Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
 
Actualité aéronautique Transport aérien Selon la FNAM, la taxation du kérosène menacerait 3 000 à 4 000 emplois en France

Selon la FNAM, la taxation du kérosène menacerait 3 000 à 4 000 emplois en France

Avec AFP
04 JUIN 2019 | 332 mots

La perte de l'avantage fiscal des compagnies aériennes sur le kérosène leur coûterait "350 millions d'euros" et pourrait entraîner 3 000 à 4 000 suppressions d'emplois, a estimé mardi le délégué général de la Fédération nationale de l'aviation marchande (Fnam).

"Cet avantage est estimé à près de 350 millions d'euros pour les compagnies françaises", a estimé Georges Daher sur Radio Classique, ajoutant que sa perte pourrait aussi "avoir un impact sur les emplois", avec "3 000 à 4 000 suppressions d'emplois supplémentaires sur le marché français".

Pour le seul groupe Air France, une taxation sur le kérosène représenterait "250 millions de dépenses supplémentaires", a-t-il ajouté.

Le kérosène est exonéré en France de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et de taxe intérieure sur la consommation des produits énergétiques (TICPE).

Le ministre de la Transition écologique François de Rugy a affirmé lundi la volonté du gouvernement français de "mener la bataille" afin de mettre en place une taxation du kérosène au sein de l'Union européenne.

Les "compagnies françaises sont déjà défavorisées par rapport à d'autres compagnies européennes en termes de fiscalité et de taxation", a poursuivi le responsable de la Fnam, précisant que la part de marché des compagnies françaises en Europe "recule pratiquement d'un point par an depuis 10 à 15 ans".

"On voit beaucoup de bashing anti-aérien en ce moment j'espère que c'est plutôt conjoncturel", a-t-il ajouté.

"Ca nous parait injuste car il y a déjà beaucoup d'efforts qui sont faits", a-t-il ajouté en citant le marché du carbone européen (Système d'échange de quotas d'émissions SEQE, ou ETS selon son acronyme anglais) et Corsia, un mécanisme mondial de compensation des émissions de CO2.

Les articles dans la même thématique
La reprise de la croissance des effectifs du transport aérien menacée par les récentes faillites La reprise de la croissance des effectifs du transport aérien menacée par les récentes faillites
L'arrêt des activités d'Aigle Azur et XL Airways va causer quelques remous dans le profil du transport aérien français, remettant environ 1 500 personnes sur ... Lire la suite
19 OCT. 2019
Boeing accusé d'avoir caché des documents cruciaux sur le 737 MAX
18 OCT. 2019
La fabrication additive s'organise dans le Sud-Ouest autour d'AddimAlliance
18 OCT. 2019
La nouvelle taxe sur le transport aérien approuvée par l'Assemblée nationale
18 OCT. 2019
Cathay Pacific revoit ses prévisions à la baisse après un nouveau recul du trafic
18 OCT. 2019
Pour la première fois, deux femmes sortent dans l'espace ensemble
MRO Europe 2019 : Business as usual?
Nathalie Stubler : Transavia compte aussi sur l'éco-pilotage et la suppression des plastiques pour réduire son empreinte environnementale
 
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus