Se connecter     Rechercher un article     Newsletter     Alertavia      JE M'ABONNE
BOURGET 2019  |  Toute l'actualité  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
 
Actualité aéronautique Industrie & Technologie Boeing reconnaît des défauts dans les simulateurs de vol du 737 MAX

Boeing reconnaît des défauts dans les simulateurs de vol du 737 MAX

AFP
19 MAI 2019 | 830 mots

Boeing a pour la première fois reconnu samedi des défauts liés au 737 MAX impliqué dans deux catastrophes aériennes ayant fait 346 morts, en admettant avoir révisé le logiciel des simulateurs destinés à reproduire les conditions de vol et avec lesquels sont formés les pilotes.

"Boeing a fait des corrections sur le logiciel du simulateur de vol et a fourni des informations supplémentaires aux exploitants du système pour s'assurer que l'expérience soit représentative des différentes conditions de vol", a déclaré l'avionneur dans un courriel à l'AFP.

Boeing n'a pas indiqué la date à laquelle il s'était aperçu des défauts et s'il en avait aussitôt informé les régulateurs.

Selon le constructeur aéronautique, le logiciel utilisé dans les simulateurs de vol était incapable de reproduire certaines conditions de vol, notamment celles ayant conduit à l'accident du 737 MAX d'Ethiopian Airlines le 10 mars dernier au sud-est d'Addis d'Abeba quelques minutes seulement après le décollage, faisant 157 morts.

- Un seul simulateur MAX -

Boeing assure que les changements qu'il a apportés vont améliorer la formation des pilotes sur simulateur.

"Boeing est en train de travailler étroitement avec les fabricants du système et les régulateurs sur ces modifications et améliorations pour s'assurer que la formation (des pilotes) par les (compagnies) clientes ne soit pas perturbée", poursuit encore le groupe de Chicago.

La compagnie aérienne américaine Southwest, grosse cliente du 737 MAX avec 34 exemplaires en service avant l'immobilisation au sol de cet avion mi-mars, a indiqué samedi à l'AFP qu'elle ne devrait recevoir un simulateur spécifique au MAX qu'"en toute fin d'année".

Idem pour American Airlines -- 24 Boeing 737 MAX -- qui indique "avoir commandé un simulateur MAX, lequel va être livré et sera opérationnel en décembre", a déclaré à l'AFP un porte-parole.

Seule la compagnie Air Canada, qui n'avait pas de version classique du 737, le 737 NG, dispose d'un simulateur spécifique au MAX, ont indiqué à l'AFP des sources industrielles.

Il n'existe actuellement qu'un seul simulateur spécifique au MAX aux Etats-Unis et il est la propriété de Boeing, selon une documentation de l'agence fédérale de l'aviation (FAA). Il est basé à Miami en Floride (sud-est).

Les compagnies aériennes américaines forment leurs pilotes volant sur le MAX sur un simulateur conçu pour le 737 NG, version précédant le 737 MAX dans la famille 737, affirment-elles.

- Divergences -

Cela s'explique, selon Southwest, par le fait que lors de la certification du MAX, Boeing avait souligné que les différences avec le NG étaient minimes et pouvaient être comblées par une simple formation supplémentaire sur ordinateur et en ligne des pilotes.

La FAA, l'agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) et le régulateur canadien avaient approuvé ces recommandations, avance encore la compagnie aérienne.

Seul hic, le 737 NG ne dispose pas de MCAS, spécialement conçu pour le 737 MAX afin de corriger une anomalie aérodynamique liée à une motorisation plus lourde et à protéger l'avion du risque de décrochage.

C'est la première fois que Boeing admet un défaut de conception concernant un équipement du 737 MAX, dont le dysfonctionnement du MCAS a été mis en cause dans la tragédie d'Ethiopian.

Cet aveu contribue à ternir encore un peu plus l'image de l'avionneur, qui répète depuis des semaines que cet accident, comme celui de Lion Air le 29 octobre dernier (189 morts), est dû à une "chaîne" d'évènements pouvant inclure des erreurs des pilotes.

Le rapport d'enquête préliminaire sur le crash d'Ethiopian Airlines avait révélé que le commandant de bord et son copilote, quoique jeunes (29 et 25 ans) et pour le copilote peu expérimenté (361 heures de vol), avaient appliqué toutes les procédures d'urgence.

Le pilotage automatique avait été, à un moment, désactivé et les pilotes avaient à plusieurs reprises tenté de redresser manuellement l'avion qui partait en piqué.

La question de la formation des pilotes va sans doute être au centre de la réunion des régulateurs mondiaux le 23 mai à Fort Worth (Texas, sud), rencontre au cours de laquelle la FAA doit essayer de convaincre ses homologues du sérieux de sa procédure de certification du 737 MAX modifié.

Le régulateur américain continue de penser qu'une formation des pilotes sur simulateur n'est pas indispensable, avis que ne partagent ni son homologue canadien ni les pilotes.

Boeing a affirmé cette semaine avoir finalisé le correctif au MCAS et attendre désormais la décision des régulateurs sur la certification du 737 MAX modifié.

Les articles dans la même thématique
Boeing en négociations pour une méga commande de 787 et 777X en Chine
Boeing est en négociations pour décrocher une méga-commande sur des gros porteurs avec des compagnies aériennes chinoises, rapporte mercredi l'agence Bloomberg News.Les discussions portent sur 100 appareils long-courrier, notamment des 787 "Dreamliner" et des ... Lire la suite
737 MAX: une formation sur simulateur des pilotes toujours envisagée (Ottawa)
Le ministre canadien des Transports a réaffirmé vendredi qu'il n'excluait pas d'imposer une formation sur simulateurs des pilotes du nouveau Boeing 737 MAX, au lendemain d'une réunion des autorités mondiales de l'aviation civile consacrée ... Lire la suite
Boeing 737 MAX : Les autorités mondiales se séparent sans date de retour en service Boeing 737 MAX : Les autorités mondiales se séparent sans date de retour en service
Les autorités mondiales de l'aviation civile, réunies jeudi au Texas, se sont séparées après huit heures de discussions sans date de retour en service ... Lire la suite
Quand va revoler le 737 MAX ? Les régulateurs aériens en débattent
Les autorités mondiales de l'aviation civile, réunies jeudi au Texas, examinaient le cas du 737 MAX immobilisé depuis plus de deux mois, avec une question lancinante: quand l'avion phare de Boeing va-t-il pouvoir revoler?La ... Lire la suite
IL Y A 1 HEURE
Salon du Bourget : Toutes les annonces de commandes d'avions commerciaux
IL Y A 1 HEURE
L'aéroport d'Heathrow publie les plans de sa troisième piste
IL Y A 3 HEURES
Ariane 5 lancera jeudi deux satellites de télécommunications
IL Y A 4 HEURES
Bourget 2019 : Airbus, Daher et Safran s'allient pour faire voler EcoPulse
IL Y A 4 HEURES
Bourget 2019 : Safran Helicopter Engines obtient la certification du moteur du H160 et en attend d'autres
Bourget 2019 : Les avions régionaux à l'aube d'une révolution
Bourget 2019 : Olivier Andriès (Safran Aircraft Engines), « Nous avons proposé un nouveau moteur »
 
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus