Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
 
Actualité aéronautique Industrie & Technologie Quand va revoler le 737 MAX ? Les régulateurs aériens en débattent

Quand va revoler le 737 MAX ? Les régulateurs aériens en débattent

AFP
23 MAI 2019 | 894 mots

Les autorités mondiales de l'aviation civile, réunies jeudi au Texas, examinaient le cas du 737 MAX immobilisé depuis plus de deux mois, avec une question lancinante: quand l'avion phare de Boeing va-t-il pouvoir revoler?

La veille, Dan Elwell, le chef intérimaire de l'agence fédérale américaine de l'aviation, la FAA, a jeté un froid en révélant que Boeing n'avait pas soumis pour évaluation la mise à jour du système anti-décrochage MCAS, en raison de questions additionnelles.

C'est le dysfonctionnement de ce dispositif, mis en cause dans l'accident d'un 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines le 10 mars dernier (157 morts) et d'un exemplaire similaire de Lion Air du 29 octobre en Indonésie (189 morts), qui a conduit à interdire provisoirement de vol cet avion, dernier né du constructeur américain.

L'avionneur avait pourtant affirmé la semaine dernière que le correctif était prêt pour la certification.

"Ca prend beaucoup plus de temps qu'anticipé, peut-être veulent-ils s'assurer qu'ils font bien les choses", relève Richard Aboulafia, expert chez Teal Group. "Il y a beaucoup de choses en jeu, notamment la première impression des régulateurs mondiaux" en examinant le correctif.

- "Plusieurs mois" -

Pour Michel Merluzeau, "on s'oriente vers un retour en service qui risque de s'étaler dans le temps". Selon cet expert chez Air Insight Research, on peut imaginer une levée de l'interdiction aux Etats-Unis vers la fin de l'été et dans "plusieurs mois" dans les autres pays.

Les compagnies aériennes américaines exploitant le 737 MAX -- American Airlines, Southwest et United Airlines -- espéraient remettre l'avion dans leurs programmes de vol vers la mi-août au plus tard.

Le nouveau retard accusé par Boeing est dû au fait que la FAA - qui essaie de montrer son indépendance vis-à-vis du groupe américain - a adressé de nouvelles questions au constructeur, a expliqué M. Elwell.

Une fois que Boeing aura soumis toute la documentation au régulateur, il devra franchir d'autres étapes: la FAA va par exemple effectuer un essai en vol et une analyse poussée pour éprouver la sécurité de l'appareil.

"Ca pourrait prendre un mois, deux mois voire plus (...) ça dépendra de ce que dira notre analyse", a indiqué jeudi Dan Elwell sur CNBC.

En outre, la FAA n'a toujours pas déterminé quelle sera la formation adéquate pour les pilotes, selon Dan Elwell.

Les Etats-Unis et un grand nombre de pays dont le Canada divergent sur ce point: les premiers estiment qu'une formation sur ordinateur ou iPad est suffisante pour des pilotes chevronnés quand Ottawa veut rendre obligatoire le passage des pilotes sur simulateur de vol.

L'Union européenne via l'AESA (agence européenne de la sécurité aérienne), le Canada ou encore le Brésil ont déjà indiqué qu'ils allaient effectuer leur propre évaluation du correctif du MCAS.

La Chine, premier pays à avoir cloué au sol le 737 MAX, est également une inconnue en plein regain de tensions commerciales entre Pékin et Washington.

- Besoin de transparence -

Près d'une soixantaine de représentants de trente-trois pays, où volait le 737 MAX avant son immobilisation au sol il y a plus de 70 jours, ont accepté l'invitation de la FAA, dont la crédibilité a sérieusement été écornée dans cette affaire.

Dan Elwell et ses équipes vont tenter, durant la réunion, qui se tient à huis clos sur un site de la FAA, de jouer "la transparence" en expliquant à leurs pairs les éléments de sécurité sur lesquels ils vont évaluer le 737 MAX modifié.

Ils vont également détailler leurs procédures et sollicité les avis de leurs homologues.

"Nous allons discuter de la meilleure manière de rendre l'ensemble du processus (de re-certification) transparent et de comment regagner la confiance du grand public", a déclaré M. Elwell.

Le retour de la confiance sera long, des enquêtes d'opinion menées par Southwest montrant qu'un grand nombre de passagers ne sont pas prêts à monter tout de suite à bord d'un 737 MAX.

Et les pilotes, un des piliers, avec les personnels navigants, sur lesquels les compagnies, Boeing et la FAA entendent s'appuyer ne semblent pas disposés à leur signer un chèque en blanc.

"Avant que le MAX ne retourne en service: nous avons besoin de réponses et de transparence", a ainsi réagi jeudi l'ECA, la fédération européenne des pilotes, ciblant la conception et la philosophie de cet avion.

Au-delà de la réputation, la crise du 737 MAX a un coût financier important alors que cet avion représentait près de 80% du carnet de commandes à fin avril.

Boeing, qui a suspendu les livraisons, ne perçoit plus d'argent des compagnies aériennes qu'il devra aussi indemniser pour leur manque à gagner.

"Il y a aussi des coûts supplémentaires liés aux modifications dans la maintenance, aux procédures et à la formation des équipages", dit Michel Merluzeau.

Les articles dans la même thématique
IL Y A 20 HEURES Avions commerciaux
Boeing accusé d'avoir caché des documents cruciaux sur le 737 MAX
La crise du 737 MAX s'est aggravée vendredi, le régulateur de l'aérien américain accusant Boeing de lui avoir caché des documents importants, notamment un échange entre employés révélant que le système automatique, le MCAS, ... Lire la suite
Boeing injecte 20 millions de dollars dans Virgin Galactic
Boeing a injecté 20 millions de dollars dans Virgin Galactic --l'entreprise du milliardaire Richard Branson qui veut mettre l'espace à portée de monsieur Tout-le-monde-- pour faciliter l'accès commercial à la banlieue terrestre et transformer ... Lire la suite
Les conversions d'appareils amenées à doper l'activité services de Boeing en Asie Les conversions d'appareils amenées à doper l'activité services de Boeing en Asie
Boeing Global Services (BGS) a profité du salon MRO Asia-Pacific, qui s'est tenu à Singapour fin septembre, pour faire un point sur les perspectives qui ... Lire la suite
La FAA ordonne une inspection de Boeing 737 NG après la découverte de « fissures structurelles »
L'agence fédérale de l'aviation (FAA) a annoncé mercredi avoir ordonné une inspection de certains Boeing 737 NG, le prédécesseur du monocouloir 737 MAX, après la découverte de « fissures structurelles » sur un exemplaire ... Lire la suite
IL Y A 20 HEURES
Boeing accusé d'avoir caché des documents cruciaux sur le 737 MAX
18 OCT. 2019
La fabrication additive s'organise dans le Sud-Ouest autour d'AddimAlliance
18 OCT. 2019
La nouvelle taxe sur le transport aérien approuvée par l'Assemblée nationale
18 OCT. 2019
Cathay Pacific revoit ses prévisions à la baisse après un nouveau recul du trafic
18 OCT. 2019
Pour la première fois, deux femmes sortent dans l'espace ensemble
MRO Europe 2019 : Business as usual?
Nathalie Stubler : Transavia compte aussi sur l'éco-pilotage et la suppression des plastiques pour réduire son empreinte environnementale
 
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus