Alliances   |   Compagnies régulières   |   Cargo   |   Régionales   |   Low Cost   |   Charter   |   Aviation d'affaires   |   Inflight   |   Aéroports   |   Leasing   |   Sécurité
Actualité aéronautique Oman Air veut décrocher sa cinquième étoile
Transport aérien

Compagnies aériennes régulières

Oman Air veut décrocher sa cinquième étoile

Emilie Drab à Mascate
21/12/2016 | 1124 mots
Oman Air veut décrocher sa cinquième étoile
Toutes photos © Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés
On connaît les objectifs d'Oman Air en termes d'activité : la compagnie omanaise a dit et redit qu'elle visait une flotte de 70 appareils et un réseau de 75 destinations en 2020. Mais elle travaille également beaucoup sur l'expérience client. Avec une ambition : devenir une compagnie cinq étoiles au classement SkyTrax. Pour cela, elle a récemment adopté de nouveaux sièges de classe affaires et assure un service à bord léché, dont Le Journal de l'Aviation a pu profiter le temps d'un aller-retour Paris - Mascate en Boeing 787-8.

Le vol aller avait été réalisé sur l'un des deux Boeing 787-8 qu'Oman Air loue actuellement à Kenya Airways. Si aucune différence n'est visible en dehors de l'avion, l'intérieur, lui, est celui de la compagnie africaine (avec 30 places en classe affaires).


Trois des sept rotations hebdomadaires sont réalisées avec la configuration Kenya Airways, les quatre autres proposent l'expérience Oman Air complète - celle dont nous allons parler ici.

Oman Air propose un service limousine pour transporter le passager de classe affaires de son point de départ jusqu'à l'aéroport (puis, à l'arrivée, de l'aéroport jusqu'à sa destination). A Mascate, celui-ci est déposé au comptoir d'enregistrement VIP, une salle séparée du reste de l'aéroport, réservée aux passagers First et Business. Celle-ci est directement reliée à la ligne réservée du contrôle aux frontières, qui permet de passer en zone internationale.


Le salon d'Oman Air est situé dans la première partie du terminal. L'espace rassemble le salon First, très fermé, qui propose dix-huit places dans une ambiance de salle à manger, et le salon Business, beaucoup plus grand et très fréquenté. Après avoir passé le comptoir d'accueil, le passager se voit proposer dattes et café arabe (à la cardamone) avant d'entrer dans le salon. Il est composé de plusieurs salles, dont une aménagée pour les enfants, et abrite un grand buffet en son centre. A noter qu'il dispose également d'un salon spa avec trois cabines et que chaque passager peut profiter de 15 minutes de massage offertes avant son vol.




Lorsque l'embarquement se rapproche, le personnel d'Oman Air vient chercher les passagers pour les emmener jusqu'à la porte d'embarquement et le bus qui leur est dédié, qui les amène au pied de l'avion (garé au large).


L'entrée se fait en porte 2, soit entre la classe affaires et la classe économique. Sur 787-8, la classe affaires compte dix-huit places, disposées en trois rangs de 2x2x2. Malgré tout, Oman Air garantit un accès couloir à tous ses passagers grâce aux fauteuils de B/E Aerospace. Légèrement décalés les uns par rapport aux autres sur les rangées latérales, ceux situés près des hublots disposent de leur propre couloir. L'inconvénient est que le passager peut se sentir un petit peu trop enfermé lorsque l'écran de séparation est relevé, comme c'était le cas de ma voisine qui se sentait « comme dans un berceau ». En revanche, cette disposition donne un espace de rangement supplémentaire très appréciable au passager du siège d'à côté, qui s'étire jusqu'au hublot et qui peut être utilisé pour poser un sac ou son ordinateur le temps de déjeuner par exemple.

Divers accessoires sont déjà installés : le coussin, la couverture (matelassée), une bouteille d'eau et le casque réducteur de bruit.




Le service débute dès que les affaires sont posées : le personnel de cabine propose une serviette chaude et un verre d'accueil, puis les trousses (avec produits Amouage, brosse à dents, dentifrice, kit de rasage, boules quies, chaussettes et masque de nuit) et les menus et, enfin, des dattes et du café pour patienter en attendant le décollage.


Les sièges sont dotés d'écrans tactiles de 17 pouces (assortis d'une télécommande tactile également) donnant accès au programme de divertissement en vol via le système AVANT de Thales. Sur le vol Mascate - Paris, l'ancienne vidéo de sécurité a été diffusée durant le roulage, avec les personnages de dessin animé. Elle sera prochainement remplacée par une nouvelle, qui met en valeur les atouts du sultanat d'Oman.

Peu après le décollage, le personnel de cabine passe auprès de chaque passager pour s'enquérir, accroupi, de ce qu'il souhaite boire durant son repas et quels plats il a choisis. Il apporte ensuite les mises en bouche puis dresse la table, étendant une nappe sur la grande tablette du siège et disposant les couverts et la serviette, le pain, et le beurre. Si les menus sont bons, il existe un petit bémol au niveau de l'approvisionnement en mezzés : très demandés par les passagers, il n'est pas rare qu'ils aient déjà tous été réservés lorsque les derniers passagers donnent leur choix.



Le vol Mascate - Paris étant un vol de jour, un déjeuner et un encas sont servis. Entre les deux services, la cabine passe en mode nuit, avec hublots assombris et lumières éteintes, pour permettre aux passagers qui le souhaitent de se reposer. En revanche, en classe économique, les lumières restent allumées durant tout le vol.

Il est à noter que les 787-8 d'Oman Air sont équipés d'un système permettant de se connecter à Internet en Wifi, fourni par OnAir. Le service est toutefois indisponible durant toute la première partie du voyage, lors du survol de l'Iran et de la Turquie.
 
 
Les articles dans la même thématique

Oman Air : « 2016 a été une bonne année et 2017 sera très positive aussi »

En images : Air France reçoit son 1er Boeing 787-9

Qantas présente l'aménagement de ses futurs Boeing 787-9

Oman Air passe en quotidien sur Paris et envisage de desservir Nice

A lire dans la même rubrique
Etihad annonce un plan de restructuration
Le rachat de Virgin America par Alaska Airlines approuvé
Emirates voit ses bénéfices chuter de 75%
 
Le transport aérien mondial restera producteur de valeur en 2017 mais de nouvelles tendances émergent
L'opérateur russo-ukrainien Ruslan International disparaîtra le 31 décembre
Lufthansa fait ses adieux à Bobby, son Boeing 737
La Newsletter du Journal de l'Aviation
16/01 Les livraisons de TBM résistent bien
16/01 Thales embarque sur les Merlin Mk2 britanniques
16/01 Leonardo continue d'équiper les forces aériennes italiennes
16/01 La norvégienne Widerøe se met aux jets de plus de 100 places
16/01 Alitalia renonce à investir dans Air Malta
16/01 Un 747 cargo d'ACT Airlines s'écrase au Kirghizstan
13/01 L'Italie confirme la modernisation de l'Aster 30 Block 1 NT
13/01 Boeing aurait défini l'allongement probable du futur 737-10X (Briefing)
TECHNICIEN AVIONIQUE HÉLICOPTÈRES (H/F)
ROTOR TEAM
ACHETEUR SITE (H/F)
AD INDUSTRIE
MECANICIENS / TECHNICIENS AVIONIQUE (H/F)
HELI UNION
INSTRUCTEURS AVIONIQUES (TYPE B2) - NBREUX POSTES URGENT (H/F)
AERO TECHNIC SERVICES
AGENT BUREAU TECHNIQUE (H/F)
XL AIRWAYS
(H/F) CONTRÔLEUR QUALITÉ MATÉRIELS
SOGITEC INDUSTRIES
MÉCANICIEN AVIONIQUE (H/F)
HELIDAX
RÉGLEUR / EXPERT TECHNIQUE D'USINAGE AÉRONAUTIQUE H/F
ASA CONSULTING
© 2017 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus