À la Une  |  ALERTAVIA  |  Le Podcast  |  Industrie  |  Transport aérien  |  MRO & Support  |  Interiors & PaxExp  |  Aviation & Environnement  |  Passion  |  Agenda  |  EN
 
Actualité aéronautique Transport aérien L'UE tente de coordonner les restrictions de voyage, sans rassurer le secteur aérien

L'UE tente de coordonner les restrictions de voyage, sans rassurer le secteur aérien

AFP
14 OCT. 2020 | 750 mots

Les pays de l'UE ont adopté mardi des critères communs pour les restrictions de voyage au sein de l'Union dans une tentative de mettre fin à la cacophonie engendrée par la pandémie, sans toutefois rassurer le secteur aérien particulièrement touché par la crise.

Lors d'une réunion à Luxembourg, les ministres des Affaires européennes ont approuvé une recommandation -qui n'est pas contraignante-, mettant en place une cartographie commune pour définir les zones à risque au sein de l'UE mais laissant le choix des mesures restrictives à adopter (test et/ou quarantaine).

Le texte, sur lequel plusieurs Etats membres se sont abstenus, prévoit que le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) publie chaque semaine une carte de la situation de l'ensemble des pays de l'Union au niveau régional, avec un code couleurs commun en fonction du niveau de risque d'une zone: vert, orange, rouge.

Ces zones sont définies en prenant en compte les critères du nombre de nouveaux cas de Covid-19 notifiés pour 100.000 habitants sur les 14 derniers jours et du taux de positivité des tests. Une quatrième couleur (gris) est prévue pour les zones dans lesquelles il n'existe pas de données suffisantes ou lorsque le nombre de tests menés pour 100.000 habitants est jugé trop faible.

Selon la recommandation, contrairement à ceux qui viennent d'une zone verte, les voyageurs en provenance d'une zone orange, rouge ou grise peuvent se voir imposer à l'arrivée des mesures restrictives.

- Reconnaissance des tests -

Les Etats membres ne doivent pas refuser l'entrée sur leur territoire de voyageurs venant d'un autre pays de l'UE - ce que fait actuellement la Hongrie tout en prévoyant certaines exceptions pour les citoyens tchèques, polonais et slovaques.

Le texte prévoit que les résultats des tests doivent être reconnus d'un Etat à l'autre, et que les voyageurs exerçant un certain nombre de fonctions jugées essentielles soient exemptés de quarantaine.

Un pays prévoyant de mettre en place des mesures restrictives à l'encontre de voyageurs venant d'une zone à risque devra informer l'Etat membre concerné, si possible 48 heures avant leur entrée en vigueur. Le public devra également être averti 24 heures à l'avance.

La mise en place d'un formulaire européen unique à remplir par les voyageurs est par ailleurs prévue.

La Commission européenne, qui avait soumis une proposition préconisant de privilégier les tests aux quarantaines, a salué dans cet accord "un signal fort" qui "permettra de mettre de l'ordre dans une situation actuellement confuse".

Le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune s'est réjoui d'"une avancée essentielle dans un domaine qui a été trop souvent laissé à des initiatives nationales isolées et non coopératives".

- "Echec" -

En revanche, le ministre des Affaires étrangères du Luxembourg Jean Asselborn, dont le pays s'est abstenu, a estimé que le texte devait être "complété et approfondi" en ajoutant d'autres critères. Il a jugé que son pays était "puni" pour sa politique de tests à grande échelle et regretté que le principe de libre circulation dans l'espace "Schengen soit l'exception en ce moment".

L'accord a été plus sévèrement critiqué encore par le secteur aérien, qui y voit un "échec" mettant en "danger des millions d'emplois".

L'Association Airlines for Europe (A4E), qui regroupe les principales compagnies européennes, l'Association internationale du transport aérien (Iata) et l'association des aéroports européens, ACI Europe, fustigent notamment le fait que les mesures de quarantaine ne soient pas abandonnées au profit des tests pour les voyageurs en provenance de zones à risque.

Le secteur, plongé dans la crise par la pandémie, se plaint depuis des mois des mesures en patchwork prises par les pays européens qui sapent la libre circulation dans l'Union.

Plus de 6,5 millions de cas de Covid-19 et plus de 240.000 morts ont été signalés en Europe, selon des chiffres de l'AFP. Le continent connaît un rebond de la propagation du coronavirus, que les pays tentent d'endiguer en durcissant à nouveau les mesures (restrictions des contacts, fermetures de bars, restaurants, couvre-feu, confinements localisés...)

Sur le même thème
Les derniers articles Transport aérien
23 OCT. 2020
Toute l'actualité aéronautique en France cette semaine (23 octobre)
Industrie & Technologie Thales voit ses ventes chuter de 45% dans l'aéronautique civile au 3e trimestre Thales a indiqué que sa division Aérospatiale avait reçu des commandes pour une valeur ...
23 OCT. 2020
Le Burkina Faso reprivatise sa compagnie nationale Air Burkina qui bascule sous contrôle américain
La privatisation d'Air Burkina sera effective à compter de janvier 2021. Le gouvernement burkinabè vient de signer une convention de partenariat avec le groupe américain African Global Development ...
22 OCT. 2020
Air Canada va proposer des vols entièrement en classe affaires cet hiver
Air Canada a décidé de mettre la flotte de sa filiale Jetz à la disposition des voyageurs sur certaines de ses lignes régulières. Alors que ce service est ...
Une sélection d'articles réservés aux abonnés
La France est le 4e pays d'Europe le plus touché par la baisse du trafic Vallair multiplie les contrats pour ses Airbus A321 tout cargo
Tim Clark s'attend à une reprise rapide Air Côte d'Ivoire mise sur ses avions de la famille A320neo pour atteindre une rentabilité escomptée d'ici 2022
La crise de liquidités est toujours aussi menaçante pour les compagnies aériennes L'Italie crée ITA, la compagnie aérienne appelée à succéder à Alitalia
AirAsia renonce à sa filiale au Japon National réactive trois de ses 747-400BCF
23 OCT. 2020
SAS boucle son plan de recapitalisation
23 OCT. 2020
Toute l'actualité aéronautique en France cette semaine (23 octobre)
23 OCT. 2020
Le Burkina Faso reprivatise sa compagnie nationale Air Burkina qui bascule sous contrôle américain
23 OCT. 2020
Le 1er Airbus A220 assemblé à Mobile est livré
22 OCT. 2020
Maintenance aéronautique : une semaine spéciale MRO & Support sur le Journal de l'Aviation
Les grandes compagnies aériennes à bas coût se préparent à un combat impitoyable en Europe
Pendant la crise, IPECA reste en première ligne pour accompagner les salariés de l'aéronautique
Les articles les plus lus
Malgré la pandémie, l'aéronautique reste l'un des principaux secteurs d'avenir
Entretien avec Philippe Petitcolin, directeur général du groupe Safran
Un millier d'avions commerciaux sans repreneurs en 2021 ?
Les A321 tout cargo se multiplient
Tim Clark s'attend à une reprise rapide
Espace partenaires
Les nouveaux défis liés au stockage et au démantèlement d'avions commerciaux
Contribution de Carolina Göthberg, Associée fondateur de KAIRN Strategy Consulting
 
Cybersécurité : l'industrie aéronautique est particulièrement vulnérable par ces temps de crise
Par David Luponis, Associé Cybersécurité Mazars
 
Quelques réflexions sur le Big (Bang) Data dans le secteur aéronautique au regard du droit
Contribution de Jean-Jacques LE PEN, Associé fondateur du Cabinet LPLG AVOCATS
 
S'inscrire aux newsletters gratuites du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos lettres d'information par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans les newsletters.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2020 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT