Actualité aéronautique Transport aérien Vinci affiche ses ambitions à Londres-Gatwick

Vinci affiche ses ambitions à Londres-Gatwick

AFP
Publié 14/05/2019 | 763 mots
Vinci affiche ses ambitions à Londres-Gatwick
Photo © Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés

Vinci Airports a pris possession mardi de l'aéroport de Gatwick à Londres, un investissement de trois milliards d'euros qui lui permet de monter en puissance dans le secteur des aéroports où il est présent de l'Amérique au Japon en passant par le Portugal.

Acquérir et développer des aéroports est "la priorité du groupe Vinci en termes d'investissements", a expliqué le président de Vinci Airports, Nicolas Notebaert, filiale du géant français du BTP et des concessions Vinci.

Le groupe a annoncé en décembre le rachat de 50,01% de l'aéroport de Gatwick, dans le sud de la mégapole londonienne, pour 2,9 milliards de livres sterling (3,22 milliards d'euros). Mardi, cette transaction a été bouclée et M. Notebaert est venu sur place présenter à la presse les projets du groupe pour cette plateforme - la deuxième du Royaume-Uni - et au-delà.

Les 49,99% restants de Gatwick sont gérés par la société d'investissement Global Infrastructure Partners (GIP), détaille Vinci Airports qui maintient en l'état l'équipe de direction britannique de l'aéroport. Le groupe leur adjoint toutefois un directeur technique, Cédric Laurier, issu de ses rangs.

Avec 46 millions de passagers par an, Gatwick constitue un aéroport majeur pour les destinations courtes - c'est notamment la principale base de la compagnie britannique à bas coût EasyJet - mais propose aussi 60 lignes longs courriers que ce soit avec des compagnies occidentales (British Airways, Virgin Atlantic) ou du Golfe (Emirates, Qatar Airways).

En faisant le tour du propriétaire à travers les deux terminaux de cet aéroport moderne, M. Notebaert insiste sur deux points forts de la plateforme: l'enregistrement automatisé des bagages - Gatwick dispose de la plus longue ligne d'enregistrement automatique avec 60 machines en rang d'oignon - et l'efficacité des contrôles de sécurité - avec une pointe à 600 passagers par heure et par ligne de contrôle.

"On peut faire mieux du côté des commerces", a-t-il en revanche pointé pour Gatwick. Les revenus tirés des boutiques exploitées par des firmes sous contrat sont moins élevés dans cet aéroport qu'ailleurs, relève M. Notebaert. Il envisage des changements notamment pour placer les restaurants de l'aéroport directement sur le chemin emprunté par les voyageurs - en montrant de l'index un étage un peu isolé où les clients ne sont pas légion.

- Un oeil sur ADP -

Doté d'une seule piste utilisée au maximum de ses capacités, l'aéroport de Gatwick n'a pas obtenu le droit de construire une seconde piste - le gouvernement britannique ayant tranché en faveur d'une piste supplémentaire pour l'aéroport londonien concurrent de Heathrow. Mais les dirigeants de Gatwick envisagent une "mini" seconde piste, réservée qu'aux décollages, pour la seconde moitié des années 2020.

L'intégration de Gatwick, le plus important aéroport de son réseau, permet en tous cas déjà à Vinci Airports de devenir le deuxième opérateur aéroportuaire mondial avec plus de 240 millions de passagers accueillis par an.

Le groupe s'enorgueillit d'un réseau "diversifié", avec quelques poids lourds comme les aéroports de Lisbonne et du Kansai (ouest du Japon), qui voient transiter chacun près de 30 millions de passagers par an. Mais Vinci gère aussi de nombreux aéroports moins gigantesques, que ce soit au Cambodge où il a débuté dans ce secteur il y a des années, au Brésil, en République dominicaine, aux Etats-Unis, en Serbie ou encore en Suède.

En France, il gère 12 aéroports dont Lyon Saint-Exupéry et Nantes Atlantique.

La nouvelle étape ? Acquérir une part significative d'Aéroports de Paris (ADP) pour développer les aéroports parisiens représenterait "un honneur" pour Vinci Airports, glisse M. Notebaert. Mais le Conseil Constitutionnel vient de donner son feu vert à la proposition de référendum d'initiative partagée (RIP) de parlementaires opposés à la privatisation - ce qui suspend de fait toute vente des parts de l'Etat français (50,63%).

"Ce serait dommage pour la France, dans ce concert mondial, de ne pas consolider une activité de leadership mondial incontesté" grâce à une privatisation, a jugé le dirigeant de Vinci Airports qui a concédé une "petite tristesse" pour la France. "Mais si ce n'est pas le cas, on fera autre chose", sourit-il.

Les articles dans la même thématique
IL Y A 17 HEURES Aéroports
ADP Ingénierie continue son expansion internationale
La vocation internationale d'ADP Ingénierie se confirme. La filiale du groupe ADP a remporté plusieurs contrats concernant des missions de design, d'études ou d'assistance technique, non seulement en outre-mer mais aussi auprès de grands aéroports ... Lire la suite
L'aviation d'affaires se met au vert L'aviation d'affaires se met au vert
C'est un fait, aviation d'affaires ne rime pas avec environnement. Mobiliser un biréacteur pour quelques personnes sur des trajets qui en moyenne ne dépassent pas ... Lire la suite
Ryanair s'attend à deux ans difficiles pour les bénéfices des compagnies européennes Ryanair s'attend à deux ans difficiles pour les bénéfices des compagnies européennes
Ryanair a présenté des résultats en demi-teinte pour 2018-2019. La low-cost irlandaise a enregistré une croissance de 6% de son chiffre d'affaires à 7,56 ... Lire la suite
Congo Airways vise une trentaine de destinations d'ici 2021 Congo Airways vise une trentaine de destinations d'ici 2021
Congo Airways a été créée en août 2014 alors que la République Démocratique du Congo, deuxième pays en Afrique par sa taille et quatrième par ... Lire la suite
Air Canada veut mettre la main sur Transat Air Canada veut mettre la main sur Transat
C'est un grand mouvement de consolidation qui s'amorce dans le ciel canadien. Air Canada et le groupe Transat sont entrés dans une période de négociations ... Lire la suite
Dans la rubrique Transport aérien, la Rédaction vous recommande
Congo Airways vise une trentaine de destinations d'ici 2021 Air Canada veut mettre la main sur Transat
La connectivité progresse sur la flotte d'A320 d'Air France Les compagnies traditionnelles en Inde peuvent-elles être sauvées ?
L'IATA veut pousser la France à adopter une stratégie nationale pour le transport aérien Icelandair envisage l'acquisition d'Airbus A321neo
08h40 737 MAX: trois compagnies chinoises réclament des indemnités à Boeing
07h10 Boeing 737 MAX : les Etats-Unis veulent regagner la confiance du reste du monde
06h58 Aéroport de Nantes: un collectif de riverains saisit le Conseil d'Etat
21/05 La famille A220 d'Airbus vient de gagner une heure d'autonomie supplémentaire
21/05 L'armée de l'air se prépare à l'ALSR
21/05 ADP Ingénierie continue son expansion internationale
IL Y A 17 HEURES
AMERICAN AIRLINES et l'aéroport de DALLAS FORT WORTH ont annoncé la construction prochaine d'un sixième terminal sur la plateforme texane. Le travail sur le design a déjà commencé et AMERICAN AIRLINES annonce une mise en service pour 2025. Situé au sud du terminal D et en face du terminal E, le terminal F sera doté à terme de 24 portes d'embarquement.
IL Y A 20 HEURES
(AIRBUS Innovation Days) Christian Scherer, directeur commercial d'AIRBUS, à propos du NMA de Boeing. « D'une certaine façon, j'espère que Boeing fera cette erreur car quelle est réellement la valeur qu'il apporte au marché ?
IL Y A 22 HEURES
(AIRBUS Innovation Days) AIRBUS annonce une augmentation de la masse maximale au décollage (MTOW) de 2,3 tonnes pour la famille A220, permettant une augmentation de la distance franchissable de l'ordre de 450 nautiques pour les deux membres. L'A220-100 voit ainsi son rayon d'action atteindre les 3400 nautiques (6300 km) et l'A220-300 les 3350 nautiques (6200 km).
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

L'aviation d'affaires se met au vert
Pour la division Military Aircraft d'Airbus Defence and Space, « la première des priorités, c'est de consolider l'activité »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus