Actualité aéronautique Espace Habiter sous terre... pour vivre sur la Lune

Habiter sous terre... pour vivre sur la Lune

AFP
Publié 11/05/2019 | 762 mots

A l'heure où les agences spatiales se préparent à renvoyer des hommes sur la Lune, ingénieurs et scientifiques s'emploient à concevoir des machines capable de creuser des galeries souterraines destinées à accueillir les futurs habitants de notre satellite naturel.

"L'espace redevient une passion pour beaucoup, il y a des débats sur le retour sur la lune, et cette fois pour y rester", explique à l'AFP l'expert américano-iranien Jamal Rostami à l'occasion du World Tunnel Congress organisé cette année à Naples (sud).

L'administration du président américain Donald Trump souhaite que la NASA renvoie des hommes sur la Lune d'ici à 2024, et l'agence spatiale américaine travaille sur les plans de la station "Gateway" devant servir de base avancée pour des explorations lointaines, dont Mars, et faciliter l'exploration et l'exploitation de la Lune elle-même.

De leur côté, les milliardaires américains Elon Musk et Jeff Bezos se sont fébrilement engagés, avec d'autres, dans la course aux lancements militaires, civils ou commerciaux vers la Lune, le projet de fusée SpaceX porté par Elon Musk étant actuellement le mieux placé dans cette bataille technologique.

Les conditions difficiles régnant à la surface de la Lune imposent qu'une fois arrivés sur place les humains soient protégés du rayonnement cosmique et du gel dans des structures maintenant une pression atmosphérique identique à celle de la Terre.

Tout comme il est impératif de se prémunir contre les météorites. "Imaginez un objet de la taille de mon poing, tel un fragment de roche, arrivant à 10 ou 12 kilomètres par seconde. Rien ne pourrait lui résister", assure Jamal Rostami, qui dirige le Earth Mechanics Institute à l'école des Mines du Colorado.

"Tout projet d'habitat lunaire implique donc de creuser une tranchée, de créer une structure et de la recouvrir d'une sorte de régolithe, la poussière qui recouvre la surface de la Lune", précise-t-il.

Pour creuser le sol lunaire, les scientifiques envisagent d'employer un engin déjà utilisé sur terre, un tunnelier (foreuse géante), afin de créer des espaces habitables ou un réseau de galeries reliées entre elles.

L'analyse des images de la surface montre, par ailleurs, la présence des tubes de lave géants, véritables boucliers contre les radiations, qui pourraient abriter à terme de grandes cités lunaires.

- Eau précieuse -

"Emporter un kilo de matière de la terre à la Lune coûte très cher et nos machines pèsent des centaines de tonnes, il n'est donc pas possible de les faire voyager en l'état", explique M. Rostami.

"Nous devons donc les modifier, optimiser leurs composants, être moins lourds et plus performants", poursuit-il.

Les machines doivent aussi être entièrement automatisées et leurs éventuelles réparations réduites au strict minimum, ce qui constitue un défi de taille lorsqu'on parle d'outils qui rongent la roche et la terre et sont donc soumis à une usure importante.

Quant aux besoins colossaux en énergie électrique d'une foreuse de près de quatre mètres de diamètre, ils sont un autre défi à relever pour les scientifiques qui réfléchissent à la conception de petites centrales nucléaires capables de les alimenter.

Selon les estimations de l'American United Launch Alliance (co-entreprise américaine créée par Boeing et Lockheed Martin), cette nouvelle exploration lunaire devrait coûter 2,7 milliards de dollars et permettre, d'ici à 2050, à un millier de personnes de vivre sur la Lune ou en orbite autour de notre satellite.

Quant aux rumeurs selon lesquelles les premiers colons lunaires pourraient utiliser leurs engins pour en extraire des métaux précieux, tels que l'or, Jamal Rostami les écarte.

"Il y aura une autre priorité, bien plus précieuse que l'or, celle d'aller chercher de l'eau dont nous savons qu'elle est emprisonnée en grande quantité aux pôles lunaires, où la température peut descendre jusqu'à -190 degrés Celsius", assure le scientifique.

L'une des options à l'étude serait de réchauffer la face de la Lune se trouvant toujours dans l'obscurité afin que la vapeur d'eau puisse ensuite être capturée.

Une autre piste envisagée serait d'extraire l'eau sous forme de glace avant de la transporter dans un endroit où elle pourra être décongelée.

Les articles dans la même thématique
L'US Air Force prépare sa prochaine génération de lanceurs L'US Air Force prépare sa prochaine génération de lanceurs
Les deux futurs lanceurs de l'US Air Force seront connus en 2020. Le Space and Missile Systems Center, en partenariat avec l'agence de renseignement National ... Lire la suite
10 MAI 2019 Missions
La course vers Mars entre les nations spatiales s'intensifiera en 2020 La course vers Mars entre les nations spatiales s'intensifiera en 2020
L'été 2020 va ouvrir une nouvelle fenêtre de tir vers la planète Mars. Un événement rare - tous les deux ans environ - dont vont ... Lire la suite
08 MAI 2019 Satellites
La course à internet dans l'espace
L'affolement a gagné le secteur spatial depuis que l'homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, a laissé filtrer son dernier projet baptisé Kuiper: 3.236 satellites à 600 kilomètres d'altitude pour arroser la Terre ... Lire la suite
02 MAI 2019 Industrie spatiale
Christelle Astorg-Lépine (CNES) : « Les nouveaux entrants nous forcent à nous ouvrir » Christelle Astorg-Lépine (CNES) : « Les nouveaux entrants nous forcent à nous ouvrir »
À l'initiative de l'accélérateur Starburst, plus d'une centaine de personnes se sont réunies à l'Hôtel de Région d'Île-de-France le 18 avril, à l'occasion du meet-up ... Lire la suite
12 AVR. 2019 Lanceurs
SpaceX signe un succès majeur avec le premier vol commercial de Falcon Heavy SpaceX signe un succès majeur avec le premier vol commercial de Falcon Heavy
Tout vient à point à qui sait attendre. Les fans de SpaceX ont en effet dû faire preuve d'une certaine philosophie pour patienter jusqu'au deuxième ... Lire la suite
Dans la rubrique Espace, la Rédaction vous recommande
SpaceX signe un succès majeur avec le premier vol commercial de Falcon Heavy Alunissage raté pour la première sonde israélienne
La sonde japonaise Hayabusa2 se prépare à créer un cratère sur un astéroïde Après la Lune en 2024, le chef de la Nasa confirme 2033 pour Mars
La France veut aller sur la Lune avec la Chine La première sortie extravéhiculaire spatiale 100% féminine est annulée
07h10 Boeing 737 MAX : les Etats-Unis veulent regagner la confiance du reste du monde
06h58 Aéroport de Nantes: un collectif de riverains saisit le Conseil d'Etat
21/05 La famille A220 d'Airbus vient de gagner une heure d'autonomie supplémentaire
21/05 L'armée de l'air se prépare à l'ALSR
21/05 ADP Ingénierie continue son expansion internationale
21/05 L'aviation d'affaires se met au vert
IL Y A 16 HEURES
AMERICAN AIRLINES et l'aéroport de DALLAS FORT WORTH ont annoncé la construction prochaine d'un sixième terminal sur la plateforme texane. Le travail sur le design a déjà commencé et AMERICAN AIRLINES annonce une mise en service pour 2025. Situé au sud du terminal D et en face du terminal E, le terminal F sera doté à terme de 24 portes d'embarquement.
IL Y A 19 HEURES
(AIRBUS Innovation Days) Christian Scherer, directeur commercial d'AIRBUS, à propos du NMA de Boeing. « D'une certaine façon, j'espère que Boeing fera cette erreur car quelle est réellement la valeur qu'il apporte au marché ?
IL Y A 21 HEURES
(AIRBUS Innovation Days) AIRBUS annonce une augmentation de la masse maximale au décollage (MTOW) de 2,3 tonnes pour la famille A220, permettant une augmentation de la distance franchissable de l'ordre de 450 nautiques pour les deux membres. L'A220-100 voit ainsi son rayon d'action atteindre les 3400 nautiques (6300 km) et l'A220-300 les 3350 nautiques (6200 km).
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

L'aviation d'affaires se met au vert
Pour la division Military Aircraft d'Airbus Defence and Space, « la première des priorités, c'est de consolider l'activité »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus