Se connecter     Rechercher un article     Newsletter     Alertavia      JE M'ABONNE
Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
Actualité aéronautique Passion Du Dakota à l'Atlas, les avions du Touraine

Du Dakota à l'Atlas, les avions du Touraine

Helen Chachaty
14 JUIN 2019 | 622 mots
Du Dakota à l'Atlas, les avions du Touraine
C160 Transall et A400M sur le tarmac de la BA 123 d'Orléans © Helen Chachaty/Le Journal de l'Aviation - Tous droits réservés
Héritier de deux escadrilles de bombardement de la Première guerre mondiale, l'escadron de transport « Touraine » prend son nom de baptême en janvier 1944 au Maroc et fête son 75ème anniversaire ce 14 juin sur la BA 123 d'Orléans, maison mère du « Touraine » depuis 1946.

Les traditions de l'escadron remontent à la Première Guerre mondiale, avec la reprise des insignes des escadrilles VB101 et BR113, spécialisées dans le bombardement de nuit et l'attaque de ballons d'observation à bord d'avions Voisin. Regroupées en 1918 au sein du groupement de nuit Laurens, les unités donnent naissance au groupe de bombardement 1/15 en 1935, volant sur Bloch 200 et Farman 221/222. Lors de la bataille de France, le groupe de bombardement effectue notamment des largages de tracts au-dessus de l'Allemagne, avant de passer au largage de nuit de bombes. L'unité est dissoute en 1940 et re-créée en groupe de transport.

Le « Touraine » reçoit son nom de baptême en janvier 1944 au Maroc, au sein des Forces françaises libres. A cette période, les Lioré, les Olivier LeO 451, « des vieux Bloch » et les Farman affichent une faible disponibilité, pour des missions principalement tournées autour de l'entraînement, le tractage de cibles et le transport « vers les colonies d'Afrique et Djibouti », selon des documents d'archive internes. Les choses changent rapidement, puisque le « Touraine » réceptionne ses premiers Douglas C-47 Dakota en septembre de la même année, « donnés par l'armée américaine ».

Le retour en France s'effectue en décembre 1944, à Valence, depuis laquelle le groupe de transport effectue des missions de ravitaillement, de parachutage, d'évacuations sanitaires, mais également, à partir de juin 1945, des missions de rapatriement de prisonniers de guerre d'Allemagne, de Pologne, de Tchécoslovaquie et de Yougoslavie. Le bilan en un mois d'opérations de 2 694 personnes rapatriées à bord des Dakota.

L'installation définitive à Orléans-Bricy s'opère en fin 1945. L'année suivante est marquée par les opérations vers l'Indochine. Si le « Touraine » n'est pas déployé, ses avions seront mis à disposition, aussi bien au profit d'autres escadrons, français ou britanniques, pour des missions de transport et de parachutage.

Le Noratlas 2501 fait son entrée dans l'inventaire du 1/61 en 1953. Indéniablement plus performant que le C-47, l'avion de transport effectue par exemple en 1956 une traversée du globe pour rejoindre l'Australie, « ouvrant ainsi une nouvelle ligne pour le Groupe militaire de moyen de transport aérien ». La même année, les Noratlas participent aux opérations lors de la crise du canal de Suez, toujours en assurant des missions de ravitaillement et de parachutage, et effectuant même quelques missions plus discrètes dans le Sinaï.

La fin des années 1960 est marquée par l'arrivée du C160 Transall et la multiplication des missions humanitaires. L'escadron est la première unité à recevoir l'avion de transport de conception franco-allemande, qui sillonnera les airs de la Jordanie au Pérou, en passant par le Cambodge, et un certain nombre de pays africains. L'ET 1/61 participera également activement aux opérations extérieures, Zaïre, Tchad, Mauritanie, Liban, Koweït, Bosnie... Plus récemment, les avions de transport se sont illustrés au-dessus de l'Afghanistan, dès 2001, en Côte d'Ivoire en 2004, ainsi qu'au-dessus de la Libye dans le cadre de l'opération Harmattan en 2011, dernière opération extérieure des C160 du Touraine, avant la mise en sommeil de l'unité en août 2012.

L'escadron 1/61 « Touraine » est réactivé en septembre 2014, un an après la réception du premier A400M au sein de l'armée de l'air. Sur les 50 avions annoncés, 15 ont déjà été livrés, le dernier a rejoint la base d'Orléans en avril dernier.
Helen Chachaty
Journaliste spécialisée
Défense, MCO


Les articles dans la même thématique
Général Olivier Taprest, major général de l'armée de l'air : « Le vrai enjeu, c'est d'être au rendez-vous des opérations » Général Olivier Taprest, major général de l'armée de l'air : « Le vrai enjeu, c'est d'être au rendez-vous des opérations »
Alors que le salon du Bourget s'est achevé et que l'armée de l'air se prépare à défiler sur terre et dans les airs à l'occasion ... Lire la suite
Signature finalisée pour l'avenant au contrat A400M Signature finalisée pour l'avenant au contrat A400M
Seize mois. Il aura fallu seize mois à Airbus, l'OCCAR (Organisation conjointe de coopération en matière d'armement) et les clients de lancement du programme A400M ... Lire la suite
25 AVR. 2019 Politiques de défense
Comment l'Allemagne pourrait employer ses A400M excédentaires Comment l'Allemagne pourrait employer ses A400M excédentaires
Le dossier au long cours des A400M « excédentaires » de la Luftwaffe est loin d'être clôturé. La commande initiale de 53 appareils ayant finalement ... Lire la suite
Rencontre franco-allemande pour les deux armées de l'air Rencontre franco-allemande pour les deux armées de l'air
A deux mois de l'ouverture du Salon du Bourget, le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Philippe Lavigne, a rencontré son homologue allemand, ... Lire la suite
IL Y A 13 HEURES
L'Airbus A330-800 pourrait aussi rejoindre les rangs de Garuda
IL Y A 19 HEURES
Les A-10 de l'US Air Force repartent pour vingt ans avec de nouvelles ailes
22 AOUT 2019
ExoMars 2020 est bientôt prêt, mais reste freiné par ses parachutes
22 AOUT 2019
Ayant identifié une défaillance sur le GP7200, Engine Alliance s'apprête à recommander une nouvelle inspection de la flotte
22 AOUT 2019
Royaume-Uni : des pilotes de Ryanair appellent à la grève mais le programme des vols est maintenu
D'Apollo à Artemis, cinquante ans au moins les séparent
Général Olivier Taprest, major général de l'armée de l'air : « Le vrai enjeu, c'est d'être au rendez-vous des opérations »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus