À la Une  |  ALERTAVIA  |  Le Podcast  |  Industrie  |  Transport aérien  |  MRO & Support  |  Interiors & PaxExp  |  Aviation & Environnement  |  Passion  |  Agenda  |  EN
 
Actualité aéronautique Transport aérien Alitalia survivra-t-elle au coronavirus ?
L'édito

Alitalia survivra-t-elle au coronavirus ?

Emilie Drab
10 MAR. 2020 | 470 mots
Alitalia survivra-t-elle au coronavirus ?
© Alitalia
Cela fait quinze ans qu'elle le prouve : Alitalia est une survivante. Mais si elle était humaine, elle souffrirait de bronchite chronique et ferait désormais partie des personnes les plus vulnérables à l'épidémie de coronavirus. Or, avec ses 9 000 cas, l'Italie est le deuxième pays le plus touché au monde et le gouvernement a étendu le 9 mars le confinement à l'ensemble de la péninsule et non plus uniquement la partie nord. Cette décision pourrait porter le dernier coup fatal à une compagnie porte-drapeau déjà mal en point.

Alitalia ne cesse en effet de flirter avec la faillite depuis le milieu des années 2000. Plusieurs fois relancée, elle n'a jamais vraiment réussi à se redresser mais n'a jamais coulé non plus, donnant à ses salariés suffisamment de confiance pour rejeter tout plan drastique de redressement. Celui d'Etihad, refusé en mai 2017, a valu à la compagnie d'être placée sous administration extraordinaire en attendant d'être revendue. Car à l'époque, le gouvernement italien refusait d'endosser à nouveau le rôle de sauveteur, Alitalia ayant coûté trop cher aux contribuables italiens. Il lui a tout de même consenti un prêt de 900 millions d'euros pour lui permettre de vivoter jusqu'à sa vente.

Celle-ci a traîné. Le gouvernement a eu le temps de changer et a adopté une position moins catégorique sur la perspective de laisser Alitalia faire faillite si aucune autre solution n'était trouvée. La situation n'a donc pas évolué. La compagnie vit toujours grâce à l'argent public - un nouveau prêt de 400 millions d'euros a été accordé en décembre - et est toujours à la recherche d'investisseurs prêts à s'engager dans le sauvetage d'un transporteur semblant réfractaire au changement et qui perd 300 millions d'euros par an.

Alitalia en était là en février : sans direction depuis près de trois ans, sans partenaire stratégique, incapable de rêver d'équilibre financier et sous le coup de deux enquêtes de la Commission européenne (une par prêt). Rien qui soit de nature à la mettre à terre, finalement...

La déclaration de l'épidémie de coronavirus va peut-être changer la donne. Elle a détourné les voyageurs de l'Italie et ses ressortissants sont persona non grata dans plusieurs endroits du monde. Les avions se sont vidés et les fréquences ont été réduites. Le dernier lot de mesures, annoncé hier pour accompagner le confinement décrété pour le nord du pays, a même vu la suspension des opérations d'Alitalia à Milan et la limitation des opérations à Linate aux vols intérieurs, avec un programme allégé. Maintenant que l'Italie toute entière est confinée, la situation d'Alitalia pourrait devenir vraiment dramatique et sa roublardise ne plus suffire à la sauver.
Emilie Drab
Rédactrice en chef adjointe
Aviation civile, Transport aérien


Sur le même thème
L'Italie crée ITA, la compagnie aérienne appelée à succéder à Alitalia L'Italie crée ITA, la compagnie aérienne appelée à succéder à Alitalia
Alitalia lance des vols Alitalia lance des vols "Covid-free" entre Rome et Milan
Alitalia va accélérer la reprise de ses vols en juin Alitalia va accélérer la reprise de ses vols en juin
Alitalia : Rome prêt à injecter 3 milliards d'euros Alitalia : Rome prêt à injecter 3 milliards d'euros
Les derniers articles Transport aérien
28 OCT. 2020
Entretien avec Bertrand Piccard, président de la fondation Solar Impulse
Invité du Podcast de l'Aviation cette semaine, Bertrand Piccard, président de la fondation Solar Impulse et auteur, avec André Borschberg, du tour du monde avec l'avion solaire ...
27 OCT. 2020
ANA se transforme pour « le monde d'après » et crée une nouvelle compagnie aérienne
ANA ne fait pas partie de ceux qui pensent que le transport aérien reprendra « comme avant » lorsque la crise sera passée. Le groupe a donc décidé ...
26 OCT. 2020
ANA s'engage dans le carburant durable d'aviation avec Neste
Bien qu'en difficulté comme le reste du secteur, ANA reste impliquée dans ses objectifs environnementaux. La compagnie japonaise continue ainsi de vouloir réduire de 50% le niveau de ...
Une sélection d'articles réservés aux abonnés
Le Burkina Faso reprivatise sa compagnie nationale Air Burkina qui bascule sous contrôle américain La France est le 4e pays d'Europe le plus touché par la baisse du trafic
Vallair multiplie les contrats pour ses Airbus A321 tout cargo Tim Clark s'attend à une reprise rapide
Air Côte d'Ivoire mise sur ses avions de la famille A320neo pour atteindre une rentabilité escomptée d'ici 2022 La crise de liquidités est toujours aussi menaçante pour les compagnies aériennes
L'Italie crée ITA, la compagnie aérienne appelée à succéder à Alitalia AirAsia renonce à sa filiale au Japon
IL Y A 6 HEURES
MRO : La reprise sera plus lente en Europe que dans le reste du monde
IL Y A 7 HEURES
MRO : l'activité maintenance de MTU résiste toujours à la crise
IL Y A 9 HEURES
Airbus livre le tout premier A330-800 à Kuwait Airways
IL Y A 11 HEURES
Airbus endigue la fuite de sa trésorerie
28 OCT. 2020
Entretien avec Bertrand Piccard, président de la fondation Solar Impulse
Preighters : le gros coup de massue de l'EASA
Pendant la crise, IPECA reste en première ligne pour accompagner les salariés de l'aéronautique
Les articles les plus lus
Malgré la pandémie, l'aéronautique reste l'un des principaux secteurs d'avenir
Entretien avec Philippe Petitcolin, directeur général du groupe Safran
Un millier d'avions commerciaux sans repreneurs en 2021 ?
Tim Clark s'attend à une reprise rapide
Les A321 tout cargo se multiplient
Espace partenaires
Les nouveaux défis liés au stockage et au démantèlement d'avions commerciaux
Contribution de Carolina Göthberg, Associée fondateur de KAIRN Strategy Consulting
 
Cybersécurité : l'industrie aéronautique est particulièrement vulnérable par ces temps de crise
Par David Luponis, Associé Cybersécurité Mazars
 
Quelques réflexions sur le Big (Bang) Data dans le secteur aéronautique au regard du droit
Contribution de Jean-Jacques LE PEN, Associé fondateur du Cabinet LPLG AVOCATS
 
S'inscrire aux newsletters gratuites du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos lettres d'information par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans les newsletters.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2020 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT