À la Une  |  ALERTAVIA  |  Le Podcast  |  Industrie  |  Transport aérien  |  MRO & Support  |  Interiors & PaxExp  |  Aviation & Environnement  |  Passion  |  Agenda  |  EN
 
Actualité aéronautique Transport aérien Qantas va supprimer 6000 emplois

Qantas va supprimer 6000 emplois

AFP
25 JUIN 2020 | 699 mots
Qantas va supprimer 6000 emplois
Photo © Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés

La compagnie aérienne australienne Qantas a annoncé jeudi la suppression de 6.000 emplois et le maintien au sol d'une centaine d'appareils, et ce afin d'économiser plus de 9 milliards d'euros et de traverser la crise du coronavirus.

Le directeur général Alan Joyce a expliqué que ce plan de restructurations sur trois ans ne visait ni plus ni moins qu'à sauver le fleuron de l'aviation australienne de "la pire crise jamais essuyée par le secteur".

"Cette année était censée être une année de célébrations pour Qantas, celle du centenaire", a expliqué M. Joyce dans un communiqué. "Clairement, les choses ne se passent pas comme prévu".

La chute de la demande avait déjà forcé Qantas à suspendre jusqu'en octobre tous ses vols internationaux, en dehors de ceux vers la Nouvelle-Zélande.

Le trafic intérieur est en train de repartir car la majorité des Etats australiens sont parvenus à contenir l'épidémie. Mais les frontières internationales devraient demeurer fermées à la majorité des passagers étrangers jusque l'année prochaine.

Et un regain de cas à Melbourne, deuxième ville du pays, est venu rappeler que la menace du coronavirus demeurait bien réelle.

"Nous devons nous mettre en position pour plusieurs années où le chiffre d'affaires sera bien moindre. Et cela signifie de devenir une plus petite compagnie à court terme", a affirmé M. Joyce en commentant la suppression de près d'un poste sur cinq. La compagnie emploie actuellement 29.000 personnes.

- "Pas beaucoup de latitude" -

En plus des 15 milliards de dollars australiens d'économies, le "plan de reprise post-Covid" prévoit de lever 1,9 milliard de dollars (1,16 milliard d'euros) en actions.

Le groupe a annoncé que le contrat de M. Joyce, le directeur général le mieux payé du pays, serait prolongé jusqu'à l'achèvement du plan.

Les suppressions d'emplois concerneront Qantas et sa filiale "low cost" Jetstar. Au total, 15.000 salariés sont au chômage technique depuis mars. Le groupe espère que la moitié d'entre eux auront repris le travail d'ici à la fin de l'année.

M. Joyce a reconnu "l'impact énorme" du plan de reprise "pour des milliers de personnes".

"La perte de milliards de dollars de chiffre d'affaires ne nous laisse pas beaucoup de latitude", a-t-il cependant affirmé.

Le Premier ministre australien Scott Morrison, dont le gouvernement conservateur a débloqué des milliards de dollars australiens pour tenter de réduire les répercussions économiques de la crise, a qualifié de "déchirantes" les suppressions d'emplois chez Qantas. "Ce sont des journées difficiles pour l'Australie", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Le Conseil australien des syndicats (ACTU), principale organisation syndicale du pays, a dénoncé le plan de Qantas en appelant M. Morrison à prolonger le programme d'aide "JobKeeper" qui permet aux entreprises de continuer à verser une partie des salaires en dépit de la baisse d'activité liée au coronavirus.

"S'il est possible de maintenir l'emploi d'Alan Joyce, pourquoi ne peut-on pas négocier avec les syndicats le maintien de JobKeeper pour sauver ces emplois?", a déclaré la présidente d'ACTU, Michele O'Neil.

Sur les 150 appareils cloués au sol par Qantas en mars, 100 le resteront pendant une période allant jusqu'à un an, y compris tous les A380 de la flotte, a annoncé Qantas. La compagnie a également reporté les nouvelles commandes d'Airbus A321neo et de Boeing 787-9 Dreamliners.

Elle s'est dite raisonnablement optimiste pour son avenir. "Près de deux tiers de nos bénéfices d'avant la crise provenaient du marché national, qui a des chances de se remettre le plus rapidement", a souligné M. Joyce. "Nous sommes numéro un sur les liaisons classiques et à bas coût en Australie, où les distances rendent le transport aérien essentiel".

Son seul concurrent australien, Virgin Australia, s'est mis en cessation de paiements en avril, et discute avec deux repreneurs potentiels, Bain Capital et Cyrus Capital Partners.

Sur le même thème
Qantas célèbre son centenaire en pleine crise Qantas célèbre son centenaire en pleine crise
Qantas va supprimer 2 500 emplois supplémentaires Qantas va supprimer 2 500 emplois supplémentaires
Qantas annonce 1,9 milliard de dollars de perte annuelle Qantas annonce 1,9 milliard de dollars de perte annuelle
Qantas suspend ses vols internationaux jusqu'en octobre Qantas suspend ses vols internationaux jusqu'en octobre
Les derniers articles Transport aérien
IL Y A 7 HEURES
Joe Biden & l'aéronautique
Si Joe Biden n'affectionne sans doute pas autant l'aéronautique que son prédécesseur à la Maison Blanche, le nouveau président des États-Unis s'est engagé sur de nombreux chantiers qui ...
25 JAN. 2021
Hausse de l'activité pour Vista Global
Si les vols d'affaires ont eux aussi été touchés par la crise, 2020 n'aura pas été une année si noire pour Vista Global. La maison-mère de VistaJet et ...
22 JAN. 2021
KLM suspend tous ses vols long-courrier et supprime près d'un millier d'emplois
Les nouvelles restrictions imposées par le gouvernement néerlandais dans l'espoir de limiter la propagation des nouveaux variants du SARS-CoV-2 vont avoir un impact terrible sur KLM. La compagnie ...
Une sélection d'articles réservés aux abonnés
L'Airbus A220 fera partie intégrante du plan de relance d'Air Burkina Près d'un tiers de la flotte mondiale des avions de ligne reste encore immobilisé aujourd'hui
250 avions commerciaux déjà connectés à l'European Aviation Network d'Inmarsat L'IATA redoute les six prochains mois
Les enchères montent pour le rachat de Signature Aviation Quelles perspectives pour les compagnies africaines en 2021 ?
Afrique : Le marché du fret aérien en pleine relance se heurte à la pénurie de capacité et aux lacunes de la chaine logistique ANALYSE : Quel avenir pour les acteurs du « wet-lease » dans le monde d'après ?
IL Y A 7 HEURES
Joe Biden & l'aéronautique
IL Y A 10 HEURES
L'Airbus A320neo fête ses cinq ans d'opération
IL Y A 10 HEURES
MRO : Regio Lease s'empare de Savina Technic
IL Y A 12 HEURES
Alaska Airlines reçoit son tout premier Boeing 737 MAX
IL Y A 13 HEURES
Southwest Airlines reçoit sept Boeing 737 MAX
Joe Biden & l'aéronautique
Pourquoi AKKA se renforce dans le maintien de la navigabilité des avions les plus récents
Les articles les plus lus
Nouveaux Rafale, A330 MRTT, hélicoptères Panther : Comment la France met le paquet en Inde
La police du ciel Suisse bientôt opérationnelle 24 heures sur 24
Volotea va aussi se mettre à l'Airbus A320
Une nouvelle année en perspectives pour l'aéronautique civile
L'équipage du Boeing 737-500 de Sriwijaya Air n'a pas émis de signal de détresse
Espace partenaires
Les nouveaux défis liés au stockage et au démantèlement d'avions commerciaux
Contribution de Carolina Göthberg, Associée fondateur de KAIRN Strategy Consulting
 
Cybersécurité : l'industrie aéronautique est particulièrement vulnérable par ces temps de crise
Par David Luponis, Associé Cybersécurité Mazars
 
Quelques réflexions sur le Big (Bang) Data dans le secteur aéronautique au regard du droit
Contribution de Jean-Jacques LE PEN, Associé fondateur du Cabinet LPLG AVOCATS
 
S'inscrire aux newsletters gratuites du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos lettres d'information par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans les newsletters.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2021 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT