Se connecter     Rechercher un article     Newsletter     Alertavia      JE M'ABONNE
Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
 
Actualité aéronautique Industrie & Technologie Le futur avion de combat franco-allemand franchit une étape décisive

Le futur avion de combat franco-allemand franchit une étape décisive

AFP
12 FEV. 2020 | 799 mots

Les députés allemands ont validé mercredi le projet du futur avion de combat européen, censé remplacer à terme Rafale et Eurofighter et donner une nouvelle dynamique à l'Europe de la défense, mais avec certaines conditions.

Au terme de plusieurs mois de rivalités politico-industrielles entre l'Allemagne et la France, les membres de la commission du Budget du Bundestag ont donné leur aval au déblocage de 77 millions d'euros de crédits pour lancer la première grande étape du projet franco-allemand, auquel s'est joint l'Espagne.

Les élus de la majorité - conservateurs et sociaux-démocrates- ont voté pour, de même que l'extrême droite. Ecologistes, extrême gauche ont voté contre.

Cette manne doit permettre de financer des études en vue de la construction d'ici 2026 d'un démonstrateur de l'avion de combat européen de nouvelle génération (dit NGF ou "New Generation Fighter").

Les montants en jeu sont certes limités par rapport à l'enveloppe globale du programme mais l'étape de mercredi était essentielle, un vote négatif risquant de tout remettre en cause.

- Réticences -

Selon plusieurs sources parlementaires interrogées par l'AFP, le dispositif suscitait toutefois des réticences.

"Nous allons le faire car nous ne voulons pas détériorer les relations franco-allemandes, et ce juste avant la venue du président français Emmanuel Macron ce week-end en Allemagne pour la Conférence sur la sécurité de Munich", a expliqué à l'AFP avant le vote le rapporteur du projet à la commission du Budget, Rainer Brandl.

Mais les élus allemands, qui depuis le début craignent que les partenaires industriels français soient trop dominateurs dans le projet, ont posé des conditions.

Ils veulent en particulier qu'un autre projet militaire franco-allemand d'envergure, le programme de char MGCS (Main Ground Combat System), dont les Allemands doivent être chefs de file, progresse au même rythme que celui de l'avion du futur.

Les deux projets doivent avancer "en parallèle", indique une résolution également votée mercredi sur le sujet.

"Le programme de l'avion de chasse, piloté par les Français, progresse vite, alors que celui du char est à la traîne", a décrypté auprès de l'AFP un parlementaire allemand sous couvert de l'anonymat. En cause notamment: les difficultés des industriels allemands du secteur de l'armement à se mettre d'accord entre eux sur la répartition du "gâteau".

Les députés ont aussi demandé des garanties pour que les intérêts des entreprises allemandes du secteur technologies soient mieux pris en compte dans le développement du projet.

L'avion, qui doit entrer en action vers 2040, est la pièce maîtresse du programme SCAF (Système de Combat Aérien du Futur) associant en outre des drones et de futurs missiles de croisière.

Le vote positif ouvre la voie à la notification des contrats aux industriels impliqués dans le projet, notamment Dassault, Airbus ou encore Thales. Et relance un programme qui patinait.

- 'Signal politique fort' -

La ministre française des Armées, Florence Parly, avait mis la pression le 5 février à Strasbourg sur les parlementaires allemands.

Paris et Berlin ont la "responsabilité" de "construire cette Europe de la Défense", avait-elle lancé, en soulignant que le vote des députés du Bundestag aurait une importance décisive et enverrait un "signal politique fort".

Le projet avait déjà franchi une étape importante en décembre. Un accord avait en effet été trouvé entre les motoristes français Safran et allemand MTU sur la répartition industrielle des travaux de développement du moteur du futur avion.

Les deux sociétés étaient notamment convenues de la création d'une société commune 50/50.

Depuis la répartition des tâches entre Safran et MTU, plusieurs acteurs côté allemand, dont des membres du Bundestag, ont cherché à revenir en leur faveur sur cet accord.

"Derrière le nom barbare de +SCAF+ se cache le projet qui conditionne le futur de l'aéronautique de combat française et européenne, ainsi que l'affirmation d'une politique de défense pour renforcer la sécurité du continent", soulignait récemment Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l'Institut des relations internationales stratégiques (Iris).

Le sujet devrait être abordé samedi à Munich par M. Macron, qui vient de proposer que les Européens, Allemagne notamment, soient associés à la force de dissuasion nucléaire française, en participant par exemple à des exercices.

Airbus-Boeing: vers la suppression d'une aide fiscale cruciale aux Etats-Unis Airbus-Boeing: vers la suppression d'une aide fiscale cruciale aux Etats-Unis
Les Etats-Unis augmentent les taxes punitives sur les avions d'Airbus Les Etats-Unis augmentent les taxes punitives sur les avions d'Airbus
Coronavirus : le travail a repris sur la FAL d'Airbus en Chine Coronavirus : le travail a repris sur la FAL d'Airbus en Chine
Guillaume Faury veut poser les bases d'une croissance durable pour Airbus Guillaume Faury veut poser les bases d'une croissance durable pour Airbus
Les derniers articles Industrie & Technologie
La Norvège, laboratoire du zéro émissions dans l'aviation La Norvège, laboratoire du zéro émissions dans l'aviation
Si le phénomène du « flygskam » n'y a pas pris la même ampleur qu'en Suède, la Norvège entend bien se positionner en pointe de ... Lire la suite
Boeing 787 : les premiers grands chantiers de modifications cabine démarrent Boeing 787 : les premiers grands chantiers de modifications cabine démarrent
C'était évidemment à attendre, alors que les tout premiers Dreamliner de Boeing sont désormais en service depuis 2011. La conférence de presse commune tenue par ... Lire la suite
Embraer respecte ses prévisions mais inquiète par ses perspectives Embraer respecte ses prévisions mais inquiète par ses perspectives
La tenue des prévisions de livraisons n'est pas une constante dans l'industrie aéronautique. Force est donc de reconnaître qu'Embraer a respecté les siennes en 2019. ... Lire la suite
19 FEV. 2020 Avions commerciaux
Le Twin Otter série 400 fête ses dix ans Le Twin Otter série 400 fête ses dix ans
Cela fait dix ans que le Twin Otter a redécollé. Viking a célébré le 16 février l'anniversaire du décollage du premier DHC-6-400 à Calgary. En ... Lire la suite
Air France compte sur l'Airbus A220 pour améliorer sa rentabilité Air France compte sur l'Airbus A220 pour améliorer sa rentabilité
« Nous allons renouveler la moitié de notre flotte à l'horizon 2025. » A l'occasion d'une visite de l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et ... Lire la suite
IL Y A 1 HEURE
China Eastern crée OTT Airlines pour exploiter ses ARJ21 et C919
IL Y A 3 HEURES
Lufthansa gèle ses embauches et réduit ses dépenses pour passer la crise du coronavirus
IL Y A 3 HEURES
JEC World, salon dédié aux matériaux composites à Paris, reporté à cause du coronavirus
IL Y A 5 HEURES
Pertes en hausse pour la compagnie aérienne SAS au premier trimestre
IL Y A 8 HEURES
Aena : bénéfice net en hausse de 8,6% en 2019
Les paradoxes du salon MRO Middle East de Dubaï
XL Airways met ses biens aux enchères : « le coeur de la vente, ce sont les pièces aéronautiques »
 
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2020 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT