Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
 
Actualité aéronautique Passion SurJet en perpétuelle évolution

SurJet en perpétuelle évolution

Emilie Drab
19 SEPT. 2019 | 1019 mots
SurJet en perpétuelle évolution
Claire vient de rejoindre Christopher, en tant qu'assistante de direction © Philippe Labeguerie
Si certaines personnes se sentent bien dans la routine, ce n'est certainement pas le cas de Christopher Amen, le fondateur et président de SurJet Personnalisation. Cet ancien mécanicien aéronautique dans l'aviation d'affaires a un jour eu l'inspiration de récupérer une pièce d'avion en aluminium poli qui allait partir au rebut et d'en faire une table. Table qui a orné son salon jusqu'à ce qu'il doive se résoudre à la mettre en vente. Et c'est alors qu'il changea de vie.

Le succès de la vente l'a en effet encouragé à créer d'autres pièces et son auto-entreprise, Déco Aéro. Au bout d'un an, il est invité à exposer ses oeuvres dans une galerie à Bordeaux. Pour l'occasion, il confectionne des têtières brodées au nom de Déco Aéro. Là encore, il fait mouche. Plusieurs demandes surviennent pour la réalisation de têtières personnalisées, d'abord de la part de collectionneurs mais sa clientèle s'étend rapidement aux affréteurs aériens puis à d'autres secteurs d'activité.


© Nicolas Courtioux


SurJet Personnalisation a très vite diversifié sa clientèle au-delà du secteur aéronautique © Arkéa Arena

Un contrat avec Gaumont/Pathé lui fait passer un nouveau cap : il acquiert une presse à chaud d'occasion et change le statut de la société pour devenir une SAS, à laquelle il consacrera bientôt tout son temps. Plutôt isolé sur ce marché de niche, Déco Aéro prend de l'ampleur avec des clients de tous les secteurs (salles de spectacles, avions d'affaires, cabines d'avion lors de tournages) et diversifie ses produits. Il crée ainsi sa propre ligne de goodies aéronautiques, s'associant à des artistes comme Julien Lepelletier, Jean Barbaud, Vincent, Benjamin Grunenwald ou Tomtom pour « créer une collection unique, [...] développer des choses qui n'existaient pas ». Sacs, décapsuleurs, dessous de verre, porte-clefs, mugs... se vendent en ligne et dans six points de vente dans toute la France.

Il se lance en parallèle sur la personnalisation de goodies pour les sociétés et les cellules traditions des différents corps armés. Cette activité et celle des têtières prennent une telle ampleur qu'elles finissent par évincer les autres, notamment celle de décoration.


© SurJet Personnalisation


SurJet Personnalisation a réalisé le patch pour Top Gun Voltige © Top Gun Voltige

Cette nouvelle évolution s'accompagne donc naturellement d'un changement de nom commercial reflétant mieux la nouvelle réalité de l'activité : SurJet Personnalisation est né. Gardant une discrète référence au secteur aéronautique, ce nouveau nom doit refléter toutes les forces de la société de Christopher Amen, la réactivité en tête - d'où l'allusion au surjet qui est la finition la plus rapide pour les têtières.


Autre exemple de diversification pour le club des Girondins de Bordeaux © FC Girondins de Bordeaux


SurJet a réalisé des têtières pour Givenchy © Access Air

S'il a dû quitter Dassault Aviation en 2017 pour se consacrer à son entreprise, Christopher Amen y entretient les mêmes qualités : « J'ai eu la chance de travailler en tant que mécanicien avion dans trois secteurs totalement différents : un aéroclub, une compagnie d'aviation d'affaires en pleine expansion, et un des plus grands constructeurs d'avions d'affaires et militaires d'Europe. J'ai aujourd'hui l'avantage de diriger ma société en combinant les 3 : la proximité et l'écoute de l'aéroclub, la réactivité et le service de l'aviation d'affaires, la rigueur et la qualité d'un constructeur historique. Finalement, ces trois secteurs ne sont pas si différents que ça, car ils se réunissent tous autour d'une même valeur commune : La Passion ! »

Malgré tout, le volume des demandes a demandé quelques aménagements. SurJet Personnalisation s'est agrandi et a intégré un atelier de production qui lui permet d'être autonome sur plusieurs techniques : broderie, sublimation, marquage textile, marquage à chaud (notamment sur cuir), confection de produits en textile, production de porte-clefs et magnets.


© SurJet Personnalisation


Le tablier a été confectionné à 100% en interne © Musée de l'hydraviation de Biscarosse

Quatre personnes travaillent désormais aux côtés de son fondateur, une assistante de direction, une assistante administrative et deux employées de production. SurJet peut ainsi continuer à tenir le rythme des contrats et Christopher Amen a plus de latitude pour travailler plus en profondeur au développement de la société.


Betty, Lisa et Christelle sont les trois premières à avoir rejoint Christopher pour développer SurJet Personnalisation © SurJet Personnalisation

SurJet est donc une réussite, que Christopher Amen peut se féliciter d'avoir atteinte avant ses trente ans. Mais ne se teinte-t-elle pas d'une pointe de regret de s'être éloigné des avions ? « Je n'ai aucun regret sur ma décision, je reste cependant nostalgique des tarmacs et de cette ambiance unique, mais je me créée des occasions pour y retourner le plus souvent possible ! »


En juillet dernier, Christopher Amen est monté à bord du porte-hélicoptères amphibie Tonnerre de la Marine nationale pour remettre 800 exemplaires d'un livre photos sur la mission Jeanne d'Arc 2019 © SurJet Personnalisation
Emilie Drab
Rédactrice en chef adjointe
Aviation civile, Transport aérien


Les articles dans la même thématique
0 0

... Lire la suite
IL Y A 1 HEURE
L'US Air Force revoit la stratégie d'acquisition de ses futurs chasseurs
13 OCT. 2019
Premiers Airbus pour Air Austral
11 OCT. 2019
L'activité A350 de Lufthansa Technik Malta devient concrète
11 OCT. 2019
Le Valkyrie en suspens
11 OCT. 2019
AAR et BAE Systems renforcent leur collaboration dans le régional
Etats-Unis - Europe : dix jours pour s'accorder
« La crise du MAX montre une chose : les fondamentaux d'Air Canada sont sains », Jean-François Raudin
 
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus