Se connecter     Rechercher un article     Newsletter     Alertavia      JE M'ABONNE
Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
 
Actualité aéronautique Industrie & Technologie Airbus se met en ordre de bataille pour faire face au coronavirus

Airbus se met en ordre de bataille pour faire face au coronavirus

Léo Barnier
23 MAR. 2020 | 1008 mots
Airbus se met en ordre de bataille pour faire face au coronavirus
Guillaume Faury lors d'une allocution filmée détaillant les mesures prises face au Covid-19. © Airbus
« C'est une crise sanitaire et économique ». Guillaume Faury, président exécutif d'Airbus, a annoncé une série de mesures pour tenter d'atténuer les effets du coronavirus sur la santé des employés et de l'entreprise, lundi 23 mars. Elles doivent permettre une reprise progressive du travail sur ses sites de production français et espagnols, ainsi qu'une préservation des liquidités du groupe à court terme. Airbus se positionne donc sur deux fronts dont les objectifs semblent antagonistes à première vue. Charge à la direction du groupe d'arriver à les concilier.

Les premières mesures portent naturellement sur le plan sanitaire. Après un arrêt de quatre jours, le travail reprend donc sur les sites français et espagnols. Guillaume Faury a ainsi déclaré que cette période a permis de nettoyer les lieux et de lancer la mise en conformité des postes de travail avec les exigences d'hygiène et d'auto-distanciation. Des masques devraient être aussi mis à disposition des employés, probablement pour certaines tâches nécessitant une proximité. Airbus a acheminé à cet effet deux millions de masques depuis la Chine ce lundi, même si la majorité d'entre eux vont être offerts aux gouvernements européens.

Retour progressif

Se voulant garant de la sécurité de ses employés, le patron d'Airbus a affirmé que seuls les postes en totale conformité seraient rouverts. Le redémarrage sera donc progressif. Il est limité aux seules fonctions de production ou essentielles au fonctionnement des sites et de l'entreprise. Les temps de travail seront aussi limités à des plages de six heures pour permettre un meilleur respect des mesures sanitaires lors des changements d'équipes. Les autres employés dont la présence n'est pas indispensable continueront à faire du télétravail.

Cette solution a été adoptée en accord avec les partenaires sociaux. C'est le cas de Force Ouvrière, syndicat majoritaire au niveau du groupe et dans les divisions Avions commerciaux et hélicoptères. S'il affirme depuis la semaine dernière que le confinement absolu est la meilleure option sanitaire, il admet que celui-ci peut s'avérer périlleux pour le groupe. Le syndicat a donc fait savoir par voie de communiqué qu'une « reprise lente dans des conditions de sécurité absolue de nos activités vitales semble être une solution responsable. Cet accord va permettre un redémarrage lent de nos activités industrielles, un redémarrage "sanitairement" optimal. »

Mesures mondiales

Ces mesures vont être étendues à l'ensemble des sites Airbus à travers le monde. Le constructeur entend en revanche les appliquer sans arrêt total de la production comme ce fut le cas en France et en Espagne. Elles devraient néanmoins impacter fortement la productivité dans les semaines à venir. « Au début, l'efficacité de la production sera basse, et parfois même très basse, a ainsi concédé Guillaume Faury. Ce n'est pas grave, nous retrouverons l'efficacité plus tard. »

Le président exécutif se veut ainsi confiant. Il cite l'exemple de la ligne d'assemblage de Tianjin, qui a permis à Airbus d'acquérir une expérience précieuse en la matière. Après deux semaines d'arrêt total en février - une semaine prévue pour le nouvel an chinois puis une autre à la demande expresse de Pékin en raison de l'épidémie - le travail y a repris progressivement. Guillaume Faury affirme qu'elle tourne désormais à plein régime avec 99% des employés présents et aucun infecté.

Conserver des liquidités

L'autre objectif de la direction d'Airbus est de conserver les moyens de rebondir après la crise. Elle doit pour cela conserver des capacités de financement, ce qui n'est pas une mince affaire alors que la production est ralentie, que le transport aérien est quasiment à l'arrêt et que les cours de bourse s'effondrent. Trois mesures ont ainsi été prises avec l'aval du Conseil d'administration.

Airbus a obtenu une nouvelle ligne de crédit de 15 milliards d'euros, en convertissant une facilité de 5 milliards acquise précédemment. Elle vient s'ajouter aux autres facilités déjà existantes, de l'ordre de 3 milliards d'euros. Il faut y ajouter 12 milliards d'euros d'actifs financiers disponibles. Le groupe dispose ainsi d'une capacité de financement accrue à hauteur de 30 milliards d'euros, contre 20 milliards auparavant.

Réduction des dépenses

Dans le même temps, le groupe a annulé sa proposition de dividendes pour 2019, à hauteur de 1,80 euro par action. Cela doit permettre de préserver 1,4 milliard d'euros de liquidités. De même, il suspend le financement des retraites complémentaires. Dans un communiqué, Airbus estime ainsi que « grâce à ces décisions, l'entreprise dispose de liquidités suffisantes pour faire face aux besoins de trésorerie supplémentaires liés au COVID-19 ».

Guillaume Faury a néanmoins annoncé que de nouvelles réductions de coûts allaient intervenir, afin de ne pas brûler la trésorerie du groupe. Les dépenses d'investissement devraient notamment être revues à la baisse.

Résister jusqu'à la reprise

Le patron d'Airbus a enfin annoncé avoir établi un dialogue dynamique avec ses clients comme ses fournisseurs afin de les soutenir dans cette crise et de faciliter la continuité des opérations. S'il n'a pas demandé d'aide directe des Etats pour son propre groupe, il encourage les gouvernements à appuyer l'industrie du transport aérien, dont il est convaincu qu'elle sera déterminante pour la reprise économique mondiale post-crise.

Naturellement, Guillaume Faury a annoncé l'annulation des prévisions 2020, présentées lors des résultats annuels en février dernier. Il se refuse pour l'instant à établir des prévisions sur l'impact du coronavirus sur son activité ou celle de l'industrie aéronautique en général. Il estime tout de même que l'activité long-courrier devrait être significativement impactée et compte davantage sur la solidité du carnet de commande des monocouloirs pour assurer la résilience d'Airbus dans cette crise sans précédent.
Nouveau convoi d'Airbus en A350 pour rapporter des masques en Europe Nouveau convoi d'Airbus en A350 pour rapporter des masques en Europe
La difficile reprise du travail chez les donneurs d'ordres La difficile reprise du travail chez les donneurs d'ordres
L'industrie doit trouver l'équilibre face au coronavirus L'industrie doit trouver l'équilibre face au coronavirus
Airbus prévoit une Airbus prévoit une "reprise partielle" lundi en France et en Espagne
Léo Barnier
Journaliste spécialisé
Industrie & Technologie, Equipements, MRO


Les derniers articles Industrie & Technologie
Nouveau convoi d'Airbus en A350 pour rapporter des masques en Europe Nouveau convoi d'Airbus en A350 pour rapporter des masques en Europe
Après l'A330neo et l'A330 MRTT, c'est au tour de l'A350-1000 de prendre part au pont aérien mis en place par Airbus entre la France et ... Lire la suite
Raytheon et United Technologies finalisent leur fusion Raytheon et United Technologies finalisent leur fusion
United Technologies (UTC) n'en finit plus de croître. Après avoir acquis Rockwell Collins en 2018, pour former l'actuel Collins Aerospace, le groupe américain réalise une ... Lire la suite
ANALYSE : Quels impacts pour le secteur de la MRO? ANALYSE : Quels impacts pour le secteur de la MRO?
La pandémie de Covid-19 touche évidemment de plein fouet le secteur de la maintenance aéronautique, une grande partie de la flotte mondiale d'avions commerciaux étant ... Lire la suite
L'activité MRO de Safran paye son tribut à la crise L'activité MRO de Safran paye son tribut à la crise
Depuis maintenant plusieurs semaines, le trafic aérien s'est réduit comme peau de chagrin à travers le monde. Si les compagnies ont été les premières touchées, ... Lire la suite
Le « cas TK » Le « cas TK »
Les relations entre les compagnies aériennes et les industriels s'annoncent tumultueuses pour les prochains mois, avec des reports de livraisons et des annulations de commandes ... Lire la suite
04 AVR. 2020
Delta Air Lines table sur une chute de 90% de son chiffre d'affaires au 2T (dirigeant)
03 AVR. 2020
Une perte de revenu de 6,85 milliards de dollars, voilà ce que risque le transport aérien des six principales nations aéronautiques africaines
03 AVR. 2020
Nouveau convoi d'Airbus en A350 pour rapporter des masques en Europe
03 AVR. 2020
Ryanair pessimiste sur ses résultats annuels 2019-2020
03 AVR. 2020
Raytheon et United Technologies finalisent leur fusion
Le « cas TK »
Thomas Juin : « il faut s'attendre à une perte de connectivité sur les aéroports français »
 
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2020 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT