du Boeing 737-500 de Sriwijaya Air n'a pas émis de signal de détresse
Airbus aura finalement réussi à livrer un total de 566 avions commerciaux en 2020
Easyjet repousse ses livraisons d'Airbus A320neo de plusieurs années
Espace partenaires
Les nouveaux défis liés au stockage et au démantèlement d'avions commerciaux
Contribution de Carolina Göthberg, Associée fondateur de KAIRN Strategy Consulting
 
Cybersécurité : l'industrie aéronautique est particulièrement vulnérable par ces temps de crise
Par David Luponis, Associé Cybersécurité Mazars
 
Quelques réflexions sur le Big (Bang) Data dans le secteur aéronautique au regard du droit
Contribution de Jean-Jacques LE PEN, Associé fondateur du Cabinet LPLG AVOCATS
 
S'inscrire aux newsletters gratuites du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos lettres d'information par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans les newsletters.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2021 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT