Se connecter     Rechercher un article     Newsletter     Alertavia      JE M'ABONNE
Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
Actualité aéronautique Passion Paris Air Legend 2019 : si on franchissait les frontières du temps les 7 et 8 septembre ?

Paris Air Legend 2019 : si on franchissait les frontières du temps les 7 et 8 septembre ?

Daphné Desrosiers
09 AOUT 2019 | 1882 mots
Paris Air Legend 2019 : si on franchissait les frontières du temps les 7 et 8 septembre ?
© Richard Paver
En Septembre 2018, la société JM Airshow (devenue aujourd'hui AJM Airshow) décida d'organiser un meeting inédit sur un aérodrome français légendaire, celui de Melun-Villaroche. Cette année, plus de 100 avions s'envoleront pour vous emmener vers cette « drôle de guerre » des années quarante, quand l'Est et l'Ouest étaient encore séparés par un mur. L'équipe du Journal de l'Aviation est partie à la rencontre des trois passionnés et fondateurs de l'événement, Christian Amara, Eric Janssonne et Thierry Marchand, afin de vous livrer en exclusivité quelques secrets de tarmac.

Et si nous organisions un meeting ?

Eric Janssonne et Thierry Marchand se sont rencontrés en 2015 au pays des trois frontières, celui où se mêlent traditions, passion et aviation. Depuis de nombreuses années, ils participent à l'organisation de meetings, mais leurs chemins ne s'étaient jusqu'alors jamais croisés. La société JM Airshow naît de cette rencontre, avec pour objectif de créer un projet unique : organiser un grand meeting où les avions de la Seconde Guerre mondiale, les « warbirds », s'envoleraient sous vos yeux afin de relater leur histoire et celle de ceux qui font vibrer leur âme : ses équipages. Un projet qui se veut différent de ce qui existe jusqu'alors, où le public pourrait aussi bien assister aux prévols des avions qu'à leur envol, tout en étant projeté, grâce à diverses animations, dans un autre espace temps.

Eric Janssonne explique avec enthousiasme : « Un avion, c'est d'abord un livre d'histoire vivant et c'est ce que nous voulons transmettre. Même si un avion est magnifique lorsqu'il évolue dans le ciel, il est d'autant plus magique quand le spectateur est transporté avec lui, comme s'il était à son bord et qu'il revivait son épopée historique. C'est ce qui constitue l'ADN du meeting Air Legend : offrir au public un morceau d'histoire, grâce à la diversité et au nombre d'aéronefs présents, que ce soit par le nombre impressionnant de warbirds et la présence de jets de collection. Chaque année, nous choisissons un thème principal et secondaire. Cette année, le livre d'histoire s'ouvre sur la « drôle de guerre » débutée en 1939, avec la présence, pour l'occasion, d'un Morane Saulnier MS 406, un Curtiss H-75 et un Curtiss P-36. Les différents chapitres s'articulent autour d'une seconde thématique, celle de la guerre froide, afin de fêter les 30 ans de la chute du mur de Berlin ».

Les surprises concoctées par la société AJM Airshow sont stupéfiantes ! Pour la première fois, un Mikoyan-Gourevitch Mig -15 UTI appartenant au Norvegian Air Force Historic Squadron évoluera dans le ciel français. Le « Red 18 » arborera la livrée de l'avion du célèbre cosmonaute Yuri Alekseyevich Gagarine. Avion légendaire de cette année, le Mig 15 UTI s'envolera également aux côtés d'un Yak 3 britannique, avant de se préparer pour un combat mythique avec le seul exemplaire à voler en Europe, le North American F86E Sabre (pour les puristes, un Canadair CL 13B "Sabre" Mk 6). Mais l'équipe du Journal de l'Aviation ne vous dévoilera rien de plus, afin de vous laisser savourer l'instant magique qui s'offrira bientôt à vous.


© Air Legend


Piloter, voler et savourer

L'AJM Airshow a préparé un plateau incroyable : plus de cinq heures de démonstrations, une centaine d'avions en vol, des expositions toutes plus incroyables les unes que les autres et un tarmac avec plus d'une vingtaine d'avions exposés en statique, comme le plus petit avion à réaction au monde, le BD 5J. L'aérodrome de Melun-Villaroche permet d'accueillir, grâce à ses deux pistes en dur, une flotte diversifiée d'aéronefs, pour le plus grand bonheur des spectateurs, qui pourront ainsi assister depuis un périmètre sécurisé aux mises en route des moteurs ou aux derniers préparatifs des équipages. Ce site historique - qui a vu redémarrer l'industrie française après la seconde guerre Mondiale et les premiers essais en vol du Dassault Ouragan - est également la base de nombreux avions de collection stationnés dans les anciens hangars des usines Dassault (surnommés « les trois tonneaux »).


© Erwan Garel


Christian Amara partage avec nous sa passion des avions : « Grâce à mon cousin qui était dans l'armée de l'Air et qui m'emmenait partout dès qu'il le pouvait, j'ai pu visiter dès l'âge de sept ans les centres d'essais en vol de Brétigny et de Melun-Villaroche. J'ai rencontré des pilotes incroyables, comme Jacqueline Auriol, et c'étaient de beaux moments de partage. Je pilotais des planeurs dès l'âge de 12 ans et si l'aviation est une grande famille, j'ai pu m'en apercevoir au fil des années. Je volais à l'époque chez le père de Jean Salis. Bien plus tard, je prenais la présidence de l'Amicale Jean-Baptiste Salis (AJBS) à la Ferté-Alais, où je retrouvais la même famille de passionnés. Si la vie m'a éloigné de cette passion durant de nombreuses années, aujourd'hui, je peux poursuivre cet amour des avions en les regardant voler : Qu'y a-t-il de plus beau que d'entendre le moteur du P51 démarrer, avant de le voir danser dans le ciel grâce à son admirable pilote, Georges Perez. On reconnaît aisément le coup de patte du pilote à sa démonstration, quand l'avion est correctement drivé et qu'il glisse sur les filets d'air ».

« L'arrivée de mon premier avion fût une sacrée histoire ! Je voulais un Curtiss P40- Warhawk et je vous garantis que le mien est d'origine. Il a participé à la guerre du Pacifique mais lorsque je l'ai acheté, ce n'était qu'un tas de ferraille, qui a nécessité 12 années de travaux. Je suis allé le chercher en Australie chez le plus grand spécialiste des warbirds, ce pays ayant récupéré 21 appareils dans une clairière en Papouasie-Nouvelle Guinée après la Seconde Guerre mondiale. J'ai également des souvenirs incroyables avec le North American B-25-Mitchell, avec lequel nous avions réalisé un vol au dessus des plages du Débarquement par un beau matin, dès potron-minet. Le bimoteur était escorté par un Douglas DC-3, un North American P-51-D, le Curtiss P40 N5 et un North American NA T6 « Texan ». Depuis, la collection de France's Flying Warbirds s'est agrandie et compte, avec le P40, un P51, un T6, un Boeing PT-17-Stearman et un Douglas AD4N Skyraider ».

« Cette année sera également extraordinaire car nous avons à coeur, avec Eric et Thierry, d'améliorer constamment notre savoir-faire, afin que l'événement se pérennise, pour offrir toujours d'avantage de bonheur au public que nous attendons nombreux. Nous avons la chance d'avoir un site formidable situé à 40 kilomètres de Paris, desservi par quatre autoroutes et 700 Ha d'espace à rendre toujours plus attractifs par davantage de manifestations aériennes. Le maire de la ville de Melun, le Syndicat Mixte du pôle d'activité de Villaroche (SYMPAV), la Direction générale de l'aviation civile, l'armée de l'Air, la Marine nationale, et bien d'autres, nous soutiennent dans notre aventure. Ce que j'aime le plus, c'est regarder les avions voler et ce meeting permet de partager cette passion grâce à des présentations exceptionnelles et des patrouilles époustouflantes ».


© Jean-Pierre Touzeau


Du Buchòn au Boomerang, ou de nombreuses surprises étonnantes...

Avant le début des démonstrations, le public aura la possibilité de flâner, tout en découvrant de nombreuses animations, pour le plus grand bonheur des petits et grands. « Le musée vient à vous » : Safran, dont le patrimoine historique se situe de l'autre côté du site, a reconstitué une partie de son musée, où 100 m2 de moteurs s'offriront à coeur ouvert, afin d'en comprendre les mécanismes et appréhender leur aérodynamique de pointe. Des simulateurs de vol de construction « amateur » permettront de s'initier aux joies du pilotage, de l'Airbus A320 au Republic P47 Thunderbolt. Aussi incroyable que cela puisse paraître, vous vivrez en 3D les sensations d'un pilote avec l'aide de l'instructeur et d'un programme adapté. De nombreux villages seront également reconstitués, afin de suspendre le temps dans votre immersion dans le monde des warbirds. Une demi-douzaine de vétérans seront également présents grâce à l'association Commemorative Air Force (CAF) French Wing. Vous pourrez aller à la rencontre des pilotes de chasse de nuit (la spécialisation n'étant pas une légende), de bombardier, qu'ils soient Français, Allemands ou Américains. Des voitures anciennes seront également présentes car tout comme l'aviation, elles ont une histoire à transmettre.

Un espace dédié aux drones, plus d'une soixantaine d'exposants et des chanteuses animeront le week-end sous une noria d'avions : Supermarine Spitfire , Hawker Hurricane MK I, Hispano Aviación HA 1112 construit à partir du chasseur allemand Messerschmitt Bf 109, CA13 Boomerang, seul avion de conception australienne de la seconde guerre mondiale dérivé du CAC Wirraway, lui-même dérivé du célèbre T6, Yakovlev Yak 3, 9, 11, Douglas DC3, North American T28 « Trojan », A400M Tactical Solo Display, Extra 330 de l'Equipe de Voltige de l'armée de l'Air, Rafale Solo Display et un nombre incalculable de patrouilles de warbirds tenues encore secrètes. Pour les plus jeunes, deux journées professionnelles destinées aux étudiants (non ouvertes au public et seulement sur invitation) seront organisées les 5 et 6 septembre par la SYMPAV. De nombreux industriels du secteur aéronautique seront présents pour promouvoir des métiers parfois méconnus auprès des jeunes.


© Barnstormer


En avant-première, afin de célébrer l'arrivée du Mig 15 pour ce meeting Air Legend, Barnstormer proposera un magnifique polo « Red 18 » aux couleurs du pilote de Mig15-cosmonaute Youri Gagarine et de son escadron. Le chiffre 18 arboré sur une des manches évoque le numéro de l'appareil lorsqu'il volait au sein de l'escadrille et que vous aurez la joie de découvrir en vol. L'étoile rouge, symbole national russe, orne la poitrine avec le nombre « 51 », date de création de l'école d'entraînement des cosmonautes. L'équipe d'AJM Airshow garantit un spectacle de très grande qualité dans le ciel francilien.Un événement unique à ne rater sous aucun prétexte.

« Nous souhaitons que chaque visiteur reparte en se disant que le week-end était bien trop court tellement l'émotion était intense. Pour nous, le pari sera gagné car nous aurons transmis notre passion : fait voler des avions et apporter de la magie dans les yeux de plusieurs générations. »

A vos agendas, il est grand temps de sauter sur vos claviers pour réserver dès maintenant vos places pour le week-end Air Legend- Paris Villaroche 2019 !
Les articles dans la même thématique
0 0

... Lire la suite
IL Y A 5 HEURES
Grève à Transavia France : 95% du trafic assuré dimanche
IL Y A 23 HEURES
Le Spaceport America de Virgin Galactic est désormais opérationnel
16 AOUT 2019
Rapport final sur l'accident d'An-12 à Gao
16 AOUT 2019
Le gouvernement envisage une seconde privatisation d'Air Burkina pour accélérer sa relance
16 AOUT 2019
Cathay Pacific : démission du directeur général Rupert Hogg
D'Apollo à Artemis, cinquante ans au moins les séparent
Général Olivier Taprest, major général de l'armée de l'air : « Le vrai enjeu, c'est d'être au rendez-vous des opérations »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus